Archives par mot-clé : France

Prochaine séance – 30 janvier 2017 – Florence Filippi, ‘L’actrice au miroir de ses mots’

Chers ami.e.s, collègues et participant.e.s au séminaire Histoire culturelle de la danse,

Nous vous souhaitons une excellente année 2017 et vous convions à nous rejoindre à la prochaine séance du séminaire qui aura lieu le 30 janvier (salle 13, 14h-17h, 105 bd Raspail, 75 006 Paris).

Nous aurons le plaisir d’accueillir Florence FILIPPI (Univ. Rouen) qui réalisera une communication intitulée

« Souvenirs, mémoires et correspondances :

l’actrice au miroir de ses mots (XVIIIe-XIXe siècles)»

Clairon, Hyppolite dite Mademoiselle Clairon (1723-1803), Mémoires d'Hyppolite Clairon, et réflexions sur l'art dramatique publiés par elle-même, Paris, chez F. Buisson, 1798.
Clairon, Hyppolite dite Mademoiselle Clairon (1723-1803), Mémoires d’Hyppolite Clairon, et réflexions sur l’art dramatique publiés par elle-même, Paris, chez F. Buisson, 1798.

Lectures associées :

Aurore Evain, « Les autrices de théâtre et leurs œuvres dans les dictionnaires dramatiques du XVIIIe siècle », communication, 1ères Rencontres de la SIEFAR : Connaître les femmes de l’Ancien Régime. La question des recueils et des dictionnaires, Paris, 20 juin
2003 ; en ligne ici.

Viv Gardner, « By Herself : the actress and autobiography, 1755-1939 », in Maggie B. Gale, John Stokes (ed.), The Cambridge Companion to the Actress, Cambridge, NY, Melbourne, Madrid, CT, Singapore, SP, 2007, pp. 173-192.

[Lecture facultative et complémentaire : Edwige Kellet-Rahbé, « ‘Du théâtre ! ma fille !’ : actrices en romancie aux XVIIe et XVIIIe siècles », communication pour la Society for Seventeenth Century French Studies conference, Londres, 10-12 sept. 2009. En ligne ici.

L’ensemble de ces trois documents soumis à lecture et à validation, pour les étudiants qui le souhaitent, peuvent être consultés et téléchargés sur ce lien.

Au plaisir de vous retrouver le 30 janvier prochain !

Séminaire de recherche ‘Le genre de l’imagination et l’art de la danse’

[Annonce de communication]

Elizabeth Claire, Historienne (CNRS, EHESS-CRH)

effectuera une communication intitulée

‘Le genre de l’imagination et l’art de la danse (1754-1811)’

 

Institut Emilie du Châtelet, 30 septembre 2016, Jardin des Plantes, Grand amphithéâtre d’entomologie, 43 rue Buffon (Paris 5e), 14h-16h.

Présentation

À l’aube du 19e siècle, l’Europe est saisie d’un phénomène de dansomanie liée à l’introduction des danses de couple-fermé dont la valse, la sauteuse et d’autres formes qui privilégient une rotation perpétuelle du couple pendant le temps d’une danse. Le débat se concentre sur l’engouement enthousiaste et collectif pour ces danses modernes, et porte principalement sur les effets néfastes sur l’imagination des valseuses appartenant à une «jeune génération» de danseurs.  Les effets préoccupants de ces pratiques de bal sont des accidents de santé divers liés à l’imagination malade : le vertige, l’avortement, la folie et même la mort subite. La mobilisation de cette faculté de la connaissance par les médecins et moralistes de l’époque se démarque des discours philosophiques sur la danse dans la dernière moitié du 18e siècle (Noverre, Cahusac, Diderot) où l’imagination et l’enthousiasme sont sollicités pour légitimer le projet du ballet «d’action» comme un art imitatif.

Une question de genre se pose : pourquoi une imagination chauffée par la pratique du bal condamnerait des danseuses à des états pathologiques lorsque le maître du ballet accède, par le biais du même phénomène, au statut de génie artistique, auteur de compositions «modernes» qui révolutionne la scène de l’Opéra ? Notre enquête sur l’histoire de l’imagination et l’art de la danse cherche à faire état de cet écart et des répercutions sur la sociabilité du corps féminin en jeu dans la révolution socio-politique en Europe.

unnamed

Elizabeth Claire, historienne et chargée de recherche au CNRS, est membre fondateur de l’Atelier d’histoire culturelle de la danse (CRAL) ainsi que membre associé au Centre de recherches sur les Arts et le Langage. Avec les membres de l’Atelier, elle co-anime au sein de l’EHESS, depuis 2009, le séminaire «Histoire culturelle de la danse» qui vise à promouvoir l’approche culturaliste dans les études en histoire de la danse. Elle co-anime également un séminaire sur l’Histoire du genre dans les arts vivants avec Catherine Deutsch (Paris-Sorbonne) et Raphaëlle Doyon (Univ. de Paris 8). En collaboration avec Béatrice Delaurenti (CRH), Koen Vermeir (CNRS-SPHERE), et Roberto Poma (UPEC), elle organise des colloques internationaux et un séminaire sur l’histoire de la force de l’imagination du XVe-XVIIIe siècles.

*

Sélection des publications d’Elizabeth Claire sur ce sujet:

– «A Moral Defence of the Regency Ballroom – vide Wilsons Rooms», European Drama and Performance Studies No. 8 : Danse et morale. Une approche généologique, Marie Glon et Juan Ignacio Vallejos (dir.), Sabine Caouche (éd.), Éd. Classiques Garnier, [à paraître, 2017].

– «Inscrire le corps révolutionnaire dans la pathologie morale : la valse, le vertige, et l’imagination des femmes», Orages. Littérature et culture 1760-1830 : Sexes en Révolution (No 12), Florence Lotterie, Pierre Frantz (dir.), Olivier Bara (éd.), mars 2013, pp. 87-109.

– «Walzliebelust: vertigine e sogno di egualitarismo», Immaginari corporei e rappresentazioni di genere tra danza, scrittura e società, a cura di Susanne Franco, Nuove frontiere per la storia di genere. Atti del V Congresso della Società Italiana delle Storiche (Napoli 28-30 gennaio 2010), a cura di Laura Guidi e Maria Rosaria Pellizzari, Webster Press de l’Università di Salerno, Padova, 2013, pp. 223-228.

– «La Dansomanie, une expression symptomatique, entre ballet et bal au Théâtre de la République et des Arts», Roxane Martin, Marina Nordera (dir.), Les arts de la scène à l’épreuve de l’histoire, Paris, Honoré Champion, coll. « Colloques, Congrès et Conférences » dirigée par Jean Bessière, 2011, pp. 357-371.

– «Monstrous Choreographies: Waltzing, Madness & Miscarriage», Studies in Eighteenth Century Culture, Linda Zionkowski (dir.), Johns Hopkins University Press, 38: 2009, pp. 199-235.


Télécharger la présentation PDF sur le site Institut Emilie du Châtelet.

Source : Institut Emilie du Châtelet

[Mise à jour] Prochaines séances du séminaire

Chers collègues et participants au séminaire, voici le calendrier des prochaines séances du séminaire Histoire culturelle de la danse :

  • 4 mai 2015 (19h-21h, Salle 7)

Emmanuelle Delattre-Destemberg (doctorante, CHCSC-UVSQ), « À la recherche de l’École de danse : une histoire des lieux et des politiques de gestion de la danse à l’Opéra (1779-1874) »

  • 11 mai 2015 (19h-21h, Salle 7)

Lola Gonzalez-Quijano (postdoctorante, LARHRA-Univ. Lyon II), «”Dites mon bordel” : l’amour vénal dans les établissements de spectacle parisiens au XIXe siècle »

  • Samedi 16 mai 2015 (9h-13h, salle 7)

Tiziana Leucci (CNRS/CEIAS), « Paris, New York, Londres, Calcutta: quelques étapes de la fabrication et circulation de la danse dite “hindoue” »

Séance suivie par une table ronde avec les intervenants du second semestre.

Au plaisir d’échanger avec vous lors de ces prochaines séances !

tumblr_m15mh9j4UE1r8t3kio1_1280

Informations pratiques : Ecole des hautes études en sciences sociales (salle 7, 105 bd Raspail 75006 Paris).

Un séminaire organisé par Elizabeth Claire, chargée de recherche au CNRS (CRH-CRAL) ; Emmanuelle Delattre-Destemberg, doctorante à l’Université Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines (CHCSC) ; Marie Glon, docteure de l’EHESS (Centre Edgar Morin, IIAC-EHESS) ; Sophie Jacotot, docteure de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne ; Vannina Olivesi, doctorante de l’EHESS (CRAL).


Ce séminaire propose d’explorer l’histoire des danses sociales et spectaculaires dans une perspective culturaliste, attentive à l’articulation et aux écarts entre les pratiques et les représentations. On étudiera les moments clés, grandes figures et lieux de mémoire qui ont marqué l’historiographie de la danse ; la construction de la danse comme pratique sociale légitime et comme profession ; les lieux et la circulation des pratiques ; la danse comme construction des rapports entre les sexes et des identités de genre ; la question de l’auteur en danse. Une attention particulière sera accordée aux usages des sources dans l’historiographie de la danse : quels types de sources pour quelle histoire de la danse ? comment étudier l’iconographie ? quels enjeux scientifiques émergent lors de la reconstruction des pratiques et à l’occasion de leur mise en récit historique ? enfin, quelles méthodes spécifiques mobilise-t’on pour problématiser la distance entre l’historien et l’époque qu’il étudie, s’interroger sur l’anachronisme et faire de l’écart historique un instrument heuristique ?

[Parution] Entre cours et jardins d’illusion. Le ballet en Europe (1515-1715)

Nous annonçons la parution de l’ouvrage de Nathalie Lecomte dans la collection Histoires du Centre national de la danse :

Entre cours et jardins d’illusion. Le ballet en Europe (1515-1715) 

nathalielecomte-entrecoursetjardins

*

Ce livre retrace les étapes cruciales, entre 1515 et 1715, de l’histoire du ballet : son émergence, dans le contexte de la Renaissance humaniste, au moment où la culture italienne entre en force à la cour de François Ier ; son apogée au Grand Siècle et le déploiement de son influence dans les cours européennes ; son déclin, à la mort de Louis XIV, alors que d’autres genres de spectacle dansé ont déjà pris sa place et que la cour n’en est plus le cadre privilégié. Cette étude dévoile également l’univers dans lequel les danses de spectacle naissent, évoluent et créent l’illusion, car le danseur incarne les valeurs sociales et morales de son temps. Que ce soit dans le cadre des festivités de cour ou, ensuite, dans celui du théâtre et de la scène à l’italienne, il est l’acteur d’un monde « en représentation ».

Cet ouvrage a pour ambition de proposer une synthèse à l’échelle européenne des multiples travaux sur la période. Il fournit également des analyses inédites élaborées à partir de sources premières et donne à voir une riche iconographie.

L’auteur : historienne de la danse, Nathalie Lecomte est spécialiste des XVIIe et XVIIIe siècles. Chercheuse indépendante, conférencière, elle est aussi membre fondateur de l’ACRAS (Association pour un centre de recherche sur les arts du spectacle aux XVIIe et XVIIIe siècles). Elle a contribué au Dictionnaire de la danse (Larousse), à L’Histoire de la danse : repères dans le cadre du diplôme d’État (CND) et a coécrit La Danse classique (Gallimard Jeunesse Musique – Cité de la musique, 1999) et Scènes de bal, bals en scène (CND, 2011).

[Parution] Étranges artistes sur la scène des Folies-Bergère, 1871-1936

Nous signalons la parution d’un ouvrage de Nathalie Coutelet aux Presses Universitaires de Vincennes qui intéressera sans doute les historiens de la danse :

Étranges artistes sur la scène des Folies-Bergère, 1871-1936

 *

De 1871 à 1936, des débuts de la IIIe République au Front populaire en passant par la « Belle Époque » et les « Années folles », les Folies-Bergère dominent le monde du music-hall parisien. Elles exploitent l’engouement pour les diversités anthropologiques, en mettant l’accent sur l’étrangeté et sur l’anormalité. On peut y applaudir des exhibitions de curiosités, telles que les femmes-canons, les hercules ou les géants, y découvrir des numéros « circassiens » ou redécouvrir la tradition des fêtes foraines avec la présence de femmes à barbe, de contorsionnistes et d’hommes-troncs. Les danseurs, qui deviennent une partie essentielle du spectacle à partir du début du xxe siècle, apportent 
à leur tour des pratiques nouvelles, étranges tout autant qu’étrangères. Dans ce couple antinomique de fascination et de dégoût se construit l’immense succès des Folies-Bergère et de leur revue à grand spectacle, que l’auteur analyse au prisme de l’attitude de la population vis-à-vis des formes variées de l’étrangeté.

7365355-11340238

Nathalie Coutelet enseigne au département théâtre de l’université Paris 8. Spécialiste du spectacle populaire, elle a notamment publié «Démocratisation du spectacle et idéal républicain (2011) » et 
travaille sur l’histoire du spectacle et de la mise en scène au tournant du XIXe et du XXe siècle.

Colloque international ‘Les circulations musicales et théâtrales en Europe, vers 1750–vers 1815’

Dans l’Europe du dix-huitième siècle, la mobilité des artistes est un fait établi, et les milieux musicaux et théâtraux sont fortement cosmopolites. À l’époque où le classicisme musical, la comédie de mœurs, l’opéra bouffe et l’opéra-comique façonnent le goût, commence à se constituer un répertoire dramatique et musical commun aux diverses parties de l’Europe urbaine. Du point de vue de l’artiste ou de l’amateur-collectionneur, la pratique musicale, tout comme le voyage, la correspondance ou la sociabilité littéraire, a une dimension formatrice et transfrontalière. Mieux encore, la musique elle-même semble offrir un de ces idiomes universels dont rêvent certains philosophes de l’époque. La musique et le théâtre sont bien plus que des loisirs ; ils sont aussi des expressions identitaires tout comme des objets de commerce et d’investissements. L’objectif de cette rencontre est d’étudier, dans une perspective d’histoire culturelle, la circulation des matières musicales et théâtrales dans Europe de la seconde moitié du dix-huitième siècle, y compris la période révolutionnaire. 

Capture-d’écran-2014-11-12-à-10.47.00

Jeudi 20 novembre 2014 

13h30–18h00 
13h30 Ouverture du colloque : Pierre-Yves Beaurepaire (Université Nice Sophia Antipolis & Institut Universitaire de France) et Charlotta Wolff (Université d’Helsinki) 

L’étranger et le national : les circulations et la définition du goût (présidente de séance : Mélanie Traversier) 

13h45 William Weber (California State University, Long Beach), Domestic versus Foreign Composers at the Opera and the King’s Theatre in the 18th Century 
14h10 Youri Carbonnier (Université d’Artois), Musiques et musiciens étrangers à la Musique du roi, Versailles, vers 1750-1792 
14h35 Pauline Lemaigre-Gaffier (Université de Versailles Saint-Quentin), Cristalliser les circulations théâtrales et musicales ? Génie des nations et service du roi de France dans L’état actuel de la Musique de la Chambre du Roi et des trois spectacles de Paris (1761-1777) 
15h00 Rebecca Dowd Geoffroy-Schwinden (Duke University), Bernard Sarrette and the Acquisition of Musical Manuscripts for the Bibliothèque du Conservatoire (1798–1800) 
16h10 Stanislav Tuksar (University of Zagreb), Musical prints in the Dubrovnik Franciscan musical collection 
16h35 James Harriman-Smith (University of Cambridge), Shakespeare’s Ambassador: the Influence and Legacy of David Garrick in France and Germany 
17h00 Katherine Hambridge (University of Warwick), Melodramatic confrontations in Berlin, 1800–1815 

Vendredi 21 novembre 2014 

9h00–12h00 
Les élites, acteurs de circulations musicales et théâtrales (président de séance : Rahul Markovits) 

9h00 Nathalie Rizzoni (CELLF 16-18, UMR 8599 CNRS & Université Paris-Sorbonne), Des cartons d’archives aux cartons d’écrans : la diffusion du théâtre français en Russie à la fin du XVIIIe siècle 
9h25 Charlotta Wolff (Université d’Helsinki), L’ambassadeur des spectacles : le comte de Creutz et l’opéra 
9h50 Alexei Evstratov (Institut for Advanced Study, Berlin), L’économie symbolique des structures dramatiques dans l’Europe francophone : la comédie et le savoir social 
11h00 Matthieu Magne (Université Nice Sophia Antipolis), De la loge au salon : la musique et le théâtre comme éléments du langage aristocratique dans la Monarchie des Habsbourg au tournant du XVIIIe siècle 
11h25 David Do Paço (Programme Max Weber, Institut Universitaire Européen, Florence), Circulations des hommes, constructions des réputations et mobilités sociales : la carrière de Lorenzo Da Ponte sous le patronage des comtes de Cobenzl (1779-1792) 

13h30–18h00 
L’itinérance des matières musicales et littéraires (président de séance : Philippe Bourdin) 

13h30 Cliff Eisen (King’s College, London), Music transmission in the eighteenth century: the Mozartean paradigm 
13h55 Vjera Katalinić (University of Zagreb), An 18th-century itinerant violin virtuoso and his ‘travelling themes’ 
14h20 Robert Adelson (Musée du Palais Lascaris, Nice), L’introduction et la diffusion du piano à queue en France (1781-1797) : éclairages et documents nouveaux 
15h20 Flora Mele (Université Paris-Sorbonne), L’adaptation des spectacles français à travers la Correspondance de Favart 
15h45 Cécile Champonnois (Université de Montréal), Un librettiste au service de compositeurs européens au Tournant des Lumières : Nicolas François Guillard (1752-1814), le renouveau de la scène lyrique parisienne et sa diffusion en Europe 
16h10 Virginie Yvernault (Université Paris-Sorbonne), Figaro en Europe. Circulation, réception et appropriation des œuvres de Beaumarchais au XVIIIe siècle 

Samedi 22 novembre 2014 

9h00-13h00 
Mobilité artistique et diffusion des œuvres : presse, traduction et réception (présidente de séance : Charlotta Wolff) 

9h00 Marie Glon (École des Hautes Études en Sciences Sociales, Paris), Quand les danses circulent par la poste 
9h25 Magali Soulatges (Université d’Avignon), Il faut du nouveau : fonctions et enjeux de l’information théâtrale et musicale internationale dans le Courrier d’Avignon (1733-1793) 
9h50 Alessia Castagnino (Fondazione Luigi Einaudi, Turin), Haendel à Florence. Traductions et représentations publiques et privées de ses oratorios dans le Grand-duché de Toscane (1768-1772) 
10h50 Julie Johnson (University of Melbourne), Political translation in Revolutionary Lyon, a retranslation of Metastasio’s Artaxerxes 
11h15 Aurélie Barbuscia (Institut Universitaire Européen, Florence), Le congrès de Vienne : nouvelle « feuille de route » pour une carrière musicale internationale, le cas de Gioachino Rossini 
12h00 Philippe Bourdin (Université Blaise-Pascal, Clermont-Ferrand), conclusions 

comité d’organisation : 
Pierre-Yves Beaurepaire (Université Nice Sophia Antipolis-CMMC et Institut Universitaire de France), Mélanie Traversier (Université Charles de Gaulle Lille 3, Institut de Recherches Historiques du Septentrion UMR 8529 CNRS), Charlotta Wolff (Université d’Helsinki)

Former un danseur-lecteur

Séminaire 2014-2015 
Institut Interdisciplinaire d’Anthropologie du Contemporain
Séminaire de l’axe culture

Evelyne Ribert, Sylvie Sagnes 
*

EHESS, 2e jeudi du mois de 17 h à 19 h (salle 8, 105 bd Raspail 75006 Paris) 
 
 

La première rencontre aura lieu jeudi 13 novembre, de 17h à 19h, salle 8 au 105 bd Raspail

 

La discussion portera sur une partie de la thèse de Marie Glon :

 Doctorante EHESS
IIAC – Equipe CEM
 
 « Former un danseur-lecteur : audaces et angoisses vis-à-vis d’une autonomie inédite (XVIIIe siècle) »
 

Discutant :
 
Sophie Maisonneuve  
 Maîtresse de conférence, Université Paris Descartes, Sorbonne Paris Cité
IIAC – Equipe LAHIC
 
Résumé : Dans sa thèse d’histoire (Les Lumières chorégraphiques. Les maîtres de danse européens au cœur d’un phénomène éditorial (1700-1760), sous la direction de Georges Vigarello, soutenance en décembre prochain), Marie Glon cherche à comprendre le mouvement d’édition qui se déploie en Europe, durant deux tiers de siècle, à partir de la Chorégraphie – « art de décrire la danse » dont les principes sont publiés à Paris en 1700. Grâce à cet art scripturaire sont publiées plusieurs centaines de « danses gravées », objets à la lisière de l’écriture et de l’image, dont le déchiffrage est destiné à mettre en mouvement le corps de l’usager. Lors de cette séance, elle se penchera sur les utilisations de ces « danses gravées » et sur les débats qu’elles ont occasionnés, qui révèlent des expériences novatrices quant à l’autonomie du lecteur-danseur postulé par ces objets. 

 *

Au nombre des quatre axes transversaux qui structurent l’IIAC, l’axe Culture privilégie, parmi les définitions qui s’attachent à son objet, celle qui entend la culture au sens d’un ensemble de biens, mis à distance physiquement et symboliquement. Observable aux quatre coins du monde, le geste de dissociation et d’élection qui préside à son instauration offre le spectacle d’une véritable mutation anthropologique, diversement saisissable : par les réceptacles de la valeur culturelle (notamment les arts et le patrimoine) ; par les enjeux politiques constitutifs des processus d’institution ; par, enfin, le regard réflexif que nous pouvons porter sur notre propre discipline en tant qu’actrice de cette démarcation. Attentif à rendre compte de ce vaste éventail d’approches, le séminaire de l’axe se veut un lieu et un moment de rencontres et d’échanges, autour de travaux, individuels ou collectifs, en voie de finalisation (thèses, rapports de recherche, ouvrages, essais, films). S’y exprimeront, aussi bien à titre d’intervenants que de discutants, doctorants, post-doctorants et chercheurs du laboratoire.

Séminaire d’histoire culturelle de la danse 2014 – 2015

Nous avons le plaisir de vous informer de la reprise, lundi 3 novembre à 19h, du séminaire d’histoire culturelle de la danse à l’EHESS (105, bd Raspail, 75006 Paris, salle 1). 

Le premier semestre sera consacré à l’ouverture d’un nouveau chantier : la question de l’auteur en danse. Le second semestre poursuivra la recherche engagée l’an dernier sur les lieux de danse.

Pour favoriser les échanges et les avancées collectives, nous proposons cette année une nouvelle formule : chaque semestre comptera quatre séances traditionnelles (2 heures le lundi soir) puis une matinée conjuguant exposé(s) et table-ronde, pour revenir sur les dossiers étudiés et prolonger la réflexion (4 heures le samedi matin). 

Au plaisir de vous revoir,

Elizabeth Claire, Emmanuelle Delattre, Marie Glon, Sophie Jacotot, Vannina Olivesi

1er semestre

•   lundi 3 novembre, 19h-21h : introduction

•   lundi 24 novembre, 19h-21h (exceptionnellement en salle 2) : Hélène Marquié (maîtresse de conférence, Paris 8), De Filippo Taglioni à Louise Stichel : rôle et place des chorégraphes au XIXe siècle

•   lundi 15 décembre, 19h-21h : Marie Glon (doctorante à l’EHESS), Les « danses en Chorégraphie » ou la naissance de deux statuts d’auteur en danse au XVIIIe siècle

•   lundi 19 janvier, 19h-21h : Guillaume Sintès (doctorant à Paris 8, département Danse), Préfiguration, structuration et enjeux esthétiques du métier de chorégraphe (France, 1957-1984). Une histoire administrative et réglementaire

•   samedi 24 janvier, 9h-13h : Vannina Olivesi (doctorante à l’EHESS), Des professionnels en quête d’autorité et de légitimité : maîtres de ballet et chorégraphes de l’Opéra au tournant des XVIIIe et XIXe siècles, suivie par une Table-ronde.

Le programme du second semestre sera bientôt annoncé.

Médaille d’argent pour ‘les bals clandestins’

Le documentaire « Danser quand même : les bals clandestins en France pendant la guerre », diffusé sur France Culture dans La Fabrique de l’Histoire le 7 janvier 2014, a obtenu la médaille d’argent aux New York Festivals 2014 dans la catégorie « Histoire, information et documentaire ».

Ida Gerhardi, Pariser Tanzlokal 'Bal Bullier', ca 1900.
Ida Gerhardi, Pariser Tanzlokal ‘Bal Bullier’, ca 1900. Source.

Ce documentaire (54 minutes) a été produit par Perrine Kervran et réalisé par Françoise Camar. Prise de son : Benjamin Thuan et Mai Tran. Mixage : Claude Niort.
Vous pouvez le découvrir ou le réécouter ici.

*

Crédit photographique pour l’image à la une : Kevin Collins, Blek le Rat – « Last Tango in Paris » at 941 Geary Gallery, San Francisco, (cc-by), source.

Séminaire international « Déclamation, chant et danse en France aux XVIIe et XVIIIe siècles : niveaux, lieux de performance, courants et filiations « 

Séminaire international


Déclamation, chant et danse en France
 aux XVIIe et XVIIIe siècles :
niveaux, lieux de performance,
 courants et filiations
 


Vendredi 4 avril – Versailles
Jeudi 10 avril – Versailles
Vendredi 23 mai – Tours
Lundi 27 octobre – Montpellier

 

Organisation : Jean-Noël Laurenti et Bénédicte Louvat-Molozay


Durant ces dernières décennies se sont développées les recherches visant à la restitution des pratiques de scène en usage aux XVIIe et XVIIIe siècles (déclamation et chant, geste, danse), mais ces recherches demandent à être sans cesse affinées, faute de quoi il serait tentant d’appliquer indistinctement les mêmes procédés techniques à tout un répertoire abusivement unifié sous l’étiquette « baroque ».
À partir des traités et documents conservés, il s’agira d’étudier les différences qui on pu exister dans les pratiques de performance en public (lecture publique, déclamation, chant, gestuelle, danse) selon le lieu et le type de public (compagnie restreinte ou salle de spectacle), selon le genre (comédie, tragédie, genres relevant du « loisir mondain », bal ou ballet, etc.) ou selon les subdivisions dans le genre (type de personnages, danse haute ou danse basse). À travers l’étude des textes théoriques, des oeuvres et des témoignages, il s’agira également d’étudier la conscience que le XVIIe et XVIIIe siècles ont eue de ces typologies et la manière dont elles étaient mises en pratique. Il s’agira également de discerner les évolutions qui font que certains préceptes techniques précédemment en vigueur sont abandonnés ou modulés dans un sens différents durant une période. À cet égard, il conviendra de prendre en considération l’importance des courants esthétiques qui parcourent les deux siècles, les influences étrangères, et examiner les spécificités et les parentés des documents témoignant de ces pratiques dans les autres pays d’Europe.
Ce séminaire, soutenu par l’équipe Ricercar et l’équipe de recherche du CMBV, sera pluri- et interdisciplinaire. Parce qu’il s’interroge sur la mise en pratique des préceptes énoncés dans les traités et documents conservés, il comprendra d’une part des communications théoriques, d’autre part des ateliers d’expérimentation pratique. Il donnera lieu à la publication d’un recueil d’études.

Partenaires : Centre d’Études Supérieures de la Renaissance (CESR, UMR7323, Tours), Centre de Musique Baroque de Versailles (CMBV), Institut de recherche sur la Renaissance, le Classicisme et les Lumières (IRCL, UMR 5186, université de Montpellier III),  Institut Universitaire de France, Laboratoire « Formes et Représentations en Linguistique et Littérature » (FORELL, EA 3816, université de Poitiers) Association pour un Centre de Recherche sur les Arts du Spectacle aux XVIIe et XVIIIe siècles.

Entrée libre dans la limite des places disponibles.
Contact : jean-noel.laurenti@wanadoo.fr

*

93-001058-01
Israël Silvestre (1621-1691), La Fête « Les Plaisirs de l’Ile Enchantée » donnée par Louis XIV à Versailles. Seconde journée. Theatre fait dans la mesme allée sur lequel la Comédie, et le Ballet de la Princesse d’Élide furent représentés, 1664. Source : RMN – Château de Versailles.

*

Programme


Vendredi 4 avril
Centre de Musique Baroque de Versailles
Hôtel des Menus-Plaisirs, 22, Avenue de Paris, 78000 Versailles


9 h 30 : Mickaël Bouffard (Centre André Chastel) : « Geste noble et geste bas : évolutions et ruptures du XVIIe au XVIIIe siècle. »
10 h 10 : Christine Bayle (Paris) : « Comment un même geste évolue du XVIe au XVIIIe siècle. »
10 h 50 : Pause
11 h 10 : Anastasia Sakhnovskaia (CETHEFI, Nantes) : « Les spécificités du jeu forain et l’héritage italien. »

14 h 00 : Laura Naudeix (Université de Rennes 2) : « Les gestes dans les cantates : indications techniques et préceptes généraux d’esthétique et de civilité. »
14 h 40 : Bertrand Porot (Université de Reims, GRIMAS) : « Le comique musical : indices pour l’interprétation musicale et scénique. »
15 h 10 : Pause
15 h 30 : Sabine Chaouche (Oxford Brookes University) : « La mise en scène d’après les manuscrits de la Comédie Française du XVIIIe siècle : entrées, déplacements, prise de parole et jeu ; évolutions et spécificités. »
16 h 10 : Discussion et conclusions.

 

Jeudi 10 avril
Centre de Musique Baroque de Versailles
Salle Lalande


9 h 30 : Nathalie Lecomte (Paris) et Mickaël Bouffard, en collaboration avec Rebecca Harris-Warrick (Cornell University) : « Configuration et dimension des espaces de bal à la cour de Louis XIV. »
10 h 10 : Dominique Lauvernier (Université de Caen) : « Configuration des salles et performances scéniques : problématique de leur interaction. »
10 h 50 : Pause
11 h 10 : Marie-Thérèse Mourey (Paris-Sorbonne) : « “Danse haute”, “danse basse”, registres et niveaux : apports techniques et esthétiques des sources allemandes du début xviiie siècle.

14 h : Naïk Raviart : « La belle Danse, une réalité difficile à cerner, riche en questions pour notre pratique. »
14 h 40 : Hubert Hazebroucq : « Les “genres” de danse, basse, haute, grotesque : un éclairage sur le répertoire noté. »
15 h 20 : Pause
15 h 40 : Irène Ginger : « Niveaux d’exécution des pas, quelques exemples tirés de traités français et allemands du xviiie siècle. »
16 h 20 : Table ronde entre les intervenants.

 

Vendredi 23 mai
Centre d’Études Supérieures de la Renaissance
59, Rue Néricault-Destouches, 37000 Tours
Salle Rapin


9 h 30 : Philippe Caron (FORELL, Poitiers) : « L’évolution des quantités vocaliques : entre “bel usage”, déclamation et survivances dialectales du xviie au xixe. »
10 h 10 : Jean-Noël Laurenti (CESR, Tours) : « Niveaux de “performance” dans le répertoire des airs et “performance” scénique d’après Bacilly. »
10 h 50 : Pause
11 h 10  : Jed Wentz (Amsterdam) et Joao Luis Veloso Peixão : conférence démonstration : « A reconstruction of spoken declamation based on Lully’s Roland. »

14 h : Olivier Bettens (Cossonay) : « Entre bon usage et (in)tolérance : quel espace pour la déclamation et le chant ? »
14 h 40 : Atelier 1 : Nicole Rouillé (Meaux) : « Variations dans la déclamation parlée et chantée en fonction des genres et des lieux. »
15 h 40 : Pause
16 h : Atelier 2 : Pierre-Alain Clerc (Lausanne/Genève) : « Les “niveaux” de déclamation : des exemples chez Molière. »
17 h : Conclusions.

 

Lundi 27 octobre
Université Paul Valéry Montpellier 3
(Programme précisé ultérieurement)


Matinée
Claude Bourqui (Fribourg) : « La commedia dell’arte et son influence sur le jeu français au xviie siècle. »
Emanuele de Luca (Paris) : « La commedia dell’arte et son influence sur le jeu français au xviiie siècle. »
David Wiles (Exeter) : « Le jeu anglais aux XVIIe et XVIIIe siècles. »
Franck Salaün (Montpellier 3) : « Garrick et la France. »

Après-midi
Atelier 1 : Le jeu anglais : l’interprétation de Shakespeare.
Atelier 2 : Le jeu italien (canevas de commedia dell’arte et extraits de Marivaux).

*