Séminaire EHESS : Histoire culturelle de la danse – Printemps 2021

Nous sommes heureuse de vous communiquer le programme de trois journées d’études qui aura lieu en printemps 2021 et qui remplace notre séminaire EHESS du printemps 2020 (changement du au confinement Covid-19). Revenez à la rentrée pour des informations plus précises sur les dates et lieux et un programme détaillé. Prenez bien soin de vous . . .

Elizabeth Claire (CNRS), Emmanuelle Delattre-Destemberg (Univ. de Valenciennes), Marie Glon (Univ. Lille-III), Mariem Guellouz (Univ. Paris-Descartes), Vannina Olivesi (EHESS-CRAL)

‘A guinea a lesson’ sur les sutures de Kader Attia. 

Crédits image : Jerome Robbins Dance Division, The New York Public Library. « Six guineas entrance and a guinea a lesson », New York Public Library Digital Collections. Accédé le 16 mai 2020.

Transmettre la danse : Organiser | Contaminer | Greffer

Cette année, le séminaire propose d’étudier des formes de la transmission en danse, entendue comme un ensemble d’actions, gestes et discours, énoncés oralement ou écrits, qui participent à la construction historique des danses et des communautés qui les pratiquent. Objet d’étude très vaste, la transmission a donné lieu à de nombreux travaux dépassant les frontières disciplinaires académiques pour penser la pédagogie, la consignation des danses, leur circulation, la restitution des danses du passé ou la création chorégraphique contemporaine.

Comme toute activité sociale historiquement, culturellement et géographiquement située, la pratique de la danse engage la production de biens matériels et symboliques qui favorisent les transmissions des danses : des pratiques et des techniques de danse ; des savoirs sur le corps et les danses ; des traces d’évènements, de rites, de divertissements, d’œuvres, de répertoires ; des transactions financières, des biens économiques ; des lieux plus ou moins spécifiquement consacrés à la pratique ou à la transmission des danses. Les activités sociales liées à la danse ont en partage la production de normes – coutumes, traditions et instruments juridiques – qui définissent les modalités d’accès des acteurs historiques aux pratiques, aux savoirs, aux institutions et collectifs qui encadrent la production des danses. Les acteurs historiques produisent ainsi des valeurs sociales, culturelles, religieuses et morales, s’échangent des représentations et des imaginaires sociaux qui s’adressent à des publics différenciés. Les modalités de transmission des danses s’appuient sur le genre, l’âge, l’origine sociale ou professionnelle, l’ethnicisation ou la racialisation des praticiens. Ces facteurs et processus contribuent à construire les notions de tradition ou d’innovation, établissent des canons culturels, catégorisent les pratiques de danse, conditionnent les appropriations et réappropriations, enfin, favorisent l’intégration ou l’exclusion des acteurs dans les communautés.

Le séminaire s’organise en forme de trois journées d’études qui privilégient l’exploration de trois axes thématiques : (1) « Organiser » qui aura pour objectif d’interroger les cadres juridiques et institutionnels qui ont pu façonner ou contraindre l’acte de transmission en danse ; (2) « Contaminer » qui portera sur la communication des danses et donnera une attention particulière à l’histoire des pouvoirs de l’imagination et à l’éloquence des gestes lors de la circulation, la réception, et la transformation des pratiques de danse hors-la-scène ; enfin (3) « Greffer », invitera à une perspective décentrée de l’histoire de la danse et proposera de réfléchir à une éthique de la (ré)appropriation des savoirs corporels (non)occidentaux, des notions d’étrangeté et d’altérité qui y sont liées.