Archives par étiquette : Europe

Incorporer la danse en passant par l’écrit

Dans le cadre du colloque Incorporations à la puissance deux : le corps social et ses phénotypes littéraires, organisé par Karin Peters (JGU Mainz/FMSH), Laurence Giavarini (Université de Bourgogne/Grihl), Sophie Houdard (Sorbonne nouvelle-Paris 3/Grihl) et Dinah Ribard (EHESS-CRH/Grihl),

Marie Glon réalisera le 26 juin prochain une communication

“Incorporer la danse par l’écrit.

Le projet des “danses gravées” au XVIIIe siècle”

Carolyn Carlson, “Poems for unknowns, Designs, Drems to realize”, (détail), Fonds Carolyn Carlson. IV. Carnets et cahiers de notes. IV.5. Années 2000. Poèmes et dessins, 2005-2008, Bibliothèque nationale de France.

 

Lieu : EHESS, 96 bd Raspail, Paris 6, salle Lombard.

Venez nombreuses et nombreux !


Le programme détaillé du colloque Incorporations à la puissance deux : le corps social et ses phénotypes littéraires

Calendrier de fin d’année

Chers collègues et participants au séminaire, voici le calendrier des prochaines séances du séminaire Histoire culturelle de la danse :

  • 4 mai 2015 (19h-21h, Salle 7)

Emmanuelle Delattre-Destemberg (doctorante, CHCSC-UVSQ)

« À la recherche de l’École de danse : une histoire des lieux et des politiques de gestion de la danse à l’Opéra (1779-1874) »

  • 11 mai 2015 (19h-21h, Salle 7)

Lola Gonzalez-Quijano (postdoctorante, LARHRA-Univ. Lyon II)

«”Dites mon bordel” : l’amour vénal dans les établissements de spectacle parisiens au XIXe siècle »

  • Samedi 16 mai 2015 (9h-13h, salle 1)

Tiziana Leucci (CNRS/CEIAS)

« Paris, New York, Londres, Calcutta: quelques étapes de la fabrication et circulation de la danse dite “hindoue” »

Séance suivie par une table ronde avec les intervenants du second semestre.

Au plaisir d’échanger avec vous lors de ces prochaines séances !

Vue de la salle de Walse construite au carré de la laiterie; Vue du temple de la paix dans le grand carré des Champs Elisées. Print shows celebrations for the anniversary of the founding of the French Republic, July 14, 1801 in two images, including a tent for dancing and a balloon ascension from which André Jacques Garnerin descends in a parachute above the Temple de la Paix and the Champs-Elysées. Library of Congress.

“Fête du 14 Juillet An IX. Vue de la salle de Walse construite au carré de la laiterie. Vue du temple de la paix dans le grand carré des Champs Elisées”, 1801, Library of Congress.

Informations pratiques : Ecole des hautes études en sciences sociales (salle 7 les lundis, salle 1 le samedi – 105 bd Raspail 75006 Paris).

Un séminaire organisé par Elizabeth Claire, chargée de recherche au CNRS (CRH-CRAL) ; Emmanuelle Delattre-Destemberg, doctorante à l’Université Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines (CHCSC) ; Marie Glon, docteure de l’EHESS (Centre Edgar Morin, IIAC-EHESS) ; Sophie Jacotot, docteure de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne ; Vannina Olivesi, doctorante de l’EHESS (CRAL).


Ce séminaire propose d’explorer l’histoire des danses sociales et spectaculaires dans une perspective culturaliste, attentive à l’articulation et aux écarts entre les pratiques et les représentations. On étudiera les moments clés, grandes figures et lieux de mémoire qui ont marqué l’historiographie de la danse ; la construction de la danse comme pratique sociale légitime et comme profession ; les lieux et la circulation des pratiques ; la danse comme construction des rapports entre les sexes et des identités de genre ; la question de l’auteur en danse. Une attention particulière sera accordée aux usages des sources dans l’historiographie de la danse : quels types de sources pour quelle histoire de la danse ? comment étudier l’iconographie ? quels enjeux scientifiques émergent lors de la reconstruction des pratiques et à l’occasion de leur mise en récit historique ? enfin, quelles méthodes spécifiques mobilise-t’on pour problématiser la distance entre l’historien et l’époque qu’il étudie, s’interroger sur l’anachronisme et faire de l’écart historique un instrument heuristique ?

[Colloque] Orchestrer la nation. Musiques, danses et (trans)nationalismes

Orchestrer la nation. Musiques, danses et (trans)nationalismes Colloque international organisé à Paris

Maison des Cultures du Monde – 12 et 13 Novembre 2015

Depuis une vingtaine d’années, le développement d’un champ de recherche sur les pratiques musicales et dansées a donné naissance à un nombre considérable de monographies s’attachant à décrire la construction de mondes, de genres et de marchés musicaux, dans des Etats extra-occidentaux et postcoloniaux notamment. La musique y est présentée comme un creuset de transformations sociales, en lien avec la production de « modernités » (Erlmann, 1999) et l’urbanisation (Waxer, 2010), mais aussi comme un site central de production des nationalismes et des représentations de la nation : Peter Wade (2000) a ainsi démontré comment en Colombie, la musique permettait simultanément de construire les frontières de la nation et de s’imaginer dans le monde, tandis qu’en Tanzanie, Kelly Askew (2006) apporta des révisions considérables à la connaissance des nationalismes, en montrant que dans ce contexte où la propagation de l’écriture ne s’était pas opérée de façon générale, les sociétés de danse et de musique avaient été des véhicules majeurs pour inculquer une conscience politique et nationale à la fin de la colonisation et aux indépendances. Tout en offrant une large attention aux dialogues transnationaux sur lesquels reposent ces pratiques musicales et aux cosmopolitismes qu’elles conduisent à inventer (Turino, 2000 ; Glick-Schiller, Meinhof, 2011), différents travaux ont permis d’apporter des éclairages importants concernant les logiques de production de la nation dans des Etats postcoloniaux (à travers notamment la création des ensembles artistiques nationaux : ballets, orchestres, etc.), tandis que d’autres ont démontré, en Afrique notamment, la conjugaison entre projets nationalistes étatiques et identifications à une nation noire transnationale (Apter, 2006 ; Dorsch, 2010 ; Aterianus-Owanga et Guedj, 2014). Actuellement, l’observation des appropriations de différents genres musicaux mondialisés à des fins d’identification nationale – rap (Aterianus-Owanga, 2014), rock (Dorin, 2012), jazz (Martin et Roueff, 2002 ; Kelley, 2012), salsa (Waxer, 2010), reggae (Cooper, 2012) – démontre encore combien dans le creuset de la musique s’expriment autant des nationalismes d’Etat orientés par les politiques culturelles (Trébinjac, 2000, 2008), que des nationalismes « alternatifs » (Kiwan, 2014) ou des nationalismes « transnationaux » portés par les diasporas (Pacini, 2014).

De plus, notons qu’avec l’expansion des politiques de patrimonialisation et la quête de reconnaissance de certains Etats dans les marchés de la culture, plusieurs genres musicaux et chorégraphiques labellisés nationalement deviennent des « patrimoines » nationaux (sabar sénégalais, highlife ghanéen, salsa cubaine, champeta colombienne, tango argentin, candombe uruguayen, bharata natyam indien, etc.), parfois reconnus au PCI. Alors que les sciences humaines et les études sur les diasporas ont insisté sur la nécessité de construire un cadre théorique plus en adéquation avec le tournant global (Caillé, Dufoix, 2013), en parlant de « transnational » ou de « postnational », ces exemples soulignent combien les musiques et les danses offrent des sites d’observation privilégiés des variations que prend le nationalisme dans un monde globalisé, marqué par la complexification des réseaux de circulation et d’identification. Nous proposons dans ce colloque de réunir ce champ de recherche sur les pratiques musicales et dansées, pour discuter de la complexité des productions nationales dans un contexte de transnationalisation et de cosmopolitisation des parcours ou des identités dans la mondialisation. Il s’agira alors d’appréhender, par l’entrée musicale, les logiques de glissement, de confrontation ou de co-construction s’opérant entre nationalismes et transnationalismes dans les postcolonies.

Joan Vinckeboons, L'ile de Makian vue depuis les abords de Ngofakiaha, 1670, extrait de l'Atlas Blaeu-Van der Hem.

Joan Vinckeboons, L’ile de Makian vue depuis les abords de Ngofakiaha, 1670, extrait de l’Atlas Blaeu-Van der Hem.

Comment les musiques et les danses ont-elles pu être employées pour produire, spectaculariser et incarner une idéologie issue de l’Occident, et pour la modeler selon de nouvelles significations ? En quoi le projet nationaliste étatique (qu’il soit marqué par l’idéologie « multiethnique », « métisse », « indigéniste » ou « multiculturelle ») a-t-il été performé par ces pratiques ? A l’inverse, quels contournements des ordres étatiques ou réinventions de la nation les musiques et les danses ont-elles pu abriter ? Comment enfin, dans les situations de production, de diffusion et de réception des musiques, l’interaction complexe entre production des frontières nationales, invention de l’ethnicité et imagination du soi dans le monde s’est-elle négociée ? En partant des musiques et des danses, c’est ce faisant la question des émotions et l’approche sensible que nous pourrons interroger, afin d’appréhender la manière dont les pratiques musicales et dansées permettent de donner chair ou d’incorporer l’idéologie de la nation, d’en exprimer sa dimension affective (Stokes, 2010), ou au contraire de s’en écarter, de s’y opposer, ou d’y résister. Ce colloque souhaite réunir des travaux empiriques autant que des réflexions théoriques, en vue d’amener, par l’approche du musical, des nouveaux débats sur la production des nationalismes dans les nations postcoloniales, sur leur transnationalisation et sur les outils conceptuels les plus favorables à leur connaissance. Nous tenons à réunir pour cet événement des ethnomusicologues, anthropologues de la musique et de la danse, musicologues, historiens ou sociologues, afin de favoriser un dialogue interdisciplinaire fécond et de mobiliser diverses perspectives disciplinaires propices à une compréhension de l’intrication entre nationalismes et production musicale. Les contributions pourront se baser sur des études de cas dans les nations asiatiques, africaines ou sud-américaines, ainsi que sur les reconfigurations identitaires et musicales dans les diasporas et les migrations. En examinant les processus de longue durée sur lesquels reposent ces fabriques de nationalismes, les contributions éclaireront l’hétérogénéité des acteurs, espaces et institutions impliqués dans ce processus, tant du côté des politiques culturelles étatiques, que des marchés de diffusion et de production internationales (festivals, marchés de world-music, labels), ainsi que les technologies et les objets qui y sont mobilisés (reproduction phonographique, radio, sampling, plateformes de diffusion et de vente en ligne, etc.).

Les propositions de communication, de 250 mots maximum, devront être envoyées avant le 22 Mai 2015, accompagnées de leur bibliographie et d’une courte présentation de l’auteur (3 lignes), à l’adresse suivante : orchestrerlanation@yahoo.fr Les participants sélectionnés devront ensuite envoyer leur contribution complète trois semaines avant l’événement, de manière à faciliter le travail des discutants. Nous souhaitons vivement que les contributeurs accompagnent leurs présentations de matériaux audiovisuels. Programme prévisionnel : 22 mai : réception des candidatures 22 juin : annonce de la sélection des contributeurs 15 octobre : envoi des contributions 12 et 13 novembre : déroulement du colloque

Coordination Alice Aterianus-Owanga (Labex CAP, IIAC/LAHIC, Musée du Quai Branly, CREA) Elina Djebbari (Modern Moves, King’s College London)

Comité Scientifique :

  • Sarah ANDRIEU (CTEL, Université de Nice Sophia Antipolis)
  • Marie-Pierre GIBERT (CREA, Université Lyon 2)
  • Pauline GUEDJ (CREA, Université Lyon 2 / CIRHUS, NYU)
  • Christine GUILLEBAUD (CREM, CNRS)
  • Ananya Jahanara KABIR (Modern Moves, King’s College London)
  • Ulricke Hanna MEINHOF (University of Southampton)
  • Marissa MOORMAN (Indiana University)
  • Emmanuelle OLIVIER (CNRS, Centre Georg Simmel-UMR CNRS-EHESS 8131)
  • Catherine SERVAN-SCHREIBER (CEIAS, CNRS) Martin STOKES (King’s College London)
  • Sabine TREBINJAC (LESC, UMR 7186, CNRS)

Comité d’organisation :

  • Marta Amico (Center for World Music, Université de Hildesheim / Centre Georg Simmel, EHESS)
  • Alice Aterianus-Owanga (Labex CAP, IIAC/LAHIC, Musée du quai Branly, CREA – Lyon 2)
  • Clara Biermann (CREM / LESC – Paris Ouest Nanterre – UMR 7186 CNRS)
  • Elina Djebbari (Modern Moves, King’s College London)

Partenaires : Labex CAP – Paris / Modern Moves, King’s College London / IIAC-LAHIC / Maison des Cultures du Monde – Festival de l’imaginaire

[Mise à jour] Prochaines séances du séminaire

Chers collègues et participants au séminaire, voici le calendrier des prochaines séances du séminaire Histoire culturelle de la danse :

  • 4 mai 2015 (19h-21h, Salle 7)

Emmanuelle Delattre-Destemberg (doctorante, CHCSC-UVSQ), « À la recherche de l’École de danse : une histoire des lieux et des politiques de gestion de la danse à l’Opéra (1779-1874) »

  • 11 mai 2015 (19h-21h, Salle 7)

Lola Gonzalez-Quijano (postdoctorante, LARHRA-Univ. Lyon II), «”Dites mon bordel” : l’amour vénal dans les établissements de spectacle parisiens au XIXe siècle »

  • Samedi 16 mai 2015 (9h-13h, salle 7)

Tiziana Leucci (CNRS/CEIAS), « Paris, New York, Londres, Calcutta: quelques étapes de la fabrication et circulation de la danse dite “hindoue” »

Séance suivie par une table ronde avec les intervenants du second semestre.

Au plaisir d’échanger avec vous lors de ces prochaines séances !

tumblr_m15mh9j4UE1r8t3kio1_1280

Informations pratiques : Ecole des hautes études en sciences sociales (salle 7, 105 bd Raspail 75006 Paris).

Un séminaire organisé par Elizabeth Claire, chargée de recherche au CNRS (CRH-CRAL) ; Emmanuelle Delattre-Destemberg, doctorante à l’Université Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines (CHCSC) ; Marie Glon, docteure de l’EHESS (Centre Edgar Morin, IIAC-EHESS) ; Sophie Jacotot, docteure de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne ; Vannina Olivesi, doctorante de l’EHESS (CRAL).


Ce séminaire propose d’explorer l’histoire des danses sociales et spectaculaires dans une perspective culturaliste, attentive à l’articulation et aux écarts entre les pratiques et les représentations. On étudiera les moments clés, grandes figures et lieux de mémoire qui ont marqué l’historiographie de la danse ; la construction de la danse comme pratique sociale légitime et comme profession ; les lieux et la circulation des pratiques ; la danse comme construction des rapports entre les sexes et des identités de genre ; la question de l’auteur en danse. Une attention particulière sera accordée aux usages des sources dans l’historiographie de la danse : quels types de sources pour quelle histoire de la danse ? comment étudier l’iconographie ? quels enjeux scientifiques émergent lors de la reconstruction des pratiques et à l’occasion de leur mise en récit historique ? enfin, quelles méthodes spécifiques mobilise-t’on pour problématiser la distance entre l’historien et l’époque qu’il étudie, s’interroger sur l’anachronisme et faire de l’écart historique un instrument heuristique ?

[Parution] Entre cours et jardins d’illusion. Le ballet en Europe (1515-1715)

Nous annonçons la parution de l’ouvrage de Nathalie Lecomte dans la collection Histoires du Centre national de la danse :

Entre cours et jardins d’illusion. Le ballet en Europe (1515-1715) 

nathalielecomte-entrecoursetjardins

*

Ce livre retrace les étapes cruciales, entre 1515 et 1715, de l’histoire du ballet : son émergence, dans le contexte de la Renaissance humaniste, au moment où la culture italienne entre en force à la cour de François Ier ; son apogée au Grand Siècle et le déploiement de son influence dans les cours européennes ; son déclin, à la mort de Louis XIV, alors que d’autres genres de spectacle dansé ont déjà pris sa place et que la cour n’en est plus le cadre privilégié. Cette étude dévoile également l’univers dans lequel les danses de spectacle naissent, évoluent et créent l’illusion, car le danseur incarne les valeurs sociales et morales de son temps. Que ce soit dans le cadre des festivités de cour ou, ensuite, dans celui du théâtre et de la scène à l’italienne, il est l’acteur d’un monde « en représentation ».

Cet ouvrage a pour ambition de proposer une synthèse à l’échelle européenne des multiples travaux sur la période. Il fournit également des analyses inédites élaborées à partir de sources premières et donne à voir une riche iconographie.

L’auteur : historienne de la danse, Nathalie Lecomte est spécialiste des XVIIe et XVIIIe siècles. Chercheuse indépendante, conférencière, elle est aussi membre fondateur de l’ACRAS (Association pour un centre de recherche sur les arts du spectacle aux XVIIe et XVIIIe siècles). Elle a contribué au Dictionnaire de la danse (Larousse), à L’Histoire de la danse : repères dans le cadre du diplôme d’État (CND) et a coécrit La Danse classique (Gallimard Jeunesse Musique – Cité de la musique, 1999) et Scènes de bal, bals en scène (CND, 2011).

[Appel] Italy and the Dance 1400-1900

Italy and the Dance

Dance in Italy, Italian Dance in Europe 1400 – 1900,

for Barbara Sparti (1932 – 2013)

25 – 29 May 2016
Burg Rothenfels am Main, Germany

 

tiepolo danceinthecountry kl

With our next symposium we would like to honour Barbara Sparti, one of the leading dance researchers of the 20th century, who died in 2013. In keeping with the central emphasis of her research activities, the highly diverse dance culture of Italy – from the final phase of the Middle Ages to the time of the Risorgimento – is to be the main theme of the symposium.

One central thematic area is to be the dance styles and forms which evolved in different regional, cultural and institutional contexts in Italy, their historical and stylistic development, their dissemination in Europe, their influence on other national dance styles, and their role (as style, as form, as cultural practice) in transmitting Italian culture in Europe. We likewise wish to examine the influences which emanated from other dance cultures (e.g. France) and left corresponding traces in Italy.
In this context, light is also to be shed on the artists who had a decisive share in this: Italian dancers, dancing masters, choreographers and teachers who worked in European palaces and major cities, spread Italian dance art in Europe and, conversely, absorbed a diversity of influences.

A further focus of the symposium will be on the Italian contribution to the development of theatrical dance in Europe. Here we wish to concentrate on the characteristics of the Italian style and its distinguishing features vis-à-vis other “national” styles, but not neglecting the relationships between theatrical dance and theatre, especially Italian opera and also the influence of the Commedia dell’arte (e.g. with reference to the use of acrobatics and pantomime) on theatrical dance.

  • What influence did the French Basse danse have on Italian dance style?
  • How widespread were Italian dances in Germany around 1500? 
  • How successful were Italian dancing masters in spreading their dance culture in Europe in the 16th century?
  • What effect did Italian dance style have on the French Ballets de cour ?
  • What is considered as “typically Italian” in dance theory discourses?
  • What insights into Italian dance culture are provided by iconography?
  • What significance did dance have in Italian opera?
  • What role was played by Italian dancers and choreographers in European theatres?
  • To what extent were wandering troupes involved in dance culture transfer in Europe?
  • How strongly did “foreign” styles influence Italian dance culture in the 18th and 19th centuries?
  • What traces of the original were left in the Baroque Forlana or Monfrina in European ballrooms?
  • What role was played by Italian folk dance in European theatrical art?
  • How did political movements such as the “Risorgi¬mento” influence Italian dance culture? 

In addition to furthering the scholarly discussion, it is a particular goal of the symposium to present to interested dancers and dance enthusiasts the state of dance research today. The symposium will offer a wide range of activities from lectures, workshops, demonstrations, a book and music exhibition to evening dancing and a festive ball with live music.

Contributions not yet presented on the topics listed above are welcome. A publication is planned and will be available at the symposium.

Contribution categories:

Lectures: Length: 25 – 30 min, followed by ca. 10 min discussion.
The lectures can also include short dance demonstrations. A publication of the papers is planned and will already be available at the symposium.
Honorarium: 200.- Euro

Research results poster: max. 60 x 80 cm
Our new exhibition of posters also enables a concise presentation of research results. The poster area specified above allows you to present, explain and discuss your research in text and illustration.
Honorarium: 50.- Euro

Workshops: Length: max. 90 min
Thematic coupling with a lecture is possible. Because they are carried out in groups of ca. 20 – 40 people, each workshop is held three times. Working materials for the participants should be prepared in advance.
Honorarium: 200.- Euro

Short performances: Length: 15 – 30 min
This category enables you to present your artistic conceptions to a specialist audience.
If possible, please send us a demonstration video.
Honorarium: Exemption from the conference fee (ca. 220.- Euro) for all performers.

Conducting evening dance classes: Length: 90 – 120 min
A program of relatively simple, easily learned social dances from the 15th to the 19th century. Each class will be offered twice, with half the conference participants attending each time. A live music group will be available for one of the classes; recordings must be used for the second class. The dances taught in these classes will serve as the basis for the final ball program.
Honorarium: 200.- Euro

Payments and expenses:

Speakers and participants in the short performances are exempted from the conference fee. Unfortunately it is not possible, besides the honorarium mentioned in each case above, to grant any further allowances on costs of accommodation or travel.

Conference language:

Presentations and workshops may be held in either German or English.

Deadline for proposals: 1 June 2015

Please submit a short summary (max. 1 page) of the planned contribution by 1 June 2015 to Markus Lehner by mail, fax, or e-mail (see below). The program committee will make its selection by 1 August 2015.

Program committee:

  • Prof. Carol G. Marsh (musicologist, editor of “Musical Theatre at the Court of Louis XIV”)
  • Prof. Alessandro Pontremoli (professor of dance history and dramatics at the University of Torino, numerous publications in the field of historical dance)
  • Dr. Irene Brandenburg (musicologist and dance scholar, director of the “Derra de Moroda Dance Archives”, University of Salzburg)
  • Prof. Véronique Daniels (teacher at the Schola Cantorum Basiliensis: historical dance & notation, director of RenaiDanse)
  • Markus Lehner (author of “A manual of sixteenth-century Italian dance steps”)

Organisation: Markus Lehner, Uwe Schlottermüller

Further information on the dance conference readily available from:

Markus Lehner  Uwe Schlottermüller 
Mühlfelder Str. 18b
D-82211 Herrsching
Tel. 0049-(0)8152-5248
Fax. 08152-981509
Email: markus.lehner@online.de
Schillerstr. 6,
D-79102 Freiburg
Tel. 0049-(0)761-72990

Email: fagisis@fagisis.de

Conference site:

For decades, Rothenfels castle has served as a conference center, welcoming historical dance events in particular, and is therefore well known to many dancers and dance groups. Since the 1st Rothenfels Dance Symposium took place there in 2004, it has been its host. The oldest part of the castle, dating from the 12th century, provides a lovely atmospheric setting. The castle is situated directly on the river Main between Würzburg and Frankfurt, 7 km north of Marktheidenfeld.

Further information about the conference site:

www.burg-rothenfels.de

Verwaltung Burg Rothenfels
97851 Rothenfels
Tel. 0049-(0)9393-99999
Fax. 09393-99995
Email: verwaltung@burg-rothenfels.de

Source : http://www.historical-dance-symposium.org/

[Séminaire 2014-2015] Lieux et circulations de la danse

Chers lecteurs du carnet, collègues et participants au séminaire, voici le programme du séminaire Histoire culturelle de la danse pour le second semestre :

  • 2 février 2015 (19h-21h, salle 7)

Elizabeth Claire (CNRS/CRH-CRAL) et Emmanuelle Delattre-Destemberg (doctorante, UVSQ), Séance d’introduction sur la thématique « Lieux et circulations de la danse »

  • 2 mars 2015 (19h-21h, salle 7)

Marie Glon (Centre Edgar Morin), « Quand les danses circulent par la poste »

  • 16 mars 2015 (19h-21h, salle 7)

Mélanie Traversier (MCF, IRHIS-Lille 3), « De la rue au théâtre-temple : enjeux et mutations des lieux de spectacle dans les villes européennes de l’époque moderne » 

  • 4 mai 2015 (19h-21h, Salle 7)

Emmanuelle Delattre-Destemberg (doctorante, CHCSC-UVSQ), « À la recherche de l’École de danse : une histoire des lieux et des politiques de gestion de la danse à l’Opéra (1779-1874) » 

  • 11 mai 2015 (19h-21h, Salle 7)

Lola Gonzalez-Quijano (postdoctorante, LARHRA-Univ. Lyon II), «”Dites mon bordel” : l’amour vénal dans les établissements de spectacle parisiens au XIXe siècle »

  • Samedi 16 mai 2015 (9h-13h, salle 7)

Tiziana Leucci (CNRS/CEIAS), « Paris, New York, Londres, Calcutta: quelques étapes de la fabrication et circulation de la danse dite “hindoue” »

Séance suivie par une table ronde avec les intervenants du second semestre.

*

Informations pratiques : Ecole des hautes études en sciences sociales ; 1er et 3e lundis du mois de 19 h à 21 h (salle 1, 105 bd Raspail 75006 Paris), du 3 novembre 2014 au 18 mai 2015.  À partir du 19 janvier les séances du lundi se dérouleront en salle 7. Séances supplémentaires les samedis 24 janvier et 16 mai (de 9 h à 13 h, salle 1, même adresse).

Un séminaire organisé par Elizabeth CLAIRE , chargée de recherche au CNRS (CRH-CRAL) ; Emmanuelle DELATTRE-DESTEMBERG, doctorante à l’Université Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines (CHCSC) ; Marie GLON , docteure de l’EHESS (Centre Edgard Morin, IIAC-EHESS) ; Sophie JACOTOT , docteure de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne ; Vannina OLIVESI, doctorante de l’EHESS (CRAL).


Ce séminaire propose d’explorer l’histoire des danses sociales et spectaculaires dans une perspective culturaliste, attentive à l’articulation et aux écarts entre les pratiques et les représentations. On étudiera les moments clés, grandes figures et lieux de mémoire qui ont marqué l’historiographie de la danse ; la construction de la danse comme pratique sociale légitime et comme profession ; les lieux et la circulation des pratiques ; la danse comme construction des rapports entre les sexes et des identités de genre ; la question de l’auteur en danse. Une attention particulière sera accordée aux usages des sources dans l’historiographie de la danse : quels types de sources pour quelle histoire de la danse ? comment étudier l’iconographie ? quels enjeux scientifiques émergent lors de la reconstruction des pratiques et à l’occasion de leur mise en récit historique ? enfin, quelles méthodes spécifiques mobilise-t’on pour problématiser la distance entre l’historien et l’époque qu’il étudie, s’interroger sur l’anachronisme et faire de l’écart historique un instrument heuristique ?

Colloque international ‘Les circulations musicales et théâtrales en Europe, vers 1750–vers 1815’

Dans l’Europe du dix-huitième siècle, la mobilité des artistes est un fait établi, et les milieux musicaux et théâtraux sont fortement cosmopolites. À l’époque où le classicisme musical, la comédie de mœurs, l’opéra bouffe et l’opéra-comique façonnent le goût, commence à se constituer un répertoire dramatique et musical commun aux diverses parties de l’Europe urbaine. Du point de vue de l’artiste ou de l’amateur-collectionneur, la pratique musicale, tout comme le voyage, la correspondance ou la sociabilité littéraire, a une dimension formatrice et transfrontalière. Mieux encore, la musique elle-même semble offrir un de ces idiomes universels dont rêvent certains philosophes de l’époque. La musique et le théâtre sont bien plus que des loisirs ; ils sont aussi des expressions identitaires tout comme des objets de commerce et d’investissements. L’objectif de cette rencontre est d’étudier, dans une perspective d’histoire culturelle, la circulation des matières musicales et théâtrales dans Europe de la seconde moitié du dix-huitième siècle, y compris la période révolutionnaire. 

Capture-d’écran-2014-11-12-à-10.47.00

Jeudi 20 novembre 2014 

13h30–18h00 
13h30 Ouverture du colloque : Pierre-Yves Beaurepaire (Université Nice Sophia Antipolis & Institut Universitaire de France) et Charlotta Wolff (Université d’Helsinki) 

L’étranger et le national : les circulations et la définition du goût (présidente de séance : Mélanie Traversier) 

13h45 William Weber (California State University, Long Beach), Domestic versus Foreign Composers at the Opera and the King’s Theatre in the 18th Century 
14h10 Youri Carbonnier (Université d’Artois), Musiques et musiciens étrangers à la Musique du roi, Versailles, vers 1750-1792 
14h35 Pauline Lemaigre-Gaffier (Université de Versailles Saint-Quentin), Cristalliser les circulations théâtrales et musicales ? Génie des nations et service du roi de France dans L’état actuel de la Musique de la Chambre du Roi et des trois spectacles de Paris (1761-1777) 
15h00 Rebecca Dowd Geoffroy-Schwinden (Duke University), Bernard Sarrette and the Acquisition of Musical Manuscripts for the Bibliothèque du Conservatoire (1798–1800) 
16h10 Stanislav Tuksar (University of Zagreb), Musical prints in the Dubrovnik Franciscan musical collection 
16h35 James Harriman-Smith (University of Cambridge), Shakespeare’s Ambassador: the Influence and Legacy of David Garrick in France and Germany 
17h00 Katherine Hambridge (University of Warwick), Melodramatic confrontations in Berlin, 1800–1815 

Vendredi 21 novembre 2014 

9h00–12h00 
Les élites, acteurs de circulations musicales et théâtrales (président de séance : Rahul Markovits) 

9h00 Nathalie Rizzoni (CELLF 16-18, UMR 8599 CNRS & Université Paris-Sorbonne), Des cartons d’archives aux cartons d’écrans : la diffusion du théâtre français en Russie à la fin du XVIIIe siècle 
9h25 Charlotta Wolff (Université d’Helsinki), L’ambassadeur des spectacles : le comte de Creutz et l’opéra 
9h50 Alexei Evstratov (Institut for Advanced Study, Berlin), L’économie symbolique des structures dramatiques dans l’Europe francophone : la comédie et le savoir social 
11h00 Matthieu Magne (Université Nice Sophia Antipolis), De la loge au salon : la musique et le théâtre comme éléments du langage aristocratique dans la Monarchie des Habsbourg au tournant du XVIIIe siècle 
11h25 David Do Paço (Programme Max Weber, Institut Universitaire Européen, Florence), Circulations des hommes, constructions des réputations et mobilités sociales : la carrière de Lorenzo Da Ponte sous le patronage des comtes de Cobenzl (1779-1792) 

13h30–18h00 
L’itinérance des matières musicales et littéraires (président de séance : Philippe Bourdin) 

13h30 Cliff Eisen (King’s College, London), Music transmission in the eighteenth century: the Mozartean paradigm 
13h55 Vjera Katalinić (University of Zagreb), An 18th-century itinerant violin virtuoso and his ‘travelling themes’ 
14h20 Robert Adelson (Musée du Palais Lascaris, Nice), L’introduction et la diffusion du piano à queue en France (1781-1797) : éclairages et documents nouveaux 
15h20 Flora Mele (Université Paris-Sorbonne), L’adaptation des spectacles français à travers la Correspondance de Favart 
15h45 Cécile Champonnois (Université de Montréal), Un librettiste au service de compositeurs européens au Tournant des Lumières : Nicolas François Guillard (1752-1814), le renouveau de la scène lyrique parisienne et sa diffusion en Europe 
16h10 Virginie Yvernault (Université Paris-Sorbonne), Figaro en Europe. Circulation, réception et appropriation des œuvres de Beaumarchais au XVIIIe siècle 

Samedi 22 novembre 2014 

9h00-13h00 
Mobilité artistique et diffusion des œuvres : presse, traduction et réception (présidente de séance : Charlotta Wolff) 

9h00 Marie Glon (École des Hautes Études en Sciences Sociales, Paris), Quand les danses circulent par la poste 
9h25 Magali Soulatges (Université d’Avignon), Il faut du nouveau : fonctions et enjeux de l’information théâtrale et musicale internationale dans le Courrier d’Avignon (1733-1793) 
9h50 Alessia Castagnino (Fondazione Luigi Einaudi, Turin), Haendel à Florence. Traductions et représentations publiques et privées de ses oratorios dans le Grand-duché de Toscane (1768-1772) 
10h50 Julie Johnson (University of Melbourne), Political translation in Revolutionary Lyon, a retranslation of Metastasio’s Artaxerxes 
11h15 Aurélie Barbuscia (Institut Universitaire Européen, Florence), Le congrès de Vienne : nouvelle « feuille de route » pour une carrière musicale internationale, le cas de Gioachino Rossini 
12h00 Philippe Bourdin (Université Blaise-Pascal, Clermont-Ferrand), conclusions 

comité d’organisation : 
Pierre-Yves Beaurepaire (Université Nice Sophia Antipolis-CMMC et Institut Universitaire de France), Mélanie Traversier (Université Charles de Gaulle Lille 3, Institut de Recherches Historiques du Septentrion UMR 8529 CNRS), Charlotta Wolff (Université d’Helsinki)

Former un danseur-lecteur

Séminaire 2014-2015 
Institut Interdisciplinaire d’Anthropologie du Contemporain
Séminaire de l’axe culture

Evelyne Ribert, Sylvie Sagnes 
*

EHESS, 2e jeudi du mois de 17 h à 19 h (salle 8, 105 bd Raspail 75006 Paris) 
 
 

La première rencontre aura lieu jeudi 13 novembre, de 17h à 19h, salle 8 au 105 bd Raspail

 

La discussion portera sur une partie de la thèse de Marie Glon :

 Doctorante EHESS
IIAC – Equipe CEM
 
 “Former un danseur-lecteur : audaces et angoisses vis-à-vis d’une autonomie inédite (XVIIIe siècle)”
 

Discutant :
 
Sophie Maisonneuve  
 Maîtresse de conférence, Université Paris Descartes, Sorbonne Paris Cité
IIAC – Equipe LAHIC
 
Résumé : Dans sa thèse d’histoire (Les Lumières chorégraphiques. Les maîtres de danse européens au cœur d’un phénomène éditorial (1700-1760), sous la direction de Georges Vigarello, soutenance en décembre prochain), Marie Glon cherche à comprendre le mouvement d’édition qui se déploie en Europe, durant deux tiers de siècle, à partir de la Chorégraphie – “art de décrire la danse” dont les principes sont publiés à Paris en 1700. Grâce à cet art scripturaire sont publiées plusieurs centaines de “danses gravées”, objets à la lisière de l’écriture et de l’image, dont le déchiffrage est destiné à mettre en mouvement le corps de l’usager. Lors de cette séance, elle se penchera sur les utilisations de ces “danses gravées” et sur les débats qu’elles ont occasionnés, qui révèlent des expériences novatrices quant à l’autonomie du lecteur-danseur postulé par ces objets. 

 *

Au nombre des quatre axes transversaux qui structurent l’IIAC, l’axe Culture privilégie, parmi les définitions qui s’attachent à son objet, celle qui entend la culture au sens d’un ensemble de biens, mis à distance physiquement et symboliquement. Observable aux quatre coins du monde, le geste de dissociation et d’élection qui préside à son instauration offre le spectacle d’une véritable mutation anthropologique, diversement saisissable : par les réceptacles de la valeur culturelle (notamment les arts et le patrimoine) ; par les enjeux politiques constitutifs des processus d’institution ; par, enfin, le regard réflexif que nous pouvons porter sur notre propre discipline en tant qu’actrice de cette démarcation. Attentif à rendre compte de ce vaste éventail d’approches, le séminaire de l’axe se veut un lieu et un moment de rencontres et d’échanges, autour de travaux, individuels ou collectifs, en voie de finalisation (thèses, rapports de recherche, ouvrages, essais, films). S’y exprimeront, aussi bien à titre d’intervenants que de discutants, doctorants, post-doctorants et chercheurs du laboratoire.

Danse avec les genres

Dans le prolongement de l’atelier “Genre et danse” du Congrès du 3 septembre, le laboratoire junior GenERe organise le vendredi 19 septembre (13h-19h), à l’ENS de Lyon, la journée “Danse avec les genres” dont voici le programme :

Journée d’étude Danse avec les genres
19 septembre 2014

ENS de Lyon – Amphi Descartes

10589706_10152584705083815_1560802160_n

13h – 15h Table ronde Danse, genre, classe et « race ». La valse des identités

  • Laura Cappelle (Paris III Sorbonne Nouvelle), La danse classique, assujettie aux normes de genre ?
  • Sylvie Perault (ENSATT/Paris III Sorbonne Nouvelle), Danseuses noires au music-hall ;
  • Sophie Jacotot (EHESS), Genre et danses de couples dans l’entre-deux guerres : transgression ou régression ?
  • Mariem Guellouz (Paris V Descartes), Danses d’Afrique du Nord : représentations genrées.

15h – 15h15 Pause

15h15 – 16h30 : Intermèdes Autour de…

  • Paul Brocart (ENS de Lyon) et Ariane Temkine (Paris III – ENS Ulm), Le voguing. Autour de Paris is burning
  • Entretien avec Anne Martin (danseuse, enseignante au Conservatoire National de Lyon), Autour de Pina Bausch

16h30 – 16h45 Pause

16h45 – 18h45 Table ronde Genre et apprentissage de la danse

  • Cecile Chiampo (Association « Jam in Lyon »), Genre et sexualité dans la pratique du Contact Impro ;
  • Gwenaële Magnet (Centre chorégraphique national de Rillieux-la-Pape), Les projets d’actions et d’éducation artistiques : le corps en jeu en milieu scolaire ;
  • Geneviève Cogérino (CRIS Lyon I), Le facteur du genre dans l’enseignement de la danse en EPS.

Informations :

Ecole Normale Supérieure de Lyon, 15 parvis René Descartes – métro Debourg. Site Descartes, Amphi Descartes.

Le laboratoire junior GenERe (http://labogenere.fr)

Pour toute information contacter Cyril Barde : cyrilbarde at yahoo.fr