Archives par mot-clé : 20e siècle

[Programme] Séminaire ‘Histoire culturelle de la danse’ 2016-2017

PROGRAMME 2016-2017
SÉMINAIRE HISTOIRE CULTURELLE DE LA DANSE

2e et 5e lundis du mois de 14 h à 17 h (salle 13, 105 bd Raspail 75 006 Paris), du 14 novembre 2015 au 12 juin 2017. Séances supplémentaires le 24 avril 2017 (salle 8, 105 bd Raspail 75006 Paris) et le 15 mai 2017 (salle 13, 105 bd Raspail 75006 Paris).

Organisatrices : Elizabeth CLAIRE – CNRS-CRH (enseignante principale) & Vannina OLIVESI – CRAL

Ce séminaire propose d’explorer l’histoire des danses sociales et spectaculaires dans une perspective culturaliste, attentive à l’articulation et aux écarts entre les pratiques et les représentations. On étudiera deux axes :
– transnationalisme et circulation des danses,
– genre et rapports sociaux de sexe dans l’histoire de la danse.

14 novembre 2016 : INTRODUCTION GÉNÉRALE

12 décembre 2016 (Genre) :

Vannina OLIVESI (CRAL), « La féminisation du corps de ballet de l’Opéra, 1770-1860 : historiographie, méthodes, résultats ».

Lectures : Lynn Garafola, « The Travesty Dancer in Nineteenth-Century Ballet », Dance Research Journal, Vol. 17/18, Vol. 17, n° 2 – Vol. 18, n° 1 (Autumn, 1985 – Spring, 1986), pp. 35-40.
Marian Smith, « About the House », in Roger Parker, Mary Ann Smart (ed.), Reading Critics Reading : Opera and Ballet Criticism in France from the Revolution to 1848, Oxford, Oxford University Press, 2001, pp. 215-236.

30 janvier 2017 : (Genre)

Florence FILIPPI (Univ. Rouen), « Souvenirs, mémoires et correspondances : l’actrice au miroir de ses mots (XVIIIe-XIXe siècles)».

Lectures :
Aurore Evain, « Les autrices de théâtre et leurs œuvres dans les dictionnaires dramatiques du XVIIIe siècle », communication, 1ères Rencontres de la SIEFAR : Connaître les femmes de l’Ancien Régime. La question des recueils et des dictionnaires, Paris, 20 juin 2003.

Viv Gardner, « By Herself : the actress and autobiography, 1755-1939 », in Maggie B. Gale, John Stokes (ed.), The Cambridge Companion to the Actress, Cambridge, NY, Melbourne, Madrid, CT, Singapore, SP, 2007, pp. 173-192.

[Lecture facultative et complémentaire : Edwige Kellet-Rahbé, « ‘Du théâtre ! ma fille !’ : actrices en romancie aux XVIIe et XVIIIe siècles », communication pour la Society for Seventeenth Century French Studies conference, Londres, 10-12 sept. 2009.

Les documents associés à cette séance peuvent être consultés et téléchargés sur cette page.

13 mars 2017 (Circulations) :

Stéphanie GONÇALVES, (Postdoctorante, Fonds National de la Recherche scientifique belge (FNRS) et CRH), « Maya Plissetskaya à Rome : Guerre froide, circulations et transferts culturels (1983-1985) ».

Lectures :
Béatrice Joyeux-Prunel, « Les transferts culturels. Un discours de la méthode »,
Hypothèses, 2003/1 (6), pp. 149-162.
Sylvain Dufraisse et al., « Les Soviétiques hors d’URSS : quels voyages pour quelles expériences ? », Les Cahiers Sirice, 2016/2 (N° 16), pp. 11-18.
[Lecture facultative et complémentaire : Marie-Pierre Rey, « Préface », Les Cahiers Sirice 2016/2 (N° 16), pp. 5-9.]

Les documents associés à cette séance peuvent être consultés et téléchargés sur cette page.

24 avril 2017 [attention, en Salle 8, 105 bd. Raspail] (Circulations)

Laure GUILBERT, « Moving geographies. La danse en exil dans l’entre-deux-guerres ».
Lecture : Marion Kant, « Anti-fascist theater and dance in Californian exile: ‘For the time being a row of palm trees is nothing but a nice façade,’ dans Jeffrey Fear, Paul Lerner (dir.), Jewish Culture and History. Behind the Screens: Immigrants, Émigrés, and Exiles in Mid Twentieth-Century Los Angeles, 17:1-2, 2016, pp. 94-114.

Les documents associés à cette séance peuvent être consultés et téléchargés sur cette page.

15 mai 2017 (Genre)

Felicia MCCARREN (Institut des Études Avancées de Paris, Tulane Univ.),
« Planting Dance : Entre l’histoire naturelle et l’histoire culturelle du genre en danse »

Lecture(s) : pour consulter et télécharger les documents, voir la page en ligne ici.

29 mai 2017 (Circulations)

Julia PREST (University of St Andrews), « La politique de la danse aux Antilles françaises »

Lectures :

(Source) Moreau de St.-Mery, De la danse, Parme, Bodoni, 1801. Disponible sur MANIOC, la Bibliothèque numérique Caraibe Amazonie Plateau des Guyanes, en ligne ici.

(Bibliographie) Lillian Moore, « Moreau de Saint-Mery and ‘Danse’ », Dance Index, Lincoln Kirstein, Paul Magriel, Donald Windham (eds.), V:10 (October 1946), pp. 231 -260.

(Bibliographie) Gabriel Entiope, Nègres, danse et résistance, Paris, L’Harmattan, 1996, pp. 175-211.

Les documents associés à cette séance peuvent être consultés et téléchargés sur cette page.

Attention, cette séance n’est pas soumise à la validation. Les étudiants sont vivement encouragés à lire les textes de Moore et d’Entiope, à feuilleter l’ouvrage de Saint-Mery afin de favoriser la discussion collective.

12 juin 2017 : CONCLUSION et ACTUALITÉS DE LA RECHERCHE

Table ronde historiographique avec Marie GLON (Univ. Lille III) à l’occasion de la sortie d’un numéro d’European Drama and Performance Studies consacré à la danse et à la morale et d’un numéro de Clio. Femmes, Genre, Histoire dédie à la danse.

Lecture : sélection d’un texte du numéro d’EDPS : La danse est-elle vraiment immorale ?

Plus d’informations sur le site de l’Ehess

La bibliographie associée au séminaire est téléchargeable ici.

Nous contacter : histoireculturelle[dot]danse[at]gmail.com


Le séminaire Histoire culturelle de la danse (Centres de recherches sur les arts et le langage – CRAL) est organisé par Elizabeth Claire (CRNS-CRH) et Vannina Olivesi (CRAL).

Il propose d’explorer l’histoire des danses sociales et spectaculaires dans une perspective culturaliste, attentive à l’articulation et aux écarts entre les pratiques et les représentations. On étudiera les moments clés, grandes figures et lieux de mémoire qui ont marqué l’historiographie de la danse ; la construction de la danse comme pratique sociale légitime et comme profession insérée dans un système de production des spectacles ; les lieux et la circulation des pratiques ; la danse comme construction des rapports entre les sexes et des identités de genre ; la question de l’auteur en danse.


Séminaire 2016-2017 : Bibliographie

Chères toutes et tous, ami.e.s, collègues et participant.e.s au séminaire Histoire culturelle de la danse, vous pouvez d’ores et déjà consulter et télécharger la bibliographie associée aux activités du séminaire cette année. Vous y trouverez des ressources concernant l’histoire culturelle et l’histoire de la danse, ainsi qu’une sélection d’ouvrages relatifs aux deux axes traités cette année, les circulations et le genre.


Séminaire ‘Histoire culturelle de la danse’ 2016-2017

Chers tous et toutes, ami.e.s et participant.e.s du séminaire Histoire culturelle de la danse,

Nous vous convions à la séance de rentrée du séminaire lundi prochain 14 novembre 2016, 14h-17h, en salle 13, 105 bd Raspail 75 006 Paris.

Cette séance sera consacrée à une introduction de nos axes de recherche. Nous travaillons cette année dans deux directions :

  • Les circulations des danses et le transationalisme
  • Le genre et les rapports sociaux de sexe dans l’histoire de la danse.

Cette séance d’introduction sera également l’occasion de réaliser un point historiographique sur l’histoire culturelle appliquée à l’objet danse. Les étudiants qui souhaitent valider le séminaire seront invités à se faire connaître.

by Bassano, whole-plate glass negative, 19 January 1916
Jan Oyra and Dorma Leigh (born Dorothy Mabel Woodley), in ‘Tina’, by Alexander Bassano, whole-plate glass negative, 19 January 1916. Source : National Portrait Gallery, London.

Voici le programme des prochaines séances du premier semestre :

14 novembre 2016   Introduction générale

12 décembre 2016  (Genre) – Vannina Olivesi (Cral)

« La féminisation du corps de ballet de l’Opéra, 1770-1860 : historiographie, méthodes, résultats »

Lectures : Lynn Garafola, « The Travesty Dancer in Nineteenth-Century Ballet », Dance Research Journal, Vol. 17/18, Vol. 17, n° 2 – Vol. 18, n° 1 (Autumn, 1985 – Spring, 1986), pp. 35-40.

Marian Smith, « About the House », in Roger Parker, Mary Ann Smart (ed.), Reading Critics Reading : Opera and Ballet Criticism in France from the Revolution to 1848, Oxford, Oxford University Press, 2001, pp. 215-236.

30 janvier 2017 (Genre) – Florence Filippi (Univ. Rouen)

« Souvenirs, mémoires et correspondances : l’actrice au miroir de ses mots (XVIIIe-XIXe siècles) ».

Lectures :

  • Aurore Evain, « Les autrices de théâtre et leurs œuvres dans les dictionnaires dramatiques du XVIIIe siècle », communication, 1ères Rencontres de la SIEFAR : Connaître les femmes de l’Ancien Régime. La question des recueils et des dictionnaires, Paris, 20 juin 2003 ; en ligne.
  • Viv Gardner, « By Herself : the actress and autobiography, 1755-1939 », in Maggie B. Gale, John Stokes (ed.), The Cambridge Companion to the Actress, Cambridge, NY, Melbourne, Madrid, CT, Singapore, SP, 2007, pp. 173-192.
  • [Lecture facultative et complémentaire : Edwige Kellet-Rahbé, « ‘Du théâtre ! ma fille !’ : actrices en romancie aux XVIIe et XVIIIe siècles », communication pour la Society for Seventeenth Century French Studies conference, Londres, 10-12 sept. 2009, en ligne.]

Le programme complet de l’année sera prochainement mis en ligne sur le site de l’Ehess.

[Séminaire 2016-2017] Prochaine séance

Chers tous et toutes, ami.e.s, étudiant.e.s et collègues,

Le programme du séminaire Histoire culturelle de la danse 2016-2017 vous sera bientôt communiqué. Nous continuerons à explorer le thème des circulations et nous commencerons un nouveau chantier consacré au genre et à la danse.

Source : Jean-Pierre Dalbéra, Rama Vaidyanathan au Musée Guimet, 2009.
Source : Jean-Pierre Dalbéra, Rama Vaidyanathan, Musée Guimet, 2009.

En attendant, vous pouvez d’ores et déjà noter que la séance de rentrée aura lieu le lundi 14 novembre prochain de 14h à 17h.

Au plaisir de vous y rencontrer !


→ Pour toute demande d’information et inscription à notre liste de diffusion, vous pouvez nous écrire à l’adresse suivante : histoireculturelle.danse [at] gmail [dot] com.

[Parution] Se faire contemporain

Se faire contemporain. Les danseurs africains à l’épreuve de la mondialisation culturelle

Altaïr Despres

Publications de la Sorbonne, coll. « Homme et Société », 2016

28405100693470L

Présentation :
Longtemps absents de la scène chorégraphique contemporaine, les danseurs africains semblent bien avoir, depuis une vingtaine d’années, le vent en poupe. Ils sont désormais les invités des festivals et des théâtres internationaux les plus prestigieux, et leurs pièces sont saluées tant par le public que par la critique. C’est que, disent les commentateurs, la mondialisation culturelle est passée par là.
Mais qu’est-ce, au juste, que cette mondialisation ?
L’auteure, sociologue et anthropologue, a mené une enquête de terrain de plusieurs années dans l’univers de la danse contemporaine africaine. À partir d’un travail d’archives, d’observations ethnographiques et du recueil de nombreux témoignages d’artistes et de professionnels de la culture, son livre retrace l’émergence de cette esthétique chorégraphique sur le continent africain. Il documente en particulier le parcours de jeunes danseurs, depuis les quartiers populaires de Bamako et de Ouagadougou jusqu’aux planches des grandes scènes parisiennes. Ce faisant, la mondialisation culturelle cesse d’apparaître comme un phénomène vague et irrépressible : elle devient une réalité concrète, une expérience pratique, dont on saisit tour à tour les ressorts politiques, artistiques ou migratoires.
L’apparition d’une forme « contemporaine » de danse en Afrique repose sur la formation de réseaux institutionnels connectés à l’Europe, sur la construction opportune d’intérêts esthétiques pour le continent noir, sur l’appropriation par les danseurs africains d’un rapport nouveau à l’art et, finalement, sur la formation de subjectivités inédites de danseurs et de chorégraphes qui en viennent à incarner, entre « ici » et « là-bas », l’art africain internationalisé.

Source de l’information : Publications de la Sorbonne.

[Séminaire 2015-2016] Bibliographie

Chers amis, chères amies, collègues et participant.e.s au séminaire, voici la bibliographie qui encadrera notre réflexion cette année. Sa consultation est disponible sur un fichier pdf intégré à ce billet. Cliquez sur ce lien : BIBLIO_Séminaire 2015-16_FINAL

Une bibliographie plus complète sur le thème de l’auteur en danse est également disponible dans ce billet.

Le programme des séances du séminaire sera bientôt annoncé.

Bonne(s) lecture(s) à tous et toutes et au plaisir d’échanger avec vous.

L’Atelier d’histoire culturelle de la danse.


 

[Séminaire 2015-16] Séance de rentrée

Chers amis, chères amies, collègues et fidèles participant.e.s au séminaire Histoire culturelle de la danse, le programme de cette année n’est pas encore finalisé, mais nous vous invitons dès à présent à nous rejoindre le 9 novembre pour la séance de rentrée du séminaire.

Nous diffuserons très prochainement le programme de l’année sur ce carnet et sur le site de l’Ehess.

Nous attirons votre attention sur le fait que le séminaire change d’horaire cette année puisqu’il aura lieu de 15h à 18h, une fois par mois. Vous trouverez un récapitulatif des dates des séances en bas de ce billet.

Notre séminaire 2015-2016 est organisé autour de deux axes :

  • les lieux et la circulation des danses ;
  • l’auteur en danse.

Nous vous convions donc à une séance de rentrée le 9 novembre prochain qui sera consacrée à la circulation des danses. Nous aurons le plaisir d’écouter Stéphanie Gonçalves, docteure en Histoire, ATER à l’Université de Rennes 2 et collaboratrice scientifique à l’Université Libre de Bruxelles. Sa communication est ainsi intitulée :

Une guerre des étoiles : les tournées de ballet dans la diplomatie culturelle de la Guerre froide (1945-1968).

Méthodologie et enjeux d’une recherche sur l’histoire de la danse transnationale

USSR. Moscow. The Bolshoi Theatre with portrait of LENIN and STALINE on the front. 1947. Robert Capa © International Center of Photography.
USSR. Moscow. The Bolshoi Theatre with portrait of LENIN and STALINE on the front. 1947. Robert Capa © International Center of Photography.

Informations pratiques

Le séminaire Histoire culturelle de la danse est organisé par Elizabeth Claire, Emmanuelle Delattre-Destemberg, Sophie Jacotot, Vannina Olivesi.

2e lundi du mois de 15 h à 18 h (salle 11, 105 bd Raspail 75006 Paris), du 9 novembre 2015 au 13 juin 2016. Dates des séances : 9 novembre et 14 décembre 2015 ; 11 janvier, 8 février, 14 mars, 11 avril, 9 mai, 13 juin 2016.

Ce séminaire propose d’explorer l’histoire des danses sociales et spectaculaires dans une perspective culturaliste, attentive à l’articulation et aux écarts entre les pratiques et les représentations. On étudiera les moments clés, grandes figures et lieux de mémoire qui ont marqué l’historiographie de la danse ; la construction de la danse comme pratique sociale légitime et comme profession insérée dans un système de production des spectacles ; les lieux et la circulation des pratiques ; la danse comme construction des rapports entre les sexes et des identités de genre ; la question de l’auteur en danse.

Music-Dance: Sound and Motion in Contemporary Discourse and Practice

Conference organized by Gianmario Borio, Patrizia Veroli and Gianfranco Vinay

Fondazione Giorgio Cini, Venezia, Isola di San Giorgio Maggiore

MusicDance
Oskar Schlemmer, Tänzerin (Die Geste), 1922-23. Pinakothek der Moderne, München © 2015. Foto Scala, Firenze/bpk, Bildagentur füer Kunst, Kultur und Geschichte, Berlin (detail)

The conference aims to investigate principles, methodologies and performance practices that have recently involved music and dance, opening new areas of research for choreologists and musicologists. At the center of our exploration lie the identity of the choreomusical work, the complexities of its authorship and the concept of incorporation.

Dance performance has been the object of new considerations aimed at analyzing its organic plurality, with the musical aspect becoming a main priority. Following pioneering research by musicologists interested in ballet (Wiley 1985, Smith 2000), some scholars have brought to the field both musical and choreographic expertise, theorizing and pursuing the permeability between the two disciplines. They tend to analyze not so much the intertwining of sound and motion but rather the ways in which the co-presence of these two expressive forms creates a new dimension. A renewed attention in the dynamics of listening and vision as well as a full recognition of kinesthetic empathy have been able to make use of the advances in cognitivism and neuroscience to invest the choreomusical phenomenon in its integrity and coherence. In the last decade, a series of conferences have played their part in creating a theoretical base for ‘choreomusicology’, also extending its range of influence with many new case studies.

These new issues will be considerate in our conference from an interdisciplinary perspective, with the objective of reaching a high level of integrated reflection. The repertoire which can be taken into consideration ranges widely from the Ballets Russes of Diaghilev to the present day.

Session 1: Musical Notation and Choreo-graphy

Nicolas Donin, Claudia Jeschke, Marina Nordera

The musical score can be seen as a graphic image of the sound. Its historical evolution is linked not only to the transformation of the constituents of musical language and their fixation with graphical signs, but also to the changing conventions in performance traditions, music theory and aesthetics that have privileged some musical parameters rather than others. If we are to consider that two of the fundamental elements of music, i.e. time and sound, are not reproducible in signs, it is possible to understand how little a score can contain of a musical work. Despite the existence of a margin of freedom between the graphical image and the realization of sound, the musical score remains prescriptive. However, when it becomes part of a choreomusical project, it changes its status, becoming a flexible structure that can give origin to a number of symbolic weavings and associations.

Despite the terminology identifying its creative practice (choreography) and the invention of various ways of noting it down (choreo-graphies), Western dance performance is linked to an oral dimension and follows a different course to the one pertaining to music. The composition and execution of dance are inseparable from corporeal presence, but not from that of a text. The systems of notation, devised since the end of the fifteenth century, display a complex relationship between dance, language and writing. They are ‘texts’ of a kind of non-written ‘performing knowledge’, that allows more or less partial access to the relationship between culture, writing and movement creation, and to the theories related to the body and movement which have led to its formulation.

Goals such as aide-mémoire, recording, transmission, a public and neutral identification of movement have guided the conception of codes that use abstract signs and figurines, sometimes adopting musical notation and sometimes producing thoroughly new graphical systems.

Session 2: Choreomusical Poetics: Strategies and Processes

Stephanie Jordan, Susanne Franco, Ulrich Mosch

A choreographer can commission a score, use one or more existing pieces of music, draw from oral tradition, recordings or live improvisation. In the first decades of the twentieth century, the repertoire of Diaghilev’s Ballets Russes show several examples of direct collaboration between composer and choreographer; also today in the wake of this legendary company, many choreographers and performance artists try to establish a creative understanding with composers. In the 1950s John Cage and Merce Cunningham have theorized and practiced a cooperation based on the reciprocal autonomy of the visual and sound components, whose meeting should be exclusively dictated by chance. This kind of collaboration has opened the way to an awareness of ontological independence between sound and movement.

On the basis of what aesthetic and/or productive principles does the collaboration between choreographer and composer occur and develop? When music and dance are theorized as independent, are they reciprocally indifferent? What poetic modalities and poietic demands push a choreographer to make use of a pre-existing music score? What new meanings does music gain when inserted in a collage including music from other historical-cultural contexts? When that happens, what is the impact on the choreomusical work?

Session 3: Sentient Bodies

Dee Reynolds, Lawrence Zbikowski, Eric Clarke

An interdisciplinary perspective on the embodied quality of the cognitive processes has brought to a new interaction between dance and music, and science. In recent decades, cognitive science has recognized that the mind of each individual is tightly linked to social context, that cognitive processes are dependent on experience, and that thought is only partially expressed through language. The so-called ‘grounded cognition’ (Barsalou 2008) considers, among other things, the role of the imagination as a mediator in the relationship between body and mind, whereas neuroscientists have demonstrated how corporeal experience can influence knowledge. The discovery of mirror neurons (Gallese et al. 1996), activating imitative identification on the basis of phenomena of motor resonance, has brought to the fore the old concepts of Einfühlung (Lipps, 1913) and of “metakinesis” (Martin, 1939) that postulated an interaction between who moves and who watches that movement. Kinesthetic empathy determines a sharing of an emotional state shaped by personal history as well as by the sociocultural context to which the audience belongs. Further research has shown that mirror neurons are activated even by sound stimuli. FMRI (Functional Magnetic Resonance Imaging) techniques and sophisticated recording technologies allow human motion in space to be analyzed, correlating neural activity both to the person who moves and the one who watches the motion. They also permit the realization of functional mappings of the structures involved in the perception of sound (Gazzola et al. 2006). It has also been proved that in the absence of real perceptions, an individual has the capacity to simulate perceived information, including that associated with motor actions (Barsalou, 1999), that can propagate themselves through an analogical route, passing for example from music to movement and vice versa. The experience can act on cognitive structures also via ‘image schemata’ (Johnson 1987), that is models of thought, or rather conceptual metaphors (Lakoff-Johnson 2008) based on repeated models of corporeal experience.

Scientific contributions of this type offer opportunities to reflect on constructive processes of the meaning of a choreomusical work, from the perspective of both the watcher and listener, and from the perspective of creator and interpreter, as well as on the modalities through which movement and sound act on the perceptive process. The emergence of parameters inspired by gesture and corporeal acts, such as ‘the musical gesture’, demonstrates the extent to which somatocentric orientation has acquired an important role in recent musicological research.

Session 4: Dynamic Interactions of Motion and Sound

Inger Damsholt, Massimiliano Locanto, Julia H. Schroeder

The plurality of contexts that today present a simultaneous happening of sound and motion offers important elements for analyzing the ways in which the various elements of a choreomusical work intertwine. The audiovisual synthesis has been considered in a multi-media, above all filmic, environment, using various premises and reaching partially divergent conclusions. Nicholas Cook (1998) has indentified three possible modalities of media interaction: ‘comformance’, ‘contest’ and ‘complementation’. ‘Comformance’ refers to a kind of synaesthesia, in which sound and image respond closely to each other; ‘contest’ consists of forms of competition or rather of opposition that can act on the work’s poetic intention in a significant way; finally, ‘complementation’ identifies possible integrations between the first two modalities. Cook, Gorbman (1987) and Chion’s (1990) studies of film music have explained the relationship between the arts implicated as characterized by negotiation. In the wake of Miriam Bratu Hansen’s essays (2012), could the structure of the audiovisual text be brought into focus starting with the principles of synchronization and editing? How do such principles respond to the challenges of A digital reality characterized by an incessant proliferation of new media where music and performance interact? How can theories elaborated until now, be applied to the world of dance performance? Which tools does an analysis of the choreomusical work need in order to embrace the multifarious dynamics of motion and sound? How useful or limited can be the investigation of audiovisual recordings?

Session 5: Live bodies, mediatized bodies, ‘metabodies’

Antonio Camurri, Susan Broadhurst, Rolf Inge Godøy

In recent times technological resources have allowed a detailed analysis of musical aspects and parameters as well as of gestural constituents of musical execution and interpretation. Research shows that the performer’s body is not only a medium, a mechanism needed to translate a virtual musical image (mental and/or graphic) into a real acoustic image, but it also assumes an important role in the definition of that image and the attribution of the so called expressive characters. When the interpreter’s gestures, actions and mimics are analyzed not only for their acoustic and sound outcomes, but also for their visual impact on the audience (Davidson 1995), a space for common musicological and choreological research is open.

Practices such as motion tracking, which implies the application of sensors or markers to the interpreter’s body, and Artificial Intelligence (an agent capable of perceiving and interacting in the area in which it is situated) offer artistic and didactic opportunities. Digital technologies are nowadays fully integrated in mental, creative and performing processes. They modulate notions of interactivity and ‘liveness’, and open new possibilities to the relationship between body and sound in space and time. Wireless sensors applied to the performer’s body allow the manipulation of digital sound in real time, translating gesture into another medium. These new perspectives may also be read in terms of a ‘metabody’, which is conceptualized as a ‘body of relations in movement’ and of unstable identity, exceeding the Cartesian division between body and mind. Technology plays a fundamental role in it (del Val, Sorgner, 2011). The ‘metabody’ is currently the focus of a European project (www.metabody.eu, 2013-2018).

Selected Bibliography

  • Barsalou, Lawrence W., “Perceptual Symbol System”, in Behavioral and Brain Sciences, 22, 1999.
  • Barsalou, Lawrence W., “Grounded Cognition”, in Annual Review of Psychology, 59, 2008.
  • Bratu Hansen, Miriam, Cinema and Experience: Siegfried Kracauer, Walter Benjamin and Theodor W. Adorno, Berkeley: University of California Press, 2012.
  • Chion, Michel, L’audio-vision, Nathan, Paris, 1990.
  • Cook, Nicholas, Analysing Musical Multimedia, Oxford University Press, Oxford, 1998.
  • Davidson, Jane W., « What Does the Visual Information Contained in Music Performances Offer the Observer? Some Preliminary Thoughts », in Reinhard Steinberg (a c. di), The Music Machine Psycho-physiology and Psychopatology of the Sense of Music, Springer, Berlin-Heidelberg, 1995.
  • Del Val, Jaime, Stefan Sorgner, “Metahumanist Manifesto, Interview and Review”, in The Agonist. Nietzsche Circle, IV, 2, 2011. [Link].
  • Gallese, Vittorio et al., “Action Recognition in the Premotor Cortex”, in Brain, v. 119, 2, 1996.
  • Gazzola, Valeria et al., “Empathy and the Somatotopic Auditory Mirror System in Human”, in Current Biology, 16, 2006.
  • Gorbman, Claudia, Unheard Melodies: Narrative Film Music, Indiana University Press, Bloomington, 1987.
  • Johnson, Mark L., The Body in the Mind: the Bodily Basis of Meaning, Imagination and Reason, University of Chicago Press, Chicago, 1987.
  • Lakoff, George, Mark L. Johnson, Metaphors We Live By, University of Chicago Press, Chicago, 2008.
  • Lipps, Theodor, Zur Einfühlung, W. Engelmann, Leipzig, 1913.
  • Martin, John, Introduction to the Dance, W.W. Norton & Company, New York, 1939.
  • Smith, Marian E., Ballet and Opera in the Age of Giselle, Princeton University Press, Princeton, 2000.
  • Wiley, Roland John, Tchaikovsky’s Ballets: Swan Lake, Sleeping Beauty, Nutcracker, Clarendon Press/Oxford University Press, Oxford/New York, 1985.

Source : Fondazione Giorgio Cini

Lien vers le programme (pdf – italien/anglais) et les informations pratiques : Fondazione Giorgio Cini

Calendrier de fin d’année

Chers collègues et participants au séminaire, voici le calendrier des prochaines séances du séminaire Histoire culturelle de la danse :

  • 4 mai 2015 (19h-21h, Salle 7)

Emmanuelle Delattre-Destemberg (doctorante, CHCSC-UVSQ)

« À la recherche de l’École de danse : une histoire des lieux et des politiques de gestion de la danse à l’Opéra (1779-1874) »

  • 11 mai 2015 (19h-21h, Salle 7)

Lola Gonzalez-Quijano (postdoctorante, LARHRA-Univ. Lyon II)

«”Dites mon bordel” : l’amour vénal dans les établissements de spectacle parisiens au XIXe siècle »

  • Samedi 16 mai 2015 (9h-13h, salle 1)

Tiziana Leucci (CNRS/CEIAS)

« Paris, New York, Londres, Calcutta: quelques étapes de la fabrication et circulation de la danse dite “hindoue” »

Séance suivie par une table ronde avec les intervenants du second semestre.

Au plaisir d’échanger avec vous lors de ces prochaines séances !

Vue de la salle de Walse construite au carré de la laiterie; Vue du temple de la paix dans le grand carré des Champs Elisées. Print shows celebrations for the anniversary of the founding of the French Republic, July 14, 1801 in two images, including a tent for dancing and a balloon ascension from which André Jacques Garnerin descends in a parachute above the Temple de la Paix and the Champs-Elysées. Library of Congress.
« Fête du 14 Juillet An IX. Vue de la salle de Walse construite au carré de la laiterie. Vue du temple de la paix dans le grand carré des Champs Elisées », 1801, Library of Congress.

Informations pratiques : Ecole des hautes études en sciences sociales (salle 7 les lundis, salle 1 le samedi – 105 bd Raspail 75006 Paris).

Un séminaire organisé par Elizabeth Claire, chargée de recherche au CNRS (CRH-CRAL) ; Emmanuelle Delattre-Destemberg, doctorante à l’Université Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines (CHCSC) ; Marie Glon, docteure de l’EHESS (Centre Edgar Morin, IIAC-EHESS) ; Sophie Jacotot, docteure de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne ; Vannina Olivesi, doctorante de l’EHESS (CRAL).


Ce séminaire propose d’explorer l’histoire des danses sociales et spectaculaires dans une perspective culturaliste, attentive à l’articulation et aux écarts entre les pratiques et les représentations. On étudiera les moments clés, grandes figures et lieux de mémoire qui ont marqué l’historiographie de la danse ; la construction de la danse comme pratique sociale légitime et comme profession ; les lieux et la circulation des pratiques ; la danse comme construction des rapports entre les sexes et des identités de genre ; la question de l’auteur en danse. Une attention particulière sera accordée aux usages des sources dans l’historiographie de la danse : quels types de sources pour quelle histoire de la danse ? comment étudier l’iconographie ? quels enjeux scientifiques émergent lors de la reconstruction des pratiques et à l’occasion de leur mise en récit historique ? enfin, quelles méthodes spécifiques mobilise-t’on pour problématiser la distance entre l’historien et l’époque qu’il étudie, s’interroger sur l’anachronisme et faire de l’écart historique un instrument heuristique ?

[Parution] Étranges artistes sur la scène des Folies-Bergère, 1871-1936

Nous signalons la parution d’un ouvrage de Nathalie Coutelet aux Presses Universitaires de Vincennes qui intéressera sans doute les historiens de la danse :

Étranges artistes sur la scène des Folies-Bergère, 1871-1936

 *

De 1871 à 1936, des débuts de la IIIe République au Front populaire en passant par la « Belle Époque » et les « Années folles », les Folies-Bergère dominent le monde du music-hall parisien. Elles exploitent l’engouement pour les diversités anthropologiques, en mettant l’accent sur l’étrangeté et sur l’anormalité. On peut y applaudir des exhibitions de curiosités, telles que les femmes-canons, les hercules ou les géants, y découvrir des numéros « circassiens » ou redécouvrir la tradition des fêtes foraines avec la présence de femmes à barbe, de contorsionnistes et d’hommes-troncs. Les danseurs, qui deviennent une partie essentielle du spectacle à partir du début du xxe siècle, apportent 
à leur tour des pratiques nouvelles, étranges tout autant qu’étrangères. Dans ce couple antinomique de fascination et de dégoût se construit l’immense succès des Folies-Bergère et de leur revue à grand spectacle, que l’auteur analyse au prisme de l’attitude de la population vis-à-vis des formes variées de l’étrangeté.

7365355-11340238

Nathalie Coutelet enseigne au département théâtre de l’université Paris 8. Spécialiste du spectacle populaire, elle a notamment publié «Démocratisation du spectacle et idéal républicain (2011) » et 
travaille sur l’histoire du spectacle et de la mise en scène au tournant du XIXe et du XXe siècle.