Archives de catégorie : Lieux de pratique de danse

Séminaire 2016-2017 : Bibliographie

Chères toutes et tous, ami.e.s, collègues et participant.e.s au séminaire Histoire culturelle de la danse, vous pouvez d’ores et déjà consulter et télécharger la bibliographie associée aux activités du séminaire cette année. Vous y trouverez des ressources concernant l’histoire culturelle et l’histoire de la danse, ainsi qu’une sélection d’ouvrages relatifs aux deux axes traités cette année, les circulations et le genre.


Séminaire ‘Histoire culturelle de la danse’ 2016-2017

Chers tous et toutes, ami.e.s et participant.e.s du séminaire Histoire culturelle de la danse,

Nous vous convions à la séance de rentrée du séminaire lundi prochain 14 novembre 2016, 14h-17h, en salle 13, 105 bd Raspail 75 006 Paris.

Cette séance sera consacrée à une introduction de nos axes de recherche. Nous travaillons cette année dans deux directions :

  • Les circulations des danses et le transationalisme
  • Le genre et les rapports sociaux de sexe dans l’histoire de la danse.

Cette séance d’introduction sera également l’occasion de réaliser un point historiographique sur l’histoire culturelle appliquée à l’objet danse. Les étudiants qui souhaitent valider le séminaire seront invités à se faire connaître.

by Bassano, whole-plate glass negative, 19 January 1916
Jan Oyra and Dorma Leigh (born Dorothy Mabel Woodley), in ‘Tina’, by Alexander Bassano, whole-plate glass negative, 19 January 1916. Source : National Portrait Gallery, London.

Voici le programme des prochaines séances du premier semestre :

14 novembre 2016   Introduction générale

12 décembre 2016  (Genre) – Vannina Olivesi (Cral)

« La féminisation du corps de ballet de l’Opéra, 1770-1860 : historiographie, méthodes, résultats »

Lectures : Lynn Garafola, « The Travesty Dancer in Nineteenth-Century Ballet », Dance Research Journal, Vol. 17/18, Vol. 17, n° 2 – Vol. 18, n° 1 (Autumn, 1985 – Spring, 1986), pp. 35-40.

Marian Smith, « About the House », in Roger Parker, Mary Ann Smart (ed.), Reading Critics Reading : Opera and Ballet Criticism in France from the Revolution to 1848, Oxford, Oxford University Press, 2001, pp. 215-236.

30 janvier 2017 (Genre) – Florence Filippi (Univ. Rouen)

« Souvenirs, mémoires et correspondances : l’actrice au miroir de ses mots (XVIIIe-XIXe siècles) ».

Lectures :

  • Aurore Evain, « Les autrices de théâtre et leurs œuvres dans les dictionnaires dramatiques du XVIIIe siècle », communication, 1ères Rencontres de la SIEFAR : Connaître les femmes de l’Ancien Régime. La question des recueils et des dictionnaires, Paris, 20 juin 2003 ; en ligne.
  • Viv Gardner, « By Herself : the actress and autobiography, 1755-1939 », in Maggie B. Gale, John Stokes (ed.), The Cambridge Companion to the Actress, Cambridge, NY, Melbourne, Madrid, CT, Singapore, SP, 2007, pp. 173-192.
  • [Lecture facultative et complémentaire : Edwige Kellet-Rahbé, « ‘Du théâtre ! ma fille !’ : actrices en romancie aux XVIIe et XVIIIe siècles », communication pour la Society for Seventeenth Century French Studies conference, Londres, 10-12 sept. 2009, en ligne.]

Le programme complet de l’année sera prochainement mis en ligne sur le site de l’Ehess.

[Séminaire 2015-16] Programme de l’année

PROGRAMME 2015-2016
SÉMINAIRE HISTOIRE CULTURELLE DE LA DANSE

2e lundi du mois de 15 h à 18 h (salle 11, 105 bd Raspail 75006 Paris), du 9 novembre 2015 au 13 juin 2016.
Elizabeth CLAIRE (enseignante principale), Emmanuelle DELATTRE, Sophie JACOTOT, Vannina OLIVESI.

*

9 novembre 2015 : Introduction générale par les membres de l’Atelier d’histoire culturelle de la danse.

Stéphanie Gonçalves, docteure en histoire, ATER Université Rennes 2, « Une guerre des étoiles : les tournées de ballet dans la diplomatie culturelle de la Guerre froide (1945-1968. Méthodologie et enjeux d’une recherche sur l’histoire de la danse transnationale ».

14 décembre 2015 (danse et économie), 15 h-17 h en salle 13 puis de 17 h à 18 h en salle 11

Felicia McCarren (Tulane University) « Capital et culture : économie(s) de danse(s) EU/US (Union européenne/États-Unis) ».

Lecture : Patrick Germain-Thomas, « Inventer et construire des compromis entre l’art et l’économie : le cas de la danse contemporaine », Négociations, 2, n° 20, 2013, pp. 41-58 ; lecture complémentaire : Roberta Shapiro, « Du smurf au ballet. L’invention de la danse hip-hop », in N. Heinrich, R. Shapiro (dir.), De l’artification. Enquêtes sur le passage à l’art, Paris, Editions de l’Ecole des hautes études en sciences sociales, 2012, pp. 171-192.

11 janvier 2016 (danse et morale), 15 h-17 h en salle 13 puis de 17 h à 18 h en salle 11.

Séance organisée par Adrien Belgrano, doctorant au CRH. Présentation par Elizabeth Claire du numéro sur « Danse et morale »  la revue European Studies in Drama and Theatre .

Simon Gabay, « Entre prédication et droit canonique : quelle place les autorités cléricales réservent-elles aux danseurs dans l’Occident latin médiéval ? »

Lecture : Alessandro Arcangeli, « Danse et sociabilité dans le miroir du discours théologique », in A. Montandon (dir.), Sociopoétique de la danse, Paris, Anthropos, 1998, pp. 55-63.

8 février 2016 (auteur en danse), 15 h-18 h en salle 11

Dora Kiss (Haute école de musique de Genève), « Faire auteur, en danse ».

Lecture : Frédéric Pouillaude, Le désœuvrement chorégraphique. Etude sur la notion d’œuvre en danse, Paris, Vrin, 2014, pp. 15-25 (chapitre « Un désœuvrement fondamental ») et pp. 243-263 (chapitre « Deux régimes d’identité »).

14 mars 2016 (auteur/circulation), 15 h-18 h en salle 11

Ramsay Burt, « Anna Teresa de Keersmaker, Beyoncé et ‘The Countdown Affair’ ».

Lecture : Guillaume Sintès, « Le manifeste en danse », Etudes littéraires, vol. 44, n° 3, automne 2013, pp. 111-121.

11 avril 2016 (danse et circulation), 15 h-17 h en salle 7 puis de 17 h à 18 h en salle 11.

Prarthana Purkayastha (Royal Holloway University of London), « Indian Modern Dance, Feminism and Transnationalism » (présentation en anglais).

Lecture : Davesh Soneji, « Whatever Happened to the South Indian Nautch ? Toward a Cultural History of Salon Dance in Madras », in Unfinished gestures : devadāsīs, memory, and modernity in South India, Chicago, University of Chicago Press, 2012, pp. 70-111.

9 mai 2016 (danse et circulation), 15 h-17 h en salle 13 puis de 17 h à 18 h en salle 11.

Emmanuelle Delattre-Destemberg (Univ. Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines) , « La circulation de l’École de danse française au XIXe siècle en Europe, une histoire de la domination culturelle à l’œuvre ».

Lecture : Rahul Markovits, « » L’Europe française », une domination culturelle ? Kaunitz et le théâtre français à Vienne au XVIIIe siècle », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 2012, n° 3, pp. 715-751.

13 juin 2016 (danse et circulation), 15 h-18 h en salle 7.

Isabelle Launay (Univ. Paris 8), « ‘Danses tordues’, Latifa Laabissi, Joséphine Baker, Polaire, Jane Avril. Métabolisation des conflits et stratégies de survie kinesthésiques ».

Lecture : Frantz Fanon, Peau noire, masques blancs, chapitre « L’expérience vécue du noir », Paris, Seuil, 1952.


Télécharger ici le programme complet du séminaire.

Consulter ou télécharger ici la bibliographie associée.

Calendrier de fin d’année

Chers collègues et participants au séminaire, voici le calendrier des prochaines séances du séminaire Histoire culturelle de la danse :

  • 4 mai 2015 (19h-21h, Salle 7)

Emmanuelle Delattre-Destemberg (doctorante, CHCSC-UVSQ)

« À la recherche de l’École de danse : une histoire des lieux et des politiques de gestion de la danse à l’Opéra (1779-1874) »

  • 11 mai 2015 (19h-21h, Salle 7)

Lola Gonzalez-Quijano (postdoctorante, LARHRA-Univ. Lyon II)

«”Dites mon bordel” : l’amour vénal dans les établissements de spectacle parisiens au XIXe siècle »

  • Samedi 16 mai 2015 (9h-13h, salle 1)

Tiziana Leucci (CNRS/CEIAS)

« Paris, New York, Londres, Calcutta: quelques étapes de la fabrication et circulation de la danse dite “hindoue” »

Séance suivie par une table ronde avec les intervenants du second semestre.

Au plaisir d’échanger avec vous lors de ces prochaines séances !

Vue de la salle de Walse construite au carré de la laiterie; Vue du temple de la paix dans le grand carré des Champs Elisées. Print shows celebrations for the anniversary of the founding of the French Republic, July 14, 1801 in two images, including a tent for dancing and a balloon ascension from which André Jacques Garnerin descends in a parachute above the Temple de la Paix and the Champs-Elysées. Library of Congress.
« Fête du 14 Juillet An IX. Vue de la salle de Walse construite au carré de la laiterie. Vue du temple de la paix dans le grand carré des Champs Elisées », 1801, Library of Congress.

Informations pratiques : Ecole des hautes études en sciences sociales (salle 7 les lundis, salle 1 le samedi – 105 bd Raspail 75006 Paris).

Un séminaire organisé par Elizabeth Claire, chargée de recherche au CNRS (CRH-CRAL) ; Emmanuelle Delattre-Destemberg, doctorante à l’Université Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines (CHCSC) ; Marie Glon, docteure de l’EHESS (Centre Edgar Morin, IIAC-EHESS) ; Sophie Jacotot, docteure de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne ; Vannina Olivesi, doctorante de l’EHESS (CRAL).


Ce séminaire propose d’explorer l’histoire des danses sociales et spectaculaires dans une perspective culturaliste, attentive à l’articulation et aux écarts entre les pratiques et les représentations. On étudiera les moments clés, grandes figures et lieux de mémoire qui ont marqué l’historiographie de la danse ; la construction de la danse comme pratique sociale légitime et comme profession ; les lieux et la circulation des pratiques ; la danse comme construction des rapports entre les sexes et des identités de genre ; la question de l’auteur en danse. Une attention particulière sera accordée aux usages des sources dans l’historiographie de la danse : quels types de sources pour quelle histoire de la danse ? comment étudier l’iconographie ? quels enjeux scientifiques émergent lors de la reconstruction des pratiques et à l’occasion de leur mise en récit historique ? enfin, quelles méthodes spécifiques mobilise-t’on pour problématiser la distance entre l’historien et l’époque qu’il étudie, s’interroger sur l’anachronisme et faire de l’écart historique un instrument heuristique ?

[Colloque] Orchestrer la nation. Musiques, danses et (trans)nationalismes

Orchestrer la nation. Musiques, danses et (trans)nationalismes Colloque international organisé à Paris

Maison des Cultures du Monde – 12 et 13 Novembre 2015

Depuis une vingtaine d’années, le développement d’un champ de recherche sur les pratiques musicales et dansées a donné naissance à un nombre considérable de monographies s’attachant à décrire la construction de mondes, de genres et de marchés musicaux, dans des Etats extra-occidentaux et postcoloniaux notamment. La musique y est présentée comme un creuset de transformations sociales, en lien avec la production de « modernités » (Erlmann, 1999) et l’urbanisation (Waxer, 2010), mais aussi comme un site central de production des nationalismes et des représentations de la nation : Peter Wade (2000) a ainsi démontré comment en Colombie, la musique permettait simultanément de construire les frontières de la nation et de s’imaginer dans le monde, tandis qu’en Tanzanie, Kelly Askew (2006) apporta des révisions considérables à la connaissance des nationalismes, en montrant que dans ce contexte où la propagation de l’écriture ne s’était pas opérée de façon générale, les sociétés de danse et de musique avaient été des véhicules majeurs pour inculquer une conscience politique et nationale à la fin de la colonisation et aux indépendances. Tout en offrant une large attention aux dialogues transnationaux sur lesquels reposent ces pratiques musicales et aux cosmopolitismes qu’elles conduisent à inventer (Turino, 2000 ; Glick-Schiller, Meinhof, 2011), différents travaux ont permis d’apporter des éclairages importants concernant les logiques de production de la nation dans des Etats postcoloniaux (à travers notamment la création des ensembles artistiques nationaux : ballets, orchestres, etc.), tandis que d’autres ont démontré, en Afrique notamment, la conjugaison entre projets nationalistes étatiques et identifications à une nation noire transnationale (Apter, 2006 ; Dorsch, 2010 ; Aterianus-Owanga et Guedj, 2014). Actuellement, l’observation des appropriations de différents genres musicaux mondialisés à des fins d’identification nationale – rap (Aterianus-Owanga, 2014), rock (Dorin, 2012), jazz (Martin et Roueff, 2002 ; Kelley, 2012), salsa (Waxer, 2010), reggae (Cooper, 2012) – démontre encore combien dans le creuset de la musique s’expriment autant des nationalismes d’Etat orientés par les politiques culturelles (Trébinjac, 2000, 2008), que des nationalismes « alternatifs » (Kiwan, 2014) ou des nationalismes « transnationaux » portés par les diasporas (Pacini, 2014).

De plus, notons qu’avec l’expansion des politiques de patrimonialisation et la quête de reconnaissance de certains Etats dans les marchés de la culture, plusieurs genres musicaux et chorégraphiques labellisés nationalement deviennent des « patrimoines » nationaux (sabar sénégalais, highlife ghanéen, salsa cubaine, champeta colombienne, tango argentin, candombe uruguayen, bharata natyam indien, etc.), parfois reconnus au PCI. Alors que les sciences humaines et les études sur les diasporas ont insisté sur la nécessité de construire un cadre théorique plus en adéquation avec le tournant global (Caillé, Dufoix, 2013), en parlant de « transnational » ou de « postnational », ces exemples soulignent combien les musiques et les danses offrent des sites d’observation privilégiés des variations que prend le nationalisme dans un monde globalisé, marqué par la complexification des réseaux de circulation et d’identification. Nous proposons dans ce colloque de réunir ce champ de recherche sur les pratiques musicales et dansées, pour discuter de la complexité des productions nationales dans un contexte de transnationalisation et de cosmopolitisation des parcours ou des identités dans la mondialisation. Il s’agira alors d’appréhender, par l’entrée musicale, les logiques de glissement, de confrontation ou de co-construction s’opérant entre nationalismes et transnationalismes dans les postcolonies.

Joan Vinckeboons, L'ile de Makian vue depuis les abords de Ngofakiaha, 1670, extrait de l'Atlas Blaeu-Van der Hem.
Joan Vinckeboons, L’ile de Makian vue depuis les abords de Ngofakiaha, 1670, extrait de l’Atlas Blaeu-Van der Hem.

Comment les musiques et les danses ont-elles pu être employées pour produire, spectaculariser et incarner une idéologie issue de l’Occident, et pour la modeler selon de nouvelles significations ? En quoi le projet nationaliste étatique (qu’il soit marqué par l’idéologie « multiethnique », « métisse », « indigéniste » ou « multiculturelle ») a-t-il été performé par ces pratiques ? A l’inverse, quels contournements des ordres étatiques ou réinventions de la nation les musiques et les danses ont-elles pu abriter ? Comment enfin, dans les situations de production, de diffusion et de réception des musiques, l’interaction complexe entre production des frontières nationales, invention de l’ethnicité et imagination du soi dans le monde s’est-elle négociée ? En partant des musiques et des danses, c’est ce faisant la question des émotions et l’approche sensible que nous pourrons interroger, afin d’appréhender la manière dont les pratiques musicales et dansées permettent de donner chair ou d’incorporer l’idéologie de la nation, d’en exprimer sa dimension affective (Stokes, 2010), ou au contraire de s’en écarter, de s’y opposer, ou d’y résister. Ce colloque souhaite réunir des travaux empiriques autant que des réflexions théoriques, en vue d’amener, par l’approche du musical, des nouveaux débats sur la production des nationalismes dans les nations postcoloniales, sur leur transnationalisation et sur les outils conceptuels les plus favorables à leur connaissance. Nous tenons à réunir pour cet événement des ethnomusicologues, anthropologues de la musique et de la danse, musicologues, historiens ou sociologues, afin de favoriser un dialogue interdisciplinaire fécond et de mobiliser diverses perspectives disciplinaires propices à une compréhension de l’intrication entre nationalismes et production musicale. Les contributions pourront se baser sur des études de cas dans les nations asiatiques, africaines ou sud-américaines, ainsi que sur les reconfigurations identitaires et musicales dans les diasporas et les migrations. En examinant les processus de longue durée sur lesquels reposent ces fabriques de nationalismes, les contributions éclaireront l’hétérogénéité des acteurs, espaces et institutions impliqués dans ce processus, tant du côté des politiques culturelles étatiques, que des marchés de diffusion et de production internationales (festivals, marchés de world-music, labels), ainsi que les technologies et les objets qui y sont mobilisés (reproduction phonographique, radio, sampling, plateformes de diffusion et de vente en ligne, etc.).

Les propositions de communication, de 250 mots maximum, devront être envoyées avant le 22 Mai 2015, accompagnées de leur bibliographie et d’une courte présentation de l’auteur (3 lignes), à l’adresse suivante : orchestrerlanation@yahoo.fr Les participants sélectionnés devront ensuite envoyer leur contribution complète trois semaines avant l’événement, de manière à faciliter le travail des discutants. Nous souhaitons vivement que les contributeurs accompagnent leurs présentations de matériaux audiovisuels. Programme prévisionnel : 22 mai : réception des candidatures 22 juin : annonce de la sélection des contributeurs 15 octobre : envoi des contributions 12 et 13 novembre : déroulement du colloque

Coordination Alice Aterianus-Owanga (Labex CAP, IIAC/LAHIC, Musée du Quai Branly, CREA) Elina Djebbari (Modern Moves, King’s College London)

Comité Scientifique :

  • Sarah ANDRIEU (CTEL, Université de Nice Sophia Antipolis)
  • Marie-Pierre GIBERT (CREA, Université Lyon 2)
  • Pauline GUEDJ (CREA, Université Lyon 2 / CIRHUS, NYU)
  • Christine GUILLEBAUD (CREM, CNRS)
  • Ananya Jahanara KABIR (Modern Moves, King’s College London)
  • Ulricke Hanna MEINHOF (University of Southampton)
  • Marissa MOORMAN (Indiana University)
  • Emmanuelle OLIVIER (CNRS, Centre Georg Simmel-UMR CNRS-EHESS 8131)
  • Catherine SERVAN-SCHREIBER (CEIAS, CNRS) Martin STOKES (King’s College London)
  • Sabine TREBINJAC (LESC, UMR 7186, CNRS)

Comité d’organisation :

  • Marta Amico (Center for World Music, Université de Hildesheim / Centre Georg Simmel, EHESS)
  • Alice Aterianus-Owanga (Labex CAP, IIAC/LAHIC, Musée du quai Branly, CREA – Lyon 2)
  • Clara Biermann (CREM / LESC – Paris Ouest Nanterre – UMR 7186 CNRS)
  • Elina Djebbari (Modern Moves, King’s College London)

Partenaires : Labex CAP – Paris / Modern Moves, King’s College London / IIAC-LAHIC / Maison des Cultures du Monde – Festival de l’imaginaire

[Mise à jour] Prochaines séances du séminaire

Chers collègues et participants au séminaire, voici le calendrier des prochaines séances du séminaire Histoire culturelle de la danse :

  • 4 mai 2015 (19h-21h, Salle 7)

Emmanuelle Delattre-Destemberg (doctorante, CHCSC-UVSQ), « À la recherche de l’École de danse : une histoire des lieux et des politiques de gestion de la danse à l’Opéra (1779-1874) »

  • 11 mai 2015 (19h-21h, Salle 7)

Lola Gonzalez-Quijano (postdoctorante, LARHRA-Univ. Lyon II), «”Dites mon bordel” : l’amour vénal dans les établissements de spectacle parisiens au XIXe siècle »

  • Samedi 16 mai 2015 (9h-13h, salle 7)

Tiziana Leucci (CNRS/CEIAS), « Paris, New York, Londres, Calcutta: quelques étapes de la fabrication et circulation de la danse dite “hindoue” »

Séance suivie par une table ronde avec les intervenants du second semestre.

Au plaisir d’échanger avec vous lors de ces prochaines séances !

tumblr_m15mh9j4UE1r8t3kio1_1280

Informations pratiques : Ecole des hautes études en sciences sociales (salle 7, 105 bd Raspail 75006 Paris).

Un séminaire organisé par Elizabeth Claire, chargée de recherche au CNRS (CRH-CRAL) ; Emmanuelle Delattre-Destemberg, doctorante à l’Université Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines (CHCSC) ; Marie Glon, docteure de l’EHESS (Centre Edgar Morin, IIAC-EHESS) ; Sophie Jacotot, docteure de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne ; Vannina Olivesi, doctorante de l’EHESS (CRAL).


Ce séminaire propose d’explorer l’histoire des danses sociales et spectaculaires dans une perspective culturaliste, attentive à l’articulation et aux écarts entre les pratiques et les représentations. On étudiera les moments clés, grandes figures et lieux de mémoire qui ont marqué l’historiographie de la danse ; la construction de la danse comme pratique sociale légitime et comme profession ; les lieux et la circulation des pratiques ; la danse comme construction des rapports entre les sexes et des identités de genre ; la question de l’auteur en danse. Une attention particulière sera accordée aux usages des sources dans l’historiographie de la danse : quels types de sources pour quelle histoire de la danse ? comment étudier l’iconographie ? quels enjeux scientifiques émergent lors de la reconstruction des pratiques et à l’occasion de leur mise en récit historique ? enfin, quelles méthodes spécifiques mobilise-t’on pour problématiser la distance entre l’historien et l’époque qu’il étudie, s’interroger sur l’anachronisme et faire de l’écart historique un instrument heuristique ?

[Parution] Étranges artistes sur la scène des Folies-Bergère, 1871-1936

Nous signalons la parution d’un ouvrage de Nathalie Coutelet aux Presses Universitaires de Vincennes qui intéressera sans doute les historiens de la danse :

Étranges artistes sur la scène des Folies-Bergère, 1871-1936

 *

De 1871 à 1936, des débuts de la IIIe République au Front populaire en passant par la « Belle Époque » et les « Années folles », les Folies-Bergère dominent le monde du music-hall parisien. Elles exploitent l’engouement pour les diversités anthropologiques, en mettant l’accent sur l’étrangeté et sur l’anormalité. On peut y applaudir des exhibitions de curiosités, telles que les femmes-canons, les hercules ou les géants, y découvrir des numéros « circassiens » ou redécouvrir la tradition des fêtes foraines avec la présence de femmes à barbe, de contorsionnistes et d’hommes-troncs. Les danseurs, qui deviennent une partie essentielle du spectacle à partir du début du xxe siècle, apportent 
à leur tour des pratiques nouvelles, étranges tout autant qu’étrangères. Dans ce couple antinomique de fascination et de dégoût se construit l’immense succès des Folies-Bergère et de leur revue à grand spectacle, que l’auteur analyse au prisme de l’attitude de la population vis-à-vis des formes variées de l’étrangeté.

7365355-11340238

Nathalie Coutelet enseigne au département théâtre de l’université Paris 8. Spécialiste du spectacle populaire, elle a notamment publié «Démocratisation du spectacle et idéal républicain (2011) » et 
travaille sur l’histoire du spectacle et de la mise en scène au tournant du XIXe et du XXe siècle.

[Séminaire 2014-2015] Lieux et circulations de la danse

Chers lecteurs du carnet, collègues et participants au séminaire, voici le programme du séminaire Histoire culturelle de la danse pour le second semestre :

  • 2 février 2015 (19h-21h, salle 7)

Elizabeth Claire (CNRS/CRH-CRAL) et Emmanuelle Delattre-Destemberg (doctorante, UVSQ), Séance d’introduction sur la thématique « Lieux et circulations de la danse »

  • 2 mars 2015 (19h-21h, salle 7)

Marie Glon (Centre Edgar Morin), « Quand les danses circulent par la poste »

  • 16 mars 2015 (19h-21h, salle 7)

Mélanie Traversier (MCF, IRHIS-Lille 3), « De la rue au théâtre-temple : enjeux et mutations des lieux de spectacle dans les villes européennes de l’époque moderne » 

  • 4 mai 2015 (19h-21h, Salle 7)

Emmanuelle Delattre-Destemberg (doctorante, CHCSC-UVSQ), « À la recherche de l’École de danse : une histoire des lieux et des politiques de gestion de la danse à l’Opéra (1779-1874) » 

  • 11 mai 2015 (19h-21h, Salle 7)

Lola Gonzalez-Quijano (postdoctorante, LARHRA-Univ. Lyon II), « »Dites mon bordel » : l’amour vénal dans les établissements de spectacle parisiens au XIXe siècle »

  • Samedi 16 mai 2015 (9h-13h, salle 7)

Tiziana Leucci (CNRS/CEIAS), « Paris, New York, Londres, Calcutta: quelques étapes de la fabrication et circulation de la danse dite « hindoue » »

Séance suivie par une table ronde avec les intervenants du second semestre.

*

Informations pratiques : Ecole des hautes études en sciences sociales ; 1er et 3e lundis du mois de 19 h à 21 h (salle 1, 105 bd Raspail 75006 Paris), du 3 novembre 2014 au 18 mai 2015.  À partir du 19 janvier les séances du lundi se dérouleront en salle 7. Séances supplémentaires les samedis 24 janvier et 16 mai (de 9 h à 13 h, salle 1, même adresse).

Un séminaire organisé par Elizabeth CLAIRE , chargée de recherche au CNRS (CRH-CRAL) ; Emmanuelle DELATTRE-DESTEMBERG, doctorante à l’Université Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines (CHCSC) ; Marie GLON , docteure de l’EHESS (Centre Edgard Morin, IIAC-EHESS) ; Sophie JACOTOT , docteure de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne ; Vannina OLIVESI, doctorante de l’EHESS (CRAL).


Ce séminaire propose d’explorer l’histoire des danses sociales et spectaculaires dans une perspective culturaliste, attentive à l’articulation et aux écarts entre les pratiques et les représentations. On étudiera les moments clés, grandes figures et lieux de mémoire qui ont marqué l’historiographie de la danse ; la construction de la danse comme pratique sociale légitime et comme profession ; les lieux et la circulation des pratiques ; la danse comme construction des rapports entre les sexes et des identités de genre ; la question de l’auteur en danse. Une attention particulière sera accordée aux usages des sources dans l’historiographie de la danse : quels types de sources pour quelle histoire de la danse ? comment étudier l’iconographie ? quels enjeux scientifiques émergent lors de la reconstruction des pratiques et à l’occasion de leur mise en récit historique ? enfin, quelles méthodes spécifiques mobilise-t’on pour problématiser la distance entre l’historien et l’époque qu’il étudie, s’interroger sur l’anachronisme et faire de l’écart historique un instrument heuristique ?

Séminaire international « Déclamation, chant et danse en France aux XVIIe et XVIIIe siècles : niveaux, lieux de performance, courants et filiations « 

Séminaire international


Déclamation, chant et danse en France
 aux XVIIe et XVIIIe siècles :
niveaux, lieux de performance,
 courants et filiations
 


Vendredi 4 avril – Versailles
Jeudi 10 avril – Versailles
Vendredi 23 mai – Tours
Lundi 27 octobre – Montpellier

 

Organisation : Jean-Noël Laurenti et Bénédicte Louvat-Molozay


Durant ces dernières décennies se sont développées les recherches visant à la restitution des pratiques de scène en usage aux XVIIe et XVIIIe siècles (déclamation et chant, geste, danse), mais ces recherches demandent à être sans cesse affinées, faute de quoi il serait tentant d’appliquer indistinctement les mêmes procédés techniques à tout un répertoire abusivement unifié sous l’étiquette « baroque ».
À partir des traités et documents conservés, il s’agira d’étudier les différences qui on pu exister dans les pratiques de performance en public (lecture publique, déclamation, chant, gestuelle, danse) selon le lieu et le type de public (compagnie restreinte ou salle de spectacle), selon le genre (comédie, tragédie, genres relevant du « loisir mondain », bal ou ballet, etc.) ou selon les subdivisions dans le genre (type de personnages, danse haute ou danse basse). À travers l’étude des textes théoriques, des oeuvres et des témoignages, il s’agira également d’étudier la conscience que le XVIIe et XVIIIe siècles ont eue de ces typologies et la manière dont elles étaient mises en pratique. Il s’agira également de discerner les évolutions qui font que certains préceptes techniques précédemment en vigueur sont abandonnés ou modulés dans un sens différents durant une période. À cet égard, il conviendra de prendre en considération l’importance des courants esthétiques qui parcourent les deux siècles, les influences étrangères, et examiner les spécificités et les parentés des documents témoignant de ces pratiques dans les autres pays d’Europe.
Ce séminaire, soutenu par l’équipe Ricercar et l’équipe de recherche du CMBV, sera pluri- et interdisciplinaire. Parce qu’il s’interroge sur la mise en pratique des préceptes énoncés dans les traités et documents conservés, il comprendra d’une part des communications théoriques, d’autre part des ateliers d’expérimentation pratique. Il donnera lieu à la publication d’un recueil d’études.

Partenaires : Centre d’Études Supérieures de la Renaissance (CESR, UMR7323, Tours), Centre de Musique Baroque de Versailles (CMBV), Institut de recherche sur la Renaissance, le Classicisme et les Lumières (IRCL, UMR 5186, université de Montpellier III),  Institut Universitaire de France, Laboratoire « Formes et Représentations en Linguistique et Littérature » (FORELL, EA 3816, université de Poitiers) Association pour un Centre de Recherche sur les Arts du Spectacle aux XVIIe et XVIIIe siècles.

Entrée libre dans la limite des places disponibles.
Contact : jean-noel.laurenti@wanadoo.fr

*

93-001058-01
Israël Silvestre (1621-1691), La Fête « Les Plaisirs de l’Ile Enchantée » donnée par Louis XIV à Versailles. Seconde journée. Theatre fait dans la mesme allée sur lequel la Comédie, et le Ballet de la Princesse d’Élide furent représentés, 1664. Source : RMN – Château de Versailles.

*

Programme


Vendredi 4 avril
Centre de Musique Baroque de Versailles
Hôtel des Menus-Plaisirs, 22, Avenue de Paris, 78000 Versailles


9 h 30 : Mickaël Bouffard (Centre André Chastel) : « Geste noble et geste bas : évolutions et ruptures du XVIIe au XVIIIe siècle. »
10 h 10 : Christine Bayle (Paris) : « Comment un même geste évolue du XVIe au XVIIIe siècle. »
10 h 50 : Pause
11 h 10 : Anastasia Sakhnovskaia (CETHEFI, Nantes) : « Les spécificités du jeu forain et l’héritage italien. »

14 h 00 : Laura Naudeix (Université de Rennes 2) : « Les gestes dans les cantates : indications techniques et préceptes généraux d’esthétique et de civilité. »
14 h 40 : Bertrand Porot (Université de Reims, GRIMAS) : « Le comique musical : indices pour l’interprétation musicale et scénique. »
15 h 10 : Pause
15 h 30 : Sabine Chaouche (Oxford Brookes University) : « La mise en scène d’après les manuscrits de la Comédie Française du XVIIIe siècle : entrées, déplacements, prise de parole et jeu ; évolutions et spécificités. »
16 h 10 : Discussion et conclusions.

 

Jeudi 10 avril
Centre de Musique Baroque de Versailles
Salle Lalande


9 h 30 : Nathalie Lecomte (Paris) et Mickaël Bouffard, en collaboration avec Rebecca Harris-Warrick (Cornell University) : « Configuration et dimension des espaces de bal à la cour de Louis XIV. »
10 h 10 : Dominique Lauvernier (Université de Caen) : « Configuration des salles et performances scéniques : problématique de leur interaction. »
10 h 50 : Pause
11 h 10 : Marie-Thérèse Mourey (Paris-Sorbonne) : « “Danse haute”, “danse basse”, registres et niveaux : apports techniques et esthétiques des sources allemandes du début xviiie siècle.

14 h : Naïk Raviart : « La belle Danse, une réalité difficile à cerner, riche en questions pour notre pratique. »
14 h 40 : Hubert Hazebroucq : « Les “genres” de danse, basse, haute, grotesque : un éclairage sur le répertoire noté. »
15 h 20 : Pause
15 h 40 : Irène Ginger : « Niveaux d’exécution des pas, quelques exemples tirés de traités français et allemands du xviiie siècle. »
16 h 20 : Table ronde entre les intervenants.

 

Vendredi 23 mai
Centre d’Études Supérieures de la Renaissance
59, Rue Néricault-Destouches, 37000 Tours
Salle Rapin


9 h 30 : Philippe Caron (FORELL, Poitiers) : « L’évolution des quantités vocaliques : entre “bel usage”, déclamation et survivances dialectales du xviie au xixe. »
10 h 10 : Jean-Noël Laurenti (CESR, Tours) : « Niveaux de “performance” dans le répertoire des airs et “performance” scénique d’après Bacilly. »
10 h 50 : Pause
11 h 10  : Jed Wentz (Amsterdam) et Joao Luis Veloso Peixão : conférence démonstration : « A reconstruction of spoken declamation based on Lully’s Roland. »

14 h : Olivier Bettens (Cossonay) : « Entre bon usage et (in)tolérance : quel espace pour la déclamation et le chant ? »
14 h 40 : Atelier 1 : Nicole Rouillé (Meaux) : « Variations dans la déclamation parlée et chantée en fonction des genres et des lieux. »
15 h 40 : Pause
16 h : Atelier 2 : Pierre-Alain Clerc (Lausanne/Genève) : « Les “niveaux” de déclamation : des exemples chez Molière. »
17 h : Conclusions.

 

Lundi 27 octobre
Université Paul Valéry Montpellier 3
(Programme précisé ultérieurement)


Matinée
Claude Bourqui (Fribourg) : « La commedia dell’arte et son influence sur le jeu français au xviie siècle. »
Emanuele de Luca (Paris) : « La commedia dell’arte et son influence sur le jeu français au xviiie siècle. »
David Wiles (Exeter) : « Le jeu anglais aux XVIIe et XVIIIe siècles. »
Franck Salaün (Montpellier 3) : « Garrick et la France. »

Après-midi
Atelier 1 : Le jeu anglais : l’interprétation de Shakespeare.
Atelier 2 : Le jeu italien (canevas de commedia dell’arte et extraits de Marivaux).

*

Les archives numériques de la Révolution française

Les bibliothèques de l’Université de Stanford et la Bibliothèque nationale de France ont mis en ligne les archives parlementaires de la Révolution française, de même qu’un corpus d’images qui devrait intéresser tous ceux qui étudient le statut du comédien, les fêtes et divertissements de la fin du dix-huitième siècle.

*

Ici l’on danse. Vue de la decoration et illumination faite sur le terrain de la Bastille pour le jour de la fête de la Confédération française le 14 juillet 1790, A Paris : chez J. Chereau, [1790], eau-forte, ANRF.
Ici l’on danse. Vue de la decoration et illumination faite sur le terrain de la Bastille pour le jour de la fête de la Confédération française le 14 juillet 1790, A Paris : chez J. Chereau, [1790], eau-forte, ANRF.

*

Les deux bases de données sont consultables sur le site des Archives numériques de la Révolution française.