Archives de catégorie : Danses théâtrales

[Appel] La danse et les nations : identités, altérités, frontières (XVIIe-XIXe siècles)

Colloque international

La danse et les nations : identités, altérités, frontières

(XVIIe-XIXe siècles)

Paris, 26-29 octobre 2017

À l’issue de trois années de recherche dans le cadre du programme de recherche HdD (Herméneutiques de la danse, coordonné par Arianna Fabbricatore), ce colloque international et interdisciplinaire a pour objectif de faire une synthèse sur le travail effectué autour de la question des styles et des genres de danse dans l’espace européen à l’époque des Lumières et d’ouvrir la recherche sur les enjeux sémiotiques, politiques et sociaux de la danse en tant que signe, expression ou représentation d’une frontière plus au moins perméable entre identités culturelles. Il s’agira de s’interroger sur la manière dont la danse théâtrale évolue dans un espace social et culturel où les enjeux sont liés à la confrontation entre les nations et à la définition de leur identité.

Colloque organisé dans le cadre du projet « Discours sur la danse »

Vous trouverez le détail de l’appel à communication avec les axes thématiques dans ce fichier Pdf.


Coordination : Arianna Fabbricatore (Université Paris-Sorbonne)

Comité scientifique :

  • Charles Alunni (Ecole normale supérieure)
  • Elena Cervellati (Université de Bologne)
  • Paolo Fabbri (Centre d’Etudes sémiotiques Urbino)
  • Arianna Fabbricatore (Université Paris-Sorbonne)
  • Marie-Thérèse Mourey (Université Paris-Sorbonne)
  • Marina Nordera (Université Côté d’Azur)
  • Françoise Rubellin (Université de Nantes)
  • Martin Rueff (Université de Genève)

Comité d’organisation

  • Paolo Desogus (Université Paris-Sorbonne)
  • Delphine Vernozy (Université Paris-Sorbonne)

[Appel] Danza e ballo a Napoli: un dialogo con l’Europa (1806-1861)

Danza e ballo a Napoli: un dialogo con l’Europa (1806-1861) / Danse et ballet à Naples : un dialogue avec l’Europe (1806-1861)

L’ Association Italienne pour la Recherche en Danse (AIRDanza, www.airdanza.it), organise, en collaboration avec la Fondation Pietà de’ Turchini/Centro di Musica Antica, un colloque international intitulé :

Danse et ballet à Naples: un dialogue avec l’Europe (1806-1861)

Il aura lieu du 9 au 11 novembre 2017 à Naples à l’Archivio di Stato, à la Biblioteca Nazionale « Vittorio Emanuele III », au MeMus (Musée et archive historique du Teatro San Carlo), à l’Università degli Studi Suor Orsola Benincasa et à la Fondation Pietà de’ Turchini/Centro di Musica Antica.

Appel à communication

Au XIXe siècle, la ville de Naples est la capitale du royaume le plus étendu de la péninsule italienne : constituant un important carrefour pour la culture théâtrale et chorégraphique, elle est considérée, jusqu’à l’unification du pays en 1860, comme l’un des plus importants centres italiens et européens de formation en danse ainsi que de production et circulation de ballets. À cette époque, la ville parthénopéenne est non seulement un lieu crucial pour la carrière d’artistes célébrés depuis longtemps par la recherche : la gloire des théâtres napolitains a également été bâtie sur l’œuvre de nombreux artistes qui attendent leur redécouverte et leur valorisation.

Est ainsi offerte aux chercheurs une pluralité d’objets d’étude, d’analyse et d’interprétation jusqu’à présent très peu approchés et qui – convenablement développés – pourraient mettre en lumière l’importance de la danse à Naples et plus en général dans le paysage de la culture chorégraphique italienne et européenne.

Parmi les finalités du colloque il y a la volonté de promouvoir la recherche en danse et de valoriser le patrimoine national et international. À ce propos AIRDanza sollicite des propositions d’intervention de la part de jeunes chercheurs et de chercheurs actifs dans les études en danse et dans les disciplines théâtrales. Seront encouragées les approches méthodologiques basées sur des prémisses interdisciplinaires et/ou transdisciplinaires, visant à la découverte, à l’analyse et à l’étude des sources primaires (relatives aux théâtres, danses, écoles privées, danseurs et chorégraphes, périodiques de spectacle, partitions, éditions musicales), ainsi que toute proposition abordant le ballet et la danse en rapport aux dynamiques de l’identité nationale (en tenant d’ailleurs compte du processus du Risorgimento) et aux nécessités d’autocélébration et de propagande mises à l’œuvre par le Royaume français d’abord, et par celui des Bourbons après.

Parmi les différentes pistes de recherches relatives à la période explicitée dans le titre du colloque, sont aussi suggérées : la danse en tant qu’art de la scène et métier; les théâtres de cour et les théâtres publics ; les danses de société et les danses populaires (aussi réadaptées pour la scène) ; la didactique et la formation au sein de l’école du « Regio Teatro di San Carlo » ; la transformation des typologies des ballets en concomitance avec les mutations esthétiques, du goût, du divertissement et de la mode ; la contamination et la migration des sujets et des livrets parmi les genres (danse, opéra, théâtre) ; les modalités d’élaboration des canons romantiques (relatifs aux styles de la danse et à ses sujets) ; la circulation des danseurs et chorégraphes entre Naples et l’Europe, et en particulier entre Naples, Milan, Paris et Vienne ; les stratégies entrepreneuriales ; les apparats scénographiques et les costumes de danse ; l’édition musicale.

Modalités de présentation des communications: relation, table ronde, performance, laboratoire.richiesta-di-contributi-italiano-francese-inglese-19122016

Langues du colloque: italien, français, anglais.

Les résumés peuvent être proposés dans une des langues du colloque et ne doivent pas dépasser les 1500 caractères. Ils doivent indiquer les sources d’archive et/ou les sources bibliographiques relatives au sujet choisi et être accompagnés d’un CV du candidat de 800 caractères maximum. Les fichiers sont à envoyer à info@airdanza.it avant le 31 mars 2017. L’acceptation du résumé sera communiquée avant le 30 avril 2017.

La publication des actes est prévue par la Fondation Pietà de’ Turchini – Centro di Musica Antica.

Comité scientifique: Roberta Albano, Rosa Cafiero, Elena Cervellati, Arianna Fabbricatore, Francesca Falcone, Paologiovanni Maione, José Sasportes, Francesca Seller.

Comité d’organisation: Roberta Albano, Francesca Falcone, Paologiovanni Maione, Letizia Gioia Monda, Maria Venuso, Patrizia Veroli.


Le texte de l’appel à communication en italien, français et anglais peut être consulté et téléchargé sur cette page.

Séminaire ‘Histoire culturelle de la danse’ 2016-2017

Chers tous et toutes, ami.e.s et participant.e.s du séminaire Histoire culturelle de la danse,

Nous vous convions à la séance de rentrée du séminaire lundi prochain 14 novembre 2016, 14h-17h, en salle 13, 105 bd Raspail 75 006 Paris.

Cette séance sera consacrée à une introduction de nos axes de recherche. Nous travaillons cette année dans deux directions :

  • Les circulations des danses et le transationalisme
  • Le genre et les rapports sociaux de sexe dans l’histoire de la danse.

Cette séance d’introduction sera également l’occasion de réaliser un point historiographique sur l’histoire culturelle appliquée à l’objet danse. Les étudiants qui souhaitent valider le séminaire seront invités à se faire connaître.

by Bassano, whole-plate glass negative, 19 January 1916
Jan Oyra and Dorma Leigh (born Dorothy Mabel Woodley), in ‘Tina’, by Alexander Bassano, whole-plate glass negative, 19 January 1916. Source : National Portrait Gallery, London.

Voici le programme des prochaines séances du premier semestre :

14 novembre 2016   Introduction générale

12 décembre 2016  (Genre) – Vannina Olivesi (Cral)

« La féminisation du corps de ballet de l’Opéra, 1770-1860 : historiographie, méthodes, résultats »

Lectures : Lynn Garafola, « The Travesty Dancer in Nineteenth-Century Ballet », Dance Research Journal, Vol. 17/18, Vol. 17, n° 2 – Vol. 18, n° 1 (Autumn, 1985 – Spring, 1986), pp. 35-40.

Marian Smith, « About the House », in Roger Parker, Mary Ann Smart (ed.), Reading Critics Reading : Opera and Ballet Criticism in France from the Revolution to 1848, Oxford, Oxford University Press, 2001, pp. 215-236.

30 janvier 2017 (Genre) – Florence Filippi (Univ. Rouen)

« Souvenirs, mémoires et correspondances : l’actrice au miroir de ses mots (XVIIIe-XIXe siècles) ».

Lectures :

  • Aurore Evain, « Les autrices de théâtre et leurs œuvres dans les dictionnaires dramatiques du XVIIIe siècle », communication, 1ères Rencontres de la SIEFAR : Connaître les femmes de l’Ancien Régime. La question des recueils et des dictionnaires, Paris, 20 juin 2003 ; en ligne.
  • Viv Gardner, « By Herself : the actress and autobiography, 1755-1939 », in Maggie B. Gale, John Stokes (ed.), The Cambridge Companion to the Actress, Cambridge, NY, Melbourne, Madrid, CT, Singapore, SP, 2007, pp. 173-192.
  • [Lecture facultative et complémentaire : Edwige Kellet-Rahbé, « ‘Du théâtre ! ma fille !’ : actrices en romancie aux XVIIe et XVIIIe siècles », communication pour la Society for Seventeenth Century French Studies conference, Londres, 10-12 sept. 2009, en ligne.]

Le programme complet de l’année sera prochainement mis en ligne sur le site de l’Ehess.

Séminaire de recherche ‘Le genre de l’imagination et l’art de la danse’

[Annonce de communication]

Elizabeth Claire, Historienne (CNRS, EHESS-CRH)

effectuera une communication intitulée

‘Le genre de l’imagination et l’art de la danse (1754-1811)’

 

Institut Emilie du Châtelet, 30 septembre 2016, Jardin des Plantes, Grand amphithéâtre d’entomologie, 43 rue Buffon (Paris 5e), 14h-16h.

Présentation

À l’aube du 19e siècle, l’Europe est saisie d’un phénomène de dansomanie liée à l’introduction des danses de couple-fermé dont la valse, la sauteuse et d’autres formes qui privilégient une rotation perpétuelle du couple pendant le temps d’une danse. Le débat se concentre sur l’engouement enthousiaste et collectif pour ces danses modernes, et porte principalement sur les effets néfastes sur l’imagination des valseuses appartenant à une «jeune génération» de danseurs.  Les effets préoccupants de ces pratiques de bal sont des accidents de santé divers liés à l’imagination malade : le vertige, l’avortement, la folie et même la mort subite. La mobilisation de cette faculté de la connaissance par les médecins et moralistes de l’époque se démarque des discours philosophiques sur la danse dans la dernière moitié du 18e siècle (Noverre, Cahusac, Diderot) où l’imagination et l’enthousiasme sont sollicités pour légitimer le projet du ballet «d’action» comme un art imitatif.

Une question de genre se pose : pourquoi une imagination chauffée par la pratique du bal condamnerait des danseuses à des états pathologiques lorsque le maître du ballet accède, par le biais du même phénomène, au statut de génie artistique, auteur de compositions «modernes» qui révolutionne la scène de l’Opéra ? Notre enquête sur l’histoire de l’imagination et l’art de la danse cherche à faire état de cet écart et des répercutions sur la sociabilité du corps féminin en jeu dans la révolution socio-politique en Europe.

unnamed

Elizabeth Claire, historienne et chargée de recherche au CNRS, est membre fondateur de l’Atelier d’histoire culturelle de la danse (CRAL) ainsi que membre associé au Centre de recherches sur les Arts et le Langage. Avec les membres de l’Atelier, elle co-anime au sein de l’EHESS, depuis 2009, le séminaire «Histoire culturelle de la danse» qui vise à promouvoir l’approche culturaliste dans les études en histoire de la danse. Elle co-anime également un séminaire sur l’Histoire du genre dans les arts vivants avec Catherine Deutsch (Paris-Sorbonne) et Raphaëlle Doyon (Univ. de Paris 8). En collaboration avec Béatrice Delaurenti (CRH), Koen Vermeir (CNRS-SPHERE), et Roberto Poma (UPEC), elle organise des colloques internationaux et un séminaire sur l’histoire de la force de l’imagination du XVe-XVIIIe siècles.

*

Sélection des publications d’Elizabeth Claire sur ce sujet:

– «A Moral Defence of the Regency Ballroom – vide Wilsons Rooms», European Drama and Performance Studies No. 8 : Danse et morale. Une approche généologique, Marie Glon et Juan Ignacio Vallejos (dir.), Sabine Caouche (éd.), Éd. Classiques Garnier, [à paraître, 2017].

– «Inscrire le corps révolutionnaire dans la pathologie morale : la valse, le vertige, et l’imagination des femmes», Orages. Littérature et culture 1760-1830 : Sexes en Révolution (No 12), Florence Lotterie, Pierre Frantz (dir.), Olivier Bara (éd.), mars 2013, pp. 87-109.

– «Walzliebelust: vertigine e sogno di egualitarismo», Immaginari corporei e rappresentazioni di genere tra danza, scrittura e società, a cura di Susanne Franco, Nuove frontiere per la storia di genere. Atti del V Congresso della Società Italiana delle Storiche (Napoli 28-30 gennaio 2010), a cura di Laura Guidi e Maria Rosaria Pellizzari, Webster Press de l’Università di Salerno, Padova, 2013, pp. 223-228.

– «La Dansomanie, une expression symptomatique, entre ballet et bal au Théâtre de la République et des Arts», Roxane Martin, Marina Nordera (dir.), Les arts de la scène à l’épreuve de l’histoire, Paris, Honoré Champion, coll. « Colloques, Congrès et Conférences » dirigée par Jean Bessière, 2011, pp. 357-371.

– «Monstrous Choreographies: Waltzing, Madness & Miscarriage», Studies in Eighteenth Century Culture, Linda Zionkowski (dir.), Johns Hopkins University Press, 38: 2009, pp. 199-235.


Télécharger la présentation PDF sur le site Institut Emilie du Châtelet.

Source : Institut Emilie du Châtelet

[Séminaire 2016-2017] Prochaine séance

Chers tous et toutes, ami.e.s, étudiant.e.s et collègues,

Le programme du séminaire Histoire culturelle de la danse 2016-2017 vous sera bientôt communiqué. Nous continuerons à explorer le thème des circulations et nous commencerons un nouveau chantier consacré au genre et à la danse.

Source : Jean-Pierre Dalbéra, Rama Vaidyanathan au Musée Guimet, 2009.
Source : Jean-Pierre Dalbéra, Rama Vaidyanathan, Musée Guimet, 2009.

En attendant, vous pouvez d’ores et déjà noter que la séance de rentrée aura lieu le lundi 14 novembre prochain de 14h à 17h.

Au plaisir de vous y rencontrer !


→ Pour toute demande d’information et inscription à notre liste de diffusion, vous pouvez nous écrire à l’adresse suivante : histoireculturelle.danse [at] gmail [dot] com.

[Parution] Se faire contemporain

Se faire contemporain. Les danseurs africains à l’épreuve de la mondialisation culturelle

Altaïr Despres

Publications de la Sorbonne, coll. « Homme et Société », 2016

28405100693470L

Présentation :
Longtemps absents de la scène chorégraphique contemporaine, les danseurs africains semblent bien avoir, depuis une vingtaine d’années, le vent en poupe. Ils sont désormais les invités des festivals et des théâtres internationaux les plus prestigieux, et leurs pièces sont saluées tant par le public que par la critique. C’est que, disent les commentateurs, la mondialisation culturelle est passée par là.
Mais qu’est-ce, au juste, que cette mondialisation ?
L’auteure, sociologue et anthropologue, a mené une enquête de terrain de plusieurs années dans l’univers de la danse contemporaine africaine. À partir d’un travail d’archives, d’observations ethnographiques et du recueil de nombreux témoignages d’artistes et de professionnels de la culture, son livre retrace l’émergence de cette esthétique chorégraphique sur le continent africain. Il documente en particulier le parcours de jeunes danseurs, depuis les quartiers populaires de Bamako et de Ouagadougou jusqu’aux planches des grandes scènes parisiennes. Ce faisant, la mondialisation culturelle cesse d’apparaître comme un phénomène vague et irrépressible : elle devient une réalité concrète, une expérience pratique, dont on saisit tour à tour les ressorts politiques, artistiques ou migratoires.
L’apparition d’une forme « contemporaine » de danse en Afrique repose sur la formation de réseaux institutionnels connectés à l’Europe, sur la construction opportune d’intérêts esthétiques pour le continent noir, sur l’appropriation par les danseurs africains d’un rapport nouveau à l’art et, finalement, sur la formation de subjectivités inédites de danseurs et de chorégraphes qui en viennent à incarner, entre « ici » et « là-bas », l’art africain internationalisé.

Source de l’information : Publications de la Sorbonne.

Incorporer la danse en passant par l’écrit

Dans le cadre du colloque Incorporations à la puissance deux : le corps social et ses phénotypes littéraires, organisé par Karin Peters (JGU Mainz/FMSH), Laurence Giavarini (Université de Bourgogne/Grihl), Sophie Houdard (Sorbonne nouvelle-Paris 3/Grihl) et Dinah Ribard (EHESS-CRH/Grihl),

Marie Glon réalisera le 26 juin prochain une communication

« Incorporer la danse par l’écrit.

Le projet des « danses gravées » au XVIIIe siècle »

Carolyn Carlson, « Poems for unknowns, Designs, Drems to realize », (détail), Fonds Carolyn Carlson. IV. Carnets et cahiers de notes. IV.5. Années 2000. Poèmes et dessins, 2005-2008, Bibliothèque nationale de France.

 

Lieu : EHESS, 96 bd Raspail, Paris 6, salle Lombard.

Venez nombreuses et nombreux !


Le programme détaillé du colloque Incorporations à la puissance deux : le corps social et ses phénotypes littéraires

Calendrier de fin d’année

Chers collègues et participants au séminaire, voici le calendrier des prochaines séances du séminaire Histoire culturelle de la danse :

  • 4 mai 2015 (19h-21h, Salle 7)

Emmanuelle Delattre-Destemberg (doctorante, CHCSC-UVSQ)

« À la recherche de l’École de danse : une histoire des lieux et des politiques de gestion de la danse à l’Opéra (1779-1874) »

  • 11 mai 2015 (19h-21h, Salle 7)

Lola Gonzalez-Quijano (postdoctorante, LARHRA-Univ. Lyon II)

«”Dites mon bordel” : l’amour vénal dans les établissements de spectacle parisiens au XIXe siècle »

  • Samedi 16 mai 2015 (9h-13h, salle 1)

Tiziana Leucci (CNRS/CEIAS)

« Paris, New York, Londres, Calcutta: quelques étapes de la fabrication et circulation de la danse dite “hindoue” »

Séance suivie par une table ronde avec les intervenants du second semestre.

Au plaisir d’échanger avec vous lors de ces prochaines séances !

Vue de la salle de Walse construite au carré de la laiterie; Vue du temple de la paix dans le grand carré des Champs Elisées. Print shows celebrations for the anniversary of the founding of the French Republic, July 14, 1801 in two images, including a tent for dancing and a balloon ascension from which André Jacques Garnerin descends in a parachute above the Temple de la Paix and the Champs-Elysées. Library of Congress.
« Fête du 14 Juillet An IX. Vue de la salle de Walse construite au carré de la laiterie. Vue du temple de la paix dans le grand carré des Champs Elisées », 1801, Library of Congress.

Informations pratiques : Ecole des hautes études en sciences sociales (salle 7 les lundis, salle 1 le samedi – 105 bd Raspail 75006 Paris).

Un séminaire organisé par Elizabeth Claire, chargée de recherche au CNRS (CRH-CRAL) ; Emmanuelle Delattre-Destemberg, doctorante à l’Université Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines (CHCSC) ; Marie Glon, docteure de l’EHESS (Centre Edgar Morin, IIAC-EHESS) ; Sophie Jacotot, docteure de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne ; Vannina Olivesi, doctorante de l’EHESS (CRAL).


Ce séminaire propose d’explorer l’histoire des danses sociales et spectaculaires dans une perspective culturaliste, attentive à l’articulation et aux écarts entre les pratiques et les représentations. On étudiera les moments clés, grandes figures et lieux de mémoire qui ont marqué l’historiographie de la danse ; la construction de la danse comme pratique sociale légitime et comme profession ; les lieux et la circulation des pratiques ; la danse comme construction des rapports entre les sexes et des identités de genre ; la question de l’auteur en danse. Une attention particulière sera accordée aux usages des sources dans l’historiographie de la danse : quels types de sources pour quelle histoire de la danse ? comment étudier l’iconographie ? quels enjeux scientifiques émergent lors de la reconstruction des pratiques et à l’occasion de leur mise en récit historique ? enfin, quelles méthodes spécifiques mobilise-t’on pour problématiser la distance entre l’historien et l’époque qu’il étudie, s’interroger sur l’anachronisme et faire de l’écart historique un instrument heuristique ?

[Colloque] Orchestrer la nation. Musiques, danses et (trans)nationalismes

Orchestrer la nation. Musiques, danses et (trans)nationalismes Colloque international organisé à Paris

Maison des Cultures du Monde – 12 et 13 Novembre 2015

Depuis une vingtaine d’années, le développement d’un champ de recherche sur les pratiques musicales et dansées a donné naissance à un nombre considérable de monographies s’attachant à décrire la construction de mondes, de genres et de marchés musicaux, dans des Etats extra-occidentaux et postcoloniaux notamment. La musique y est présentée comme un creuset de transformations sociales, en lien avec la production de « modernités » (Erlmann, 1999) et l’urbanisation (Waxer, 2010), mais aussi comme un site central de production des nationalismes et des représentations de la nation : Peter Wade (2000) a ainsi démontré comment en Colombie, la musique permettait simultanément de construire les frontières de la nation et de s’imaginer dans le monde, tandis qu’en Tanzanie, Kelly Askew (2006) apporta des révisions considérables à la connaissance des nationalismes, en montrant que dans ce contexte où la propagation de l’écriture ne s’était pas opérée de façon générale, les sociétés de danse et de musique avaient été des véhicules majeurs pour inculquer une conscience politique et nationale à la fin de la colonisation et aux indépendances. Tout en offrant une large attention aux dialogues transnationaux sur lesquels reposent ces pratiques musicales et aux cosmopolitismes qu’elles conduisent à inventer (Turino, 2000 ; Glick-Schiller, Meinhof, 2011), différents travaux ont permis d’apporter des éclairages importants concernant les logiques de production de la nation dans des Etats postcoloniaux (à travers notamment la création des ensembles artistiques nationaux : ballets, orchestres, etc.), tandis que d’autres ont démontré, en Afrique notamment, la conjugaison entre projets nationalistes étatiques et identifications à une nation noire transnationale (Apter, 2006 ; Dorsch, 2010 ; Aterianus-Owanga et Guedj, 2014). Actuellement, l’observation des appropriations de différents genres musicaux mondialisés à des fins d’identification nationale – rap (Aterianus-Owanga, 2014), rock (Dorin, 2012), jazz (Martin et Roueff, 2002 ; Kelley, 2012), salsa (Waxer, 2010), reggae (Cooper, 2012) – démontre encore combien dans le creuset de la musique s’expriment autant des nationalismes d’Etat orientés par les politiques culturelles (Trébinjac, 2000, 2008), que des nationalismes « alternatifs » (Kiwan, 2014) ou des nationalismes « transnationaux » portés par les diasporas (Pacini, 2014).

De plus, notons qu’avec l’expansion des politiques de patrimonialisation et la quête de reconnaissance de certains Etats dans les marchés de la culture, plusieurs genres musicaux et chorégraphiques labellisés nationalement deviennent des « patrimoines » nationaux (sabar sénégalais, highlife ghanéen, salsa cubaine, champeta colombienne, tango argentin, candombe uruguayen, bharata natyam indien, etc.), parfois reconnus au PCI. Alors que les sciences humaines et les études sur les diasporas ont insisté sur la nécessité de construire un cadre théorique plus en adéquation avec le tournant global (Caillé, Dufoix, 2013), en parlant de « transnational » ou de « postnational », ces exemples soulignent combien les musiques et les danses offrent des sites d’observation privilégiés des variations que prend le nationalisme dans un monde globalisé, marqué par la complexification des réseaux de circulation et d’identification. Nous proposons dans ce colloque de réunir ce champ de recherche sur les pratiques musicales et dansées, pour discuter de la complexité des productions nationales dans un contexte de transnationalisation et de cosmopolitisation des parcours ou des identités dans la mondialisation. Il s’agira alors d’appréhender, par l’entrée musicale, les logiques de glissement, de confrontation ou de co-construction s’opérant entre nationalismes et transnationalismes dans les postcolonies.

Joan Vinckeboons, L'ile de Makian vue depuis les abords de Ngofakiaha, 1670, extrait de l'Atlas Blaeu-Van der Hem.
Joan Vinckeboons, L’ile de Makian vue depuis les abords de Ngofakiaha, 1670, extrait de l’Atlas Blaeu-Van der Hem.

Comment les musiques et les danses ont-elles pu être employées pour produire, spectaculariser et incarner une idéologie issue de l’Occident, et pour la modeler selon de nouvelles significations ? En quoi le projet nationaliste étatique (qu’il soit marqué par l’idéologie « multiethnique », « métisse », « indigéniste » ou « multiculturelle ») a-t-il été performé par ces pratiques ? A l’inverse, quels contournements des ordres étatiques ou réinventions de la nation les musiques et les danses ont-elles pu abriter ? Comment enfin, dans les situations de production, de diffusion et de réception des musiques, l’interaction complexe entre production des frontières nationales, invention de l’ethnicité et imagination du soi dans le monde s’est-elle négociée ? En partant des musiques et des danses, c’est ce faisant la question des émotions et l’approche sensible que nous pourrons interroger, afin d’appréhender la manière dont les pratiques musicales et dansées permettent de donner chair ou d’incorporer l’idéologie de la nation, d’en exprimer sa dimension affective (Stokes, 2010), ou au contraire de s’en écarter, de s’y opposer, ou d’y résister. Ce colloque souhaite réunir des travaux empiriques autant que des réflexions théoriques, en vue d’amener, par l’approche du musical, des nouveaux débats sur la production des nationalismes dans les nations postcoloniales, sur leur transnationalisation et sur les outils conceptuels les plus favorables à leur connaissance. Nous tenons à réunir pour cet événement des ethnomusicologues, anthropologues de la musique et de la danse, musicologues, historiens ou sociologues, afin de favoriser un dialogue interdisciplinaire fécond et de mobiliser diverses perspectives disciplinaires propices à une compréhension de l’intrication entre nationalismes et production musicale. Les contributions pourront se baser sur des études de cas dans les nations asiatiques, africaines ou sud-américaines, ainsi que sur les reconfigurations identitaires et musicales dans les diasporas et les migrations. En examinant les processus de longue durée sur lesquels reposent ces fabriques de nationalismes, les contributions éclaireront l’hétérogénéité des acteurs, espaces et institutions impliqués dans ce processus, tant du côté des politiques culturelles étatiques, que des marchés de diffusion et de production internationales (festivals, marchés de world-music, labels), ainsi que les technologies et les objets qui y sont mobilisés (reproduction phonographique, radio, sampling, plateformes de diffusion et de vente en ligne, etc.).

Les propositions de communication, de 250 mots maximum, devront être envoyées avant le 22 Mai 2015, accompagnées de leur bibliographie et d’une courte présentation de l’auteur (3 lignes), à l’adresse suivante : orchestrerlanation@yahoo.fr Les participants sélectionnés devront ensuite envoyer leur contribution complète trois semaines avant l’événement, de manière à faciliter le travail des discutants. Nous souhaitons vivement que les contributeurs accompagnent leurs présentations de matériaux audiovisuels. Programme prévisionnel : 22 mai : réception des candidatures 22 juin : annonce de la sélection des contributeurs 15 octobre : envoi des contributions 12 et 13 novembre : déroulement du colloque

Coordination Alice Aterianus-Owanga (Labex CAP, IIAC/LAHIC, Musée du Quai Branly, CREA) Elina Djebbari (Modern Moves, King’s College London)

Comité Scientifique :

  • Sarah ANDRIEU (CTEL, Université de Nice Sophia Antipolis)
  • Marie-Pierre GIBERT (CREA, Université Lyon 2)
  • Pauline GUEDJ (CREA, Université Lyon 2 / CIRHUS, NYU)
  • Christine GUILLEBAUD (CREM, CNRS)
  • Ananya Jahanara KABIR (Modern Moves, King’s College London)
  • Ulricke Hanna MEINHOF (University of Southampton)
  • Marissa MOORMAN (Indiana University)
  • Emmanuelle OLIVIER (CNRS, Centre Georg Simmel-UMR CNRS-EHESS 8131)
  • Catherine SERVAN-SCHREIBER (CEIAS, CNRS) Martin STOKES (King’s College London)
  • Sabine TREBINJAC (LESC, UMR 7186, CNRS)

Comité d’organisation :

  • Marta Amico (Center for World Music, Université de Hildesheim / Centre Georg Simmel, EHESS)
  • Alice Aterianus-Owanga (Labex CAP, IIAC/LAHIC, Musée du quai Branly, CREA – Lyon 2)
  • Clara Biermann (CREM / LESC – Paris Ouest Nanterre – UMR 7186 CNRS)
  • Elina Djebbari (Modern Moves, King’s College London)

Partenaires : Labex CAP – Paris / Modern Moves, King’s College London / IIAC-LAHIC / Maison des Cultures du Monde – Festival de l’imaginaire

[Mise à jour] Prochaines séances du séminaire

Chers collègues et participants au séminaire, voici le calendrier des prochaines séances du séminaire Histoire culturelle de la danse :

  • 4 mai 2015 (19h-21h, Salle 7)

Emmanuelle Delattre-Destemberg (doctorante, CHCSC-UVSQ), « À la recherche de l’École de danse : une histoire des lieux et des politiques de gestion de la danse à l’Opéra (1779-1874) »

  • 11 mai 2015 (19h-21h, Salle 7)

Lola Gonzalez-Quijano (postdoctorante, LARHRA-Univ. Lyon II), «”Dites mon bordel” : l’amour vénal dans les établissements de spectacle parisiens au XIXe siècle »

  • Samedi 16 mai 2015 (9h-13h, salle 7)

Tiziana Leucci (CNRS/CEIAS), « Paris, New York, Londres, Calcutta: quelques étapes de la fabrication et circulation de la danse dite “hindoue” »

Séance suivie par une table ronde avec les intervenants du second semestre.

Au plaisir d’échanger avec vous lors de ces prochaines séances !

tumblr_m15mh9j4UE1r8t3kio1_1280

Informations pratiques : Ecole des hautes études en sciences sociales (salle 7, 105 bd Raspail 75006 Paris).

Un séminaire organisé par Elizabeth Claire, chargée de recherche au CNRS (CRH-CRAL) ; Emmanuelle Delattre-Destemberg, doctorante à l’Université Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines (CHCSC) ; Marie Glon, docteure de l’EHESS (Centre Edgar Morin, IIAC-EHESS) ; Sophie Jacotot, docteure de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne ; Vannina Olivesi, doctorante de l’EHESS (CRAL).


Ce séminaire propose d’explorer l’histoire des danses sociales et spectaculaires dans une perspective culturaliste, attentive à l’articulation et aux écarts entre les pratiques et les représentations. On étudiera les moments clés, grandes figures et lieux de mémoire qui ont marqué l’historiographie de la danse ; la construction de la danse comme pratique sociale légitime et comme profession ; les lieux et la circulation des pratiques ; la danse comme construction des rapports entre les sexes et des identités de genre ; la question de l’auteur en danse. Une attention particulière sera accordée aux usages des sources dans l’historiographie de la danse : quels types de sources pour quelle histoire de la danse ? comment étudier l’iconographie ? quels enjeux scientifiques émergent lors de la reconstruction des pratiques et à l’occasion de leur mise en récit historique ? enfin, quelles méthodes spécifiques mobilise-t’on pour problématiser la distance entre l’historien et l’époque qu’il étudie, s’interroger sur l’anachronisme et faire de l’écart historique un instrument heuristique ?