Archives par mot-clé : colloque

[Colloque] Orchestrer la nation. Musiques, danses et (trans)nationalismes

Orchestrer la nation. Musiques, danses et (trans)nationalismes Colloque international organisé à Paris

Maison des Cultures du Monde – 12 et 13 Novembre 2015

Depuis une vingtaine d’années, le développement d’un champ de recherche sur les pratiques musicales et dansées a donné naissance à un nombre considérable de monographies s’attachant à décrire la construction de mondes, de genres et de marchés musicaux, dans des Etats extra-occidentaux et postcoloniaux notamment. La musique y est présentée comme un creuset de transformations sociales, en lien avec la production de « modernités » (Erlmann, 1999) et l’urbanisation (Waxer, 2010), mais aussi comme un site central de production des nationalismes et des représentations de la nation : Peter Wade (2000) a ainsi démontré comment en Colombie, la musique permettait simultanément de construire les frontières de la nation et de s’imaginer dans le monde, tandis qu’en Tanzanie, Kelly Askew (2006) apporta des révisions considérables à la connaissance des nationalismes, en montrant que dans ce contexte où la propagation de l’écriture ne s’était pas opérée de façon générale, les sociétés de danse et de musique avaient été des véhicules majeurs pour inculquer une conscience politique et nationale à la fin de la colonisation et aux indépendances. Tout en offrant une large attention aux dialogues transnationaux sur lesquels reposent ces pratiques musicales et aux cosmopolitismes qu’elles conduisent à inventer (Turino, 2000 ; Glick-Schiller, Meinhof, 2011), différents travaux ont permis d’apporter des éclairages importants concernant les logiques de production de la nation dans des Etats postcoloniaux (à travers notamment la création des ensembles artistiques nationaux : ballets, orchestres, etc.), tandis que d’autres ont démontré, en Afrique notamment, la conjugaison entre projets nationalistes étatiques et identifications à une nation noire transnationale (Apter, 2006 ; Dorsch, 2010 ; Aterianus-Owanga et Guedj, 2014). Actuellement, l’observation des appropriations de différents genres musicaux mondialisés à des fins d’identification nationale – rap (Aterianus-Owanga, 2014), rock (Dorin, 2012), jazz (Martin et Roueff, 2002 ; Kelley, 2012), salsa (Waxer, 2010), reggae (Cooper, 2012) – démontre encore combien dans le creuset de la musique s’expriment autant des nationalismes d’Etat orientés par les politiques culturelles (Trébinjac, 2000, 2008), que des nationalismes « alternatifs » (Kiwan, 2014) ou des nationalismes « transnationaux » portés par les diasporas (Pacini, 2014).

De plus, notons qu’avec l’expansion des politiques de patrimonialisation et la quête de reconnaissance de certains Etats dans les marchés de la culture, plusieurs genres musicaux et chorégraphiques labellisés nationalement deviennent des « patrimoines » nationaux (sabar sénégalais, highlife ghanéen, salsa cubaine, champeta colombienne, tango argentin, candombe uruguayen, bharata natyam indien, etc.), parfois reconnus au PCI. Alors que les sciences humaines et les études sur les diasporas ont insisté sur la nécessité de construire un cadre théorique plus en adéquation avec le tournant global (Caillé, Dufoix, 2013), en parlant de « transnational » ou de « postnational », ces exemples soulignent combien les musiques et les danses offrent des sites d’observation privilégiés des variations que prend le nationalisme dans un monde globalisé, marqué par la complexification des réseaux de circulation et d’identification. Nous proposons dans ce colloque de réunir ce champ de recherche sur les pratiques musicales et dansées, pour discuter de la complexité des productions nationales dans un contexte de transnationalisation et de cosmopolitisation des parcours ou des identités dans la mondialisation. Il s’agira alors d’appréhender, par l’entrée musicale, les logiques de glissement, de confrontation ou de co-construction s’opérant entre nationalismes et transnationalismes dans les postcolonies.

Joan Vinckeboons, L'ile de Makian vue depuis les abords de Ngofakiaha, 1670, extrait de l'Atlas Blaeu-Van der Hem.
Joan Vinckeboons, L’ile de Makian vue depuis les abords de Ngofakiaha, 1670, extrait de l’Atlas Blaeu-Van der Hem.

Comment les musiques et les danses ont-elles pu être employées pour produire, spectaculariser et incarner une idéologie issue de l’Occident, et pour la modeler selon de nouvelles significations ? En quoi le projet nationaliste étatique (qu’il soit marqué par l’idéologie « multiethnique », « métisse », « indigéniste » ou « multiculturelle ») a-t-il été performé par ces pratiques ? A l’inverse, quels contournements des ordres étatiques ou réinventions de la nation les musiques et les danses ont-elles pu abriter ? Comment enfin, dans les situations de production, de diffusion et de réception des musiques, l’interaction complexe entre production des frontières nationales, invention de l’ethnicité et imagination du soi dans le monde s’est-elle négociée ? En partant des musiques et des danses, c’est ce faisant la question des émotions et l’approche sensible que nous pourrons interroger, afin d’appréhender la manière dont les pratiques musicales et dansées permettent de donner chair ou d’incorporer l’idéologie de la nation, d’en exprimer sa dimension affective (Stokes, 2010), ou au contraire de s’en écarter, de s’y opposer, ou d’y résister. Ce colloque souhaite réunir des travaux empiriques autant que des réflexions théoriques, en vue d’amener, par l’approche du musical, des nouveaux débats sur la production des nationalismes dans les nations postcoloniales, sur leur transnationalisation et sur les outils conceptuels les plus favorables à leur connaissance. Nous tenons à réunir pour cet événement des ethnomusicologues, anthropologues de la musique et de la danse, musicologues, historiens ou sociologues, afin de favoriser un dialogue interdisciplinaire fécond et de mobiliser diverses perspectives disciplinaires propices à une compréhension de l’intrication entre nationalismes et production musicale. Les contributions pourront se baser sur des études de cas dans les nations asiatiques, africaines ou sud-américaines, ainsi que sur les reconfigurations identitaires et musicales dans les diasporas et les migrations. En examinant les processus de longue durée sur lesquels reposent ces fabriques de nationalismes, les contributions éclaireront l’hétérogénéité des acteurs, espaces et institutions impliqués dans ce processus, tant du côté des politiques culturelles étatiques, que des marchés de diffusion et de production internationales (festivals, marchés de world-music, labels), ainsi que les technologies et les objets qui y sont mobilisés (reproduction phonographique, radio, sampling, plateformes de diffusion et de vente en ligne, etc.).

Les propositions de communication, de 250 mots maximum, devront être envoyées avant le 22 Mai 2015, accompagnées de leur bibliographie et d’une courte présentation de l’auteur (3 lignes), à l’adresse suivante : orchestrerlanation@yahoo.fr Les participants sélectionnés devront ensuite envoyer leur contribution complète trois semaines avant l’événement, de manière à faciliter le travail des discutants. Nous souhaitons vivement que les contributeurs accompagnent leurs présentations de matériaux audiovisuels. Programme prévisionnel : 22 mai : réception des candidatures 22 juin : annonce de la sélection des contributeurs 15 octobre : envoi des contributions 12 et 13 novembre : déroulement du colloque

Coordination Alice Aterianus-Owanga (Labex CAP, IIAC/LAHIC, Musée du Quai Branly, CREA) Elina Djebbari (Modern Moves, King’s College London)

Comité Scientifique :

  • Sarah ANDRIEU (CTEL, Université de Nice Sophia Antipolis)
  • Marie-Pierre GIBERT (CREA, Université Lyon 2)
  • Pauline GUEDJ (CREA, Université Lyon 2 / CIRHUS, NYU)
  • Christine GUILLEBAUD (CREM, CNRS)
  • Ananya Jahanara KABIR (Modern Moves, King’s College London)
  • Ulricke Hanna MEINHOF (University of Southampton)
  • Marissa MOORMAN (Indiana University)
  • Emmanuelle OLIVIER (CNRS, Centre Georg Simmel-UMR CNRS-EHESS 8131)
  • Catherine SERVAN-SCHREIBER (CEIAS, CNRS) Martin STOKES (King’s College London)
  • Sabine TREBINJAC (LESC, UMR 7186, CNRS)

Comité d’organisation :

  • Marta Amico (Center for World Music, Université de Hildesheim / Centre Georg Simmel, EHESS)
  • Alice Aterianus-Owanga (Labex CAP, IIAC/LAHIC, Musée du quai Branly, CREA – Lyon 2)
  • Clara Biermann (CREM / LESC – Paris Ouest Nanterre – UMR 7186 CNRS)
  • Elina Djebbari (Modern Moves, King’s College London)

Partenaires : Labex CAP – Paris / Modern Moves, King’s College London / IIAC-LAHIC / Maison des Cultures du Monde – Festival de l’imaginaire

L’histoire de la danse dans le premier Congrès des Etudes de genre

L’Institut du Genre CNRS/Universités organise le premier Congrès des études de genre du 3 au 5 septembre 2014 à l’Ecole Normale Supérieure de Lyon.

Le jeudi 4 septembre, deux ateliers réaliseront un état des lieux de la recherche en danse et en arts du spectacle.

*

Atelier Genre et danse

› Des savoirs en danse pour penser le genre – Hélène Marquié, Genres, Travail, Mobilités ; 11:30-13:00.
› La fabrique du féminin en danse contemporaine – Betty Lefevre, Laboratoire CETAPS ; 11:30-13:00.
› La perspective du genre en histoire et historiographie de la danse – Marina Nordera, Centre Transdisciplinaire d’Épistémologie de la Littérature et des Arts vivants ; 11:30-13:00.
› Le danseur masculin à l’intersection du genre, de la race et de la sexualité – Ramsay Burt, De Montfort University ; 11:30-13:00.

*

Atelier Genre et arts vivants dans l’histoire

› Genre et arts vivants dans l’histoire : danse, musique, théâtre – Elizabeth Claire, Centre de recherches historiques – Catherine Deutsch, Université Paris-Sorbonne – Raphaëlle Doyon, Université Paris 8 ; 17:00-18:30.
› Les conditions des luttes d’émancipation féminine dans les champs artistiques : l’exemple du spectacle vivant – Serge Proust, Centre Max Weber ; 17:00-18:30.
› Les femmes et la musique à l’image : de la composition à l’orchestration, analyse de la transformation genrée d’un univers professionnel – Pauline Adenot, Centre Max Weber ; 17:00-18:30.

*

Le Congrès se tiendra du 3 au 5 septembre à l’Ecole Normale Supérieure de Lyon. Il  permettra de faire la démonstration de l’importance scientifique, de la vitalité et de la diversité des études de genre en France et dans le monde francophone, en dressant  le tableau le plus complet possible des recherches menées actuellement dans ce domaine.  Le Congrès accueillera à la fois des ateliers portant sur des thématiques ou des objets de recherche déjà bien identifiés, et des ateliers portant sur des thématiques émergentes, fruits de croisements disciplinaires ou de questionnements nouveaux. En même temps qu’aux avancées scientifiques reconnues, place sera donnée aux tournants épistémologiques récents et aux nouvelles perspectives théoriques. Enfin, suivant les engagements scientifiques de l’Institut du Genre, recherches interdisciplinaires, approches transversales et confrontations inédites de langages et de paradigmes, seront à l’honneur.

Ici, le programme détaillé du Congrès et les informations pratiques.

Appel à communication « Les circulations musicales et théâtrales en Europe, vers 1750­-vers 1815 » – Nice, 20-21­-22 novembre 2014

Appel à communication

Colloque international

« Les circulations musicales et théâtrales en Europe, vers 1750­-vers 1815 » – Nice, 20-21­-22 novembre 2014

Avec le concours du Centre de la Méditerranée Moderne et Contemporaine-MSHS Université Nice Sophia Antipolis, de l’Institut Universitaire de France, de l’Institut de Recherches sur l’Histoire du Septentrion Université Charles de Gaulle Lille 3, de l’Université d’Helsinki.

Comité d’organisation : Pierre-Yves Beaurepaire (Université Nice Sophia Antipolis-CMMC et Institut Universitaire de France), Rahul Markovits (École Normale Supérieure), Mélanie Traversier (Université Charles de Gaulle Lille 3, l’Institut de Recherches sur l¹Histoire du Septentrion), Charlotta Wolff (Université d’Helsinki)

Argumentaire scientifique :

Dans l’Europe du dix-huitième siècle, la mobilité des artistes est un fait établi, et les milieux musicaux et théâtraux sont fortement cosmopolites. A l’époque où le classicisme musical, la comédie de mœurs, l’opéra bouffe et l’opéra-comique façonnent le goût, commence à se constituer un répertoire dramatique et musical commun aux diverses parties de l’Europe urbaine. Du point de vue de l’artiste ou de l’amateur-collectionneur, la pratique musicale, tout comme le voyage, la correspondance ou la sociabilité littéraire, a une dimension formatrice et transfrontalière. Mieux encore, la musique elle-même semble offrir un de ces idiomes universels dont rêvent certains philosophes de l’époque. La musique et le théâtre sont bien plus que des loisirs ; ils sont aussi des expressions identitaires tout comme des objets de commerce et d’investissements.

L’objectif de cette rencontre est d’étudier, dans une perspective d’histoire culturelle, la circulation des matières musicales et théâtrales dans Europe de la seconde moitié du dix-huitième siècle, y compris la période révolutionnaire. La rencontre étant interdisciplinaire, l’attention pourra se porter, par exemple,

  • sur les canaux de la circulation musicale et dramatique, de la diffusion des partitions à la mobilité des artistes, aux réseaux et structures de la mobilité ;
  • sur les types d’œuvres largement diffusés (opéras, opéras-comiques, comédies et vaudevilles) et ayant formé le goût du public européen ; sur les agents transmetteurs (diplomates, collectionneurs, imprésarios, artistes, traducteurs) et les mécanismes de réception et d’appropriation ;
  • sur les adaptations et transformation des thèmes dramatiques et musicaux, des œuvres et du goût ;
  • sur les aspects cosmopolites et transfrontaliers des milieux et pratiques musicaux et théâtraux plus généralement.

Le français et l’anglais seront les deux langues du colloque.

Organisation matérielle du colloque :

Le comité d’organisation prend à sa charge l’hébergement des participants à concurrence de deux nuits et leur restauration sur place, le déplacement restant à leur charge. Lorsqu’un participant n’a pu obtenir sa prise en charge par son institution de rattachement, il pourra à titre exceptionnel bénéficier d’une prise en charge forfaitaire des frais de déplacement, sur présentation des titres de transport accompagnés de la facture réglée.

Envoi des propositions de communication :

Les propositions de communication, qui ne doivent dépasser 2 000 signes, sont à envoyer, accompagnées d’un bref curriculum vitae, à Pierre-Yves Beaurepaire (pybeaurepaire@gmail.com), Rahul Markovits (rahul.markovits@ens.fr), Mélanie Traversier (melanie.traversier@wanadoo.fr) et Charlotta Wolff (charlotta.wolff@helsinki.fi) au plus tard le 10 mai 2014.

*

Call for papers

International colloquium

Musical and theatrical circulations in Europe, ca. 1750­ca. 1815

Nice, 20-21-­22 November 2014

With the support of the Centre de la Méditerranée Moderne et Contemporaine-MSHS Université Nice Sophia Antipolis, Institut Universitaire de France, Institut de Recherches sur l’Histoire du Septentrion Université Charles de Gaulle Lille 3, University of Helsinki.

Organising committee:

Pierre-Yves Beaurepaire (Université Nice Sophia Antipolis-CMMC and Institut Universitaire de France), Rahul Markovits (École Normale Supérieure), Mélanie Traversier (Université Charles de Gaulle Lille 3, Institut de Recherches sur l’Histoire du Septentrion), Charlotta Wolff (University of Helsinki)

Background and scope:

Artistic mobility was an established fact in eighteenth-century Europe, where musical and theatrical milieus were strongly cosmopolitan. In a period when musical classicism, comedy of manners, buffa and opéra comique contributed to shaping taste, a dramatic and musical repertoire common to the diverse parts of Europe was emerging. From the artist’s or the connoisseur’s point of view, musical practice, like travelling, letter writing or literary sociability, had an educating and border-crossing dimension. Moreover, music itself seemed to appear as one of the universal idioms imagined by the philosophers. Music and drama were far from being pastimes only; they were also expressions of identity as well as objects of trade and investments.

The aim of this gathering is to study the circulation of musical and theatrical matters in the Europe of the second half of the eighteenth century, including the revolutionary period, from a perspective of cultural history. As the colloquium is interdisciplinary, possible topic may include, for instance:

  • the channels of musical and dramatic circulations, from the diffusion of scores to the mobility of the artists, as well as the networks and structures of mobility;
  • the types of works largely diffused (operas, opéras-comiques, comedies and vaudevilles) and having shaped the taste of European audiences;
  • the agents of transmission (diplomats, amateurs, impresarios, artists, translators) and the mechanisms of reception and appropriation;
  • adaptations and transformation of dramatic and musical themes, works and taste;
  • cosmopolitan and border-crossing aspects of musical and theatrical milieus and practices more generally.

The languages of the colloquium are French and English.

Material organisation:

The organising committee will provide for accommodation for two nights as well as for the meals. Travels are at the participants’ expense. If a participant is unable to have her or his travel expenses covered by her or his institution of affiliation, the organisers can exceptionally consider refunding them on presentation of the tickets and receipts.

Proposals:

Please send your paper proposal of max. 2 000 signs, accompanied by a short curriculum vitae, to Pierre-Yves Beaurepaire (pybeaurepaire@gmail.com), Rahul Markovits (rahul.markovits@ens.fr), Mélanie Traversier (melanie.traversier@wanadoo.fr) and Charlotta Wolff (charlotta.wolff@helsinki.fi) by 10 May 2014.

*

Colloque international « La recherche en danse entre France et Italie : approches, méthodes et objets »

ASSOCIATION DES CHERCHEURS EN DANSE (ACD)
ASSOCIAZIONE ITALIANA PER LA RICERCA SULLA DANZA (AIRDANZA)
UNIVERSITÉ DE NICE SOPHIA ANTIPOLIS (UNS), CENTRE TRANSDISCIPLINAIRE
D’EPISTÉMOLOGIE DE LA LITTÉRATURE ET DES ARTS VIVANTS (CTEL, EA 6307)
UNIVERSITÀ DEGLI STUDI DI TORINO, DAMS
COLLOQUE INTERNATIONAL

*

La recherche en danse entre France et Italie : approches, méthodes et objets
CONVEGNO INTERNAZIONALE
La ricerca sulla danza tra Francia e Italia : approcci, metodi e oggetti

Nice, 2-4 avril 2014
Torino, 5-6 aprile 2014

*

Carlson, Carolyn (1943-….), Fonds Carolyn Carlson. III. Carnets et cahiers de notes. III.5. Années 2000. Poèmes et dessins, 2005-2008. (Détail). BnF
Carolyn Carlson, Fonds Carolyn Carlson. III. Carnets et cahiers de notes. III.5. Années 2000. Poèmes et dessins, 2005-2008. (Détail). BnF

*

Nice, Théâtre du Château de Valrose
Mercredi 2 avril / Mercoledì 2 aprile

13h Accueil des participants / Accoglienza dei partecipanti

13h30 Ouverture officielle du colloque / Apertura ufficiale del convegno

14h30-18h – Session 1/ Sessione 1 : Langages du spectacle de danse / Linguaggi dello spettacolo di danza

Elena Bertuzzi, Université Paris Ouest-Nanterre La Défense, « Oralité et écriture dans la transmission en danse ».

Sidia Fiorato, Università degli Studi di Verona, « Matthew Bourne’s Sleeping Beauty: a gothic fairy tale ».

Stefano Genetti, Università degli Studi di Verona, « Projections chorégraphiques beckettiennes : Foulplay de Roberto Zappalà, Comédie en danse ».

Concetta Lo Iacono, Università degli Studi Roma Tre, « Statiche illusioni di movimento : Scattered Crowd di William Forsythe »

Sarah Di Bella, Université Paris Ouest – Nanterre la Défense, « La figure de la danse circulaire : permanence et complexité d’un topos de la représentation occidentale ».

Sophie Jacotot, CHS (Centre d’histoire sociale du XXème siècle), « De la recherche historique à la recréation… dépasser l’enchantement de la reconstitution ».

Nice, Théâtre du Château de Valrose
Jeudi 3 avril / Giovedì 3 aprile

9h-13h – Session 2 / Sessione 2 : Pratiques et savoirs, entre mémoire et archives (partie 1) / Pratiche e saperi tra memoria
e archivio (parte 1)

Susanne Franco, Università degli Studi di Salerno, « Qui est Rudolf Laban ? Perspectives théoriques et méthodologiques pour la construction d’un objet de recherche ».

Patrizia Veroli, Presidente di AIRDanza, « Construire la mémoire, construire l’oubli. Serge Lifar et les Ballets Russes ».

Aurore Després, Université de Franche-Comté, « Penser l’archive audiovisuelle pour la recherche en danse. Etude de cas : le Fonds d’Archives Numériques Audiovisuelles Bagouet-Carnets Bagouet de FANA Danse Contemporaine ».

Vito Di Bernardi, Università degli Studi di Roma “La Sapienza”, « La documentazione filmica come contributo alla costruzione di una memoria della danza. Aspetti e problemi metodologici a partire dal caso del Kutiyattam indiano »

Elena Cervellati, Università degli Studi di Bologna, « “It was a rare event”. La nuova danza alla III Settimana della performance (Bologna, 1979). Questioni metodologiche ».

Francesca Falcone, Accademia Nazionale di Danza di Roma, « Costruire l’identità della nuova nazione italiana : Carlo Blasis e le sue “Storie del ballo” (1870-1878) ».

Nice, Théâtre du Château de Valrose
Jeudi 3 avril / Giovedì 3 aprile
14h-18h – Session 3 / Sessione 3 : Pour une analyse du geste / Per un’analisi del gesto

Bengi Atesoz-Dorge, Université de Haute-Alsace, « L’apport des outils de lecture pour le décryptage du corps dansant ».

Sinibaldo De Rosa, Conservatoire National Supérieur de Musique et Danse de Paris, « Aspetti metodologici in uno studio etnografico sul semah degli Alevi »

Romain Bige, Ecole normale supérieure de Paris (ENS-Ulm), « Ce que la phénoménologie peut apprendre de la danse. A propos de la répétition dans (re)place de Wendy Woodson ».

Nicole Harbonnier-Topin, Geneviève Dussault, Catherine Ferri, Université du Québec à Montréal, « Regard croisé sur deux pratiques d’analyses du mouvement – l’analyse du mouvement selon Laban (LMA) et l’analyse fonctionnelle du corps dans le mouvement dansé (AFCMD) ».

Kyung-eun Shim, Blandine Bril, Ecole des hautes études en sciences sociales, Paris, « L’assimilation du tour-pivot en danse classique “Pirouette en dehors” par la danse coréenne “Han Bal Dolgi” : une analyse comparative basée sur la méthode Laban ».

Hélène Duval, Université du Québec à Montréal, « Des gestes professionnels d’enseignantes de la danse en milieu scolaire pour accompagner les jeunes à la création chorégraphique : une méthodologie pour révéler le dire et le faire ».

18h
A propos de la création de Recherches en danse, nouvelle revue numérique de l’aCD.
Présentation suivie d’un apéritif

Nice, salle de danse de Valrose
Vendredi 4 avril / Venerdì 4 aprile
9h-12h30 – Session 4 / Session 4 : Entre recherche et création / Tra ricerca e creazione

Johanna Bienaise, Université du Québec à Montréal, « Journal d’une recherche-création en interprétation ».

Marian Del Valle, Université Nice Sophia Antipolis, « La recherche-création avec/en danse ».

Alice Godfroy et Jean Clam, Université de Strasbourg / Université Paris 5 – René Descartes, « Conférence-atelier : phénoménologie interne du corps dansant ».

Letizia Gioia Monda, Università degli Studi di Roma “La Sapienza”, « La Body Knowledge in Motion Bank : Il Contrappunto Coreografico ».

Alessandra Sini (avec la participation d’Antonella Sini), Université Nice Sophia Antipolis, « Transmettre et percevoir : « mise en présence » des enjeux d’incorporation dans une expérience de recherche chorégraphique ».

Torino, Università degli Studi, Aula Magna del Rettorato
Sabato 5 aprile / Samedi 5 avril
9h Apertura ufficiale del convegno / Ouverture officielle du colloque

9h30-13 – Sessione 5 / Session 5 : Esplorazioni interdisciplinari / Explorations interdisciplinaires

Evelyne Clavier, Université de Lorraine / Université de Genève, « La valeur motrice des mots. Recherche en danse et littérature ».

Raffaele Cutolo, Università degli Studi di Verona, « Multimodal Narratives and the Role of Choreography in Contemporary Musical Theatre ».

Carla Di Donato, Università degli Studi Roma Tre/Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, « Sul Movimento. Ritmo e nuance nel “pentagramma luminoso” di Alexandre Salzmann (Tbilisi,1874 – Leysin, 1934) ».

Ornella Di Tondo, AIRDanza, « Quando il coreologo incontra il musicologo … sulla riproposta dei ballabili del “Carnevalone”
ottocentesco a Milano ».

Natalia Gozzano, Accademia Nazionale di Danza di Roma, « Arti visive, danza e neuroni specchio. Una ricerca in progress ».

Laura Aimo, Università Cattolica di Milano, « (Con) Tersicore allo specchio. Riflessi e attraversamenti della danza contemporanea a partire da Sasha Waltz & Guests ».

Torino, Università degli Studi, Aula Magna del Rettorato
Sabato 5 aprile / Samedi 5 avril
14h30-16h30 – Sessione 6 / Session 6 : Questioni di genere / Questions de genre

Beatrice Bodrin, Université Paris 5- René Descartes, « La danse “orientale” : choix et méthodes de travail pour un objet d’étude “marginal” ».

Laura Colombo, Università degli Studi di Verona, « Danser, dit-elle : la pensée féminine sur la danse au XIXème siècle, entre France et Italie. »

Aurélie Marchand, Université de Nantes, “Je suis un homme qui danse”.

Marina Nordera, Université Nice Sophia Antipolis, « La perspective du genre et l’historiographie de la danse ».

Torino, Università degli Studi, Aula Magna del Rettorato
Sabato 5 aprile / Samedi 5 avril
17h-19h – Sessione 7 / Session 7 : Riflessioni e dibattiti epistemologici / Réfléxions et débats épistémologiques

Annie Bourdié, Université Paris Est – Créteil, « Pour une recherche décloisonnée et non hiérarchisée en “danses” : vers un débat
épistémologique ».

Bianca Maurmayr, Université Nice Sophia Antipolis, « La danse baroque française, une catégorie problématique ».

Cecilia Nocilli, Escuela Superior de Arte Dramático de Castilla y León – Universidad de Valladolid, « Early Music versus Early Dance : una riflessione metodologica ».

Torino, Università degli Studi, Aula Magna del Rettorato
Domenica 6 aprile / Dimanche 6 avril
9h30- 11h30 – Sessione 8 / Session 8 : Pratiche e saperi tra memoria e archivio (parte 2) / Pratiques et savoirs entre mémoire et
archives (partie 2)

Letizia Dradi, AIRDanza, « La Contraddanza italiana al passaggio del secolo XVIII. Alla ricerca dei caratteri nazionali e delle influenze straniere attraverso la ricostruzione del repertorio da ballo. Teitsch, Allemanda e Walzer, declinazione della stessa danza ? »

Rita Maria Fabris, Università degli Studi di Siena, « Dispersione e archivio : narrazioni e identità francofone nella storia della danza italiana e danese ».

Giulia Taddeo, Università degli Studi di Bologna, « “All’opera ha fatto seguito il ballo” : danza e stampa nell’Italia fascista ».

Claudia Palazzolo, Université Lumière-Lyon 2, « Danser comme tout le monde. Le Jerk de la Messe pour le temps présent de Maurice Béjart figure de la danse populaire/ figure de 1968.

12h : Conclusione del convegno / Conclusion du colloque

*

Comité scientifique / Comitato scientifico
Elena Cervellati (Univ. di Bologna), Vito di Bernardi (Univ. Roma La Sapienza), Susanne Franco (Univ. de Salerno), Federica Fratagnoli (Univ. de Nice Sophia Antipolis), Laure Guilbert (Présidente aCD), Philippe Guisgand (Univ. de Lille 3), Léna Massiani (Ecole spéciale d’architecture, Paris), Marina Nordera (Univ. de Nice Sophia Antipolis), Alessandro Pontremoli (Univ. di Torino), Joëlle Vellet (Univ. de Nice Sophia Antipolis), Patrizia Veroli (Presidente di AIRDanza).

Comité d’organisation / Comité d’organisation
Agathe Dumont (aCD), Federica Fratagnoli (Univ. de Nice Sophia Antipolis), Emanuele Giannasca (Univ. di Torino), Léna Massiani (Ecole spéciale d’architecture, Paris), Bianca Maurmayr (Univ. de Nice Sophia Antipolis), Marina Nordera (Univ. de Nice Sophia Antipolis), Alessandro Pontremoli (Univ. di Torino), Alessandra Sini (Univ. de Nice Sophia Antipolis).

Comité de pilotage / Comitato di pilotaggio:
Federica Fratagnoli (UNS et aCD), Marina Nordera (UNS), Alessandro Pontremoli (Univ. di
Torino), Patrizia Veroli (AIRDanza).

*

CONTACTS
aCD, association des Chercheurs en Danse
contact@chercheurs-en-danse.com
www.chercheurs-en-danse.com

AIRDanza, Associazione Italiana per la Ricerca sulla Danza
info@airdanza.it
www.airdanza.it/

*

L’EQUIPE à NICE:
Bianca Maurmayr
biankich@yahoo.it
Alessandra Sini
alessandrasini99@gmail.com

L’EQUIPE à TURIN:
Emanuele Giannasca
emanuele.giannasca@unito.it