Archives par mot-clé : méthodologie

Prochaine séance – 30 janvier 2017 – Florence Filippi, ‘L’actrice au miroir de ses mots’

Chers ami.e.s, collègues et participant.e.s au séminaire Histoire culturelle de la danse,

Nous vous souhaitons une excellente année 2017 et vous convions à nous rejoindre à la prochaine séance du séminaire qui aura lieu le 30 janvier (salle 13, 14h-17h, 105 bd Raspail, 75 006 Paris).

Nous aurons le plaisir d’accueillir Florence FILIPPI (Univ. Rouen) qui réalisera une communication intitulée

« Souvenirs, mémoires et correspondances :

l’actrice au miroir de ses mots (XVIIIe-XIXe siècles)»

Clairon, Hyppolite dite Mademoiselle Clairon (1723-1803), Mémoires d'Hyppolite Clairon, et réflexions sur l'art dramatique publiés par elle-même, Paris, chez F. Buisson, 1798.
Clairon, Hyppolite dite Mademoiselle Clairon (1723-1803), Mémoires d’Hyppolite Clairon, et réflexions sur l’art dramatique publiés par elle-même, Paris, chez F. Buisson, 1798.

Lectures associées :

Aurore Evain, « Les autrices de théâtre et leurs œuvres dans les dictionnaires dramatiques du XVIIIe siècle », communication, 1ères Rencontres de la SIEFAR : Connaître les femmes de l’Ancien Régime. La question des recueils et des dictionnaires, Paris, 20 juin
2003 ; en ligne ici.

Viv Gardner, « By Herself : the actress and autobiography, 1755-1939 », in Maggie B. Gale, John Stokes (ed.), The Cambridge Companion to the Actress, Cambridge, NY, Melbourne, Madrid, CT, Singapore, SP, 2007, pp. 173-192.

[Lecture facultative et complémentaire : Edwige Kellet-Rahbé, « ‘Du théâtre ! ma fille !’ : actrices en romancie aux XVIIe et XVIIIe siècles », communication pour la Society for Seventeenth Century French Studies conference, Londres, 10-12 sept. 2009. En ligne ici.

L’ensemble de ces trois documents soumis à lecture et à validation, pour les étudiants qui le souhaitent, peuvent être consultés et téléchargés sur ce lien.

Au plaisir de vous retrouver le 30 janvier prochain !

[Annonce de poste] Barnard College – Columbia University

Le Barnard College – Columbia University propose un poste en Dance Studies

*

The Department of Dance of Barnard College, Columbia University in New York City, invites applications for an outstanding scholar to appoint as a tenure-track Assistant Professor of Dance Studies starting July 1, 2017.

Founded in 1889, Barnard College is a private women’s liberal arts college affiliated with Columbia University. The Barnard College Department of Dance is the center for dance scholarship, research, and performance for all of Columbia University and as such, provides the artistic and academic programming to support majors, minors, and concentrations offered by the undergraduate divisions of the University (Barnard, Columbia College, School of General Studies, School of Engineering).

The ideal candidate will have expertise in theatrical dance history (preferably with specializations in ballet, African-American dance, and/or contemporary choreography), as well as innovative critical and methodological approaches to one or more of the following areas of research: social or popular dance; dance theory, ethnography and/or dramaturgy; relationships between music and dance; and/or intersections between the performing arts and policy, diplomacy, and/or activism. Applicants must have a Ph.D. in dance or related discipline at time of appointment, a distinguished record of scholarly publication or promise of such, proven capacity for teaching excellence at the college level, and ability and desire to perform service within the department, college, and university.

Pour plus de détails : Barnard College – Columbia University

[Colloque] Traditions en mouvements

Colloque international – TraditionS en mouvementS

Atelier de la danse n°7 dans le cadre du Festival de Danse de Cannes 2015, Cannes, 20-21-22 novembre 2015

Argumentaire

Si les questionnements autour des notions de tradition et de contemporanéité ne sont ni récents, ni absents des études en danse, ils n’ont jusqu’à présent été posés que de façon parcellaire, essentiellement en relation aux répertoires, aux remontages des œuvres chorégraphiques ou aux pratiques dites de ‘danses traditionnelles’. Il nous paraît donc essentiel aujourd’hui de faire le point sur les recherches en ce domaine afin de permettre la confrontation et l’avancée des échanges sur ces questions prégnantes dans le monde actuel des créations chorégraphiques comme des pratiques sociales et culturelles.

Auparavant, et parfois encore, associé à l’idée d’immobilité et porteur d’a priori romantiques ou ethnocentriques, le terme « tradition » peut constituer un concept opérant dans les recherches en danse. Il peut en effet être envisagé comme un lien subtil qui relie au passé tout en inscrivant une dynamique vivante et mouvante qui construit le présent. Les objets mêmes – dansants, dansés tels la ronde par exemple – peuvent paraître nouveaux dans leur usage alors qu’ils permettent de s’interroger sur des formes qui se réitèrent et traversent le temps.

Interroger la tradition en danse signifie notamment questionner comment le passé continue d’agir sur le présent des pratiques chorégraphiques et des acteurs qui les incarnent. Comprendre sous quelle forme et à partir de quels dispositifs les ‘gestes du passé’ se réinscrivent aujourd’hui sur les scènes contemporaines. Comprendre, dans les lieux de pratiques sociales, dans ce qui est dansé aujourd’hui tout en portant le même nom que jadis, ce qui perdure et varie. Le processus de « transmission » ou de « passation » se situe ainsi au cœur de la tradition, permettant d’actualiser les gestes des prédécesseurs, la perpétuation et le devenir de tout héritage chorégraphique de quelque période et de quelque esthétique qu’il s’agisse. Trouvent ainsi place les problématiques liées à la permanence ou à la perte de ce qui apparaît comme des fondamentaux ou des invariants de ces pratiques de danse au fil du temps (question d’espace tel le lieu consacré du studio ou question d’habitudes ou de rituels presque dans l’enseignement, la relation aux maitre ou encore aux techniques).

Mais questionner la tradition en danse signifie aussi comprendre comment les héritages chorégraphiques résistent aux changements sociaux et aux ruptures de l’histoire, comment les filiations s’inscrivent dans le prolongement ou dans le détournement, voire l’oubli, des pratiques comme des savoirs. Les transitions économiques, politiques et sociales ainsi que l’apparition de nouveaux contextes performatifs imposent une réorganisation des faits chorégraphiques, des compétences motrices, des engagements sensibles et des valeurs proposées par ces pratiques. Ces changements induisent, parallèlement à un processus de spectacularisation et de médiatisation, un profond renouvellement de l’héritage gestuel et chorégraphique qu’il est nécessaire d’interroger.

Les éclairages anthropologiques, historiques, esthétiques seront sollicités car porteurs de ces réflexions, tout autant que ceux liés à l’ethnographie du travail artistique ou à l’analyse de l’activité professionnelle. La diversité des approches, que nous ne nommons pas toutes ici, permettra d’aborder les objets tout autant que les processus.

Parmi les axes de réflexion envisagés par ce colloque, signalons de manière non exhaustive :

  1. Définition, conceptualisation et opérationnalisation de la notion de ‘tradition’ au sein des études en danse.

Le colloque s’intéressera à la notion de ‘tradition’ d’un point de vue théorique et méthodologique, questionnant la pertinence, l’opérationnalité et les limites de ce concept dans les recherches en danse, ainsi que la spécificité de son emploi dans ce champ d’études. L’objectif de cet axe est donc double : en premier lieu il propose de réfléchir de façon spécifique aux usages du terme tradition au sein des études en danse, pour comprendre la spécificité de cette notion et ses contenus dans ce champ d’études. En deuxième lieu, il propose de réfléchir à l’opérationnalité de ce terme, soulevant des questions relatives à la pertinence et au sens de celui-ci dans la recherche en danse.

  1. Transmission – Filiation – Héritage

Cet axe a pour principal objectif de réfléchir à la notion de tradition à partir de l’acte de transmission. Les propositions permettront d’analyser de quelle manière et par quels biais la tradition demeure agissante au fil du temps, ou comment des pratiques, des connaissances et pensées actuelles remettent en question les pratiques antérieures. Le colloque s’intéresse, non seulement à la continuité des pratiques artistiques, ainsi que des émotions, des représentations et des valeurs qui les définissent, mais aussi et surtout aux discontinuités, aux oublis, aux pertes, aux altérations, aux porosités et aux inventions. Les communications porteront principalement, mais pas exclusivement, sur les « objets » de la transmission, les processus à l’œuvre ainsi que sur les acteurs engagés dans l’acte de transmission.

  1. Etudes de cas. Qu’est-ce qu’on danse ? Comment on danse ?

Cet axe propose de porter des éclairages sur la présence du passé dans la création actuelle, à partir d’études de cas spécifiques, qu’il s’agisse des scènes ou des lieux de pratique. Particulièrement bienvenues seront les propositions portant sur l’analyse de pratiques corporelles dansées – qu’il s’agisse de danses issues d’une tradition liée à un territoire ou de traditions liées à l’émergence des genres artistiques – qui sont aujourd’hui confrontées à l’instant présent, tant dans leur dimension de dynamique vivante de la tradition que dans leur dimension de métissage. Les sujets des communications n’auront pas de limitation temporelle ni géographique et pourront être abordés à partir d’une diversité d’approches – analyse du geste, analyse anthropologique, analyse esthétique, analyse sociologique, analyse historique…

Trent Strohm, The Magic of the Dance
Trent Strohm, The Magic of the Dance

*

Communications et modalités de soumission

Le temps dévolu à chaque communication est de 20 minutes suivies de 10 minutes de questions. Des propositions de formats différents peuvent être soumises (communication chercheur, proposition chercheur-artiste, lecture-démonstration, parole dansée…). Le temps imparti ne pourra cependant dépasser 30 minutes, suivie des 10 mn de discussion. La fiche de soumission est à renvoyer pour le 1er mai 2015 au plus tard, aux formats Word et PDF, à l’adresse suivante : atelierdanse7@gmail.com

Les fichiers informatisés de la proposition, envoyés par voie électronique, seront nommés de la façon suivante : nom-prénom de l’auteur. Le Comité Scientifique, après études des propositions reçues, communiquera à tous les candidats la décision sur l’acceptation de leur communication, le 15 juin 2015, au plus tard.

Lieux et temps du colloque

Ce colloque, par l’appel à communications, répond à un format classique et universitaire mais il saura aussi mettre en œuvre de nouvelles méthodes d’approche et de débat par le tissage de formats innovants, tels que recherchés dans les journées d’étude conçues par l’équipe Danse du CTEL, la co-présence d’artistes et de chercheurs étant au cœur des Ateliers de la Danse.

 Ce colloque est organisé en partenariat avec le Festival de Danse de Cannes et avec le Centre National de la Danse. Cette année le festival, sous la direction artistique de Brigitte Lefevre, prend la voix de la coprésence des œuvres de diverses « traditions » permettant ainsi la confrontation non seulement des idées et des recherches mais il nourrira les points de vue analytiques et réflexifs et présentera des oeuvres et des artistes qui soutiendront et éclaireront la réflexion.

*

Institutions

  • Université Nice Sophia Antipolis (UNS) – UFR Lettres, Arts et Sciences Humaines
  • Département des Arts, Section Danse
  • Centre Transdisciplinaire d’Epistémologie de la Littérature et des Arts Vivants (CTEL EA 6307)
  • Centre National de la Danse (CND)
  • Festival de danse de Cannes

Direction scientifique

  • Federica Fratagnoli, MCF Danse, Université de Nice Sophia Antipolis
  • Joëlle Vellet, MCF danse, Université de Nice Sophia Antipolis
  • Laurent Barre, Responsable du service Recherche et Répertoires chorégraphiques, CND

Comité scientifique

  • Sarah Andrieu, MCF Danse, Université de Nice Sophia Antipolis
  • Laurent Barre, Responsable du service Recherche et Répertoires chorégraphiques, CND
  • Federica Fratagnoli, MCF Danse, Université de Nice Sophia Antipolis
  • Mahalia Lassibille, MCF danse, Université Paris8 Saint-Denis
  • Karen Nioche, doctorante Université de Nice Sophia Antipolis
  • Marina Nordera, PR danse, Université de Nice Sophia Antipolis
  • Sylvianne Pagès, MCF danse, Université Paris 8 Saint-Denis
  • Joëlle Vellet, MCF danse, Université de Nice Sophia Antipolis

Comité d’organisation 

  • Laurent Barre, Responsable du service Recherche et Répertoires chorégraphiques, CND
  • Sarah Briand, doctorante en danse, Université de Nice Sophia Antipolis
  • Gaia Clotilde Chernetich, doctorante en danse, Université de Nice Sophia Antipolis
  • Federica Fratagnoli, MCF Danse, Université de Nice Sophia Antipolis
  • Daniela Guzman, doctorante en danse, Université de Nice Sophia Antipolis
  • Elisa Lortholat, doctorante en danse, Université de Nice Sophia Antipolis
  • Bianca Maurmayr, doctorante en danse, Université de Nice Sophia Antipolis
  • Carolane Sanchez, doctorante en danse, Université de Nice Sophia Antipolis
  • Alessandra Sini, doctorante en danse, Université de Nice Sophia Antipolis
  • Joëlle Vellet, MCF danse, Université de Nice Sophia Antipolis
  • et Eurielle Desevedavy, Festival de Danse de Cannes

Bibliographie #2 : L’iconographie de la danse

Nous poursuivons cette année notre réflexion historiographique et méthodologique sur les usages de l’iconographie dans l’histoire de la danse.

Vous trouverez ici la bibliographie que nous avons constitué pour la préparation des séances du séminaire. Elle n’est pas exhaustive.

Toutes vos suggestions de lectures complémentaires seront les bienvenues.

*

Gabriel de Saint-Aubin, Interior of the Coliseum, Paris, ca 1771-1780, black chalk with watercolour, British Museum.
Gabriel de Saint-Aubin, Interior of the Coliseum, Paris, ca 1771-1780, black chalk with watercolour, British Museum.

 *

1. Historiographie – Méthodologie

Barbichon Guy, « Usages de l’image : faire, dire », Ethnologie française, nouvelle série, t. 24, n° 2 : Usages de l’image, avril-juin 1994, pp. 169-175.

Burke Peter, Eyewitnessing, London, Reaktion, 2001.

Burke Peter, « Interrogating the Eyewitness », Cultural and Social History, 7:4, 2010, pp. 435-443.

Garelli Marie-Hélène, « Gestuelle et danse dans le monde antique. Deux questions de bibliographie », Pallas, 71, 2006, pp. 151-167.

Goetschel Pascale, « Les usages de l’image en histoire », Vie sociale, « Iconographie et histoire sociale », n° 1, 2005, pp. 21-41.

Hunt Lynn et Vanessa R. Schwartz, « Capturing the Moment: Images and Eyewitnessing in History », Journal of Visual Culture, décembre 2010 9:3, pp. 259-271.

Maguet Frédéric, « De la série éditoriale dans l’imagerie : l’exemple des costumes régionaux », Ethnologie française, nouvelle série, t. 24, n° 2 : Usages de l’image, avril-juin 1994, pp. 226-241.

Vigarello Georges, « Le corps comme objet de représentation : un regard d’historien », dans B. Madiot, É. Lage, A. Arruda (dir.), Une approche engagée en psychologie sociale : l’œuvre de Denise Jodelet, Paris, Érès, 2008, p. 189-197.

Vovelle Michel, Idéologies et mentalités, Paris, François Maspero, 1982.

 *

2. Histoire des images et des techniques de reproduction

Baridon Laurent, Guédron Martial, L’art et l’histoire de la caricature, Paris, Citadelles & Mazenod, 2009, 303 p.

Bassy Alain-Marie, « Le texte et l’image », dans Roger Chartier, Henri-Jean Martin (dir.), Histoire de l’édition française, vol. II : Le Livre triomphant. 1660-1830, Paris, Fayard, Cercle de la librairie, 1990.

Cabanne Pierre, Honoré Daumier, témoin de la Comédie humaine, Paris, Éditions de l’Amateur, 1999, 189 p.

Gaudriault Raymond, La gravure de mode féminine en France, Paris, Éditions de l’Amateur, 1983, 223 p.

Gaudriault Raymond, Répertoire de la gravure de mode française des origines à 1815, Paris, Promodis – Éditions du Cercle de la Librairie, 1988, 309 p.

Gervereau Laurent, Histoire du visuel au XXe siècle, Paris, Editions du Seuil, 2003.

Grivel Marianne, Le commerce de l’estampe à Paris au XVIIe siècle, Genève : Droz, Paris : Champion, 1986, 448 p.

Michaud Stéphane, Mollier Jean-Yves, Savy Nicole (dir.), Usages de l’image au XIXe siècle, Créaphis, 1992.

*

3. Théories des images

Agamben Giorgio, Image et mémoire, Paris, Hoëbeke, 1998.

Careri Giovanni, Lissarrague François, Schmitt Jean-Claude et Severi Giovanni (dir.), Traditions et temporalités des images, Paris, éd. de l’EHESS, 2009.

Careri Giovanni, Envols d’amour. Le Bernin montage des arts et dévotion baroque, Paris, Usher, 1990.

Careri Giovanni, La Jérusalem délivrée du Tasse. Poésie, peinture, musique, ballet, Klincksiek, Musée du Louvre, 1999, 449 p. Edition des actes du colloque organisé à l’Institut Culturel Italien et au Louvre en 1993.

Careri Giovanni, Gestes d’amour et de guerre. L’image-affect. Poésie, peinture, théâtre et danse dans l’Europe du Tasse, Paris, éd. de l’EHESS, 2005.

Didi-Huberman Georges, Devant l’image : question posée aux fins d’une histoire de l’art, Paris, Éd. de Minuit, 1990.

Didi-Huberman Georges, Devant le temps : histoire de l’art et anachronisme des images, Paris, Éd. de Minuit, 2000.

Didi-Huberman Georges, L’Image survivante : histoire de l’art et temps des fantômes selon Aby Warburg, Paris, Éd. de Minuit, 2002.

Ginzburg Carlo, « De A. Warburg à E. Gombrich. Notes sur un problème de méthode », dans Mythes Emblèmes Traces. Morphologie et histoire (trad. M. Aymard et al.), Lagrasse, Verdier, 2010.

Marin Louis, Détruire la peinture, Paris, Galilée, 1977.

Marin Louis, Des pouvoirs de l’image, Paris, Seuil, 1993.

Marin Louis, De la représentation, Paris, Gallimard/Le Seuil, 1994, 396 p.

Marin Louis, Opacité de la peinture, Paris, éd. de l’EHESS, 2006, 263 p.

Michaud Philippe-Alain, Aby Warburg et l’image en mouvement, Paris, Macula, 1998

Panofsky Erwin, La perspective comme forme symbolique (trad. sous la dir. de Guy Ballangé), Paris, Ed. de Minuit, 1991.

Panofsky Erwin, Essais d’iconologie (trad. C. Herbette et B. Teyssèdr), Paris, Gallimard, 1979.

Severi Carlo (dir.), Image et anthropologie, numéro spécial de la revue L’Homme, n. 165, Janvier/ mars 2003.

Severi Carlo (dir.), Pièges à voir, pièges à penser, numéro spécial de la revue Gradhiva, 2011.

Warburg Aby, Essais florentins (trad. S. Muller), Paris, Klincksieck, 2003 [1990].

Warburg Aby,  Le Rituel du serpent, (trad. S. Muller et al.), Paris, Macula, 2003.

Warburg Aby, « Les costumes de scène pour les Intermèdes de 1589 » [1895], dans A. Surgers (trad. et présentation), La Pellegrina et les Intermèdes, Florence, 1589, Vijon, Lampsaque, 2009.

Warburg Aby, Miroirs de faille : à Rome avec Giordano Bruno et Édouard Manet, 1928-29 (trad. S. Zilberfarb), Dijon, Les Presses du réel, Paris, Institut national d’histoire de l’art, l’Écarquillé, 2011.

*

4. Histoire & Culture Visuelle

Bal Mieke, « Part 3: Visual Analysis », dans A Mieke Bal Reader Chicago, University of Chicago Press, 2006, pp. 269-334.

[Coll.], « Visual Culture Questionnaire », October, Vol. 77. (Summer, 1996), pp. 25-70.

Coronil Fernando, « Seeing History », Hispanic American Historical Review, 84.1 (2004) 1-4.

Dikovitskaya Margarita, Visual culture : the study of the visual after the cultural turn, Cambridge, Mass., MIT Press, 2005, 316 p.

Bryson Norman, Michael Ann Holly, et Keith Moxey (éds.), Visual culture : images and interpretations, Hanover, NH : UP of New England / Wesleyan University Press, 1994, 429 p.

Evans Jessica and Stuart Hall (eds.), Visual Culture: The Reader London, Sage Publications Ltd., 1999, 512 p.

Holly Michael Ann and Moxey Keith (eds.), Art History, Aesthetics, Visual Studies, New Haven, CT: Sterling and Francine Clark Art Institute/Yale University Press, 2002.

Howells Richard, Visual culture, Cambridge, Polity, 2003, 292 p.

Jay Martin, « Cultural relativism and the visual turn », Journal of Visual Culture, December 2002 1, pp. 267-278.

Jay Martin, Downcast Eyes: The Denigration of Vision in Twentieth-Century French Thought, Berkeley, University of California Press, 1994, 648 p.

Mirzoeff Nicolas, « On Visuality », Journal of Visual Culture, 5:1, avril 2006, pp. 53-79.

Mirzoeff Nicolas, « What is Visual Culture? », An Introduction to Visual Culture, London, Routledge, 1999, p. 1-33.

Mirzoeff Nicholas, Bodyscape : art, modernity and the ideal figure, London, Routledge, 1995, 214 p.

Mitchell, W.J.T., Iconology: Image, Text, Ideology, Chicago, University of Chicago Press, 1987, 226 p.

Mitchell, W.J.T., Picture Theory: Essays on Verbal and Visual Representation, Chicago, University of Chicago Press, 1994.

Mulvey Laura, « Visual Pleasure and Narrative Cinema », Screen, 16.3, Autumn 1975, pp. 6-18.

Mulvey Laura, Visual & Other Pleasures, London, Palgrave MacMillan, 2009 (1989).

Phelan Peggy, Unmarked: the politics of performance, London, Routledge, 1993, 224p.

Schwartz Vanessa R., et Jeannene M. Przyblyski (éds.), The Nineteenth-Century Visual Culture Reader, London, Routledge, 2004, pp. 235-38.

Schwartz Vanessa R., Spectacular Realities: Early Mass Culture in fin-de-siècle Paris, Berkeley, University of California Press, 1998.

*

5. Théâtre – Danse

Aliverti Maria Inès, Il Rittrato d’attore nel Settecento francese e inglese, Pisa, ETS ed., 1986, 168 p.

Aliverti Maria Inès, La Naissance de l’acteur moderne. L’acteur et son portrait au XVIIIe siècle, Paris, Gallimard, coll. « Le temps des images », 1998, 247 p.

Anglo Sydney, L’escrime, la danse et l’art de la guerre. Le livre et la représentation du mouvement, Paris, Bibliothèque nationale de France, 2011, 95 p.

Asleson Robyn (éd.), Notorious Muse : the Actress in British Art and Culture, 1776-1812, New Haven-Londres, Yales University Press, 2003, 240 p.

Auclair Mathias, Vidal Pierre (dir.), Image[s] de la danse, Paris, Bibliothèque nationale de France ; Montreuil, Gourcuff-Gradenigo, 2008, 95 p.

Balme Christopher Bryan, Chiara Maria, Erenstein Robert, Molinari Cesare, Pietrini Sandra, European theatre iconography: proceedings of the European Science Foundation Network : Mainz, 22-26 July 1998, Wassenaar, 21-25 July 1999, Poggio a Caiano, 20-23 July 2000, Roma, Bulzoni, 2002, 388 p.

Clarke Mary, Crisp Clement, Ballet in art : from the Renaissance to the present, London, Ash & Grant, 1978, 144 p.

Claire Elizabeth, « L’inconvenance du corps révolutionnaire en Angleterre, ou la valse macabre », Analele Universitatii Bucuresti, Seria Historia, n° 58/2009, Editura Universitatii Bucuresti, 2010, pp. 49-66.

Cohen Sarah R., Art, Dance, and the Body in French Culture of the Ancien Regime, Cambridge, Melburne, Madrid, Cambridge University Press, 2000, 352 p.

[Coll.], Figures libres, Figures imposées de la danse. Exposition du 13 juin au 19 septembre 2010, Patrimoine en Isère – musée Saint-Antoine-l’Abbaye, 2010, 128 p. [Catalogue d’expo : l’iconographie de la danse de l’Antiquité au XXe siècle]

Debat Michelle (dir.), Photographie et danse, numéro spécial de la revue Ligiea, dossiers sur l’art, 2012.

Declercq Gilles, Guardia Jean de (dir.), Iconographie théâtrale et genres dramatiques. Mélanges offerts à Martine de Rougemont, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 2008, 272 p.

Erenstein Robert L., « Theatre Iconography: An Introduction », Theatre Research International, XXII, n° 3 (autumn 1997), pp. 185-189.

Guillot Catherine, « Portraits d’acteurs (XVIIe siècle – début XIXe siècle) », Revue d’histoire du théâtre, 1er trimestre 2008, n° 237.

Guilmar-Geddes Laurence, « De l’iconographie de quelques figures de ballet sous le règne de Louis XIV », La Recherche en danse, n° 2, 1983, pp. 39-44.

Hawcroft Michael, « Le théâtre français du XVIIe siècle et le livre illustré », dans Larry F. Norman, Philippe Desan, Richard Strier (dir.), Du spectateur au lecteur. Imprimer la scène aux XVIe et XVIIe siècles, Fasano, Paris, Schena Editore, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, 2002, pp. 317-348.

Heck Thomas (dir.), Picturing Performance: The Iconography of the Performing Arts in Concept and Practice, Rochester, N. Y.; Woodbridge, University of Rochester Press, 1999, 255 p.

Guibert Noëlle (dir.), Portrait(s) de Sarah Bernhardt, Paris, Bibliothèque nationale de France, 2000, 207 p.

Guibert Noëlle, Garcia Joëlle (dir.), Acteurs en scène : regards de photographes, Paris, Bibliothèque nationale de France, 2008, 125 p.

Kowzan Tadeusz, « Iconographie-iconologie théâtrale : le signe iconique et son référent », Diogène, n° 130 (avril-juin 1985), pp. 51-68.

La Gorce Jérôme de, Monbeig Goguel Catherine, Iconographie et arts du spectacle. Actes du séminaire CNRS, Paris, Klincksieck, 1996.

Launay Isabelle, « Portrait d’une danseuse en sorcière, Hexentanz de Mary Wigman », Théâtre / Public, 2000.

Louppe Laurence, « Le corps visible. La photographie comme source iconographique de l’histoire de la danse moderne et contemporaine. Supports, genres, usages », dans L’histoire de la danse, repères dans le cadre du diplôme d’Etat, Pantin, CND, 2000, pp. 46-54.

McCarren Felicia, Dancing Machines: Choreographies of the Age of Mechanical Reproduction, Stanford Univ. Press, 2003, 264 p.

Mirimonde Albert P. de, L’iconographie musicale sous les Bourbons. La musique dans les arts plastiques (XVIIe-XVIIIe siècles), Paris, Éditions A. et J. Picard, 1975, 202 p.

Music in Art. International Journal for Music Iconography, Vol. XXXVI, n° 1-2, Spring 2011. [N° spécial sur l’iconographie de la danse].

Nordera Marina, La construction de la féminité dans la danse (XVe-XVIIIe siècle), (catalogue d’exposition, Centre national de la danse, 4 novembre 2004-21 janvier 2005), Pantin, Centre national de la danse, 2004, 47 p.

Olivesi Vannina, « L’iconographie comme source dans l’historiographie du ballet de l’Opéra de Paris : l’exemple des Galeries théâtrales du premier XIXe siècle », dans Roxane Martin, Marina Nordera (dir.), Les arts de la scène à l’épreuve de l’histoire. Les objets et les méthodes de l’historiographie des spectacles produits sur la scène française (1635-1906). Actes du colloque international tenu à l’Université de Nice-Sophia Antipolis, Paris, Honoré Champion, 2011, pp. 193-210.

Perry Gill, Roach Joseph, The First Actresses : Nell Gwyn to Sarah Siddons, London, National Portrait Gallery, 2011.

Quaderni di Teatro, VII, 28 (maggio 1985) : « Rittrato d’attore ».

Revue de la Bibliothèque nationale de France, n°29, 2008 : « La danse », pp. 3-36.

Rougemont Martine de, « Deux images d’un théâtre ou l’Image du Théâtre », Quaderni di Teatro, III, 11 (febraio 1981) : « Il teatro dell’Illuminismo », pp. 51-66.

Rougemont Martine de, « Situation de l’iconographie théâtrale », dans Jean-Marie Thomasseau (dir.), Le théâtre au plus près. Pour André Veinstein, Saint-Denis, Presses universitaires de Vincennes, 2005, pp. 168-182.

Rousier Claire (dir.), Scènes de bal, bals en scène, Pantin, Centre national de la danse, 2010, 124 p.

Sobchackz Vivian, Carnal Thoughts : Embodiment and Moving Image Culture, University of California Press, 2004, 340 p.

Sowell Madison U. (et al.), Il balletto romantico : tesori della collezione Sowell, Palermo, L’Epos, 2007, 242 p.

Van Dyk Katharina, « D’une figure d’extase. Étude d’une photographie de Doris Humphrey dans le solo Two Ecstatic Themes (1931) », Funambule, n° 10, déc. 2010, pp. 75-92.

Vertigo. Esthétique et histoire du cinéma, hors-série Danses, Marseille, Images En Manœuvres Éditions, octobre 2005.

West Shearer, The Image of the Actor: Verbal and Visual Representation in the Age of Garrick and Kemble, London, Pinter Publishers, 1991.

Wild Nicole, Décors et costumes du XIXe siècle, Paris, Bibliothèque nationale, 2 vol., 1987.

Zorzi Ludovico, Représentation picturale et représentation théâtrale, Paris, G. Monfort, 1998.

*   *   *