Histoire culturelle et danse

Dans ce carnet, nous proposons d’explorer l’histoire des danses sociales et spectaculaires en Europe dans une perspective culturaliste. Il s’agit de saisir l’histoire des sociétés modernes et contemporaines en confrontant les pratiques et les représentations en vigueur dans les danses dites « théâtrales » et de « société ». A ces fins, nous engageons une relecture des sources, iconographiques, textuelles et audiovisuelles selon quatre axes thématiques :
– On interroge la manière dont les moments clés, les grandes figures, les clichés, les lieux de mémoire qui ont marqué l’historiographie et l’imaginaire de la danse ont été historiquement construits.
– Le deuxième axe porte sur la légitimité de la danse, dont la capacité à transgresser certains interdits liés au corps (question de la pudeur, du rapport homme/femme, etc.) a souvent été la cause de sa stigmatisation morale en Europe. Il s’agira d’explorer les enjeux de son expression dans l’espace public et la difficulté avec laquelle elle s’impose comme genre dramatique, mais aussi comme profession et comme pratique sociale se déployant dans un cadre codifié et ritualisé.
– Qu’elle soit « artistique » ou « sociale », la danse est une pratique qui se caractérise par la circulation : entre villes et campagnes, entre capitales culturelles, d’un continent à un autre, entre groupes sociaux, d’un sexe à l’autre, d’un genre dramatique à l’autre,etc. On s’intéresse donc aux circulations de danses, de personnes, de savoirs sur la danse et aux rencontres entre la danse et d’autres pratiques (musicales, théâtrales, de loisirs, etc.).
– Parce que la danse est fondamentalement une histoire des corps, elle mobilise les affects, les sensations et des conceptions différentes de la corporéité ou de l’incorporation. Le quatrième axe portera donc sur les sensibilités, les conceptions du mouvement et la proprioception, de manière à proposer des pistes pour une histoire du corps vécu en danse.

Le carnet de l'Atelier d'histoire culturelle de la danse