Archives de catégorie : Appel à contribution

[Appel] La danse et les nations : identités, altérités, frontières (XVIIe-XIXe siècles)

Colloque international

La danse et les nations : identités, altérités, frontières

(XVIIe-XIXe siècles)

Paris, 26-29 octobre 2017

À l’issue de trois années de recherche dans le cadre du programme de recherche HdD (Herméneutiques de la danse, coordonné par Arianna Fabbricatore), ce colloque international et interdisciplinaire a pour objectif de faire une synthèse sur le travail effectué autour de la question des styles et des genres de danse dans l’espace européen à l’époque des Lumières et d’ouvrir la recherche sur les enjeux sémiotiques, politiques et sociaux de la danse en tant que signe, expression ou représentation d’une frontière plus au moins perméable entre identités culturelles. Il s’agira de s’interroger sur la manière dont la danse théâtrale évolue dans un espace social et culturel où les enjeux sont liés à la confrontation entre les nations et à la définition de leur identité.

Colloque organisé dans le cadre du projet « Discours sur la danse »

Vous trouverez le détail de l’appel à communication avec les axes thématiques dans ce fichier Pdf.


Coordination : Arianna Fabbricatore (Université Paris-Sorbonne)

Comité scientifique :

  • Charles Alunni (Ecole normale supérieure)
  • Elena Cervellati (Université de Bologne)
  • Paolo Fabbri (Centre d’Etudes sémiotiques Urbino)
  • Arianna Fabbricatore (Université Paris-Sorbonne)
  • Marie-Thérèse Mourey (Université Paris-Sorbonne)
  • Marina Nordera (Université Côté d’Azur)
  • Françoise Rubellin (Université de Nantes)
  • Martin Rueff (Université de Genève)

Comité d’organisation

  • Paolo Desogus (Université Paris-Sorbonne)
  • Delphine Vernozy (Université Paris-Sorbonne)

[Appel] La danse française en Allemagne et son enseignement au début du XVIIIe siècle

Appel à Communication pour une journée d’étude :
La danse française en Allemagne et son enseignement au début du XVIIIe siècle
Autour du Parfait Maître à danser (Rechtschaffener Tantzmeister)
de Gottfried Taubert (Leipzig, 1717)

[Vous trouverez ici une présentation incomplète de l’argumentaire scientifique. Le détail de l’appel à communication en anglais, allemand et français se trouve en bas du petit descriptif ci-dessous.]

L’année 2017 marquera le tricentenaire de la publication d’une source majeure sur la danse dans le monde germanique du début du XVIIIe siècle : l’ouvrage monumental de Gottfried Taubert Rechtschaffener Tantzmeister, paru à Leipzig en 1717 chez Friedrich Lanckischens Erben.

Du 5 au 8 septembre 2017, auront lieu quatre journées autour des leçons et de l’enseignement de la danse de style français en Allemagne, composées de six demi-journées d’ateliers pratiques et de deux demi-journées d’étude théoriques. Ces rencontres seront le premier volet d’un « Événement Taubert » dont le pendant sera le Colloque international Gottfried Tauberts « Rechtschaffener Tantzmeister » (Leipzig 1717) : Kontexte – Lektüren – Praktiken, organisé par l’Institut für Theaterwissenschaft (département des Arts du Spectacle) de l’Université de Leipzig, sous la direction de Dr. Hanna Walsdorf et qui aura lieu au Musikinstrumentenmuseum der Universität Leipzig du 20 au 23 septembre 2017.

Les deux demi-journées d’étude théoriques seront centrées sur les leçons et l’enseignement de la danse française en Allemagne, et sur les traités et ouvrages qui la documentent, dans le premier quart du XVIIIe siècle. Une large part sera faite à l’étude technique de ces sources allemandes, incluant la comparaison avec des sources européennes contemporaines. Il importera de souligner les enjeux possibles de ces recherches sur la pratique de la danse ancienne. L’on s’attachera également à mieux cerner la figure du maître à danser en Allemagne, en envisageant la diversité des pratiques, des statuts, des projets pédagogiques, mais également de l’articulation de la danse avec d’autres disciplines. Plus généralement, il s’agira de s’interroger sur les circulations des personnes, des savoirs, et les transferts culturels entre l’Allemagne et la France dans le domaine de la danse.
Pour la partie théorique de ces journées d’étude, nous lançons un appel à communications.

Thèmes possibles de communications :
― Quelles sources techniques pour la danse en Allemagne au début du XVIIIe siècle : les traités et les notations – filiations, influences et polémiques.
― Échanges et circulations des danseurs, maîtres à danser, élèves, entre la France et le monde germanique.
― Le contexte philosophique et religieux en Allemagne, et ses incidences sur l’enseignement de la danse.
― Le statut et les conditions de vie des maîtres à danser en Allemagne. Comparaison avec la France.
― Pratiques musicales associées à l’enseignement de la danse. Le violon du maître à danser. Techniques d’exécution.
― Le discours du maître à danser allemand : modalités, spécificités liées au contexte de production et de réception, relation entre théories et pratiques.
Tanz in Prosa : l’enseignement de la civilité, des révérences…
― La pédagogie de la danse selon les traités allemands : exercices, progressions, considérations anatomiques, etc…
― Les apports techniques des traités allemands (répertoire des pas, façon de les exécuter, etc.)
― Filiations, convergences et divergences entre les enseignements techniques de la danse française en Allemagne et dans les autres pays européens (France, Angleterre, Italie…), dans le premier quart du XVIIIe siècle.
― Les enjeux des catégories de la danse selon les traités allemands : belle danse, danse haute, danse comique et grotesque.
― Formes musicales et formes chorégraphiques pour la danse théâtrale en Allemagne : genres de danses, caractères, styles nationaux…
― Problèmes de traduction des chapitres techniques du Rechtschaffener Tantzmeister, transcriptions contemporaines (Gisela Reber…).

La langue de la journée d’étude et des échanges sera le Français, mais les communications en Anglais sont acceptées.
Les propositions de communication, n’excédant pas une page, et suivies d’une brève présentation bio-bibliographique, sont à envoyer avant le 31 janvier 2017 à l’adresse mail suivante : taubert2017@gmail.com
Une réponse sera rendue pour le 31 mars 2017.
Le lieu de la manifestation est Paris. Nous vous communiquerons l’institution d’accueil ultérieurement.

Comité Scientifique :
Jean-Noël Laurenti
Marie-Thérèse Mourey
Mickaël Bouffard
Comité d’organisation :
Hubert Hazebroucq
Gerrit Berenike Heiter
Irène Ginger

Partenaires :
ACRAS – Association pour un Centre de Recherche sur les arts du Spectacle au XVIIe et XVIIIe siècles.
CND – Centre National de la Danse
CMBV – Centre de Musique Baroque de Versailles
REIGENN – Représentations et Identités – espaces germaniques, nordique et néerlandophone – Université de la Sorbonne, Paris IV
Institut für Theaterwissenschaft, Université de Leipzig
Historical Dance Symposium Rothenfels


Appel à communication en anglais

Appel à communication en français

Appel à communication en allemand

[Appel] Danza e ballo a Napoli: un dialogo con l’Europa (1806-1861)

Danza e ballo a Napoli: un dialogo con l’Europa (1806-1861) / Danse et ballet à Naples : un dialogue avec l’Europe (1806-1861)

L’ Association Italienne pour la Recherche en Danse (AIRDanza, www.airdanza.it), organise, en collaboration avec la Fondation Pietà de’ Turchini/Centro di Musica Antica, un colloque international intitulé :

Danse et ballet à Naples: un dialogue avec l’Europe (1806-1861)

Il aura lieu du 9 au 11 novembre 2017 à Naples à l’Archivio di Stato, à la Biblioteca Nazionale « Vittorio Emanuele III », au MeMus (Musée et archive historique du Teatro San Carlo), à l’Università degli Studi Suor Orsola Benincasa et à la Fondation Pietà de’ Turchini/Centro di Musica Antica.

Appel à communication

Au XIXe siècle, la ville de Naples est la capitale du royaume le plus étendu de la péninsule italienne : constituant un important carrefour pour la culture théâtrale et chorégraphique, elle est considérée, jusqu’à l’unification du pays en 1860, comme l’un des plus importants centres italiens et européens de formation en danse ainsi que de production et circulation de ballets. À cette époque, la ville parthénopéenne est non seulement un lieu crucial pour la carrière d’artistes célébrés depuis longtemps par la recherche : la gloire des théâtres napolitains a également été bâtie sur l’œuvre de nombreux artistes qui attendent leur redécouverte et leur valorisation.

Est ainsi offerte aux chercheurs une pluralité d’objets d’étude, d’analyse et d’interprétation jusqu’à présent très peu approchés et qui – convenablement développés – pourraient mettre en lumière l’importance de la danse à Naples et plus en général dans le paysage de la culture chorégraphique italienne et européenne.

Parmi les finalités du colloque il y a la volonté de promouvoir la recherche en danse et de valoriser le patrimoine national et international. À ce propos AIRDanza sollicite des propositions d’intervention de la part de jeunes chercheurs et de chercheurs actifs dans les études en danse et dans les disciplines théâtrales. Seront encouragées les approches méthodologiques basées sur des prémisses interdisciplinaires et/ou transdisciplinaires, visant à la découverte, à l’analyse et à l’étude des sources primaires (relatives aux théâtres, danses, écoles privées, danseurs et chorégraphes, périodiques de spectacle, partitions, éditions musicales), ainsi que toute proposition abordant le ballet et la danse en rapport aux dynamiques de l’identité nationale (en tenant d’ailleurs compte du processus du Risorgimento) et aux nécessités d’autocélébration et de propagande mises à l’œuvre par le Royaume français d’abord, et par celui des Bourbons après.

Parmi les différentes pistes de recherches relatives à la période explicitée dans le titre du colloque, sont aussi suggérées : la danse en tant qu’art de la scène et métier; les théâtres de cour et les théâtres publics ; les danses de société et les danses populaires (aussi réadaptées pour la scène) ; la didactique et la formation au sein de l’école du « Regio Teatro di San Carlo » ; la transformation des typologies des ballets en concomitance avec les mutations esthétiques, du goût, du divertissement et de la mode ; la contamination et la migration des sujets et des livrets parmi les genres (danse, opéra, théâtre) ; les modalités d’élaboration des canons romantiques (relatifs aux styles de la danse et à ses sujets) ; la circulation des danseurs et chorégraphes entre Naples et l’Europe, et en particulier entre Naples, Milan, Paris et Vienne ; les stratégies entrepreneuriales ; les apparats scénographiques et les costumes de danse ; l’édition musicale.

Modalités de présentation des communications: relation, table ronde, performance, laboratoire.richiesta-di-contributi-italiano-francese-inglese-19122016

Langues du colloque: italien, français, anglais.

Les résumés peuvent être proposés dans une des langues du colloque et ne doivent pas dépasser les 1500 caractères. Ils doivent indiquer les sources d’archive et/ou les sources bibliographiques relatives au sujet choisi et être accompagnés d’un CV du candidat de 800 caractères maximum. Les fichiers sont à envoyer à info@airdanza.it avant le 31 mars 2017. L’acceptation du résumé sera communiquée avant le 30 avril 2017.

La publication des actes est prévue par la Fondation Pietà de’ Turchini – Centro di Musica Antica.

Comité scientifique: Roberta Albano, Rosa Cafiero, Elena Cervellati, Arianna Fabbricatore, Francesca Falcone, Paologiovanni Maione, José Sasportes, Francesca Seller.

Comité d’organisation: Roberta Albano, Francesca Falcone, Paologiovanni Maione, Letizia Gioia Monda, Maria Venuso, Patrizia Veroli.


Le texte de l’appel à communication en italien, français et anglais peut être consulté et téléchargé sur cette page.

[Colloque] Traditions en mouvements

Colloque international – TraditionS en mouvementS

Atelier de la danse n°7 dans le cadre du Festival de Danse de Cannes 2015, Cannes, 20-21-22 novembre 2015

Argumentaire

Si les questionnements autour des notions de tradition et de contemporanéité ne sont ni récents, ni absents des études en danse, ils n’ont jusqu’à présent été posés que de façon parcellaire, essentiellement en relation aux répertoires, aux remontages des œuvres chorégraphiques ou aux pratiques dites de ‘danses traditionnelles’. Il nous paraît donc essentiel aujourd’hui de faire le point sur les recherches en ce domaine afin de permettre la confrontation et l’avancée des échanges sur ces questions prégnantes dans le monde actuel des créations chorégraphiques comme des pratiques sociales et culturelles.

Auparavant, et parfois encore, associé à l’idée d’immobilité et porteur d’a priori romantiques ou ethnocentriques, le terme « tradition » peut constituer un concept opérant dans les recherches en danse. Il peut en effet être envisagé comme un lien subtil qui relie au passé tout en inscrivant une dynamique vivante et mouvante qui construit le présent. Les objets mêmes – dansants, dansés tels la ronde par exemple – peuvent paraître nouveaux dans leur usage alors qu’ils permettent de s’interroger sur des formes qui se réitèrent et traversent le temps.

Interroger la tradition en danse signifie notamment questionner comment le passé continue d’agir sur le présent des pratiques chorégraphiques et des acteurs qui les incarnent. Comprendre sous quelle forme et à partir de quels dispositifs les ‘gestes du passé’ se réinscrivent aujourd’hui sur les scènes contemporaines. Comprendre, dans les lieux de pratiques sociales, dans ce qui est dansé aujourd’hui tout en portant le même nom que jadis, ce qui perdure et varie. Le processus de « transmission » ou de « passation » se situe ainsi au cœur de la tradition, permettant d’actualiser les gestes des prédécesseurs, la perpétuation et le devenir de tout héritage chorégraphique de quelque période et de quelque esthétique qu’il s’agisse. Trouvent ainsi place les problématiques liées à la permanence ou à la perte de ce qui apparaît comme des fondamentaux ou des invariants de ces pratiques de danse au fil du temps (question d’espace tel le lieu consacré du studio ou question d’habitudes ou de rituels presque dans l’enseignement, la relation aux maitre ou encore aux techniques).

Mais questionner la tradition en danse signifie aussi comprendre comment les héritages chorégraphiques résistent aux changements sociaux et aux ruptures de l’histoire, comment les filiations s’inscrivent dans le prolongement ou dans le détournement, voire l’oubli, des pratiques comme des savoirs. Les transitions économiques, politiques et sociales ainsi que l’apparition de nouveaux contextes performatifs imposent une réorganisation des faits chorégraphiques, des compétences motrices, des engagements sensibles et des valeurs proposées par ces pratiques. Ces changements induisent, parallèlement à un processus de spectacularisation et de médiatisation, un profond renouvellement de l’héritage gestuel et chorégraphique qu’il est nécessaire d’interroger.

Les éclairages anthropologiques, historiques, esthétiques seront sollicités car porteurs de ces réflexions, tout autant que ceux liés à l’ethnographie du travail artistique ou à l’analyse de l’activité professionnelle. La diversité des approches, que nous ne nommons pas toutes ici, permettra d’aborder les objets tout autant que les processus.

Parmi les axes de réflexion envisagés par ce colloque, signalons de manière non exhaustive :

  1. Définition, conceptualisation et opérationnalisation de la notion de ‘tradition’ au sein des études en danse.

Le colloque s’intéressera à la notion de ‘tradition’ d’un point de vue théorique et méthodologique, questionnant la pertinence, l’opérationnalité et les limites de ce concept dans les recherches en danse, ainsi que la spécificité de son emploi dans ce champ d’études. L’objectif de cet axe est donc double : en premier lieu il propose de réfléchir de façon spécifique aux usages du terme tradition au sein des études en danse, pour comprendre la spécificité de cette notion et ses contenus dans ce champ d’études. En deuxième lieu, il propose de réfléchir à l’opérationnalité de ce terme, soulevant des questions relatives à la pertinence et au sens de celui-ci dans la recherche en danse.

  1. Transmission – Filiation – Héritage

Cet axe a pour principal objectif de réfléchir à la notion de tradition à partir de l’acte de transmission. Les propositions permettront d’analyser de quelle manière et par quels biais la tradition demeure agissante au fil du temps, ou comment des pratiques, des connaissances et pensées actuelles remettent en question les pratiques antérieures. Le colloque s’intéresse, non seulement à la continuité des pratiques artistiques, ainsi que des émotions, des représentations et des valeurs qui les définissent, mais aussi et surtout aux discontinuités, aux oublis, aux pertes, aux altérations, aux porosités et aux inventions. Les communications porteront principalement, mais pas exclusivement, sur les « objets » de la transmission, les processus à l’œuvre ainsi que sur les acteurs engagés dans l’acte de transmission.

  1. Etudes de cas. Qu’est-ce qu’on danse ? Comment on danse ?

Cet axe propose de porter des éclairages sur la présence du passé dans la création actuelle, à partir d’études de cas spécifiques, qu’il s’agisse des scènes ou des lieux de pratique. Particulièrement bienvenues seront les propositions portant sur l’analyse de pratiques corporelles dansées – qu’il s’agisse de danses issues d’une tradition liée à un territoire ou de traditions liées à l’émergence des genres artistiques – qui sont aujourd’hui confrontées à l’instant présent, tant dans leur dimension de dynamique vivante de la tradition que dans leur dimension de métissage. Les sujets des communications n’auront pas de limitation temporelle ni géographique et pourront être abordés à partir d’une diversité d’approches – analyse du geste, analyse anthropologique, analyse esthétique, analyse sociologique, analyse historique…

Trent Strohm, The Magic of the Dance
Trent Strohm, The Magic of the Dance

*

Communications et modalités de soumission

Le temps dévolu à chaque communication est de 20 minutes suivies de 10 minutes de questions. Des propositions de formats différents peuvent être soumises (communication chercheur, proposition chercheur-artiste, lecture-démonstration, parole dansée…). Le temps imparti ne pourra cependant dépasser 30 minutes, suivie des 10 mn de discussion. La fiche de soumission est à renvoyer pour le 1er mai 2015 au plus tard, aux formats Word et PDF, à l’adresse suivante : atelierdanse7@gmail.com

Les fichiers informatisés de la proposition, envoyés par voie électronique, seront nommés de la façon suivante : nom-prénom de l’auteur. Le Comité Scientifique, après études des propositions reçues, communiquera à tous les candidats la décision sur l’acceptation de leur communication, le 15 juin 2015, au plus tard.

Lieux et temps du colloque

Ce colloque, par l’appel à communications, répond à un format classique et universitaire mais il saura aussi mettre en œuvre de nouvelles méthodes d’approche et de débat par le tissage de formats innovants, tels que recherchés dans les journées d’étude conçues par l’équipe Danse du CTEL, la co-présence d’artistes et de chercheurs étant au cœur des Ateliers de la Danse.

 Ce colloque est organisé en partenariat avec le Festival de Danse de Cannes et avec le Centre National de la Danse. Cette année le festival, sous la direction artistique de Brigitte Lefevre, prend la voix de la coprésence des œuvres de diverses « traditions » permettant ainsi la confrontation non seulement des idées et des recherches mais il nourrira les points de vue analytiques et réflexifs et présentera des oeuvres et des artistes qui soutiendront et éclaireront la réflexion.

*

Institutions

  • Université Nice Sophia Antipolis (UNS) – UFR Lettres, Arts et Sciences Humaines
  • Département des Arts, Section Danse
  • Centre Transdisciplinaire d’Epistémologie de la Littérature et des Arts Vivants (CTEL EA 6307)
  • Centre National de la Danse (CND)
  • Festival de danse de Cannes

Direction scientifique

  • Federica Fratagnoli, MCF Danse, Université de Nice Sophia Antipolis
  • Joëlle Vellet, MCF danse, Université de Nice Sophia Antipolis
  • Laurent Barre, Responsable du service Recherche et Répertoires chorégraphiques, CND

Comité scientifique

  • Sarah Andrieu, MCF Danse, Université de Nice Sophia Antipolis
  • Laurent Barre, Responsable du service Recherche et Répertoires chorégraphiques, CND
  • Federica Fratagnoli, MCF Danse, Université de Nice Sophia Antipolis
  • Mahalia Lassibille, MCF danse, Université Paris8 Saint-Denis
  • Karen Nioche, doctorante Université de Nice Sophia Antipolis
  • Marina Nordera, PR danse, Université de Nice Sophia Antipolis
  • Sylvianne Pagès, MCF danse, Université Paris 8 Saint-Denis
  • Joëlle Vellet, MCF danse, Université de Nice Sophia Antipolis

Comité d’organisation 

  • Laurent Barre, Responsable du service Recherche et Répertoires chorégraphiques, CND
  • Sarah Briand, doctorante en danse, Université de Nice Sophia Antipolis
  • Gaia Clotilde Chernetich, doctorante en danse, Université de Nice Sophia Antipolis
  • Federica Fratagnoli, MCF Danse, Université de Nice Sophia Antipolis
  • Daniela Guzman, doctorante en danse, Université de Nice Sophia Antipolis
  • Elisa Lortholat, doctorante en danse, Université de Nice Sophia Antipolis
  • Bianca Maurmayr, doctorante en danse, Université de Nice Sophia Antipolis
  • Carolane Sanchez, doctorante en danse, Université de Nice Sophia Antipolis
  • Alessandra Sini, doctorante en danse, Université de Nice Sophia Antipolis
  • Joëlle Vellet, MCF danse, Université de Nice Sophia Antipolis
  • et Eurielle Desevedavy, Festival de Danse de Cannes

[Colloque] Orchestrer la nation. Musiques, danses et (trans)nationalismes

Orchestrer la nation. Musiques, danses et (trans)nationalismes Colloque international organisé à Paris

Maison des Cultures du Monde – 12 et 13 Novembre 2015

Depuis une vingtaine d’années, le développement d’un champ de recherche sur les pratiques musicales et dansées a donné naissance à un nombre considérable de monographies s’attachant à décrire la construction de mondes, de genres et de marchés musicaux, dans des Etats extra-occidentaux et postcoloniaux notamment. La musique y est présentée comme un creuset de transformations sociales, en lien avec la production de « modernités » (Erlmann, 1999) et l’urbanisation (Waxer, 2010), mais aussi comme un site central de production des nationalismes et des représentations de la nation : Peter Wade (2000) a ainsi démontré comment en Colombie, la musique permettait simultanément de construire les frontières de la nation et de s’imaginer dans le monde, tandis qu’en Tanzanie, Kelly Askew (2006) apporta des révisions considérables à la connaissance des nationalismes, en montrant que dans ce contexte où la propagation de l’écriture ne s’était pas opérée de façon générale, les sociétés de danse et de musique avaient été des véhicules majeurs pour inculquer une conscience politique et nationale à la fin de la colonisation et aux indépendances. Tout en offrant une large attention aux dialogues transnationaux sur lesquels reposent ces pratiques musicales et aux cosmopolitismes qu’elles conduisent à inventer (Turino, 2000 ; Glick-Schiller, Meinhof, 2011), différents travaux ont permis d’apporter des éclairages importants concernant les logiques de production de la nation dans des Etats postcoloniaux (à travers notamment la création des ensembles artistiques nationaux : ballets, orchestres, etc.), tandis que d’autres ont démontré, en Afrique notamment, la conjugaison entre projets nationalistes étatiques et identifications à une nation noire transnationale (Apter, 2006 ; Dorsch, 2010 ; Aterianus-Owanga et Guedj, 2014). Actuellement, l’observation des appropriations de différents genres musicaux mondialisés à des fins d’identification nationale – rap (Aterianus-Owanga, 2014), rock (Dorin, 2012), jazz (Martin et Roueff, 2002 ; Kelley, 2012), salsa (Waxer, 2010), reggae (Cooper, 2012) – démontre encore combien dans le creuset de la musique s’expriment autant des nationalismes d’Etat orientés par les politiques culturelles (Trébinjac, 2000, 2008), que des nationalismes « alternatifs » (Kiwan, 2014) ou des nationalismes « transnationaux » portés par les diasporas (Pacini, 2014).

De plus, notons qu’avec l’expansion des politiques de patrimonialisation et la quête de reconnaissance de certains Etats dans les marchés de la culture, plusieurs genres musicaux et chorégraphiques labellisés nationalement deviennent des « patrimoines » nationaux (sabar sénégalais, highlife ghanéen, salsa cubaine, champeta colombienne, tango argentin, candombe uruguayen, bharata natyam indien, etc.), parfois reconnus au PCI. Alors que les sciences humaines et les études sur les diasporas ont insisté sur la nécessité de construire un cadre théorique plus en adéquation avec le tournant global (Caillé, Dufoix, 2013), en parlant de « transnational » ou de « postnational », ces exemples soulignent combien les musiques et les danses offrent des sites d’observation privilégiés des variations que prend le nationalisme dans un monde globalisé, marqué par la complexification des réseaux de circulation et d’identification. Nous proposons dans ce colloque de réunir ce champ de recherche sur les pratiques musicales et dansées, pour discuter de la complexité des productions nationales dans un contexte de transnationalisation et de cosmopolitisation des parcours ou des identités dans la mondialisation. Il s’agira alors d’appréhender, par l’entrée musicale, les logiques de glissement, de confrontation ou de co-construction s’opérant entre nationalismes et transnationalismes dans les postcolonies.

Joan Vinckeboons, L'ile de Makian vue depuis les abords de Ngofakiaha, 1670, extrait de l'Atlas Blaeu-Van der Hem.
Joan Vinckeboons, L’ile de Makian vue depuis les abords de Ngofakiaha, 1670, extrait de l’Atlas Blaeu-Van der Hem.

Comment les musiques et les danses ont-elles pu être employées pour produire, spectaculariser et incarner une idéologie issue de l’Occident, et pour la modeler selon de nouvelles significations ? En quoi le projet nationaliste étatique (qu’il soit marqué par l’idéologie « multiethnique », « métisse », « indigéniste » ou « multiculturelle ») a-t-il été performé par ces pratiques ? A l’inverse, quels contournements des ordres étatiques ou réinventions de la nation les musiques et les danses ont-elles pu abriter ? Comment enfin, dans les situations de production, de diffusion et de réception des musiques, l’interaction complexe entre production des frontières nationales, invention de l’ethnicité et imagination du soi dans le monde s’est-elle négociée ? En partant des musiques et des danses, c’est ce faisant la question des émotions et l’approche sensible que nous pourrons interroger, afin d’appréhender la manière dont les pratiques musicales et dansées permettent de donner chair ou d’incorporer l’idéologie de la nation, d’en exprimer sa dimension affective (Stokes, 2010), ou au contraire de s’en écarter, de s’y opposer, ou d’y résister. Ce colloque souhaite réunir des travaux empiriques autant que des réflexions théoriques, en vue d’amener, par l’approche du musical, des nouveaux débats sur la production des nationalismes dans les nations postcoloniales, sur leur transnationalisation et sur les outils conceptuels les plus favorables à leur connaissance. Nous tenons à réunir pour cet événement des ethnomusicologues, anthropologues de la musique et de la danse, musicologues, historiens ou sociologues, afin de favoriser un dialogue interdisciplinaire fécond et de mobiliser diverses perspectives disciplinaires propices à une compréhension de l’intrication entre nationalismes et production musicale. Les contributions pourront se baser sur des études de cas dans les nations asiatiques, africaines ou sud-américaines, ainsi que sur les reconfigurations identitaires et musicales dans les diasporas et les migrations. En examinant les processus de longue durée sur lesquels reposent ces fabriques de nationalismes, les contributions éclaireront l’hétérogénéité des acteurs, espaces et institutions impliqués dans ce processus, tant du côté des politiques culturelles étatiques, que des marchés de diffusion et de production internationales (festivals, marchés de world-music, labels), ainsi que les technologies et les objets qui y sont mobilisés (reproduction phonographique, radio, sampling, plateformes de diffusion et de vente en ligne, etc.).

Les propositions de communication, de 250 mots maximum, devront être envoyées avant le 22 Mai 2015, accompagnées de leur bibliographie et d’une courte présentation de l’auteur (3 lignes), à l’adresse suivante : orchestrerlanation@yahoo.fr Les participants sélectionnés devront ensuite envoyer leur contribution complète trois semaines avant l’événement, de manière à faciliter le travail des discutants. Nous souhaitons vivement que les contributeurs accompagnent leurs présentations de matériaux audiovisuels. Programme prévisionnel : 22 mai : réception des candidatures 22 juin : annonce de la sélection des contributeurs 15 octobre : envoi des contributions 12 et 13 novembre : déroulement du colloque

Coordination Alice Aterianus-Owanga (Labex CAP, IIAC/LAHIC, Musée du Quai Branly, CREA) Elina Djebbari (Modern Moves, King’s College London)

Comité Scientifique :

  • Sarah ANDRIEU (CTEL, Université de Nice Sophia Antipolis)
  • Marie-Pierre GIBERT (CREA, Université Lyon 2)
  • Pauline GUEDJ (CREA, Université Lyon 2 / CIRHUS, NYU)
  • Christine GUILLEBAUD (CREM, CNRS)
  • Ananya Jahanara KABIR (Modern Moves, King’s College London)
  • Ulricke Hanna MEINHOF (University of Southampton)
  • Marissa MOORMAN (Indiana University)
  • Emmanuelle OLIVIER (CNRS, Centre Georg Simmel-UMR CNRS-EHESS 8131)
  • Catherine SERVAN-SCHREIBER (CEIAS, CNRS) Martin STOKES (King’s College London)
  • Sabine TREBINJAC (LESC, UMR 7186, CNRS)

Comité d’organisation :

  • Marta Amico (Center for World Music, Université de Hildesheim / Centre Georg Simmel, EHESS)
  • Alice Aterianus-Owanga (Labex CAP, IIAC/LAHIC, Musée du quai Branly, CREA – Lyon 2)
  • Clara Biermann (CREM / LESC – Paris Ouest Nanterre – UMR 7186 CNRS)
  • Elina Djebbari (Modern Moves, King’s College London)

Partenaires : Labex CAP – Paris / Modern Moves, King’s College London / IIAC-LAHIC / Maison des Cultures du Monde – Festival de l’imaginaire

[Annonce] PhD workshop « The Body in Cultural History »

The Body in Cultural History

 PhD workshop in Oslo, Norway, November 4.- 6. 2015

What is a human body? Biology, obviously, but also a contested site of subjectivities, identities and theories. The ways bodies are experienced, lived, conceptualized, interpreted and theorized are products of their cultural contexts as well of historically specific conditions and claims.

Carolyn Carlson, “Poems for unknowns, Designs, Dreams to realize”, Carnets et cahiers de notes. III. 5. Poèmes et dessins, 2005-2008. Gouache noire. BnF.

 *

The workshop on the Body in Cultural History invites PhD students who work on issues and aspects concerning the human body in cultural and historical contexts. Within the overall perspectives of cultural history the key concepts will be normal / pathological; discipline; body hierarchies; stigma; nutrition; biopolitics; body images; health; gender; age.

 The invited key note lecturers are:

  • Anu Korhonen is a university lecturer in European Area and Cultural Studies at the University of Helsinki in Finland, and a cultural historian working on early modern English topics.
  • Christina Lutter is a professor at the History Department, University of Vienna and PI of the project Social and Cultural Communities across Medieval Monastic, Urban, and Courtly Cultures.
  • Dag Album is a professor at the Department of Sociology and Human Geography and heads a research project on disease prestige hierarchies in medical culture.

Teachers and respondents in the discussion of texts from the PhD students will also be : professor in cultural history Anne Eriksen, professor in medical epistemology Eivind Engebretsen, professor in sociology Marit Haldar and postdoctor in linguistics / sociology Jan Grue.

The PhD students who are accepted to the workshop will be invited to present a text (for instance one chapter) related to their theses and get it discussed by the invited resource persons as well as by the entire group. They are also expected to be respondents to the work of one other participant. A reading list of approximately 600 pages will be distributed before the course. The workshop offers possibilities to meet and work across disciplinary borders, as it invites participants from social and human sciences as well as from medicine and health care.

The workshop will take place at the University of Oslo, Blindern Campus from 4th to 6th November 2015. There is no fee, but participants will be expected to pay their own travel. A grant for the stay in Oslo is offered, as well as free meals during the workshop. The workshop will welcome up to ten PhD students. Applicants are requested to send a short abstract (max 300 words) presenting their work and the issues they particularly want to discuss at the workshop. Deadline for applications is 1 July 2015. Participation at the workshop equals 5 ECTS.

[Appel] Italy and the Dance 1400-1900

Italy and the Dance

Dance in Italy, Italian Dance in Europe 1400 – 1900,

for Barbara Sparti (1932 – 2013)

25 – 29 May 2016
Burg Rothenfels am Main, Germany

 

tiepolo danceinthecountry kl

With our next symposium we would like to honour Barbara Sparti, one of the leading dance researchers of the 20th century, who died in 2013. In keeping with the central emphasis of her research activities, the highly diverse dance culture of Italy – from the final phase of the Middle Ages to the time of the Risorgimento – is to be the main theme of the symposium.

One central thematic area is to be the dance styles and forms which evolved in different regional, cultural and institutional contexts in Italy, their historical and stylistic development, their dissemination in Europe, their influence on other national dance styles, and their role (as style, as form, as cultural practice) in transmitting Italian culture in Europe. We likewise wish to examine the influences which emanated from other dance cultures (e.g. France) and left corresponding traces in Italy.
In this context, light is also to be shed on the artists who had a decisive share in this: Italian dancers, dancing masters, choreographers and teachers who worked in European palaces and major cities, spread Italian dance art in Europe and, conversely, absorbed a diversity of influences.

A further focus of the symposium will be on the Italian contribution to the development of theatrical dance in Europe. Here we wish to concentrate on the characteristics of the Italian style and its distinguishing features vis-à-vis other « national » styles, but not neglecting the relationships between theatrical dance and theatre, especially Italian opera and also the influence of the Commedia dell’arte (e.g. with reference to the use of acrobatics and pantomime) on theatrical dance.

  • What influence did the French Basse danse have on Italian dance style?
  • How widespread were Italian dances in Germany around 1500? 
  • How successful were Italian dancing masters in spreading their dance culture in Europe in the 16th century?
  • What effect did Italian dance style have on the French Ballets de cour ?
  • What is considered as « typically Italian » in dance theory discourses?
  • What insights into Italian dance culture are provided by iconography?
  • What significance did dance have in Italian opera?
  • What role was played by Italian dancers and choreographers in European theatres?
  • To what extent were wandering troupes involved in dance culture transfer in Europe?
  • How strongly did « foreign » styles influence Italian dance culture in the 18th and 19th centuries?
  • What traces of the original were left in the Baroque Forlana or Monfrina in European ballrooms?
  • What role was played by Italian folk dance in European theatrical art?
  • How did political movements such as the « Risorgi¬mento » influence Italian dance culture? 

In addition to furthering the scholarly discussion, it is a particular goal of the symposium to present to interested dancers and dance enthusiasts the state of dance research today. The symposium will offer a wide range of activities from lectures, workshops, demonstrations, a book and music exhibition to evening dancing and a festive ball with live music.

Contributions not yet presented on the topics listed above are welcome. A publication is planned and will be available at the symposium.

Contribution categories:

Lectures: Length: 25 – 30 min, followed by ca. 10 min discussion.
The lectures can also include short dance demonstrations. A publication of the papers is planned and will already be available at the symposium.
Honorarium: 200.- Euro

Research results poster: max. 60 x 80 cm
Our new exhibition of posters also enables a concise presentation of research results. The poster area specified above allows you to present, explain and discuss your research in text and illustration.
Honorarium: 50.- Euro

Workshops: Length: max. 90 min
Thematic coupling with a lecture is possible. Because they are carried out in groups of ca. 20 – 40 people, each workshop is held three times. Working materials for the participants should be prepared in advance.
Honorarium: 200.- Euro

Short performances: Length: 15 – 30 min
This category enables you to present your artistic conceptions to a specialist audience.
If possible, please send us a demonstration video.
Honorarium: Exemption from the conference fee (ca. 220.- Euro) for all performers.

Conducting evening dance classes: Length: 90 – 120 min
A program of relatively simple, easily learned social dances from the 15th to the 19th century. Each class will be offered twice, with half the conference participants attending each time. A live music group will be available for one of the classes; recordings must be used for the second class. The dances taught in these classes will serve as the basis for the final ball program.
Honorarium: 200.- Euro

Payments and expenses:

Speakers and participants in the short performances are exempted from the conference fee. Unfortunately it is not possible, besides the honorarium mentioned in each case above, to grant any further allowances on costs of accommodation or travel.

Conference language:

Presentations and workshops may be held in either German or English.

Deadline for proposals: 1 June 2015

Please submit a short summary (max. 1 page) of the planned contribution by 1 June 2015 to Markus Lehner by mail, fax, or e-mail (see below). The program committee will make its selection by 1 August 2015.

Program committee:

  • Prof. Carol G. Marsh (musicologist, editor of « Musical Theatre at the Court of Louis XIV »)
  • Prof. Alessandro Pontremoli (professor of dance history and dramatics at the University of Torino, numerous publications in the field of historical dance)
  • Dr. Irene Brandenburg (musicologist and dance scholar, director of the « Derra de Moroda Dance Archives », University of Salzburg)
  • Prof. Véronique Daniels (teacher at the Schola Cantorum Basiliensis: historical dance & notation, director of RenaiDanse)
  • Markus Lehner (author of « A manual of sixteenth-century Italian dance steps »)

Organisation: Markus Lehner, Uwe Schlottermüller

Further information on the dance conference readily available from:

Markus Lehner  Uwe Schlottermüller 
Mühlfelder Str. 18b
D-82211 Herrsching
Tel. 0049-(0)8152-5248
Fax. 08152-981509
Email: markus.lehner@online.de
Schillerstr. 6,
D-79102 Freiburg
Tel. 0049-(0)761-72990

Email: fagisis@fagisis.de

Conference site:

For decades, Rothenfels castle has served as a conference center, welcoming historical dance events in particular, and is therefore well known to many dancers and dance groups. Since the 1st Rothenfels Dance Symposium took place there in 2004, it has been its host. The oldest part of the castle, dating from the 12th century, provides a lovely atmospheric setting. The castle is situated directly on the river Main between Würzburg and Frankfurt, 7 km north of Marktheidenfeld.

Further information about the conference site:

www.burg-rothenfels.de

Verwaltung Burg Rothenfels
97851 Rothenfels
Tel. 0049-(0)9393-99999
Fax. 09393-99995
Email: verwaltung@burg-rothenfels.de

Source : http://www.historical-dance-symposium.org/

Re-imagining Dramaturgy [Appel à communication]

Re-imagining Dramaturgy: What Can Our Cutting-Edge Research Offer the Theatre Industry ?

What is dramaturgy, really ? And why should producers, playwrights, and theatre companies spend good money to hire a « dramaturg » ? More broadly, how can “academic” theatre folk add value to practical theatre work ? How can we scholars help – in a concrete way – to make better theatre ? If you are a scholar who can offer innovative practical answers to these questions, we are interested in your proposal.

« Re-Imagining Dramaturgy » is a symposium dedicated to the radical expansion of the concept traditionally known as dramaturgy, a concept we believe to be more than just historical research and textual notation. We also recognize that the field of dramaturgy is one of the few established areas in which academic work becomes legible to contemporary theatre practitioners and producers. In other words, dramaturgy is one route by which our work as academics can move beyond the pages of academic journals and into the rehearsal room. We are currently accepting proposals for short (8-10 min.) presentations to be included in a symposium on Friday, October 17, 2014, at the Snapple Theatre Center in Manhattan.

Berenice Abbott, The Science Pictures: Swinging Ball, 1982, Gelatin silver print photograph. Source : Five Colleges and Historic Deerfield Museum Consortium.
Berenice Abbott, The Science Pictures: Swinging Ball, 1982, Gelatin silver print photograph. Source : Five Colleges and Historic Deerfield Museum Consortium.

Interdisciplinary submissions are welcome and encouraged. We seek to compile strong project descriptions on the widest possible range of topics in dramaturgy — or topics that potentially could be considered under the heading of dramaturgy. Topics may include work in theatre studies, performance studies, psychology, cognitive studies, theatre technology, and arts in education, and may address the following questions:

  • How does our research demonstrate new methods of conducting dramaturgy ?
  • What are interdisciplinary studies offering to the field and how are projects across disciplines expanding traditional notions of dramaturgy ?
  • How are technology and social media expanding the realm of dramaturgy ?
  • What new approaches are being taken to audience survey ? Advertising and promotion ? New work selection ?
  • Where does education outreach fit in to theatre production and how is our research relevant ?
  • How might work in race and gender theory be useful to theatre playwrights, directors, and producers ? And how might we help the theatre industry to incorporate these insights into their practice ?

Please send your 200-word abstracts and contact information to dcalderazzo@yahoo.com and dandinero@nyu.com no later than September 2nd, 2014. For more info and registration, please visit www.re-imaginingdramaturgy.com

Appel à communication « Les circulations musicales et théâtrales en Europe, vers 1750­-vers 1815 » – Nice, 20-21­-22 novembre 2014

Appel à communication

Colloque international

« Les circulations musicales et théâtrales en Europe, vers 1750­-vers 1815 » – Nice, 20-21­-22 novembre 2014

Avec le concours du Centre de la Méditerranée Moderne et Contemporaine-MSHS Université Nice Sophia Antipolis, de l’Institut Universitaire de France, de l’Institut de Recherches sur l’Histoire du Septentrion Université Charles de Gaulle Lille 3, de l’Université d’Helsinki.

Comité d’organisation : Pierre-Yves Beaurepaire (Université Nice Sophia Antipolis-CMMC et Institut Universitaire de France), Rahul Markovits (École Normale Supérieure), Mélanie Traversier (Université Charles de Gaulle Lille 3, l’Institut de Recherches sur l¹Histoire du Septentrion), Charlotta Wolff (Université d’Helsinki)

Argumentaire scientifique :

Dans l’Europe du dix-huitième siècle, la mobilité des artistes est un fait établi, et les milieux musicaux et théâtraux sont fortement cosmopolites. A l’époque où le classicisme musical, la comédie de mœurs, l’opéra bouffe et l’opéra-comique façonnent le goût, commence à se constituer un répertoire dramatique et musical commun aux diverses parties de l’Europe urbaine. Du point de vue de l’artiste ou de l’amateur-collectionneur, la pratique musicale, tout comme le voyage, la correspondance ou la sociabilité littéraire, a une dimension formatrice et transfrontalière. Mieux encore, la musique elle-même semble offrir un de ces idiomes universels dont rêvent certains philosophes de l’époque. La musique et le théâtre sont bien plus que des loisirs ; ils sont aussi des expressions identitaires tout comme des objets de commerce et d’investissements.

L’objectif de cette rencontre est d’étudier, dans une perspective d’histoire culturelle, la circulation des matières musicales et théâtrales dans Europe de la seconde moitié du dix-huitième siècle, y compris la période révolutionnaire. La rencontre étant interdisciplinaire, l’attention pourra se porter, par exemple,

  • sur les canaux de la circulation musicale et dramatique, de la diffusion des partitions à la mobilité des artistes, aux réseaux et structures de la mobilité ;
  • sur les types d’œuvres largement diffusés (opéras, opéras-comiques, comédies et vaudevilles) et ayant formé le goût du public européen ; sur les agents transmetteurs (diplomates, collectionneurs, imprésarios, artistes, traducteurs) et les mécanismes de réception et d’appropriation ;
  • sur les adaptations et transformation des thèmes dramatiques et musicaux, des œuvres et du goût ;
  • sur les aspects cosmopolites et transfrontaliers des milieux et pratiques musicaux et théâtraux plus généralement.

Le français et l’anglais seront les deux langues du colloque.

Organisation matérielle du colloque :

Le comité d’organisation prend à sa charge l’hébergement des participants à concurrence de deux nuits et leur restauration sur place, le déplacement restant à leur charge. Lorsqu’un participant n’a pu obtenir sa prise en charge par son institution de rattachement, il pourra à titre exceptionnel bénéficier d’une prise en charge forfaitaire des frais de déplacement, sur présentation des titres de transport accompagnés de la facture réglée.

Envoi des propositions de communication :

Les propositions de communication, qui ne doivent dépasser 2 000 signes, sont à envoyer, accompagnées d’un bref curriculum vitae, à Pierre-Yves Beaurepaire (pybeaurepaire@gmail.com), Rahul Markovits (rahul.markovits@ens.fr), Mélanie Traversier (melanie.traversier@wanadoo.fr) et Charlotta Wolff (charlotta.wolff@helsinki.fi) au plus tard le 10 mai 2014.

*

Call for papers

International colloquium

Musical and theatrical circulations in Europe, ca. 1750­ca. 1815

Nice, 20-21-­22 November 2014

With the support of the Centre de la Méditerranée Moderne et Contemporaine-MSHS Université Nice Sophia Antipolis, Institut Universitaire de France, Institut de Recherches sur l’Histoire du Septentrion Université Charles de Gaulle Lille 3, University of Helsinki.

Organising committee:

Pierre-Yves Beaurepaire (Université Nice Sophia Antipolis-CMMC and Institut Universitaire de France), Rahul Markovits (École Normale Supérieure), Mélanie Traversier (Université Charles de Gaulle Lille 3, Institut de Recherches sur l’Histoire du Septentrion), Charlotta Wolff (University of Helsinki)

Background and scope:

Artistic mobility was an established fact in eighteenth-century Europe, where musical and theatrical milieus were strongly cosmopolitan. In a period when musical classicism, comedy of manners, buffa and opéra comique contributed to shaping taste, a dramatic and musical repertoire common to the diverse parts of Europe was emerging. From the artist’s or the connoisseur’s point of view, musical practice, like travelling, letter writing or literary sociability, had an educating and border-crossing dimension. Moreover, music itself seemed to appear as one of the universal idioms imagined by the philosophers. Music and drama were far from being pastimes only; they were also expressions of identity as well as objects of trade and investments.

The aim of this gathering is to study the circulation of musical and theatrical matters in the Europe of the second half of the eighteenth century, including the revolutionary period, from a perspective of cultural history. As the colloquium is interdisciplinary, possible topic may include, for instance:

  • the channels of musical and dramatic circulations, from the diffusion of scores to the mobility of the artists, as well as the networks and structures of mobility;
  • the types of works largely diffused (operas, opéras-comiques, comedies and vaudevilles) and having shaped the taste of European audiences;
  • the agents of transmission (diplomats, amateurs, impresarios, artists, translators) and the mechanisms of reception and appropriation;
  • adaptations and transformation of dramatic and musical themes, works and taste;
  • cosmopolitan and border-crossing aspects of musical and theatrical milieus and practices more generally.

The languages of the colloquium are French and English.

Material organisation:

The organising committee will provide for accommodation for two nights as well as for the meals. Travels are at the participants’ expense. If a participant is unable to have her or his travel expenses covered by her or his institution of affiliation, the organisers can exceptionally consider refunding them on presentation of the tickets and receipts.

Proposals:

Please send your paper proposal of max. 2 000 signs, accompanied by a short curriculum vitae, to Pierre-Yves Beaurepaire (pybeaurepaire@gmail.com), Rahul Markovits (rahul.markovits@ens.fr), Mélanie Traversier (melanie.traversier@wanadoo.fr) and Charlotta Wolff (charlotta.wolff@helsinki.fi) by 10 May 2014.

*

Appel à communication « Échanges et transferts entre deux cultures : France et Espagne au temps de Philippe V »

Université Bordeaux Montaigne – Appel à communication. Colloque international (projet ALFRES soutenu par le Conseil Régional d’Aquitaine), Laboratoire CEMMC- EA 2958, 13-14-15 novembre 2014, en partenariat avec le Centre Roland Mousnier de l’Université Paris-Sorbonne, le CSIPM de l’Universidad Autónoma de Madrid, la Société des Sciences, Lettres et Arts de Bayonne.

*

478px-AnneMariedeLaTremoille
Portrait présumé d’Anne-Marie de La Trémoille, princesse des Ursins (1641-1722), attribué à René Antoine Houasse (1645-1710), vers 1670, Musée Condé.

*

Échanges et transferts entre deux cultures : France et Espagne au temps de Philippe V

En 1700, le duc d’Anjou, petit-fils de Louis XIV, fut désigné comme le successeur du roi d’Espagne. Il prit ainsi la route vers Madrid en février 1701 afin de rejoindre ses nouveaux royaumes. Ce voyage qui le conduisit vers la frontière franco-espagnole des Pyrénées ne constituait pas une nouveauté. Les différentes unions entre les princes français et espagnols au cours des XVIe et XVIIe siècles ont contribué à faire de l’ancienne Aquitaine une voie et un espace naturel d’échange entre les deux pays. Si ces voyages princiers méritent à eux seuls d’être analysés dans leur dimension locale, c’est-à-dire comment ils furent vécus et interprétés par les sociétés d’alors, ils invitent également à s’interroger plus largement sur les transferts culturels, politiques et sociaux, auxquels ils ont donné lieu.

Ces unions matrimoniales offraient, par exemple, l’occasion d’introduire des nouveautés, des usages culturels et des pratiques sociales d’un autre pays. Dans le cas du duc d’Anjou, devenu Philippe V en 1700, il a longtemps été admis que son règne jusqu’au milieu du XVIIIe siècle fut marqué par de nombreuses innovations politiques, administratives et culturelles. Si cette conception a pu être largement nuancée par l’apport des historiens espagnols et français, cette analyse mérite aujourd’hui d’être poursuivie. En effet, il apparaît opportun de diffuser les acquis d’une recherche dont les interrogations demeurent nombreuses. Il serait ainsi pertinent de s’interroger au cours de ce colloque sur les relations entre la France et l’Espagne de la première moitié du XVIIIe siècle et sur les conséquences à long terme de l’avènement de Philippe V à la couronne d’Espagne. On peut suggérer plusieurs axes de recherche.

1– Clientèles et lignages
Le premier consiste à enquêter sur les entourages encore méconnus de Philippe V, de ses épouses et de ses fils. Au delà du seul personnel politique, aujourd’hui bien connu, on peut s’interroger sur les pratiques et les usages courtisans qui ont pu être modifiés ou sur les changements qui ont affecté les clientèles des hommes et des femmes de pouvoir. Le changement dynastique a été également mis à profit par plusieurs familles situées dans les zones frontalières. Ainsi, une adaptation des stratégies familiales au nouveau contexte a déjà été souligné dans les Pays-Bas espagnols. Des lignages se sont adaptés au bouleversement des relations franco-espagnoles en profitant des nouveaux liens qui unissaient désormais les monarchies françaises et espagnoles. Plusieurs mariages unissant des familles des Pays-Bas espagnols et du royaume de France illustrent ainsi une volonté de rapprochement ou de saisir l’opportunité du changement dynastique[1]. Ce questionnement mériterait d’être poursuivi et comparé aux cas des familles installées de part et d’autre des Pyrénées. En d’autres termes, il s’agit de rechercher les effets et les conséquences de l’installation du duc d’Anjou sur le trône espagnol pour les sociétés française et espagnole.


2- Femmes françaises, femmes espagnoles dans l’entourage de Philippe V

Le début du règne de Philippe V s’accompagne de la mise à l’écart suivi de l’exil en Fran ce, à Bayonne, de la veuve de Charles II de Habsbourg, Marie-Anne de Neubourg, où elle vécut plus de vingt ans et reconstitua, selon certains témoignages, une petite cour très active. La vie que mena la reine douairière en Aquitaine, les voyages qu’elle y effectua, notamment à Pau pour y rencontrer Elisabeth Farnèse en 1714, méritent d’être réexaminés en profondeur, à partir des archives locales, en collaboration avec la très active Société des sciences, lettres et arts de Bayonne.
La place de la princesse des Ursins, camarera mayor de la reine d’Espagne, Marie Louise de Savoie, dans l’intimité du couple royal entre 1701 et 1714 mais également dans les relations entre les cours française et espagnole, en fait la figure la plus connue de l’entourage féminin d’origine fran&cce dil;aise de Philippe V. Son rôle est éclairé par l’édition récente de la correspondance croisée entre la princesse et son amie Mme de Maintenon, établie par Marcel Loyau, mais limitée à l’année 1709[2]. Au-delà de cette figure emblématique, il conviendrait de d’intéresser aux autres femmes qui gravitent dans l’entourage du souverain, qu’elles soient françaises, dans la première partie du règne, espagnoles, ou bien même italiennes -à des fins de comparaisons-, après le remariage du monarque avec Elisabeth Farnèse en 1714. L’objectif étant d’abord de réfléchir à la nature de l’influence de ces femmes, mais également aux réseaux dans lesquelles elles s’insèrent sans oublier de les replacer dans l’optique d’un rôle transfrontalier dans un processus de construction, dès le XVIIIe siècle, d’un espace européen à l’instar d’un colloque récent[3].

3- Échanges culturels entre France et Espagne
Si les changements dans l’exercice et l’organisation du pouvoir monarchique résultant de l’arrivée des Bourbons sur le trône espagnol ont été amplement étudiés par les historiens, les transferts culturels entre les deux royaumes, entre les deux cours en particulier, doivent être repris de manière plus systématique. Si le palais de La Granja est toujours cité comme l’une des copies du modèle versaillais, il convient de revenir sur les goûts « français » du roi que ce soit en matière d’architecture, de peinture, de sculpture, de musique (opéra français, musique de chambre), sur les institutions culturelles d’inspiration française que sont les Académies royales fondées par Philippe V mais aussi sur l’étiquette de la cour et la pratique de la langue. Il conviendra d’élargir le regard sur l’influence française au-delà des beaux-arts, en direction de la littérature et du théâtre, de la danse, de la mode, de l’alimentation et des arts de la table mais aussi de l’éducation. Sur ce dernier point, pourraient être examinées les influences de l’éducation reçue par le duc d’Anjou à la cour de France sur les choix faits pour ses propres enfants. On ne saurait cependant raisonner uniquement en termes d’influences, de modèles qui, dans ces différents domaines, ont pu être copiés, il faut aussi examiner les adaptations aux usages, aux habitudes, mais aussi aux goûts et aux réalités socio-politiques de l’Espagne afin de déceler les formes d’hybridations culturelles entre les deux espaces curiaux, voire les deux sociétés vivant de part et d’autre des Pyrénées.

Comité d’organisation
Guillaume Hanotin, maître de conférences en histoire moderne,
Université Bordeaux-Montaigne
Dominique Picco, maîtresse de conférences en histoire moderne,
Université Bordeaux-Montaigne

Comité scientifique :
Comité scientifique :
Marie-Bernadette Dufo urcet-Hakim, professeur de musicologie, Université Bordeaux-Montaigne
Alain Hugon, Université de Caen
Philippe Loupès, professeur d’histoire moderne, Université Bordeaux-Montaigne
María de Los Angeles Pérez Samper, Universitat de Barcelona
Géraud Poumarède, professeur d’histoire moderne Université Bordeaux-Montaigne
Josette Pontet, professeur d’histoire moderne, Université Bordeaux-Montaigne

Les propositions de communication (3000 signes maximun, espace compris) sont à renvoyer avant le 1er mai 2014 aux organisateurs
guillaume.hanotin@u-bordeaux3.fr
ET dominique.picco@u-bordeaux3.fr.

Elles doivent être accompagnées d’une bio-bibliographie de l’auteur(e). Les réponses seront données vers le 15 mai.

[1] Thomas Glesener, La garde du Roi : pouvoirs, élites et nations dans la monarchie hispanique (1700-1823), thèse de doctorat sous la direction de Michel Bertrand et Franz Bierlaire, Université de Toulouse-Le Mirail, 2007, 2 vols., t. I, p. 60-61.
[2] Madame de Maintenon et la princesse des Ursins, Correspondance, 1709 une année tragique, éd. M. Loyau, Paris, Mercure de France, 2002. Voir également Lettres de Madame de Maintenon, vol. III, IV et V, Paris, Honoré Champion, 2011 et 2013.
[3] Guyonne Leduc, sous la dir. de, préface de Suzan Van Dijk, Rôles transfrontaliers joués par les femmes dans la construction de L’Europe, Paris, L’Harmattan 2012.