Le programme du séminaire Histoire culturelle de la danse. Premier semestre 2013-2014

Organisé par Elizabeth Claire, Emmanuelle Delattre, Marie Glon, Sophie Jacotot, Vannina Olivesi.

2e et 4e lundis du mois de 19 h à 21 h (salle 7, 105 bd Raspail 75006 Paris), du 25 novembre 2013 au 26 mai 2014. Séance supplémentaire le 7 avril 2014 (même heure, même salle)

Ce séminaire propose d’explorer l’histoire des danses sociales et spectaculaires en Europe dans une perspective culturaliste, pour la période comprise entre les XVIe et XXIe siècles. Nous poursuivrons cette année notre investigation sur les usages de l’iconographie dans la recherche en danse. Ce champ de recherche sera couplé à une deuxième thématique consacrée aux lieux de la danse (lieux d’apprentissage, de recherche, de création, de répétition, de représentation, de bal…).

Invitation pour le Bal des Quat'Z'Arts. Oeuvre d'Henri Jules Ferdinand Bellery-Desfontaines
Invitation pour le Bal des Quat’Z’Arts. Oeuvre d’Henri Bellery-Desfontaines. Source : Bellery-Desfontaines

Quatre axes seront privilégiés :

  • Lieux et espaces : quels projets esthétiques pour quels lieux ?
  • Lieux et identités professionnelles : comment l’étude des lieux de pratique nous renseigne-t-elle sur le statut et les conditions de travail des danseurs ?
  • Lieux et circulations : comment des danses circulent-elles du studio à la scène, de la scène au bal ou l’inverse…?
  • Publics, sociabilités, imaginaires : comment les lieux de danse construisent-ils les conditions d’un regard sur le corps dansant ?

Programme du premier semestre :

25 novembre 2013 : Séance d’introduction, avec Mark Franko (Temple University)

9 décembre 2013 : Sophie Jacotot (post-doctorante, CRAL) et Axelle Locatelli (doctorante, Paris 8), « La transmission par l’écrit dans les processus de création en danse, à travers les exemples du développement de la cinétographie Laban au début des années 1930 et de l’usage de l’écriture Conté à la fin des années 1940 ».

13 janvier 2014 : Julie Perrin (enseignante-chercheuse au département danse de l’université Paris 8), « Une danse en situation ».

27 janvier 2014 : Juan Ignacio Vallejos (chercheur au CONICET, Conseil national de recherche scientifique et technique, Argentine), Les philosophes de la danse : le projet du ballet pantomime dans l’Europe des Lumières (1760-1776).

10 février 2014 : Roland Huesca (professeur, Université de Lorraine), « A chaque lieu, ses attentes. Théâtre des Champs-Elysées et théâtre du Châtelet à l’époque des Ballets russes ».

24 février 2014 : Isabelle Conte (doctorante à l’EPHE), « Les différents lieux des bals d’artistes à Paris: l’exemple du Bal des Quat’Z’Arts (1892-1966) ».

Histoire culturelle et danse

Dans ce carnet, nous proposons d’explorer l’histoire des danses sociales et spectaculaires en Europe dans une perspective culturaliste. Il s’agit de saisir l’histoire des sociétés modernes et contemporaines en confrontant les pratiques et les représentations en vigueur dans les danses dites « théâtrales » et de « société ». A ces fins, nous engageons une relecture des sources, iconographiques, textuelles et audiovisuelles selon quatre axes thématiques :
– On interroge la manière dont les moments clés, les grandes figures, les clichés, les lieux de mémoire qui ont marqué l’historiographie et l’imaginaire de la danse ont été historiquement construits.
– Le deuxième axe porte sur la légitimité de la danse, dont la capacité à transgresser certains interdits liés au corps (question de la pudeur, du rapport homme/femme, etc.) a souvent été la cause de sa stigmatisation morale en Europe. Il s’agira d’explorer les enjeux de son expression dans l’espace public et la difficulté avec laquelle elle s’impose comme genre dramatique, mais aussi comme profession et comme pratique sociale se déployant dans un cadre codifié et ritualisé.
– Qu’elle soit « artistique » ou « sociale », la danse est une pratique qui se caractérise par la circulation : entre villes et campagnes, entre capitales culturelles, d’un continent à un autre, entre groupes sociaux, d’un sexe à l’autre, d’un genre dramatique à l’autre,etc. On s’intéresse donc aux circulations de danses, de personnes, de savoirs sur la danse et aux rencontres entre la danse et d’autres pratiques (musicales, théâtrales, de loisirs, etc.).
– Parce que la danse est fondamentalement une histoire des corps, elle mobilise les affects, les sensations et des conceptions différentes de la corporéité ou de l’incorporation. Le quatrième axe portera donc sur les sensibilités, les conceptions du mouvement et la proprioception, de manière à proposer des pistes pour une histoire du corps vécu en danse.

Le carnet de l'Atelier d'histoire culturelle de la danse