Archives de catégorie : Historiographie

Embodiment, Evidence and Sorcery

Embodiment, Evidence and Sorcery [Incorporation, sorcellerie et preuve], organisée autour des recherches de VK Preston (University of Toronto, Canada), est une demi-journée d’étude qui prend pour cas d’étude le Ballet de la Délivrance de Renaud « dansé par Sa Majesté en la Grand’ Salle du Louvre le dimanche 29 janvier 1617 ». L’analyse du ballet et de ses archives met en lumière l’évènement du 1617 procès concernant la diffamation de Leonora Galigaï accusée en textes diffamatoires, théâtrales, et rumeurs d’être sorcière et juive. Cette rencontre avec les libelles propose un débat avec VK Preston qui présentera ses recherches en cours sur l’histoire culturelle de la danse, du droit et du genre. La discussion s’inscrit dans les 1ere et 2e axes du Groupe Histoire du genre : « Histoire du corps, des pratiques corporelles et des sexualités » et « Histoire des croyances et des pratiques religieuses, institutions religieuses et dissidences » et s’organise en partenariat avec l’EMoDiR (Early Modern Religious Dissents and Radicalism).

Discutants : Alessandro Arcangeli, Professore associato di Storia moderna, Università de Verona, Italie ; Elizabeth Claire, Chargée de recherche au CNRS (CRH) ; Sophie Houdard, professeure de littérature française du XVIIe siècle à l’université Sorbonne nouvelle-Paris 3, membre de l’EA 174 Firl, et co-responsable du Grihl ; et Xenia von Tippelskirch, professeure junior de l’Histoire de la Renaissance à la Humboldt-Universität de Berlin et Chaire d’Histoire moderne à l’Universität Kassel, Allemagne.

18 janvier 2018 (CN D) & 19 janvier 2018 (EHESS)

 

Pour fêter les dix ans du séminaire Histoire culturelle de la danse, et avec la participation d’Esteban BUCH (EHESS), Elizabeth CLAIRE (CNRS), Marie GLON (Univ. Lille), et Vannina OLIVESI (EHESS), nous allons parler des thématiques – la morale, le genre, et la circulation de la danse – qui ont fait l’objet du séminaire depuis plusieurs années, et qui ont donné naissance aux numéros des revues scientifiques dirigés en 2017 par les membres de l’Atelier d’histoire culturelle de la danse : European Drama and Performance Studies, Danse et morale, une approche généalogique (Marie Glon, Juan Ignacio Vallejos, dirs.), et Clio. Femmes, genre, histoire (No. 46) Danser (Elizabeth Claire, dir.).

Ces deux publications ont été l’occasion d’interroger la danse au croisement d’autres pratiques sociales et culturelles comme l’éducation, la religion, la politique, la prostitution, les arts visuels, la science, le nationalisme, le féminisme . . .

Le vendredi 19 janvier   de 13h-16h à l’EHESS

105, boulevard Raspail (salle 13) – 75006 Paris

Le Corps ‘Oriental’ : Genre, gestes et regards COLLOQUE INTERNATIONAL 7-9 Décembre 2017

Image : [Zara]  une maquette de costume par Alfred Albert, 1862     © BnF Gallica

Argumentaire

Le projet « Corps ‘Oriental’ : Genre, gestes, et regards » est conçu comme un espace singulier de tissage théorique et disciplinaire qui allie artistes et chercheur.e.s travaillant dans des contextes diversifiés (anglophones, francophones, indiens et arabes) autour d’une question cruciale et largement prisée dans le monde contemporain permettant ainsi d’ancrer le genre et la différence dans un cadre historique et culturel.. L’épaisseur historique permet de comprendre la façon dont relations sociales et perceptions physiques infléchissent et influencent les constructions du genre dans la production des arts. La réflexion porte sur la manière d’agir des pratiques artistiques « orientales » sur la mise en place de lieux communs au sein des procédures de transferts culturels et leurs effets sur la perception et la construction des corps genrés, « orientaux » ou non ainsi que les hiérarchies auxquelles l’histoire doit faire face sont interrogées.

Comité d’organisation : Elizabeth Claire (CNRS-CRH), Jocelyne Dakhlia (EHESS, CRH), Corinne Fortier (CNRS-LAS, Collège-de-Fance) , Lola Gonzalez-Quijano (Université de Toulouse, genreCRH), Fabio Giomi (CNRS, CETOBAC, Paris), , Mariem Guellouz (Université Paris-Descartes, CERLIS), Felicia McCarren (Tulane University, genreCRH), Aurélie Perrier (Duke University, genreCRH), Koen Vermeir (CNRS-SPHERE).

PROGRAMME

Jeudi 7 décembre 2017

Amphithéâtre Pierre Gilles de Gênes

Bât. Condorcet, Univ. Paris 7-Diderot

09h30 – 10h00 : accueil des participant.e.s

10h00 – Ouverture : Koen Vermeir (CNRS-SPHERE)

10h15 – Introduction : Elizabeth Claire (CNRS-CRH), « Gestes, Regards, Échos : autour de la notion de fantaisie [J.W. Scott] et du féminisme », Prarthana Purkayastha (Royal Holloway, GB), Mariem Guellouz (Paris-Descartes, CERLIS), « Définir le corps ‘oriental’ – quelques réflexions »

10h45 – 12h15: Domestiquer le corps en contexte musulman entre l’Europe, l’Afrique et l’orient

Répondante : Aurélie Perrier (Duke Univ., genreCRH)

  • Fabio Giomi (CNRS, CETOBAC, Paris) « Folklore, valse, jazz. Domestiquer la danse en contexte musulman dans la Bosnie post-ottomane »
  • Jocelyne Dakhlia (EHESS, CRH) « Un texte fondateur du corps orientalisé ? Léon l’Africain, les tribades et l’excision »
  • Lola Gonzalez-Quijano (Univ. Toulouse, genreCRH) « Vénalité, érotisme et exotisme au XIXe siècle »

12h15 – 14h15 : pause déjeuner

14h15 – 16h30 : La danseuse orientale était /est elle une femme? Partie I

Répondante : Sophie Jacotot (Univ. Paris 1)

  • Beatrice Boldrin (Univ. Paris-Descartes) « La construction du ‘féminin’ dans les cours de danse orientale à Paris »
  • Mariem Guellouz (Univ. Paris-Descartes, CERLIS) « Danse orientale ou danse orientaliste ? Construction discursive et imagée de la figure de la danseuse orientale »
  • Cynthia Dariane (Univ Paris VIII), « La danse orientale », cette danse « mauvais genre »
  • Laura Cappelle (Univ. Paris 3) « Odalisque et harems dansants : la danse classique face à son héritage orientalisant »

16h30 – 17h30 : pause café

17h30 – 19h30: Spectacle & Débat avec et autour de La Cie Saâdia Souyah

Répondante : Isabelle Launay (Univ. Paris 8)

Le spectacle Nouba de femmes, une chorégraphie de Saâdia Souyah, propose une histoire de cycles : cycle de la vie, cycle du temps, cycle des humeurs… En somme, une traversée d’états au féminin, une sorte de nouba des femmes. Dans la musique arabe, la nouba est un cycle composé de 24 modes, correspondant à chaque heure de la journée. De la même manière, cette nouba des femmes explore les archétypes féminins « orientales » en puisant son langage chorégraphique dans les danses traditionnelles du Maghreb, notamment celles en cours en Algérie et en Tunisie. Exploration des territoires féminins, loin de la caricature habituellement faite de la danse du ventre, plus communément appelée danse orientale. Pour Saâdia Souyah, il s’agit de partager une danse vibratoire où le rythme et l’énergie occupent le cœur du mouvement dansé. En déconstruisant les danses du monde arabe pour en faire un langage chorégraphique et en faisant ressortir la quintessence de ce mouvement dépouillé de toute fioriture, la chorégraphe a tenté d’en déployer les multiples possibles : sa puissance, sa force, sa fulgurance, sa beauté…

Vendredi 8 décembre

Salle 454A-Valentin

Bât. Condorcet, Univ. Paris 7-Diderot

08h45 – 09h00 : accueil des participant.e.s

09h00 – 10h00 : Séance Plénière : La fabrique du geste genré (modérée par Elizabeth Claire)

  • “Fashion, a Gesture of Faith,” Interview with Reina Lewis (London College of Fashion)

10h00 – 12h00 : Sciences du corps/Sciences de la scène : fabrique et performances du corps oriental genré

Répondantes : Sarah Erman (Univ. Paris 7-sphere), Felicia McCarren (Tulane Univ., genreCRH)

  • Dominique Brancher (Univ. de Bâle, Suisse) « Espèce d’homme mis en pièces : le spectacle de la momie (XVIe – XVIIe siècle) »
  • Olga Medvedkova (CNRS-Centre Jean Pepin) « Le corps dionysiaque de Léon Bakst : entre l’Orient et la Grèce archaïque »
  • Ons Trabelsi, (Univ. Paris Nanterre/ Univ de Lorraine) « Egyptianisation des personnages féminins dans le théâtre arabe moderne : Molière- Uthman Jalal »

12h00 – 13h30 : pause déjeuner

13h30-15h00 : Images genrées des corps musulmans : femmes voilées et hommes martyrs

Discutante : Pénélope Larzillière (IRD-Université Paris Descartes)

  • Corinne Fortier (CNRS-LAS, Collège-de-Fance) : « Femmes voilées et corps genrés »
  • Émilie Goudal (Post-doctorante, Centre Norbert Elias) : « Exposer ‘le corps découvert’ à l’Institut du monde arabe : vers une représentation du corps désorienté ?»
  • Hasna Hussein (Centre Émile Durkheim) : « Les corps fantasmés masculin et féminin dans l’idéologie djihadiste »

15h00-15h30 : pause-café

15h30-16h45 : « La danseuse orientale était / est elle une femme ? » Partie II

Répondante : Mariem Guellouz (Univ Paris Descartes)

  • Saâdia Souyah (chorégraphe, Paris) Témoignage et récit de pratiques
  • Padideh Pourmir (chorégraphe, Paris) Témoignage et récit de pratiques
  • Alexandre Paulikevitch, (chorégraphe, Beyrouth, Liban) Témoignage et récit de pratiques

16h45-17h45 : pause-collation

17h45-19h30 Films de court-métrage, Performances & Débat avec les artistes

Répondante : Corinne Fortier (CNRS-LAS, Collège-de-France)

Prarthana Purkayastha, Devi (Dance-film réalisé par la chercheuse)

Alexandre Paulikevitch, (danse) et Layale Chaker (musique), Mouhawala oula

Samedi 9 décembre 2017

EHESS – 105 Bd. Raspail, Salle 8

(demi-journée)

09h15 – 09h30 : accueil des participant.e.s

09h30 – 11h00 : Séance Plénière II : Table Ronde « brunch » avec des invités, débat général de conclusion

Participantes :

Elizabeth Claire (CNRS-CRH), Jocelyne Dakhlia, Corinne Fortier (CNRS-LAS, Collège-de-Fance), Fabio Giomo (CNRS, CETOBAC, Paris), Reina Lewis (London College of Fashion) , Lola Gonzalez-Quijano (Univ. Toulouse, genreCRH), Mariem Guellouz (Paris-Descartes, CERLIS), Aurélie Perrier (Duke University, genreCRH), Prarthana Purkayastha (Royal Holloway, GB).

11h00 – 12h00 : Réunion avec les organisateurs (Paris, Londres, Maroc/Tunisie) pour prévoir la rencontre de 2018 (Londres) et la suite

 

Prochaine séance – 30 janvier 2017 – Florence Filippi, ‘L’actrice au miroir de ses mots’

Chers ami.e.s, collègues et participant.e.s au séminaire Histoire culturelle de la danse,

Nous vous souhaitons une excellente année 2017 et vous convions à nous rejoindre à la prochaine séance du séminaire qui aura lieu le 30 janvier (salle 13, 14h-17h, 105 bd Raspail, 75 006 Paris).

Nous aurons le plaisir d’accueillir Florence FILIPPI (Univ. Rouen) qui réalisera une communication intitulée

« Souvenirs, mémoires et correspondances :

l’actrice au miroir de ses mots (XVIIIe-XIXe siècles)»

Clairon, Hyppolite dite Mademoiselle Clairon (1723-1803), Mémoires d'Hyppolite Clairon, et réflexions sur l'art dramatique publiés par elle-même, Paris, chez F. Buisson, 1798.
Clairon, Hyppolite dite Mademoiselle Clairon (1723-1803), Mémoires d’Hyppolite Clairon, et réflexions sur l’art dramatique publiés par elle-même, Paris, chez F. Buisson, 1798.

Lectures associées :

Aurore Evain, « Les autrices de théâtre et leurs œuvres dans les dictionnaires dramatiques du XVIIIe siècle », communication, 1ères Rencontres de la SIEFAR : Connaître les femmes de l’Ancien Régime. La question des recueils et des dictionnaires, Paris, 20 juin
2003 ; en ligne ici.

Viv Gardner, « By Herself : the actress and autobiography, 1755-1939 », in Maggie B. Gale, John Stokes (ed.), The Cambridge Companion to the Actress, Cambridge, NY, Melbourne, Madrid, CT, Singapore, SP, 2007, pp. 173-192.

[Lecture facultative et complémentaire : Edwige Kellet-Rahbé, « ‘Du théâtre ! ma fille !’ : actrices en romancie aux XVIIe et XVIIIe siècles », communication pour la Society for Seventeenth Century French Studies conference, Londres, 10-12 sept. 2009. En ligne ici.

L’ensemble de ces trois documents soumis à lecture et à validation, pour les étudiants qui le souhaitent, peuvent être consultés et téléchargés sur ce lien.

Au plaisir de vous retrouver le 30 janvier prochain !

Séminaire 2016-2017 : Bibliographie

Chères toutes et tous, ami.e.s, collègues et participant.e.s au séminaire Histoire culturelle de la danse, vous pouvez d’ores et déjà consulter et télécharger la bibliographie associée aux activités du séminaire cette année. Vous y trouverez des ressources concernant l’histoire culturelle et l’histoire de la danse, ainsi qu’une sélection d’ouvrages relatifs aux deux axes traités cette année, les circulations et le genre.


Séminaire ‘Histoire culturelle de la danse’ 2016-2017

Chers tous et toutes, ami.e.s et participant.e.s du séminaire Histoire culturelle de la danse,

Nous vous convions à la séance de rentrée du séminaire lundi prochain 14 novembre 2016, 14h-17h, en salle 13, 105 bd Raspail 75 006 Paris.

Cette séance sera consacrée à une introduction de nos axes de recherche. Nous travaillons cette année dans deux directions :

  • Les circulations des danses et le transationalisme
  • Le genre et les rapports sociaux de sexe dans l’histoire de la danse.

Cette séance d’introduction sera également l’occasion de réaliser un point historiographique sur l’histoire culturelle appliquée à l’objet danse. Les étudiants qui souhaitent valider le séminaire seront invités à se faire connaître.

by Bassano, whole-plate glass negative, 19 January 1916
Jan Oyra and Dorma Leigh (born Dorothy Mabel Woodley), in ‘Tina’, by Alexander Bassano, whole-plate glass negative, 19 January 1916. Source : National Portrait Gallery, London.

Voici le programme des prochaines séances du premier semestre :

14 novembre 2016   Introduction générale

12 décembre 2016  (Genre) – Vannina Olivesi (Cral)

« La féminisation du corps de ballet de l’Opéra, 1770-1860 : historiographie, méthodes, résultats »

Lectures : Lynn Garafola, « The Travesty Dancer in Nineteenth-Century Ballet », Dance Research Journal, Vol. 17/18, Vol. 17, n° 2 – Vol. 18, n° 1 (Autumn, 1985 – Spring, 1986), pp. 35-40.

Marian Smith, « About the House », in Roger Parker, Mary Ann Smart (ed.), Reading Critics Reading : Opera and Ballet Criticism in France from the Revolution to 1848, Oxford, Oxford University Press, 2001, pp. 215-236.

30 janvier 2017 (Genre) – Florence Filippi (Univ. Rouen)

« Souvenirs, mémoires et correspondances : l’actrice au miroir de ses mots (XVIIIe-XIXe siècles) ».

Lectures :

  • Aurore Evain, « Les autrices de théâtre et leurs œuvres dans les dictionnaires dramatiques du XVIIIe siècle », communication, 1ères Rencontres de la SIEFAR : Connaître les femmes de l’Ancien Régime. La question des recueils et des dictionnaires, Paris, 20 juin 2003 ; en ligne.
  • Viv Gardner, « By Herself : the actress and autobiography, 1755-1939 », in Maggie B. Gale, John Stokes (ed.), The Cambridge Companion to the Actress, Cambridge, NY, Melbourne, Madrid, CT, Singapore, SP, 2007, pp. 173-192.
  • [Lecture facultative et complémentaire : Edwige Kellet-Rahbé, « ‘Du théâtre ! ma fille !’ : actrices en romancie aux XVIIe et XVIIIe siècles », communication pour la Society for Seventeenth Century French Studies conference, Londres, 10-12 sept. 2009, en ligne.]

Le programme complet de l’année sera prochainement mis en ligne sur le site de l’Ehess.

Séminaire de recherche ‘Le genre de l’imagination et l’art de la danse’

[Annonce de communication]

Elizabeth Claire, Historienne (CNRS, EHESS-CRH)

effectuera une communication intitulée

‘Le genre de l’imagination et l’art de la danse (1754-1811)’

 

Institut Emilie du Châtelet, 30 septembre 2016, Jardin des Plantes, Grand amphithéâtre d’entomologie, 43 rue Buffon (Paris 5e), 14h-16h.

Présentation

À l’aube du 19e siècle, l’Europe est saisie d’un phénomène de dansomanie liée à l’introduction des danses de couple-fermé dont la valse, la sauteuse et d’autres formes qui privilégient une rotation perpétuelle du couple pendant le temps d’une danse. Le débat se concentre sur l’engouement enthousiaste et collectif pour ces danses modernes, et porte principalement sur les effets néfastes sur l’imagination des valseuses appartenant à une «jeune génération» de danseurs.  Les effets préoccupants de ces pratiques de bal sont des accidents de santé divers liés à l’imagination malade : le vertige, l’avortement, la folie et même la mort subite. La mobilisation de cette faculté de la connaissance par les médecins et moralistes de l’époque se démarque des discours philosophiques sur la danse dans la dernière moitié du 18e siècle (Noverre, Cahusac, Diderot) où l’imagination et l’enthousiasme sont sollicités pour légitimer le projet du ballet «d’action» comme un art imitatif.

Une question de genre se pose : pourquoi une imagination chauffée par la pratique du bal condamnerait des danseuses à des états pathologiques lorsque le maître du ballet accède, par le biais du même phénomène, au statut de génie artistique, auteur de compositions «modernes» qui révolutionne la scène de l’Opéra ? Notre enquête sur l’histoire de l’imagination et l’art de la danse cherche à faire état de cet écart et des répercutions sur la sociabilité du corps féminin en jeu dans la révolution socio-politique en Europe.

unnamed

Elizabeth Claire, historienne et chargée de recherche au CNRS, est membre fondateur de l’Atelier d’histoire culturelle de la danse (CRAL) ainsi que membre associé au Centre de recherches sur les Arts et le Langage. Avec les membres de l’Atelier, elle co-anime au sein de l’EHESS, depuis 2009, le séminaire «Histoire culturelle de la danse» qui vise à promouvoir l’approche culturaliste dans les études en histoire de la danse. Elle co-anime également un séminaire sur l’Histoire du genre dans les arts vivants avec Catherine Deutsch (Paris-Sorbonne) et Raphaëlle Doyon (Univ. de Paris 8). En collaboration avec Béatrice Delaurenti (CRH), Koen Vermeir (CNRS-SPHERE), et Roberto Poma (UPEC), elle organise des colloques internationaux et un séminaire sur l’histoire de la force de l’imagination du XVe-XVIIIe siècles.

*

Sélection des publications d’Elizabeth Claire sur ce sujet:

– «A Moral Defence of the Regency Ballroom – vide Wilsons Rooms», European Drama and Performance Studies No. 8 : Danse et morale. Une approche généologique, Marie Glon et Juan Ignacio Vallejos (dir.), Sabine Caouche (éd.), Éd. Classiques Garnier, [à paraître, 2017].

– «Inscrire le corps révolutionnaire dans la pathologie morale : la valse, le vertige, et l’imagination des femmes», Orages. Littérature et culture 1760-1830 : Sexes en Révolution (No 12), Florence Lotterie, Pierre Frantz (dir.), Olivier Bara (éd.), mars 2013, pp. 87-109.

– «Walzliebelust: vertigine e sogno di egualitarismo», Immaginari corporei e rappresentazioni di genere tra danza, scrittura e società, a cura di Susanne Franco, Nuove frontiere per la storia di genere. Atti del V Congresso della Società Italiana delle Storiche (Napoli 28-30 gennaio 2010), a cura di Laura Guidi e Maria Rosaria Pellizzari, Webster Press de l’Università di Salerno, Padova, 2013, pp. 223-228.

– «La Dansomanie, une expression symptomatique, entre ballet et bal au Théâtre de la République et des Arts», Roxane Martin, Marina Nordera (dir.), Les arts de la scène à l’épreuve de l’histoire, Paris, Honoré Champion, coll. « Colloques, Congrès et Conférences » dirigée par Jean Bessière, 2011, pp. 357-371.

– «Monstrous Choreographies: Waltzing, Madness & Miscarriage», Studies in Eighteenth Century Culture, Linda Zionkowski (dir.), Johns Hopkins University Press, 38: 2009, pp. 199-235.


Télécharger la présentation PDF sur le site Institut Emilie du Châtelet.

Source : Institut Emilie du Châtelet

[Séminaire 2016-2017] Prochaine séance

Chers tous et toutes, ami.e.s, étudiant.e.s et collègues,

Le programme du séminaire Histoire culturelle de la danse 2016-2017 vous sera bientôt communiqué. Nous continuerons à explorer le thème des circulations et nous commencerons un nouveau chantier consacré au genre et à la danse.

Source : Jean-Pierre Dalbéra, Rama Vaidyanathan au Musée Guimet, 2009.
Source : Jean-Pierre Dalbéra, Rama Vaidyanathan, Musée Guimet, 2009.

En attendant, vous pouvez d’ores et déjà noter que la séance de rentrée aura lieu le lundi 14 novembre prochain de 14h à 17h.

Au plaisir de vous y rencontrer !


→ Pour toute demande d’information et inscription à notre liste de diffusion, vous pouvez nous écrire à l’adresse suivante : histoireculturelle.danse [at] gmail [dot] com.

Calendrier de fin d’année

Chers collègues et participants au séminaire, voici le calendrier des prochaines séances du séminaire Histoire culturelle de la danse :

  • 4 mai 2015 (19h-21h, Salle 7)

Emmanuelle Delattre-Destemberg (doctorante, CHCSC-UVSQ)

« À la recherche de l’École de danse : une histoire des lieux et des politiques de gestion de la danse à l’Opéra (1779-1874) »

  • 11 mai 2015 (19h-21h, Salle 7)

Lola Gonzalez-Quijano (postdoctorante, LARHRA-Univ. Lyon II)

«”Dites mon bordel” : l’amour vénal dans les établissements de spectacle parisiens au XIXe siècle »

  • Samedi 16 mai 2015 (9h-13h, salle 1)

Tiziana Leucci (CNRS/CEIAS)

« Paris, New York, Londres, Calcutta: quelques étapes de la fabrication et circulation de la danse dite “hindoue” »

Séance suivie par une table ronde avec les intervenants du second semestre.

Au plaisir d’échanger avec vous lors de ces prochaines séances !

Vue de la salle de Walse construite au carré de la laiterie; Vue du temple de la paix dans le grand carré des Champs Elisées. Print shows celebrations for the anniversary of the founding of the French Republic, July 14, 1801 in two images, including a tent for dancing and a balloon ascension from which André Jacques Garnerin descends in a parachute above the Temple de la Paix and the Champs-Elysées. Library of Congress.
« Fête du 14 Juillet An IX. Vue de la salle de Walse construite au carré de la laiterie. Vue du temple de la paix dans le grand carré des Champs Elisées », 1801, Library of Congress.

Informations pratiques : Ecole des hautes études en sciences sociales (salle 7 les lundis, salle 1 le samedi – 105 bd Raspail 75006 Paris).

Un séminaire organisé par Elizabeth Claire, chargée de recherche au CNRS (CRH-CRAL) ; Emmanuelle Delattre-Destemberg, doctorante à l’Université Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines (CHCSC) ; Marie Glon, docteure de l’EHESS (Centre Edgar Morin, IIAC-EHESS) ; Sophie Jacotot, docteure de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne ; Vannina Olivesi, doctorante de l’EHESS (CRAL).


Ce séminaire propose d’explorer l’histoire des danses sociales et spectaculaires dans une perspective culturaliste, attentive à l’articulation et aux écarts entre les pratiques et les représentations. On étudiera les moments clés, grandes figures et lieux de mémoire qui ont marqué l’historiographie de la danse ; la construction de la danse comme pratique sociale légitime et comme profession ; les lieux et la circulation des pratiques ; la danse comme construction des rapports entre les sexes et des identités de genre ; la question de l’auteur en danse. Une attention particulière sera accordée aux usages des sources dans l’historiographie de la danse : quels types de sources pour quelle histoire de la danse ? comment étudier l’iconographie ? quels enjeux scientifiques émergent lors de la reconstruction des pratiques et à l’occasion de leur mise en récit historique ? enfin, quelles méthodes spécifiques mobilise-t’on pour problématiser la distance entre l’historien et l’époque qu’il étudie, s’interroger sur l’anachronisme et faire de l’écart historique un instrument heuristique ?

[Historiographie] Annonce de parution

Nous avons le plaisir de vous annoncer la parution toute récente d’un article de Juan-Ignacio Vallejos, chercheur au Conicet (Argentine) et membre de notre Atelier d’histoire culturelle de la danse :
paru dans la revue Telondefondo. Revista de Teoría y Crítica Teatral, Año X. Diciembre 2014.
*
Résumés
Este artículo busca, en principio, caracterizar los diferentes modelos de la historiografía de la danza. La historia de la danza ha ido complejizando su capacidad de análisis luego del abandono de los primeros enfoques teleológicos. En la década del noventa tiene lugar un doble desplazamiento que busca, por un lado, actualizar la metodología tradicional de la especialidad y, por el otro, redefinirla sobre la base de su integración a los estudios culturales.  Nuestra tesis sostiene que el modelo de la historia cultural, sin pretender ser una opción superadora, provee un camino para el diálogo entre enfoques opuestos en la historia de la danza.
*
This article deals with the different models of dance historiography. Currently, the first teleological approaches have become outdated and the history of dance has become more complex. In the 1990s, a double semantic displacement occurred. On the one hand, this displacement aimed to renew the traditional methodology of dance history; on the other hand, it sought to redefine the discipline through its integration into cultural studies. This article attempts to demonstrate that the model of cultural history opens a way to establish a dialogue between opposed approaches in dance history.
*
Bonne lecture !