Archives par mot-clé : 17e siècle

[Appel] La danse et les nations : identités, altérités, frontières (XVIIe-XIXe siècles)

Colloque international

La danse et les nations : identités, altérités, frontières

(XVIIe-XIXe siècles)

Paris, 26-29 octobre 2017

À l’issue de trois années de recherche dans le cadre du programme de recherche HdD (Herméneutiques de la danse, coordonné par Arianna Fabbricatore), ce colloque international et interdisciplinaire a pour objectif de faire une synthèse sur le travail effectué autour de la question des styles et des genres de danse dans l’espace européen à l’époque des Lumières et d’ouvrir la recherche sur les enjeux sémiotiques, politiques et sociaux de la danse en tant que signe, expression ou représentation d’une frontière plus au moins perméable entre identités culturelles. Il s’agira de s’interroger sur la manière dont la danse théâtrale évolue dans un espace social et culturel où les enjeux sont liés à la confrontation entre les nations et à la définition de leur identité.

Colloque organisé dans le cadre du projet « Discours sur la danse »

Vous trouverez le détail de l’appel à communication avec les axes thématiques dans ce fichier Pdf.


Coordination : Arianna Fabbricatore (Université Paris-Sorbonne)

Comité scientifique :

  • Charles Alunni (Ecole normale supérieure)
  • Elena Cervellati (Université de Bologne)
  • Paolo Fabbri (Centre d’Etudes sémiotiques Urbino)
  • Arianna Fabbricatore (Université Paris-Sorbonne)
  • Marie-Thérèse Mourey (Université Paris-Sorbonne)
  • Marina Nordera (Université Côté d’Azur)
  • Françoise Rubellin (Université de Nantes)
  • Martin Rueff (Université de Genève)

Comité d’organisation

  • Paolo Desogus (Université Paris-Sorbonne)
  • Delphine Vernozy (Université Paris-Sorbonne)

[Séminaire 2016-2017] Prochaine séance

Chers tous et toutes, ami.e.s, étudiant.e.s et collègues,

Le programme du séminaire Histoire culturelle de la danse 2016-2017 vous sera bientôt communiqué. Nous continuerons à explorer le thème des circulations et nous commencerons un nouveau chantier consacré au genre et à la danse.

Source : Jean-Pierre Dalbéra, Rama Vaidyanathan au Musée Guimet, 2009.
Source : Jean-Pierre Dalbéra, Rama Vaidyanathan, Musée Guimet, 2009.

En attendant, vous pouvez d’ores et déjà noter que la séance de rentrée aura lieu le lundi 14 novembre prochain de 14h à 17h.

Au plaisir de vous y rencontrer !


→ Pour toute demande d’information et inscription à notre liste de diffusion, vous pouvez nous écrire à l’adresse suivante : histoireculturelle.danse [at] gmail [dot] com.

[Séminaire 2015-2016] Bibliographie

Chers amis, chères amies, collègues et participant.e.s au séminaire, voici la bibliographie qui encadrera notre réflexion cette année. Sa consultation est disponible sur un fichier pdf intégré à ce billet. Cliquez sur ce lien : BIBLIO_Séminaire 2015-16_FINAL

Une bibliographie plus complète sur le thème de l’auteur en danse est également disponible dans ce billet.

Le programme des séances du séminaire sera bientôt annoncé.

Bonne(s) lecture(s) à tous et toutes et au plaisir d’échanger avec vous.

L’Atelier d’histoire culturelle de la danse.


 

[Parution] Entre cours et jardins d’illusion. Le ballet en Europe (1515-1715)

Nous annonçons la parution de l’ouvrage de Nathalie Lecomte dans la collection Histoires du Centre national de la danse :

Entre cours et jardins d’illusion. Le ballet en Europe (1515-1715) 

nathalielecomte-entrecoursetjardins

*

Ce livre retrace les étapes cruciales, entre 1515 et 1715, de l’histoire du ballet : son émergence, dans le contexte de la Renaissance humaniste, au moment où la culture italienne entre en force à la cour de François Ier ; son apogée au Grand Siècle et le déploiement de son influence dans les cours européennes ; son déclin, à la mort de Louis XIV, alors que d’autres genres de spectacle dansé ont déjà pris sa place et que la cour n’en est plus le cadre privilégié. Cette étude dévoile également l’univers dans lequel les danses de spectacle naissent, évoluent et créent l’illusion, car le danseur incarne les valeurs sociales et morales de son temps. Que ce soit dans le cadre des festivités de cour ou, ensuite, dans celui du théâtre et de la scène à l’italienne, il est l’acteur d’un monde « en représentation ».

Cet ouvrage a pour ambition de proposer une synthèse à l’échelle européenne des multiples travaux sur la période. Il fournit également des analyses inédites élaborées à partir de sources premières et donne à voir une riche iconographie.

L’auteur : historienne de la danse, Nathalie Lecomte est spécialiste des XVIIe et XVIIIe siècles. Chercheuse indépendante, conférencière, elle est aussi membre fondateur de l’ACRAS (Association pour un centre de recherche sur les arts du spectacle aux XVIIe et XVIIIe siècles). Elle a contribué au Dictionnaire de la danse (Larousse), à L’Histoire de la danse : repères dans le cadre du diplôme d’État (CND) et a coécrit La Danse classique (Gallimard Jeunesse Musique – Cité de la musique, 1999) et Scènes de bal, bals en scène (CND, 2011).

[Séminaire 2014-2015] L’auteur en danse

Chers collègues, amis et participants au séminaire,

Voici la bibliographie sur laquelle nous appuierons notre réflexion durant ce premier semestre 2014-2015 consacré à l’auteur en danse.

Bonne lecture !

*

[Société des auteurs et compositeurs de musique], Catalogue des ballets, Paris, s. n., 1888.

Rapport des Assises européennes du droit d’auteur du chorégraphe, 20-23 septembre 1992, Archives de la SACD.

Revue française de sociologie, 1986, 27/3 : « Sociologie de l’art et de la littérature ».

Alsne Anne-Marie, « La chorégraphie et le droit d’auteur en France », Revue internationale du droit d’auteur, n° 162, 1994, pp. 2-119.

Andia Béatrice de, « Les auteurs dramatiques et leurs droits », in Béatrice de Andia, Géraldine Rideau (dir.), Paris et ses théâtres : architecture et décor, textes réunis par Béatrice de Andia et Géraldine Rideau, Paris, Action artistique de la Ville de Paris, « Paris et son patrimoine », 1998, pp. 9-16.

Bayard Pierre, Et si les œuvres changeaient d’auteur ?, Paris, Ed. de Minuit, 2010, 156 p.

Bayet Jean, La Société des auteurs et compositeurs dramatiques, Paris, A. Rousseau, 1908.

Bénichou Paul, Le Sacre de l’écrivain, 1750-1830. Essai sur l’avènement d’un pouvoir spirituel laïque dans la France moderne, Paris, J. Corti, 1973.

Benveniste Émile, Le vocabulaire des institutions indo-européennes, Paris, Ed. de Minuit, 1969.

Blaustein Renée, Pettiti Louis-Edmond, Le droit d’auteur du chorégraphe. 1 : Vers l’avenir logiciel, Paris, Comité français de la danse, 1984, 16 p.

Birn Raymond, « The Profits of Ideas : Privilèges en librairie in 18th c. France », Eighteenth century studies, vol. 4, no 2, 1970, p. 131‑168.

Bois Mario, Le Covec Olivier, Le droit d’auteur du chorégraphe. 2 : Les droits du chorégraphe résidant en France, Paris, Comité français de la danse, 1984, 20 p.

Bonfanti Amélie, Le corps humain comme œuvre de l’esprit, mémoire de Master 2, dir. Muriel Fabre-Magnan, Droit, Univ. Paris 1-Panthéon-Sorbonne, 2011, 61 p.

Bozzoni Olivia, Le droit d’auteur du chorégraphe, thèse, Droit, Univ. Paris II, 1997.

Boncompain Jacques, Auteurs et comédiens au XVIIIe siècle, Paris, Perrin, 1976.

Boncompain Jacques, « Le droit d’être auteur », in La Révolution des auteurs, 1777-1793, Paris, SACD, 1984, pp. 7-32.

Boncompain Jacques, La Révolution des auteurs, Paris, Fayard, 2002.

Boncompain Jacques, De Scribe à Hugo : la condition de l’auteur, 1815-1870, Paris, H. Champion, 2013, 832 p.

Bonnet Jean-Claude, Naissance du Panthéon. Essai sur le culte des grands hommes, Paris, Fayard, 1998.

Bourdieu Pierre, Les règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire, Paris, Seuil, 1992.

Brunn Alain, L’auteur, Paris, GF Flammarion, 2001.

Buch Esteban, « Le chef d’orchestre : pratiques de l’autorité et métaphores politiques », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 57e année, n° 4, juillet-août 2002, pp. 1001-1028.

Chartier Roger, L’ordre des livres : lecteurs, auteurs, bibliothèques en Europe entre XIVe et XVIIIe siècle, Aix-en-Provence, Alinea, 2012.

Chartier Roger, Inscrire et effacer : culture écrite et littérature, XIe-XVIIIe siècle, Paris, Gallimard/Le Seuil, 2005.

Compagnon Antoine, Qu’est-ce qu’un auteur ?, cours de licence LLMM 316 F2, UFR de Littérature française et comparée, Université Paris IV-Sorbonne, 2002, http://www.fabula.org/compagnon/auteur.php et http://aphelis.net/wp-content/uploads/2012/03/Compagnon-Auteur.pdf.

Dubois Jacques, L’institution de la littérature, Paris, Bruxelles, Nathan-Labor, 1978.

Dumas-Parmentier Simone-Marie, Les œuvres chorégraphiques et le droit d’auteur, thèse, Droit, Université Paris I, 148 p.

Edelman Bernard, Le sacre de l’auteur, Paris, Seuil, 2004.

Foucault Michel, « Qu’est-ce qu’un auteur ? », in Michel Foucault, Dits et Ecrits, 1954-1975, éd. établie sous la dir. de Daniel Defert et François Ewald, Paris, Gallimard, 2001, pp. 817-837.

Hesse Carla, « Enlightenment Epistemology and the Laws of Authorship in Revolutionary France, 1777-1793 », Representations, no 30, 1990, p. 109‑137.

Jacques-Lefèvre Nicole (dir.), Une histoire de la « fonction-auteur » est-elle possible ?, Actes du colloque organisé par le Centre de recherche LiDiSa, Littérature et discours du savoir, 11-13 mai 2000, E.N.S. Fontenay-Saint-Cloud, Saint-Etienne, Publications de l’Université de Saint-Etienne, 2001, 292 p.

Kant Emmanuel, Qu’est-ce qu’un livre ? Textes de Kant et Fichte, trad. fr. Jocelyn Benoist, Paris, Presses universitaires de France, 1995.

Kristeller Paul Oskar, « The Modern System of the Arts: A Study in the History of Aesthetics (I) », Journal of the History of Ideas, vol. 12, n° 4, Oct. 1951, pp. 496-527

Kristeller Paul Oskar, « The Modern System of the Arts: A Study in the History of Aesthetics (II) », Journal of the History of Ideas, vol. 13, n° 1, janv. 1952, pp. 17-46.

Laurenti Jean-Noël, Lecomte Nathalie, Naudeix Laura, « Introduction », in Louis de Cahusac, La danse ancienne et moderne ou Traité historique de la danse, Paris, Desjonquères – Centre national de la danse, 2004.

Leclerc Gérard, Histoire de l’autorité : l’assignation des énoncés culturels et la généalogie de la croyance, Pais, Presses universitaires de France, 1996.

Leclerc Gérard, Le sceau de l’œuvre, Paris, Éd. du Seuil, coll. « Poétique », 1998.

Letzter Jacqueline, Adelson Robert, « Un drame d’ambitions déçues : les opéras d’Isabelle de Charrière », Revue d’histoire du théâtre, n° 195, 1997/3, pp. 235-254.

Letzter Jacqueline, Adelson Robert, Women Writing Opera. Creativity and Controversy in the Age of the French Revolution, Los Angeles – Londres, University of California Press, 2001, 358 p.

Levinson Jerrold, « Pour une définition historique de l’art », in Jerrold Levinson, L’art, la musique et l’histoire, Paris, Éditions de l’Éclat, 1998.

Lilti Antoine, Figures publiques : l’invention de la célébrité (1750-1850), Paris, Fayard, 2014.

Lucas André, Lucas Henri-Jacques, Lucas-Schloetter Agnès, Traité de la propriété industrielle et artistique, Paris, LexisNexis, 2012 (1ère éd. 1994), 1569 p.

Marquié Hélène, « Du notateur à l’auteur : être chorégraphe au XIXe siècle », in Agnès Graceffa (dir.), Histoire du statut de l’artiste, XVe-XXIe siècle, Paris, Hermann, 2012, pp. 77-88.

Menger Pierre-Michel, « Le travail à l’œuvre. Enquête sur l’autorité contingente du créateur dans l’art lyrique », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 65e année, 2010/3, pp. 743-786.

Nye Edward, « ‘Choreography’ is Narrative : The Programmes of the Eighteenth-Century Ballet d’Action », Dance Research, vol. 26, n° 1, Summer 2008, pp. 42-59.

Nye Edward, Mime, Music and Drama on the Eighteenth Century Stage : The Ballet d’Action, Cambridge, Cambridge University Press, 2011.

Peacock Alan T., Weir Ronald B., The composer in the market place, London, Faber Music, 1975, 171 p.

Pérez Liliane, L’invention technique au siècle des Lumières, Paris, A. Michel, 2000.

Pouillaude Frédéric, Le désœuvrement chorégraphique : étude sur la notion d’œuvre en danse, Paris, Vrin, 2009, 430 p.

Rose Mark, Authors and owners: the invention of copyright, Cambridge (Mass.), London, Harvard University Press, 1993.

Sapiro Gisèle, « Droit et histoire de la littérature : la construction de la notion d’auteur », Revue d’histoire du XIXe siècle, vol. 48, n° 1, 2014, pp. 107-122.

Schaeffer Jean-Marie, « Originalité et expression de soi », Communications, n° 64, 1997, pp. 89-115.

Scherer Frederic M., Quarter Notes and Bank Notes: The Economics of Music Composition in the Eighteenth and Nineteenth Centuries, Princeton, Princeton University Press, 2004.

Schlanger Judith, L’invention intellectuelle, Paris, Fayard, 1983.

Stévance Sophie (dir.), Composer au XXIe siècle : pratiques, philosophies, langages et analyses, Paris, Vrin, 2010.

Viala Alain, La naissance de l’écrivain. Sociologie de la littérature à l’âge classique, Paris, Éd. de Minuit, 1985.

Viala Alain, « L’auteur et son manuscrit dans l’histoire de la production littéraire », in Michel Contat (dir.), L’auteur et son manuscrit, Paris, PUF, 1991, pp. 95-118.

Woodmansee Martha, « The genius and the copyright : economic and legal conditions of the emergence of the “Author” », Eighteenth century studies, vol. 17, no 4, 1984, p. 425‑448.

Former un danseur-lecteur

Séminaire 2014-2015 
Institut Interdisciplinaire d’Anthropologie du Contemporain
Séminaire de l’axe culture

Evelyne Ribert, Sylvie Sagnes 
*

EHESS, 2e jeudi du mois de 17 h à 19 h (salle 8, 105 bd Raspail 75006 Paris) 
 
 

La première rencontre aura lieu jeudi 13 novembre, de 17h à 19h, salle 8 au 105 bd Raspail

 

La discussion portera sur une partie de la thèse de Marie Glon :

 Doctorante EHESS
IIAC – Equipe CEM
 
 « Former un danseur-lecteur : audaces et angoisses vis-à-vis d’une autonomie inédite (XVIIIe siècle) »
 

Discutant :
 
Sophie Maisonneuve  
 Maîtresse de conférence, Université Paris Descartes, Sorbonne Paris Cité
IIAC – Equipe LAHIC
 
Résumé : Dans sa thèse d’histoire (Les Lumières chorégraphiques. Les maîtres de danse européens au cœur d’un phénomène éditorial (1700-1760), sous la direction de Georges Vigarello, soutenance en décembre prochain), Marie Glon cherche à comprendre le mouvement d’édition qui se déploie en Europe, durant deux tiers de siècle, à partir de la Chorégraphie – « art de décrire la danse » dont les principes sont publiés à Paris en 1700. Grâce à cet art scripturaire sont publiées plusieurs centaines de « danses gravées », objets à la lisière de l’écriture et de l’image, dont le déchiffrage est destiné à mettre en mouvement le corps de l’usager. Lors de cette séance, elle se penchera sur les utilisations de ces « danses gravées » et sur les débats qu’elles ont occasionnés, qui révèlent des expériences novatrices quant à l’autonomie du lecteur-danseur postulé par ces objets. 

 *

Au nombre des quatre axes transversaux qui structurent l’IIAC, l’axe Culture privilégie, parmi les définitions qui s’attachent à son objet, celle qui entend la culture au sens d’un ensemble de biens, mis à distance physiquement et symboliquement. Observable aux quatre coins du monde, le geste de dissociation et d’élection qui préside à son instauration offre le spectacle d’une véritable mutation anthropologique, diversement saisissable : par les réceptacles de la valeur culturelle (notamment les arts et le patrimoine) ; par les enjeux politiques constitutifs des processus d’institution ; par, enfin, le regard réflexif que nous pouvons porter sur notre propre discipline en tant qu’actrice de cette démarcation. Attentif à rendre compte de ce vaste éventail d’approches, le séminaire de l’axe se veut un lieu et un moment de rencontres et d’échanges, autour de travaux, individuels ou collectifs, en voie de finalisation (thèses, rapports de recherche, ouvrages, essais, films). S’y exprimeront, aussi bien à titre d’intervenants que de discutants, doctorants, post-doctorants et chercheurs du laboratoire.

Séminaire d’histoire culturelle de la danse 2014 – 2015

Nous avons le plaisir de vous informer de la reprise, lundi 3 novembre à 19h, du séminaire d’histoire culturelle de la danse à l’EHESS (105, bd Raspail, 75006 Paris, salle 1). 

Le premier semestre sera consacré à l’ouverture d’un nouveau chantier : la question de l’auteur en danse. Le second semestre poursuivra la recherche engagée l’an dernier sur les lieux de danse.

Pour favoriser les échanges et les avancées collectives, nous proposons cette année une nouvelle formule : chaque semestre comptera quatre séances traditionnelles (2 heures le lundi soir) puis une matinée conjuguant exposé(s) et table-ronde, pour revenir sur les dossiers étudiés et prolonger la réflexion (4 heures le samedi matin). 

Au plaisir de vous revoir,

Elizabeth Claire, Emmanuelle Delattre, Marie Glon, Sophie Jacotot, Vannina Olivesi

1er semestre

•   lundi 3 novembre, 19h-21h : introduction

•   lundi 24 novembre, 19h-21h (exceptionnellement en salle 2) : Hélène Marquié (maîtresse de conférence, Paris 8), De Filippo Taglioni à Louise Stichel : rôle et place des chorégraphes au XIXe siècle

•   lundi 15 décembre, 19h-21h : Marie Glon (doctorante à l’EHESS), Les « danses en Chorégraphie » ou la naissance de deux statuts d’auteur en danse au XVIIIe siècle

•   lundi 19 janvier, 19h-21h : Guillaume Sintès (doctorant à Paris 8, département Danse), Préfiguration, structuration et enjeux esthétiques du métier de chorégraphe (France, 1957-1984). Une histoire administrative et réglementaire

•   samedi 24 janvier, 9h-13h : Vannina Olivesi (doctorante à l’EHESS), Des professionnels en quête d’autorité et de légitimité : maîtres de ballet et chorégraphes de l’Opéra au tournant des XVIIIe et XIXe siècles, suivie par une Table-ronde.

Le programme du second semestre sera bientôt annoncé.

Séminaire international « Déclamation, chant et danse en France aux XVIIe et XVIIIe siècles : niveaux, lieux de performance, courants et filiations « 

Séminaire international


Déclamation, chant et danse en France
 aux XVIIe et XVIIIe siècles :
niveaux, lieux de performance,
 courants et filiations
 


Vendredi 4 avril – Versailles
Jeudi 10 avril – Versailles
Vendredi 23 mai – Tours
Lundi 27 octobre – Montpellier

 

Organisation : Jean-Noël Laurenti et Bénédicte Louvat-Molozay


Durant ces dernières décennies se sont développées les recherches visant à la restitution des pratiques de scène en usage aux XVIIe et XVIIIe siècles (déclamation et chant, geste, danse), mais ces recherches demandent à être sans cesse affinées, faute de quoi il serait tentant d’appliquer indistinctement les mêmes procédés techniques à tout un répertoire abusivement unifié sous l’étiquette « baroque ».
À partir des traités et documents conservés, il s’agira d’étudier les différences qui on pu exister dans les pratiques de performance en public (lecture publique, déclamation, chant, gestuelle, danse) selon le lieu et le type de public (compagnie restreinte ou salle de spectacle), selon le genre (comédie, tragédie, genres relevant du « loisir mondain », bal ou ballet, etc.) ou selon les subdivisions dans le genre (type de personnages, danse haute ou danse basse). À travers l’étude des textes théoriques, des oeuvres et des témoignages, il s’agira également d’étudier la conscience que le XVIIe et XVIIIe siècles ont eue de ces typologies et la manière dont elles étaient mises en pratique. Il s’agira également de discerner les évolutions qui font que certains préceptes techniques précédemment en vigueur sont abandonnés ou modulés dans un sens différents durant une période. À cet égard, il conviendra de prendre en considération l’importance des courants esthétiques qui parcourent les deux siècles, les influences étrangères, et examiner les spécificités et les parentés des documents témoignant de ces pratiques dans les autres pays d’Europe.
Ce séminaire, soutenu par l’équipe Ricercar et l’équipe de recherche du CMBV, sera pluri- et interdisciplinaire. Parce qu’il s’interroge sur la mise en pratique des préceptes énoncés dans les traités et documents conservés, il comprendra d’une part des communications théoriques, d’autre part des ateliers d’expérimentation pratique. Il donnera lieu à la publication d’un recueil d’études.

Partenaires : Centre d’Études Supérieures de la Renaissance (CESR, UMR7323, Tours), Centre de Musique Baroque de Versailles (CMBV), Institut de recherche sur la Renaissance, le Classicisme et les Lumières (IRCL, UMR 5186, université de Montpellier III),  Institut Universitaire de France, Laboratoire « Formes et Représentations en Linguistique et Littérature » (FORELL, EA 3816, université de Poitiers) Association pour un Centre de Recherche sur les Arts du Spectacle aux XVIIe et XVIIIe siècles.

Entrée libre dans la limite des places disponibles.
Contact : jean-noel.laurenti@wanadoo.fr

*

93-001058-01
Israël Silvestre (1621-1691), La Fête « Les Plaisirs de l’Ile Enchantée » donnée par Louis XIV à Versailles. Seconde journée. Theatre fait dans la mesme allée sur lequel la Comédie, et le Ballet de la Princesse d’Élide furent représentés, 1664. Source : RMN – Château de Versailles.

*

Programme


Vendredi 4 avril
Centre de Musique Baroque de Versailles
Hôtel des Menus-Plaisirs, 22, Avenue de Paris, 78000 Versailles


9 h 30 : Mickaël Bouffard (Centre André Chastel) : « Geste noble et geste bas : évolutions et ruptures du XVIIe au XVIIIe siècle. »
10 h 10 : Christine Bayle (Paris) : « Comment un même geste évolue du XVIe au XVIIIe siècle. »
10 h 50 : Pause
11 h 10 : Anastasia Sakhnovskaia (CETHEFI, Nantes) : « Les spécificités du jeu forain et l’héritage italien. »

14 h 00 : Laura Naudeix (Université de Rennes 2) : « Les gestes dans les cantates : indications techniques et préceptes généraux d’esthétique et de civilité. »
14 h 40 : Bertrand Porot (Université de Reims, GRIMAS) : « Le comique musical : indices pour l’interprétation musicale et scénique. »
15 h 10 : Pause
15 h 30 : Sabine Chaouche (Oxford Brookes University) : « La mise en scène d’après les manuscrits de la Comédie Française du XVIIIe siècle : entrées, déplacements, prise de parole et jeu ; évolutions et spécificités. »
16 h 10 : Discussion et conclusions.

 

Jeudi 10 avril
Centre de Musique Baroque de Versailles
Salle Lalande


9 h 30 : Nathalie Lecomte (Paris) et Mickaël Bouffard, en collaboration avec Rebecca Harris-Warrick (Cornell University) : « Configuration et dimension des espaces de bal à la cour de Louis XIV. »
10 h 10 : Dominique Lauvernier (Université de Caen) : « Configuration des salles et performances scéniques : problématique de leur interaction. »
10 h 50 : Pause
11 h 10 : Marie-Thérèse Mourey (Paris-Sorbonne) : « “Danse haute”, “danse basse”, registres et niveaux : apports techniques et esthétiques des sources allemandes du début xviiie siècle.

14 h : Naïk Raviart : « La belle Danse, une réalité difficile à cerner, riche en questions pour notre pratique. »
14 h 40 : Hubert Hazebroucq : « Les “genres” de danse, basse, haute, grotesque : un éclairage sur le répertoire noté. »
15 h 20 : Pause
15 h 40 : Irène Ginger : « Niveaux d’exécution des pas, quelques exemples tirés de traités français et allemands du xviiie siècle. »
16 h 20 : Table ronde entre les intervenants.

 

Vendredi 23 mai
Centre d’Études Supérieures de la Renaissance
59, Rue Néricault-Destouches, 37000 Tours
Salle Rapin


9 h 30 : Philippe Caron (FORELL, Poitiers) : « L’évolution des quantités vocaliques : entre “bel usage”, déclamation et survivances dialectales du xviie au xixe. »
10 h 10 : Jean-Noël Laurenti (CESR, Tours) : « Niveaux de “performance” dans le répertoire des airs et “performance” scénique d’après Bacilly. »
10 h 50 : Pause
11 h 10  : Jed Wentz (Amsterdam) et Joao Luis Veloso Peixão : conférence démonstration : « A reconstruction of spoken declamation based on Lully’s Roland. »

14 h : Olivier Bettens (Cossonay) : « Entre bon usage et (in)tolérance : quel espace pour la déclamation et le chant ? »
14 h 40 : Atelier 1 : Nicole Rouillé (Meaux) : « Variations dans la déclamation parlée et chantée en fonction des genres et des lieux. »
15 h 40 : Pause
16 h : Atelier 2 : Pierre-Alain Clerc (Lausanne/Genève) : « Les “niveaux” de déclamation : des exemples chez Molière. »
17 h : Conclusions.

 

Lundi 27 octobre
Université Paul Valéry Montpellier 3
(Programme précisé ultérieurement)


Matinée
Claude Bourqui (Fribourg) : « La commedia dell’arte et son influence sur le jeu français au xviie siècle. »
Emanuele de Luca (Paris) : « La commedia dell’arte et son influence sur le jeu français au xviiie siècle. »
David Wiles (Exeter) : « Le jeu anglais aux XVIIe et XVIIIe siècles. »
Franck Salaün (Montpellier 3) : « Garrick et la France. »

Après-midi
Atelier 1 : Le jeu anglais : l’interprétation de Shakespeare.
Atelier 2 : Le jeu italien (canevas de commedia dell’arte et extraits de Marivaux).

*

Appel à communication « Échanges et transferts entre deux cultures : France et Espagne au temps de Philippe V »

Université Bordeaux Montaigne – Appel à communication. Colloque international (projet ALFRES soutenu par le Conseil Régional d’Aquitaine), Laboratoire CEMMC- EA 2958, 13-14-15 novembre 2014, en partenariat avec le Centre Roland Mousnier de l’Université Paris-Sorbonne, le CSIPM de l’Universidad Autónoma de Madrid, la Société des Sciences, Lettres et Arts de Bayonne.

*

478px-AnneMariedeLaTremoille
Portrait présumé d’Anne-Marie de La Trémoille, princesse des Ursins (1641-1722), attribué à René Antoine Houasse (1645-1710), vers 1670, Musée Condé.

*

Échanges et transferts entre deux cultures : France et Espagne au temps de Philippe V

En 1700, le duc d’Anjou, petit-fils de Louis XIV, fut désigné comme le successeur du roi d’Espagne. Il prit ainsi la route vers Madrid en février 1701 afin de rejoindre ses nouveaux royaumes. Ce voyage qui le conduisit vers la frontière franco-espagnole des Pyrénées ne constituait pas une nouveauté. Les différentes unions entre les princes français et espagnols au cours des XVIe et XVIIe siècles ont contribué à faire de l’ancienne Aquitaine une voie et un espace naturel d’échange entre les deux pays. Si ces voyages princiers méritent à eux seuls d’être analysés dans leur dimension locale, c’est-à-dire comment ils furent vécus et interprétés par les sociétés d’alors, ils invitent également à s’interroger plus largement sur les transferts culturels, politiques et sociaux, auxquels ils ont donné lieu.

Ces unions matrimoniales offraient, par exemple, l’occasion d’introduire des nouveautés, des usages culturels et des pratiques sociales d’un autre pays. Dans le cas du duc d’Anjou, devenu Philippe V en 1700, il a longtemps été admis que son règne jusqu’au milieu du XVIIIe siècle fut marqué par de nombreuses innovations politiques, administratives et culturelles. Si cette conception a pu être largement nuancée par l’apport des historiens espagnols et français, cette analyse mérite aujourd’hui d’être poursuivie. En effet, il apparaît opportun de diffuser les acquis d’une recherche dont les interrogations demeurent nombreuses. Il serait ainsi pertinent de s’interroger au cours de ce colloque sur les relations entre la France et l’Espagne de la première moitié du XVIIIe siècle et sur les conséquences à long terme de l’avènement de Philippe V à la couronne d’Espagne. On peut suggérer plusieurs axes de recherche.

1– Clientèles et lignages
Le premier consiste à enquêter sur les entourages encore méconnus de Philippe V, de ses épouses et de ses fils. Au delà du seul personnel politique, aujourd’hui bien connu, on peut s’interroger sur les pratiques et les usages courtisans qui ont pu être modifiés ou sur les changements qui ont affecté les clientèles des hommes et des femmes de pouvoir. Le changement dynastique a été également mis à profit par plusieurs familles situées dans les zones frontalières. Ainsi, une adaptation des stratégies familiales au nouveau contexte a déjà été souligné dans les Pays-Bas espagnols. Des lignages se sont adaptés au bouleversement des relations franco-espagnoles en profitant des nouveaux liens qui unissaient désormais les monarchies françaises et espagnoles. Plusieurs mariages unissant des familles des Pays-Bas espagnols et du royaume de France illustrent ainsi une volonté de rapprochement ou de saisir l’opportunité du changement dynastique[1]. Ce questionnement mériterait d’être poursuivi et comparé aux cas des familles installées de part et d’autre des Pyrénées. En d’autres termes, il s’agit de rechercher les effets et les conséquences de l’installation du duc d’Anjou sur le trône espagnol pour les sociétés française et espagnole.


2- Femmes françaises, femmes espagnoles dans l’entourage de Philippe V

Le début du règne de Philippe V s’accompagne de la mise à l’écart suivi de l’exil en Fran ce, à Bayonne, de la veuve de Charles II de Habsbourg, Marie-Anne de Neubourg, où elle vécut plus de vingt ans et reconstitua, selon certains témoignages, une petite cour très active. La vie que mena la reine douairière en Aquitaine, les voyages qu’elle y effectua, notamment à Pau pour y rencontrer Elisabeth Farnèse en 1714, méritent d’être réexaminés en profondeur, à partir des archives locales, en collaboration avec la très active Société des sciences, lettres et arts de Bayonne.
La place de la princesse des Ursins, camarera mayor de la reine d’Espagne, Marie Louise de Savoie, dans l’intimité du couple royal entre 1701 et 1714 mais également dans les relations entre les cours française et espagnole, en fait la figure la plus connue de l’entourage féminin d’origine fran&cce dil;aise de Philippe V. Son rôle est éclairé par l’édition récente de la correspondance croisée entre la princesse et son amie Mme de Maintenon, établie par Marcel Loyau, mais limitée à l’année 1709[2]. Au-delà de cette figure emblématique, il conviendrait de d’intéresser aux autres femmes qui gravitent dans l’entourage du souverain, qu’elles soient françaises, dans la première partie du règne, espagnoles, ou bien même italiennes -à des fins de comparaisons-, après le remariage du monarque avec Elisabeth Farnèse en 1714. L’objectif étant d’abord de réfléchir à la nature de l’influence de ces femmes, mais également aux réseaux dans lesquelles elles s’insèrent sans oublier de les replacer dans l’optique d’un rôle transfrontalier dans un processus de construction, dès le XVIIIe siècle, d’un espace européen à l’instar d’un colloque récent[3].

3- Échanges culturels entre France et Espagne
Si les changements dans l’exercice et l’organisation du pouvoir monarchique résultant de l’arrivée des Bourbons sur le trône espagnol ont été amplement étudiés par les historiens, les transferts culturels entre les deux royaumes, entre les deux cours en particulier, doivent être repris de manière plus systématique. Si le palais de La Granja est toujours cité comme l’une des copies du modèle versaillais, il convient de revenir sur les goûts « français » du roi que ce soit en matière d’architecture, de peinture, de sculpture, de musique (opéra français, musique de chambre), sur les institutions culturelles d’inspiration française que sont les Académies royales fondées par Philippe V mais aussi sur l’étiquette de la cour et la pratique de la langue. Il conviendra d’élargir le regard sur l’influence française au-delà des beaux-arts, en direction de la littérature et du théâtre, de la danse, de la mode, de l’alimentation et des arts de la table mais aussi de l’éducation. Sur ce dernier point, pourraient être examinées les influences de l’éducation reçue par le duc d’Anjou à la cour de France sur les choix faits pour ses propres enfants. On ne saurait cependant raisonner uniquement en termes d’influences, de modèles qui, dans ces différents domaines, ont pu être copiés, il faut aussi examiner les adaptations aux usages, aux habitudes, mais aussi aux goûts et aux réalités socio-politiques de l’Espagne afin de déceler les formes d’hybridations culturelles entre les deux espaces curiaux, voire les deux sociétés vivant de part et d’autre des Pyrénées.

Comité d’organisation
Guillaume Hanotin, maître de conférences en histoire moderne,
Université Bordeaux-Montaigne
Dominique Picco, maîtresse de conférences en histoire moderne,
Université Bordeaux-Montaigne

Comité scientifique :
Comité scientifique :
Marie-Bernadette Dufo urcet-Hakim, professeur de musicologie, Université Bordeaux-Montaigne
Alain Hugon, Université de Caen
Philippe Loupès, professeur d’histoire moderne, Université Bordeaux-Montaigne
María de Los Angeles Pérez Samper, Universitat de Barcelona
Géraud Poumarède, professeur d’histoire moderne Université Bordeaux-Montaigne
Josette Pontet, professeur d’histoire moderne, Université Bordeaux-Montaigne

Les propositions de communication (3000 signes maximun, espace compris) sont à renvoyer avant le 1er mai 2014 aux organisateurs
guillaume.hanotin@u-bordeaux3.fr
ET dominique.picco@u-bordeaux3.fr.

Elles doivent être accompagnées d’une bio-bibliographie de l’auteur(e). Les réponses seront données vers le 15 mai.

[1] Thomas Glesener, La garde du Roi : pouvoirs, élites et nations dans la monarchie hispanique (1700-1823), thèse de doctorat sous la direction de Michel Bertrand et Franz Bierlaire, Université de Toulouse-Le Mirail, 2007, 2 vols., t. I, p. 60-61.
[2] Madame de Maintenon et la princesse des Ursins, Correspondance, 1709 une année tragique, éd. M. Loyau, Paris, Mercure de France, 2002. Voir également Lettres de Madame de Maintenon, vol. III, IV et V, Paris, Honoré Champion, 2011 et 2013.
[3] Guyonne Leduc, sous la dir. de, préface de Suzan Van Dijk, Rôles transfrontaliers joués par les femmes dans la construction de L’Europe, Paris, L’Harmattan 2012.

Danseurs d’encre et d’aquarelle sous le règne de Louis XIV

Mercredi 19 février 2014 de 18h30 à 20h00

Danseurs d’encre et d’aquarelle sous le règne de Louis XIV : le costume de ballet au regard des pratiques de scènes et d’atelier, une conférence de Mickaël Bouffard, chercheur invité au Centre André Chastel, dans le cadre du Cycle de rencontres scientifiques du Centre André Chastel (UMR 8150).

Lieu : Galerie Colbert, 2 rue Vivienne, 75002 Paris, salle Ingres, 2e étage, entrée libre.

*

Costume de deux Égyptiennes, attribué à Jean Bérain, n. d., maquette de costume, BnF.
Costume de deux Égyptiennes, attribué à Jean Bérain (1640-1711), non daté, maquette de costume, BnF.

*

Résumé

Souvent utilisé comme maquette de costume, le dessin de figures de ballet ne se limite pas à la simple description des habits dont ont besoin les artisans pour les confectionner. En tant que « projet » à soumettre pour approbation, ces œuvres poursuivent des objectifs de séduction qui se décèlent aussi bien dans les rehauts d’or et d’argent que dans le choix de postures délicates. Pour ce qui est de ces dernières, on peut se demander jusqu’à quel point elles sont en phase avec les pratiques chorégraphiques du temps, sachant qu’elles pouvaient être réappliquées de manière générique à d’autres personnages dansants (et même chantants) par des raccourcis de production propres aux ateliers d’artistes. Et si ces attitudes correspondaient effectivement aux pratiques scéniques contemporaines, chercheraient-elles à plaire par une esthétique plus moderne de la figure humaine, délaissant ainsi les canons classicistes dominants dans le choix des proportions et du contraste des membres du corps ?

 *