Archives de catégorie : Corps

Séminaire de recherche ‘Le genre de l’imagination et l’art de la danse’

[Annonce de communication]

Elizabeth Claire, Historienne (CNRS, EHESS-CRH)

effectuera une communication intitulée

‘Le genre de l’imagination et l’art de la danse (1754-1811)’

 

Institut Emilie du Châtelet, 30 septembre 2016, Jardin des Plantes, Grand amphithéâtre d’entomologie, 43 rue Buffon (Paris 5e), 14h-16h.

Présentation

À l’aube du 19e siècle, l’Europe est saisie d’un phénomène de dansomanie liée à l’introduction des danses de couple-fermé dont la valse, la sauteuse et d’autres formes qui privilégient une rotation perpétuelle du couple pendant le temps d’une danse. Le débat se concentre sur l’engouement enthousiaste et collectif pour ces danses modernes, et porte principalement sur les effets néfastes sur l’imagination des valseuses appartenant à une «jeune génération» de danseurs.  Les effets préoccupants de ces pratiques de bal sont des accidents de santé divers liés à l’imagination malade : le vertige, l’avortement, la folie et même la mort subite. La mobilisation de cette faculté de la connaissance par les médecins et moralistes de l’époque se démarque des discours philosophiques sur la danse dans la dernière moitié du 18e siècle (Noverre, Cahusac, Diderot) où l’imagination et l’enthousiasme sont sollicités pour légitimer le projet du ballet «d’action» comme un art imitatif.

Une question de genre se pose : pourquoi une imagination chauffée par la pratique du bal condamnerait des danseuses à des états pathologiques lorsque le maître du ballet accède, par le biais du même phénomène, au statut de génie artistique, auteur de compositions «modernes» qui révolutionne la scène de l’Opéra ? Notre enquête sur l’histoire de l’imagination et l’art de la danse cherche à faire état de cet écart et des répercutions sur la sociabilité du corps féminin en jeu dans la révolution socio-politique en Europe.

unnamed

Elizabeth Claire, historienne et chargée de recherche au CNRS, est membre fondateur de l’Atelier d’histoire culturelle de la danse (CRAL) ainsi que membre associé au Centre de recherches sur les Arts et le Langage. Avec les membres de l’Atelier, elle co-anime au sein de l’EHESS, depuis 2009, le séminaire «Histoire culturelle de la danse» qui vise à promouvoir l’approche culturaliste dans les études en histoire de la danse. Elle co-anime également un séminaire sur l’Histoire du genre dans les arts vivants avec Catherine Deutsch (Paris-Sorbonne) et Raphaëlle Doyon (Univ. de Paris 8). En collaboration avec Béatrice Delaurenti (CRH), Koen Vermeir (CNRS-SPHERE), et Roberto Poma (UPEC), elle organise des colloques internationaux et un séminaire sur l’histoire de la force de l’imagination du XVe-XVIIIe siècles.

*

Sélection des publications d’Elizabeth Claire sur ce sujet:

– «A Moral Defence of the Regency Ballroom – vide Wilsons Rooms», European Drama and Performance Studies No. 8 : Danse et morale. Une approche généologique, Marie Glon et Juan Ignacio Vallejos (dir.), Sabine Caouche (éd.), Éd. Classiques Garnier, [à paraître, 2017].

– «Inscrire le corps révolutionnaire dans la pathologie morale : la valse, le vertige, et l’imagination des femmes», Orages. Littérature et culture 1760-1830 : Sexes en Révolution (No 12), Florence Lotterie, Pierre Frantz (dir.), Olivier Bara (éd.), mars 2013, pp. 87-109.

– «Walzliebelust: vertigine e sogno di egualitarismo», Immaginari corporei e rappresentazioni di genere tra danza, scrittura e società, a cura di Susanne Franco, Nuove frontiere per la storia di genere. Atti del V Congresso della Società Italiana delle Storiche (Napoli 28-30 gennaio 2010), a cura di Laura Guidi e Maria Rosaria Pellizzari, Webster Press de l’Università di Salerno, Padova, 2013, pp. 223-228.

– «La Dansomanie, une expression symptomatique, entre ballet et bal au Théâtre de la République et des Arts», Roxane Martin, Marina Nordera (dir.), Les arts de la scène à l’épreuve de l’histoire, Paris, Honoré Champion, coll. « Colloques, Congrès et Conférences » dirigée par Jean Bessière, 2011, pp. 357-371.

– «Monstrous Choreographies: Waltzing, Madness & Miscarriage», Studies in Eighteenth Century Culture, Linda Zionkowski (dir.), Johns Hopkins University Press, 38: 2009, pp. 199-235.


Télécharger la présentation PDF sur le site Institut Emilie du Châtelet.

Source : Institut Emilie du Châtelet

Incorporer la danse en passant par l’écrit

Dans le cadre du colloque Incorporations à la puissance deux : le corps social et ses phénotypes littéraires, organisé par Karin Peters (JGU Mainz/FMSH), Laurence Giavarini (Université de Bourgogne/Grihl), Sophie Houdard (Sorbonne nouvelle-Paris 3/Grihl) et Dinah Ribard (EHESS-CRH/Grihl),

Marie Glon réalisera le 26 juin prochain une communication

« Incorporer la danse par l’écrit.

Le projet des « danses gravées » au XVIIIe siècle »

Carolyn Carlson, « Poems for unknowns, Designs, Drems to realize », (détail), Fonds Carolyn Carlson. IV. Carnets et cahiers de notes. IV.5. Années 2000. Poèmes et dessins, 2005-2008, Bibliothèque nationale de France.

 

Lieu : EHESS, 96 bd Raspail, Paris 6, salle Lombard.

Venez nombreuses et nombreux !


Le programme détaillé du colloque Incorporations à la puissance deux : le corps social et ses phénotypes littéraires

[Annonce] PhD workshop « The Body in Cultural History »

The Body in Cultural History

 PhD workshop in Oslo, Norway, November 4.- 6. 2015

What is a human body? Biology, obviously, but also a contested site of subjectivities, identities and theories. The ways bodies are experienced, lived, conceptualized, interpreted and theorized are products of their cultural contexts as well of historically specific conditions and claims.

Carolyn Carlson, “Poems for unknowns, Designs, Dreams to realize”, Carnets et cahiers de notes. III. 5. Poèmes et dessins, 2005-2008. Gouache noire. BnF.

 *

The workshop on the Body in Cultural History invites PhD students who work on issues and aspects concerning the human body in cultural and historical contexts. Within the overall perspectives of cultural history the key concepts will be normal / pathological; discipline; body hierarchies; stigma; nutrition; biopolitics; body images; health; gender; age.

 The invited key note lecturers are:

  • Anu Korhonen is a university lecturer in European Area and Cultural Studies at the University of Helsinki in Finland, and a cultural historian working on early modern English topics.
  • Christina Lutter is a professor at the History Department, University of Vienna and PI of the project Social and Cultural Communities across Medieval Monastic, Urban, and Courtly Cultures.
  • Dag Album is a professor at the Department of Sociology and Human Geography and heads a research project on disease prestige hierarchies in medical culture.

Teachers and respondents in the discussion of texts from the PhD students will also be : professor in cultural history Anne Eriksen, professor in medical epistemology Eivind Engebretsen, professor in sociology Marit Haldar and postdoctor in linguistics / sociology Jan Grue.

The PhD students who are accepted to the workshop will be invited to present a text (for instance one chapter) related to their theses and get it discussed by the invited resource persons as well as by the entire group. They are also expected to be respondents to the work of one other participant. A reading list of approximately 600 pages will be distributed before the course. The workshop offers possibilities to meet and work across disciplinary borders, as it invites participants from social and human sciences as well as from medicine and health care.

The workshop will take place at the University of Oslo, Blindern Campus from 4th to 6th November 2015. There is no fee, but participants will be expected to pay their own travel. A grant for the stay in Oslo is offered, as well as free meals during the workshop. The workshop will welcome up to ten PhD students. Applicants are requested to send a short abstract (max 300 words) presenting their work and the issues they particularly want to discuss at the workshop. Deadline for applications is 1 July 2015. Participation at the workshop equals 5 ECTS.

[Parution] Étranges artistes sur la scène des Folies-Bergère, 1871-1936

Nous signalons la parution d’un ouvrage de Nathalie Coutelet aux Presses Universitaires de Vincennes qui intéressera sans doute les historiens de la danse :

Étranges artistes sur la scène des Folies-Bergère, 1871-1936

 *

De 1871 à 1936, des débuts de la IIIe République au Front populaire en passant par la « Belle Époque » et les « Années folles », les Folies-Bergère dominent le monde du music-hall parisien. Elles exploitent l’engouement pour les diversités anthropologiques, en mettant l’accent sur l’étrangeté et sur l’anormalité. On peut y applaudir des exhibitions de curiosités, telles que les femmes-canons, les hercules ou les géants, y découvrir des numéros « circassiens » ou redécouvrir la tradition des fêtes foraines avec la présence de femmes à barbe, de contorsionnistes et d’hommes-troncs. Les danseurs, qui deviennent une partie essentielle du spectacle à partir du début du xxe siècle, apportent 
à leur tour des pratiques nouvelles, étranges tout autant qu’étrangères. Dans ce couple antinomique de fascination et de dégoût se construit l’immense succès des Folies-Bergère et de leur revue à grand spectacle, que l’auteur analyse au prisme de l’attitude de la population vis-à-vis des formes variées de l’étrangeté.

7365355-11340238

Nathalie Coutelet enseigne au département théâtre de l’université Paris 8. Spécialiste du spectacle populaire, elle a notamment publié «Démocratisation du spectacle et idéal républicain (2011) » et 
travaille sur l’histoire du spectacle et de la mise en scène au tournant du XIXe et du XXe siècle.

Former un danseur-lecteur

Séminaire 2014-2015 
Institut Interdisciplinaire d’Anthropologie du Contemporain
Séminaire de l’axe culture

Evelyne Ribert, Sylvie Sagnes 
*

EHESS, 2e jeudi du mois de 17 h à 19 h (salle 8, 105 bd Raspail 75006 Paris) 
 
 

La première rencontre aura lieu jeudi 13 novembre, de 17h à 19h, salle 8 au 105 bd Raspail

 

La discussion portera sur une partie de la thèse de Marie Glon :

 Doctorante EHESS
IIAC – Equipe CEM
 
 « Former un danseur-lecteur : audaces et angoisses vis-à-vis d’une autonomie inédite (XVIIIe siècle) »
 

Discutant :
 
Sophie Maisonneuve  
 Maîtresse de conférence, Université Paris Descartes, Sorbonne Paris Cité
IIAC – Equipe LAHIC
 
Résumé : Dans sa thèse d’histoire (Les Lumières chorégraphiques. Les maîtres de danse européens au cœur d’un phénomène éditorial (1700-1760), sous la direction de Georges Vigarello, soutenance en décembre prochain), Marie Glon cherche à comprendre le mouvement d’édition qui se déploie en Europe, durant deux tiers de siècle, à partir de la Chorégraphie – « art de décrire la danse » dont les principes sont publiés à Paris en 1700. Grâce à cet art scripturaire sont publiées plusieurs centaines de « danses gravées », objets à la lisière de l’écriture et de l’image, dont le déchiffrage est destiné à mettre en mouvement le corps de l’usager. Lors de cette séance, elle se penchera sur les utilisations de ces « danses gravées » et sur les débats qu’elles ont occasionnés, qui révèlent des expériences novatrices quant à l’autonomie du lecteur-danseur postulé par ces objets. 

 *

Au nombre des quatre axes transversaux qui structurent l’IIAC, l’axe Culture privilégie, parmi les définitions qui s’attachent à son objet, celle qui entend la culture au sens d’un ensemble de biens, mis à distance physiquement et symboliquement. Observable aux quatre coins du monde, le geste de dissociation et d’élection qui préside à son instauration offre le spectacle d’une véritable mutation anthropologique, diversement saisissable : par les réceptacles de la valeur culturelle (notamment les arts et le patrimoine) ; par les enjeux politiques constitutifs des processus d’institution ; par, enfin, le regard réflexif que nous pouvons porter sur notre propre discipline en tant qu’actrice de cette démarcation. Attentif à rendre compte de ce vaste éventail d’approches, le séminaire de l’axe se veut un lieu et un moment de rencontres et d’échanges, autour de travaux, individuels ou collectifs, en voie de finalisation (thèses, rapports de recherche, ouvrages, essais, films). S’y exprimeront, aussi bien à titre d’intervenants que de discutants, doctorants, post-doctorants et chercheurs du laboratoire.

Érotisme et sexualité dans les arts du spectacle

ÉROTISME ET SEXUALITÉ
DANS LES ARTS DU SPECTACLE

RÉSEAU ARTS DU SPECTACLE ET ETHNOSCÉNOLOGIE

JEUDI 23 & VENDREDI 24 OCTOBRE 2014

MSH Paris Nord
Salle de conférences
4 rue de la Croix Faron
93210 La Plaine Saint-Denis

ob_2dc6bf_ros-v1209-copie

Jeudi 23 octobre

8:00 – 9:00 Accueil des participants

Animatrice / Modératrice : Corinne Mathou (doctorante, Université Paris 8)

9:00 – 10:30 : AN ETHNOSCENOLOGIST’S DILEMMA : CHARTING SEX-TOURISM IN WEIMAR BERLIN AND PRE-MARTHE RICHARD’S PARIS, Professeur Mel Gordon (Université de Berkeley)

10:30 – 10:40 Pause

10:45 – 11:30 : LA MISE EN SCÈNE DE L’ORGASME SUR LES SCÈNES POSTPORNOGRAPHIQUES, Professeur Bernard Andrieu (CETAPS / Université de Rouen)

11:30 – 12:15 : L’OEIL, LA SCÈNE ET LA HANTISE DU SEXE, Professeur Jean-Marie Pradier (Université Paris 8)

12:15 – 12:30 Discussion
12:30 – 13:30 Déjeuner

Animatrice / Modératrice : Christelle Taraud, (Docteur en histoire, Universités Paris 1 & Paris 4)
13:30 – 13:50 : LES « LOTUS D’OR » EN SCÈNE : DE L’ÉROTISME DANS LE JINGJU EN CHINE, Éléonore Martin (Doctorante, Université Paris 8/ATER, Université de La Rochelle)

13:50 – 14:10 : L’ESPACE ÉROTIQUE DANS « LE JARDIN PARFUMÉ », Yassine Ouni (Doctorant, Institut Supérieur d’Art Dramatique de Tunis)

14:10 – 14:30 : L’EXPRESSION DE LA SENSUALITÉ DANS LE THÉÂTRE CONTEMPORAIN IRANIEN, Nathalie Matti (Doctorante, Université Paris 8)

14:30 – 14:50 Pause

14:50 – 15:10 : LA POST-PORNOGRAPHIE DANS LE SPECTACLE VIVANT. UN OBJET DE RECHERCHE CORPOREL, POLITIQUE ET SCIENTIFIQUE, Émilie Landais (Doctorante, CREM / Université de Lorraine)

15:10 – 15:30 : L’ÉROTISATION DES CORPS JUGÉS « HORS NORMES » DANS LES ARTS DU SPECTACLE, Charlotte Ricci (Doctorante, Université Paris 8)

15:30 – 15:50 : FANTASMES D’INCARNATION ET IMAGINAIRE ÉROTIQUE DANS LE CINÉMA D’ANIMATION, Inès Jerray (Docteur en arts, Université d’Artois / Institut Supérieur des Arts et Métiers de Kairouan)

15:50 – 16:10 Pause

16:10 – 16:30 : L’ANCRAGE D’UNE RÉPUTATION ÉROTIQUE DANS LE SÉGA MAURICIEN : DE CADENCER À DANSER « ZIP EN LER », Eglantine Gauthier (Doctorante, CEIAS / EHESS)

16:30 – 16:50 : ÉROTISME OU VERTU MORALE ? LE CAS DES REPRÉSENTATIONS DE LA DANSE ODISSI À BHUBANESWAR EN INDE, Barbara Curda (Docteur en anthropologie, Université Clermont-Ferrand 2)

16:50 – 17:10 : INCARNER LE SENTIMENT ÉROTIQUE : RÉCITS, PERFORMANCES ET FANTASMES DANS LA DANSE DE MOHINI L’ENSORCELEUSE (INDE DU SUD), Corinne Mathou (Doctorante, Université Paris 8)

17:10 – 17:40 : DÉBAT THÉÂTRAL : SEXUALITÉ, PRÉVENTION SIDA ET HOMOPHOBIE, Maria Villacis (Comédienne, Compagnie Théâtrale Entrées de Jeu)
17:40 – 18:00 Discussion

Vendredi 24 octobre

8:00 – 9:00 Accueil des participants
Animateur / Modérateur : Pierre Philippe-Meden, (Docteur en études théâtrales/ethnoscénologie, Université Paris 8)

09:00 – 09:20 ARCHÉOLOGIE DU STRIP-TEASE EN FRANCE DE 1870 À 1914 : L’ÉROTISATION MASSIVE DES SPECTACLES ET L’APPARITION DU « DÉSHABILLÉ AU THÉÂTRE » DURANT LA BELLE ÉPOQUE, Livia Suquet (Doctorante, Université Paris 3)

09:20 – 09:40 MISE EN SCÈNE DE LA VIOLENCE ÉROTISÉE : LA SCÈNE DU FANTASME DE GISÈLE VIENNE, Margot Dacheux (Doctorante, Université Paris 3)

9:40 – 10:00 L’ÉROTIQUE FÉMININ PERFORMÉ : ENTRE DISTANCE ET FICTION DE SOI, Alice Gervais-Ragu (Doctorante, Université Paris 8)

10:00 – 10:20 NUDITÉ ET ÉROTISME : QUELLE RELATION DANS LA DANSE CONTEMPORAINE SUISSE ?, Claire Vionnet (Doctorante, FNS)

10:20 – 10:40 Pause

10:40 – 11:10 ÉROS, HÉROS DU MUSIC-HALL, DE LA BELLE ÉPOQUE AUX ANNÉES FOLLES, Nathalie Coutelet (Maître de conférences, Université Paris 8)

11:10-11:30 DES FEMMES À POILS : CONSTRUCTION ESTHÉTIQUE DES DANSEUSES DE REVUE, LEUR INFLUENCE SUR LE STRIP-TEASE, RÉSONANCE DANS LA VIE QUOTIDIENNE, Sylvie Perault (Enseignante-chercheuse, Universités Paris 3 & Paris 8 / ENSATT)

11:30 – 11:50  DU CORPS DE L’ACTRICE AUX « PIÈCES À FEMMES » : SEXUALITÉ, ÉROTISME ET INDUSTRIE DU SPECTACLE AU XIXe Lola Gonzalez-Quijano (Post-doctorante, LARHRA/Université Lyon 2)

11:50 – 12:10 LES PROJECTIONS DE L’IMAGINAIRE ÉROTIQUE DES SPECTATEURS DU DÉBUT DU XXe EN TOURNÉE À L’ÉTRANGER, Gabriele Sofia (Docteur en études théâtrales/ATER, Université Montpellier 3)

12:10 – 12:30 Discussion
12:30 – 13:30 Déjeuner

Animateur / Modérateur : Tiziana LEUCCI, (Chargée de recherche, CEIAS, EHESS/CNRS)

13:30-14:00 CARICATURE, CABOTINAGE ET CAMPING SAUVAGE : ESSAI DE GÉNÉALOGIE DES IMAGINAIRES DE L’HOMOSEXUALITÉ DANS LES ARTS VIVANTS, Jean-Yves Le Talec (Sociologue, CERTOP-SAGESSE, Université Toulouse 2)

14:00 – 14:20 LE MISS VENEZUELA : UN SPECTACLE GAI, KITSCH ET CAMP, Paul Forigua Cruz (Doctorant, Université Paris 8)

14:20 – 14:40 LES CHEIKHATES DU MAROC : CET ENTRE-DEUX DU DÉSIR, Rachid Mountasar (Enseignant, Université Sidi Mohamed Ben Abdellah Fès)

14:40 -15:00 MISES EN SCÈNE DE LA PASSION ÉROTIQUE : MESA ET YSÉ. « PARTAGE DE MIDI » (ACTE II) DE PAUL CLAUDEL, Hyun-Joo Lee (Docteur en études théâtrales/ethnoscénologie, Université Paris 8)

15:00 – 15:20 Pause

15:20 – 15:40 JEAN-LOUIS BARRAULT OU LE THÉÂTRE COMME MÉTAPHORE DE L’ART SEXUEL, Vincenzo Mazza (Docteur en études théâtrales, Université Paris 10)

15:40 – 16:00 DU CORPS SACRÉ AU CORPS ÉROTIQUE, Shu-Ping Huang (Doctorante, Université Paris 8)

16:00 – 16:20 NÉGATION ET ÉVOCATION : L’ÉROTISME AU SEIN DE L’ODIN TEATRET, Arianna Berenice De Sanctis (Docteur en études théâtrales/ethnoscénologie, Université Paris 8)

16:20 – 16.40 LE POUVOIR DE L’ÉROTISME DANS L’OEUVRE DE JAN FABRE, Sophie Rieu (Doctorante, RIRRA 21, Université Montpellier 3)

16:40 – 17:00 Discussion
17:30 – 18:00 Pot de clôture

18:00 – 19:00 Départ pour le MUSÉE DE L’ÉROTISME, 72 boulevard de Clichy 75018 Paris (visite libre)

*

RESPONSABLES SCIENTIFIQUES

Paul Forigua Cruz (Doctorant Université Paris 8)
Pierre Philippe-Meden (Dr. Université Paris 8)

COMITÉ SCIENTIFIQUE

Pr. Bernard Andrieu (Université de Rouen)
Dr. Mahfoudh Ben Abdeljelil (Université de Monastir)
Dr. Nathalie Coutelet (Université Paris 8)
Pr. Vincent Durand-Dastès (INALCO)
Dr. Nathalie Gauthard (MCF, Université de Nice Sophia-Antipolis)
Pr. Mel Gordon (Université de Berkeley)
Dr. Inès JERRAY (Université d’Artois, Institut Supérieur des Arts et
Métiers de Kairouan)
Dr. Tiziana Leucci (CNRS)
Dr. Shih-Lung Lo (Université Paris 3)
Dr. Rachid Mountasar (Université Sidi Mohamed Ben Abdellah Fès)
Dr. Sylvie Perault (Universités Paris 3 & Paris 8 / ENSATT)
Pr. Martial Poirson (Université Paris 8)
Pr. Jean-Marie Pradier (Université Paris 8)
Dr. Christelle Taraud (Universités Paris 1 & Paris 4)

COMITÉ D’ORGANISATION

Paul Forigua Cruz (Doctorant Université Paris 8)
Pierre Philippe-Meden (Dr. Université Paris 8)
pierre.philippe-meden@mshparisnord.fr
Charlotte Ricci (Doctorante Université Paris 8)
cricci@etud.univ-paris8.fr

www.mshparisnord.fr

Séminaire international « Déclamation, chant et danse en France aux XVIIe et XVIIIe siècles : niveaux, lieux de performance, courants et filiations « 

Séminaire international


Déclamation, chant et danse en France
 aux XVIIe et XVIIIe siècles :
niveaux, lieux de performance,
 courants et filiations
 


Vendredi 4 avril – Versailles
Jeudi 10 avril – Versailles
Vendredi 23 mai – Tours
Lundi 27 octobre – Montpellier

 

Organisation : Jean-Noël Laurenti et Bénédicte Louvat-Molozay


Durant ces dernières décennies se sont développées les recherches visant à la restitution des pratiques de scène en usage aux XVIIe et XVIIIe siècles (déclamation et chant, geste, danse), mais ces recherches demandent à être sans cesse affinées, faute de quoi il serait tentant d’appliquer indistinctement les mêmes procédés techniques à tout un répertoire abusivement unifié sous l’étiquette « baroque ».
À partir des traités et documents conservés, il s’agira d’étudier les différences qui on pu exister dans les pratiques de performance en public (lecture publique, déclamation, chant, gestuelle, danse) selon le lieu et le type de public (compagnie restreinte ou salle de spectacle), selon le genre (comédie, tragédie, genres relevant du « loisir mondain », bal ou ballet, etc.) ou selon les subdivisions dans le genre (type de personnages, danse haute ou danse basse). À travers l’étude des textes théoriques, des oeuvres et des témoignages, il s’agira également d’étudier la conscience que le XVIIe et XVIIIe siècles ont eue de ces typologies et la manière dont elles étaient mises en pratique. Il s’agira également de discerner les évolutions qui font que certains préceptes techniques précédemment en vigueur sont abandonnés ou modulés dans un sens différents durant une période. À cet égard, il conviendra de prendre en considération l’importance des courants esthétiques qui parcourent les deux siècles, les influences étrangères, et examiner les spécificités et les parentés des documents témoignant de ces pratiques dans les autres pays d’Europe.
Ce séminaire, soutenu par l’équipe Ricercar et l’équipe de recherche du CMBV, sera pluri- et interdisciplinaire. Parce qu’il s’interroge sur la mise en pratique des préceptes énoncés dans les traités et documents conservés, il comprendra d’une part des communications théoriques, d’autre part des ateliers d’expérimentation pratique. Il donnera lieu à la publication d’un recueil d’études.

Partenaires : Centre d’Études Supérieures de la Renaissance (CESR, UMR7323, Tours), Centre de Musique Baroque de Versailles (CMBV), Institut de recherche sur la Renaissance, le Classicisme et les Lumières (IRCL, UMR 5186, université de Montpellier III),  Institut Universitaire de France, Laboratoire « Formes et Représentations en Linguistique et Littérature » (FORELL, EA 3816, université de Poitiers) Association pour un Centre de Recherche sur les Arts du Spectacle aux XVIIe et XVIIIe siècles.

Entrée libre dans la limite des places disponibles.
Contact : jean-noel.laurenti@wanadoo.fr

*

93-001058-01
Israël Silvestre (1621-1691), La Fête « Les Plaisirs de l’Ile Enchantée » donnée par Louis XIV à Versailles. Seconde journée. Theatre fait dans la mesme allée sur lequel la Comédie, et le Ballet de la Princesse d’Élide furent représentés, 1664. Source : RMN – Château de Versailles.

*

Programme


Vendredi 4 avril
Centre de Musique Baroque de Versailles
Hôtel des Menus-Plaisirs, 22, Avenue de Paris, 78000 Versailles


9 h 30 : Mickaël Bouffard (Centre André Chastel) : « Geste noble et geste bas : évolutions et ruptures du XVIIe au XVIIIe siècle. »
10 h 10 : Christine Bayle (Paris) : « Comment un même geste évolue du XVIe au XVIIIe siècle. »
10 h 50 : Pause
11 h 10 : Anastasia Sakhnovskaia (CETHEFI, Nantes) : « Les spécificités du jeu forain et l’héritage italien. »

14 h 00 : Laura Naudeix (Université de Rennes 2) : « Les gestes dans les cantates : indications techniques et préceptes généraux d’esthétique et de civilité. »
14 h 40 : Bertrand Porot (Université de Reims, GRIMAS) : « Le comique musical : indices pour l’interprétation musicale et scénique. »
15 h 10 : Pause
15 h 30 : Sabine Chaouche (Oxford Brookes University) : « La mise en scène d’après les manuscrits de la Comédie Française du XVIIIe siècle : entrées, déplacements, prise de parole et jeu ; évolutions et spécificités. »
16 h 10 : Discussion et conclusions.

 

Jeudi 10 avril
Centre de Musique Baroque de Versailles
Salle Lalande


9 h 30 : Nathalie Lecomte (Paris) et Mickaël Bouffard, en collaboration avec Rebecca Harris-Warrick (Cornell University) : « Configuration et dimension des espaces de bal à la cour de Louis XIV. »
10 h 10 : Dominique Lauvernier (Université de Caen) : « Configuration des salles et performances scéniques : problématique de leur interaction. »
10 h 50 : Pause
11 h 10 : Marie-Thérèse Mourey (Paris-Sorbonne) : « “Danse haute”, “danse basse”, registres et niveaux : apports techniques et esthétiques des sources allemandes du début xviiie siècle.

14 h : Naïk Raviart : « La belle Danse, une réalité difficile à cerner, riche en questions pour notre pratique. »
14 h 40 : Hubert Hazebroucq : « Les “genres” de danse, basse, haute, grotesque : un éclairage sur le répertoire noté. »
15 h 20 : Pause
15 h 40 : Irène Ginger : « Niveaux d’exécution des pas, quelques exemples tirés de traités français et allemands du xviiie siècle. »
16 h 20 : Table ronde entre les intervenants.

 

Vendredi 23 mai
Centre d’Études Supérieures de la Renaissance
59, Rue Néricault-Destouches, 37000 Tours
Salle Rapin


9 h 30 : Philippe Caron (FORELL, Poitiers) : « L’évolution des quantités vocaliques : entre “bel usage”, déclamation et survivances dialectales du xviie au xixe. »
10 h 10 : Jean-Noël Laurenti (CESR, Tours) : « Niveaux de “performance” dans le répertoire des airs et “performance” scénique d’après Bacilly. »
10 h 50 : Pause
11 h 10  : Jed Wentz (Amsterdam) et Joao Luis Veloso Peixão : conférence démonstration : « A reconstruction of spoken declamation based on Lully’s Roland. »

14 h : Olivier Bettens (Cossonay) : « Entre bon usage et (in)tolérance : quel espace pour la déclamation et le chant ? »
14 h 40 : Atelier 1 : Nicole Rouillé (Meaux) : « Variations dans la déclamation parlée et chantée en fonction des genres et des lieux. »
15 h 40 : Pause
16 h : Atelier 2 : Pierre-Alain Clerc (Lausanne/Genève) : « Les “niveaux” de déclamation : des exemples chez Molière. »
17 h : Conclusions.

 

Lundi 27 octobre
Université Paul Valéry Montpellier 3
(Programme précisé ultérieurement)


Matinée
Claude Bourqui (Fribourg) : « La commedia dell’arte et son influence sur le jeu français au xviie siècle. »
Emanuele de Luca (Paris) : « La commedia dell’arte et son influence sur le jeu français au xviiie siècle. »
David Wiles (Exeter) : « Le jeu anglais aux XVIIe et XVIIIe siècles. »
Franck Salaün (Montpellier 3) : « Garrick et la France. »

Après-midi
Atelier 1 : Le jeu anglais : l’interprétation de Shakespeare.
Atelier 2 : Le jeu italien (canevas de commedia dell’arte et extraits de Marivaux).

*

Symposium ‘Choreography and Imagination’. Appel à communications.

Symposium ‘Choreography and Imagination’, 4 et 5 juillet 2014, Université de Cologne.

Appel à communication

*

Research on imagination holds a central place in the humanities. However, movement, dance, and choreography are rarely discussed in these investigations, even though dance practices can be exemplarily analyzed as a reservoir of processes of imagination. Imagination is central to the performance, transmission and choreographic structuring of movement and has a visible and immediate effect on their execution. More so, individual dance techniques and choreographic practices can be differentiated on the base of how they use and understand imagination. Thus, the investigation of dance and choreography cannot only illuminate processes of habitualization in relation to imagination – as it is central to how social, historical and aesthetic ideals are incorporated or produced – but it can also function to ponder the relationship between imagination and forms of knowing. Research on dance and imagination fosters questions about the hierarchies of the senses as it is mostly conceptualized a visual concept: but are we able to imagine – especially movement – without a physical sensation, meaning a kinesthetic perception or through proprioception? Thus, concepts of knowledge and esthetics structure the practice of imagination as much as the research on it. Thus we would like to ask by focusing on movement, dance and choreography: What hierarchies are established through a focus on certain forms of imagination?

The 6. Choreography-Symposium at the Center of Contemporary Dance likes to open an interdisciplinary exchange on this interdependent relationship of imagination and artistic and social movement structures. It will take place in cooperation with the Theater Studies Archive of the University in Cologne – and will feature both English and German papers/workshops. A publication of the papers held at the conference is planned.

We invite abstracts for papers of about 25 min. length dealing with one of the areas/questions below. Please send your abstract (English or German) with max. 2000 signs to:
yvonne.hardt@hfmt-koeln.de
taiya.mikisch@gmail.com

by March 31, 2014.

Concept: Prof. Dr. Yvonne Hardt and Taiya Mikisch M.A. (ZZT, HfMT Köln)
In cooperation with: Prof. Dr. Peter W. Marx (Universität zu Köln)
At: Zentrum für Zeitgenössischen Tanz, HfMT Köln, Turmstr. 3-5, 50733 Köln and Theaterwissenschaftliche Sammlung Schloss Wahn, Burgallee 2, 51147 Köln

*

Questions/potential sections:

  • Cultural spaces of imagination in relation to movement: How have historical changes in imaginations influenced the choreographic field? How are developments in the art and the sciences interlinked in this development?
  • Which impact do the gestural material and choreographic reservoir of a given time have on the representation and production of the imagination of community and collective? Body/Movement shaping and practices of transmission: Which bodies and realities are produced in relation to which forms of imagination? How is imagination actively used in processes of transmission on movement? What are the esthetic as well as hierarchical implications of practices of imagination? And can imagination be used to reflect on them? Media and Imagination: How have the images changed in relation the development of media?
  • Economy and hierarchies of Imagination: Which economic and scientific paradigms influence imagination and their acceptance and rejection in the field of dance and choreography?
  • Imagination and Globalization: How are processes of imagination part in the construction of a globalized dance scene?

*

Appel à communication : ‘Quels corps pour quelles scènes ? Le corps sur la scène et hors de la scène’

Appel à contribution

Atelier #1. 7 mars 2014. Centre national de la danse (Pantin)

Quels corps pour quelles scènes ? Le corps sur la scène et hors de la scène (part 2)

*

Fonds Carolyn Carlson. III. Carnets et cahiers de notes. III.5. Années 2000. Poèmes et dessins, 2005-2008

Fonds Carolyn Carlson. III. Carnets et cahiers de notes. III.5. Années 2000. Poèmes et dessins, 2005-2008. 

Source: gallica.bnf.fr

*

•> Date limite de réponse à l’appel : 21 février 2014

Nous avons le plaisir de vous inviter à participer au premier atelier de la saison 2013/2014 à l’occasion duquel nous vous proposons d’approfondir certaines des thématiques déjà traitées dans le troisième atelier de la saison précédente, en réfléchissant ensemble à la question du corps sur la scène et hors de la scène.
Notre intérêt porte sur les corps de la danse : ceux qui se transforment selon les espaces qu’ils habitent avec leur action artistique et ceux qui modifient à leur tour les espaces et la perception. Si la distinction entre danses scéniques et danses sociales est propre à la conception occidentale de la danse — et, en particulier, à une vision canonique et conventionnelle du spectacle, dans cet atelier, nous souhaitons proposer d’analyser les espaces que la danse investit en dehors des scènes occidentales et hors des espaces scéniques habituels. Car la scène n’est pas le seul lieu de la danse.
Les manifestations chorégraphiques qui naissent aux États-Unis et en Europe se déplacent depuis les années 1990 de plus en plus dans l’espace public, habitent les espaces urbains, travaillent dans les lieux d’entrecroisements socioculturels. Ces nouvelles formes d’interaction avec les publics et les métissages des pratiques du corps favorisent la prolifération des discours sur la danse dans le domaine historique, sociologique, ethnographique, etc. en construisant un sujet d’étude interdisciplinaire. En proposant le corps du danseur comme point d’observation privilégié, nous voudrions approfondir et questionner ces métissages entre la danse scénique, la danse dite « de rue », les danses traditionnelles, ou encore les « danses du monde ».

*

Nous vous suggérons ci-dessous quelques pistes de réflexion :
1- Comment le rapport du corps du danseur à la scène s’est-il transformé au cours de l’histoire ? Quels sont les effets de la subversion des règles de la représentation théâtrale sur la perception du corps du danseur?
2- Comment se déroulent les processus d’appropriation des techniques et des méthodes ? Quelles sont les différences de point de vue que l’on peut identifier, d’une part chez le créateur, et d’autre part, chez le danseur-interprète ? A travers quels langages, quels moyens le chorégraphe arrive-t-il à créer ces /« ses » corps scéniques ? Comment le chorégraphe forme les corps des danseurs ? Par quelles pratiques et« techniques du corps » (M. Mauss) ?
3- Comment et pourquoi des formes de danse nées dans des contextes socioculturels urbains (danses traditionnelles et danses populaires) ont-elles été investies les scènes institutionnelles ? Quelles significations donner à cette intégration ? Quelles sont les implications sociopolitiques de cette assimilation?
4- Comment les espaces « hors cadre » de la danse/performance influencent-ils le mouvement des corps dansants ? Et comment la danse modifie-t-elle l’interaction des spectateurs avec l’espace public ? Quelles nouvelles formes d’interactions et d’écritures ces nouveaux cadres apportent-t-ils à la danse ?
5- Peut-on également désigner par « hors cadre » la danse théâtrale elle-même lorsque les chorégraphes prennent des orientations artistiques qui sortent des bornes habituelles de la représentation scénique (interaction avec les spectateurs, décloisonnement des codes de la représentation, ouverture multidisciplinaire, etc.) ?

*

Ces pistes de réflexion sont des suggestions. Elles restent ouvertes à toute autre proposition concernant le sujet proposé et ne sont limitées par aucune frontière chronologique, géographique et culturelle.
Nous vous rappelons que ces ateliers, organisés depuis mai 2007, sont proposés aux doctorants disséminés au sein de différentes universités et dans des disciplines très variées. Ils permettent, dans une atmosphère d’échange et de collaboration, de débattre des difficultés méthodologiques rencontrées dans le travail de thèse.
Il ne s’agit en aucun cas d’un colloque. Les présentations sont avant tout des questionnements et non des communications abouties. Il nous semble particulièrement nécessaire d’insister sur cet aspect de work in progress pour cet atelier, où nous vous invitons à venir participer à notre réflexion commune en abordant vos doutes, vos difficultés, autour de votre corpus et de vos
sources. Les échanges seront encadrés par des chercheurs confirmés, présents pour enrichir et orienter la discussion.
Tous les jeunes chercheurs ayant la danse comme objet de recherche sont donc invités à répondre à cet appel, quelle que soit leur discipline.

*

Nous vous proposons deux formats d’intervention :
• Intervention individuelle de 15 à 20 minutes autour d’une question méthodologique + temps de discussion avec un répondant invité.
• Dialogue : entre deux doctorants (ou plus) autour d’un objet de recherche commun, mettant face à face des méthodologies de recherche différentes pour les interroger. 30 à 45 minutes + temps de discussion avec un répondant invité.
Nous encourageons les dialogues interdisciplinaires autour des questions proposées !

Merci de nous faire parvenir vos propositions d’intervention, sous la forme d’un résumé de 2500 signes maximum, au plus tard le 21 février 2014, à l’adresse : doctorantsendanse@gmail.com.
Votre proposition doit impérativement être accompagnée des précisions suivantes :
– Nom, Prénom
– Intitulé de la thèse
– Université/Laboratoire ou équipe
– Directeur de thèse
– Discipline(s)
– Année de votre inscription en doctorat.

*