Archives par étiquette : histoire

[Séminaire 2015-2016] Bibliographie

Chers amis, chères amies, collègues et participant.e.s au séminaire, voici la bibliographie qui encadrera notre réflexion cette année. Sa consultation est disponible sur un fichier pdf intégré à ce billet. Cliquez sur ce lien : BIBLIO_Séminaire 2015-16_FINAL

Une bibliographie plus complète sur le thème de l’auteur en danse est également disponible dans ce billet.

Le programme des séances du séminaire sera bientôt annoncé.

Bonne(s) lecture(s) à tous et toutes et au plaisir d’échanger avec vous.

L’Atelier d’histoire culturelle de la danse.


 

[Séminaire 2015-16] Séance de rentrée

Chers amis, chères amies, collègues et fidèles participant.e.s au séminaire Histoire culturelle de la danse, le programme de cette année n’est pas encore finalisé, mais nous vous invitons dès à présent à nous rejoindre le 9 novembre pour la séance de rentrée du séminaire.

Nous diffuserons très prochainement le programme de l’année sur ce carnet et sur le site de l’Ehess.

Nous attirons votre attention sur le fait que le séminaire change d’horaire cette année puisqu’il aura lieu de 15h à 18h, une fois par mois. Vous trouverez un récapitulatif des dates des séances en bas de ce billet.

Notre séminaire 2015-2016 est organisé autour de deux axes :

  • les lieux et la circulation des danses ;
  • l’auteur en danse.

Nous vous convions donc à une séance de rentrée le 9 novembre prochain qui sera consacrée à la circulation des danses. Nous aurons le plaisir d’écouter Stéphanie Gonçalves, docteure en Histoire, ATER à l’Université de Rennes 2 et collaboratrice scientifique à l’Université Libre de Bruxelles. Sa communication est ainsi intitulée :

Une guerre des étoiles : les tournées de ballet dans la diplomatie culturelle de la Guerre froide (1945-1968).

Méthodologie et enjeux d’une recherche sur l’histoire de la danse transnationale

USSR. Moscow. The Bolshoi Theatre with portrait of LENIN and STALINE on the front. 1947. Robert Capa © International Center of Photography.

USSR. Moscow. The Bolshoi Theatre with portrait of LENIN and STALINE on the front. 1947. Robert Capa © International Center of Photography.


Informations pratiques

Le séminaire Histoire culturelle de la danse est organisé par Elizabeth Claire, Emmanuelle Delattre-Destemberg, Sophie Jacotot, Vannina Olivesi.

2e lundi du mois de 15 h à 18 h (salle 11, 105 bd Raspail 75006 Paris), du 9 novembre 2015 au 13 juin 2016. Dates des séances : 9 novembre et 14 décembre 2015 ; 11 janvier, 8 février, 14 mars, 11 avril, 9 mai, 13 juin 2016.

Ce séminaire propose d’explorer l’histoire des danses sociales et spectaculaires dans une perspective culturaliste, attentive à l’articulation et aux écarts entre les pratiques et les représentations. On étudiera les moments clés, grandes figures et lieux de mémoire qui ont marqué l’historiographie de la danse ; la construction de la danse comme pratique sociale légitime et comme profession insérée dans un système de production des spectacles ; les lieux et la circulation des pratiques ; la danse comme construction des rapports entre les sexes et des identités de genre ; la question de l’auteur en danse.

[Parution] Dance and the Dutch Republic

Le numéro 4 de la revue European Drama and Performance Studies vient de paraître. Il s’intitule Dance and the Dutch Republic et a été dirigé par Michiel Schuijer et Jed Wentz (Conservatoire d’Amsterdam).

c5e8798eb61246bb664900c334c015a6


SOMMAIRE

Jed Wentz
Introduction  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .    9

DANCE AND THE DUTCH REPUBLIC

Rebekah Ahrendt
A Huguenot Impresario in the Dutch Republic  . . . . . . . . . . . . .   17

Rudolf Rasch
Jacob Klein “The Elder”, Dancing Master
of the Amsterdam City Theatre in Corelli’s Time  . . . . . . . . . . .   37

Michael Burden
Masque, Nationality, and Image.
Baiting the show with a Dutch Dance  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   59

Jennifer Thorp
London Celebrations of the Wedding between the Princess Royal
and the Prince of Orange in 1733-1734  . . . . . . . . . . . . . . . . . . .   81

Anna De Haas and Jed Wentz
Les Enfans du Sr. Frederic. The Identities and Performances
of a Theatre Family Active in The United Provinces, 1758-1763..   95

APPENDICES

Anna De Haas and Jed Wentz
A Key to the List of Performances of Caroline
and Charlotte Frederic  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  117
The Known Performances of Caroline
and Charlotte Frederic, 1753-1763  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  121
Bibliography  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  145
Index of names  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  155
Abstracts/Résumés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  157


Source : Classiques Garnier

Incorporer la danse en passant par l’écrit

Dans le cadre du colloque Incorporations à la puissance deux : le corps social et ses phénotypes littéraires, organisé par Karin Peters (JGU Mainz/FMSH), Laurence Giavarini (Université de Bourgogne/Grihl), Sophie Houdard (Sorbonne nouvelle-Paris 3/Grihl) et Dinah Ribard (EHESS-CRH/Grihl),

Marie Glon réalisera le 26 juin prochain une communication

“Incorporer la danse par l’écrit.

Le projet des “danses gravées” au XVIIIe siècle”

Carolyn Carlson, “Poems for unknowns, Designs, Drems to realize”, (détail), Fonds Carolyn Carlson. IV. Carnets et cahiers de notes. IV.5. Années 2000. Poèmes et dessins, 2005-2008, Bibliothèque nationale de France.

 

Lieu : EHESS, 96 bd Raspail, Paris 6, salle Lombard.

Venez nombreuses et nombreux !


Le programme détaillé du colloque Incorporations à la puissance deux : le corps social et ses phénotypes littéraires

[Colloque] Traditions en mouvements

Colloque international – TraditionS en mouvementS

Atelier de la danse n°7 dans le cadre du Festival de Danse de Cannes 2015, Cannes, 20-21-22 novembre 2015

Argumentaire

Si les questionnements autour des notions de tradition et de contemporanéité ne sont ni récents, ni absents des études en danse, ils n’ont jusqu’à présent été posés que de façon parcellaire, essentiellement en relation aux répertoires, aux remontages des œuvres chorégraphiques ou aux pratiques dites de ‘danses traditionnelles’. Il nous paraît donc essentiel aujourd’hui de faire le point sur les recherches en ce domaine afin de permettre la confrontation et l’avancée des échanges sur ces questions prégnantes dans le monde actuel des créations chorégraphiques comme des pratiques sociales et culturelles.

Auparavant, et parfois encore, associé à l’idée d’immobilité et porteur d’a priori romantiques ou ethnocentriques, le terme « tradition » peut constituer un concept opérant dans les recherches en danse. Il peut en effet être envisagé comme un lien subtil qui relie au passé tout en inscrivant une dynamique vivante et mouvante qui construit le présent. Les objets mêmes – dansants, dansés tels la ronde par exemple – peuvent paraître nouveaux dans leur usage alors qu’ils permettent de s’interroger sur des formes qui se réitèrent et traversent le temps.

Interroger la tradition en danse signifie notamment questionner comment le passé continue d’agir sur le présent des pratiques chorégraphiques et des acteurs qui les incarnent. Comprendre sous quelle forme et à partir de quels dispositifs les ‘gestes du passé’ se réinscrivent aujourd’hui sur les scènes contemporaines. Comprendre, dans les lieux de pratiques sociales, dans ce qui est dansé aujourd’hui tout en portant le même nom que jadis, ce qui perdure et varie. Le processus de « transmission » ou de « passation » se situe ainsi au cœur de la tradition, permettant d’actualiser les gestes des prédécesseurs, la perpétuation et le devenir de tout héritage chorégraphique de quelque période et de quelque esthétique qu’il s’agisse. Trouvent ainsi place les problématiques liées à la permanence ou à la perte de ce qui apparaît comme des fondamentaux ou des invariants de ces pratiques de danse au fil du temps (question d’espace tel le lieu consacré du studio ou question d’habitudes ou de rituels presque dans l’enseignement, la relation aux maitre ou encore aux techniques).

Mais questionner la tradition en danse signifie aussi comprendre comment les héritages chorégraphiques résistent aux changements sociaux et aux ruptures de l’histoire, comment les filiations s’inscrivent dans le prolongement ou dans le détournement, voire l’oubli, des pratiques comme des savoirs. Les transitions économiques, politiques et sociales ainsi que l’apparition de nouveaux contextes performatifs imposent une réorganisation des faits chorégraphiques, des compétences motrices, des engagements sensibles et des valeurs proposées par ces pratiques. Ces changements induisent, parallèlement à un processus de spectacularisation et de médiatisation, un profond renouvellement de l’héritage gestuel et chorégraphique qu’il est nécessaire d’interroger.

Les éclairages anthropologiques, historiques, esthétiques seront sollicités car porteurs de ces réflexions, tout autant que ceux liés à l’ethnographie du travail artistique ou à l’analyse de l’activité professionnelle. La diversité des approches, que nous ne nommons pas toutes ici, permettra d’aborder les objets tout autant que les processus.

Parmi les axes de réflexion envisagés par ce colloque, signalons de manière non exhaustive :

  1. Définition, conceptualisation et opérationnalisation de la notion de ‘tradition’ au sein des études en danse.

Le colloque s’intéressera à la notion de ‘tradition’ d’un point de vue théorique et méthodologique, questionnant la pertinence, l’opérationnalité et les limites de ce concept dans les recherches en danse, ainsi que la spécificité de son emploi dans ce champ d’études. L’objectif de cet axe est donc double : en premier lieu il propose de réfléchir de façon spécifique aux usages du terme tradition au sein des études en danse, pour comprendre la spécificité de cette notion et ses contenus dans ce champ d’études. En deuxième lieu, il propose de réfléchir à l’opérationnalité de ce terme, soulevant des questions relatives à la pertinence et au sens de celui-ci dans la recherche en danse.

  1. Transmission – Filiation – Héritage

Cet axe a pour principal objectif de réfléchir à la notion de tradition à partir de l’acte de transmission. Les propositions permettront d’analyser de quelle manière et par quels biais la tradition demeure agissante au fil du temps, ou comment des pratiques, des connaissances et pensées actuelles remettent en question les pratiques antérieures. Le colloque s’intéresse, non seulement à la continuité des pratiques artistiques, ainsi que des émotions, des représentations et des valeurs qui les définissent, mais aussi et surtout aux discontinuités, aux oublis, aux pertes, aux altérations, aux porosités et aux inventions. Les communications porteront principalement, mais pas exclusivement, sur les « objets » de la transmission, les processus à l’œuvre ainsi que sur les acteurs engagés dans l’acte de transmission.

  1. Etudes de cas. Qu’est-ce qu’on danse ? Comment on danse ?

Cet axe propose de porter des éclairages sur la présence du passé dans la création actuelle, à partir d’études de cas spécifiques, qu’il s’agisse des scènes ou des lieux de pratique. Particulièrement bienvenues seront les propositions portant sur l’analyse de pratiques corporelles dansées – qu’il s’agisse de danses issues d’une tradition liée à un territoire ou de traditions liées à l’émergence des genres artistiques – qui sont aujourd’hui confrontées à l’instant présent, tant dans leur dimension de dynamique vivante de la tradition que dans leur dimension de métissage. Les sujets des communications n’auront pas de limitation temporelle ni géographique et pourront être abordés à partir d’une diversité d’approches – analyse du geste, analyse anthropologique, analyse esthétique, analyse sociologique, analyse historique…

Trent Strohm, The Magic of the Dance

Trent Strohm, The Magic of the Dance

*

Communications et modalités de soumission

Le temps dévolu à chaque communication est de 20 minutes suivies de 10 minutes de questions. Des propositions de formats différents peuvent être soumises (communication chercheur, proposition chercheur-artiste, lecture-démonstration, parole dansée…). Le temps imparti ne pourra cependant dépasser 30 minutes, suivie des 10 mn de discussion. La fiche de soumission est à renvoyer pour le 1er mai 2015 au plus tard, aux formats Word et PDF, à l’adresse suivante : atelierdanse7@gmail.com

Les fichiers informatisés de la proposition, envoyés par voie électronique, seront nommés de la façon suivante : nom-prénom de l’auteur. Le Comité Scientifique, après études des propositions reçues, communiquera à tous les candidats la décision sur l’acceptation de leur communication, le 15 juin 2015, au plus tard.

Lieux et temps du colloque

Ce colloque, par l’appel à communications, répond à un format classique et universitaire mais il saura aussi mettre en œuvre de nouvelles méthodes d’approche et de débat par le tissage de formats innovants, tels que recherchés dans les journées d’étude conçues par l’équipe Danse du CTEL, la co-présence d’artistes et de chercheurs étant au cœur des Ateliers de la Danse.

 Ce colloque est organisé en partenariat avec le Festival de Danse de Cannes et avec le Centre National de la Danse. Cette année le festival, sous la direction artistique de Brigitte Lefevre, prend la voix de la coprésence des œuvres de diverses « traditions » permettant ainsi la confrontation non seulement des idées et des recherches mais il nourrira les points de vue analytiques et réflexifs et présentera des oeuvres et des artistes qui soutiendront et éclaireront la réflexion.

*

Institutions

  • Université Nice Sophia Antipolis (UNS) – UFR Lettres, Arts et Sciences Humaines
  • Département des Arts, Section Danse
  • Centre Transdisciplinaire d’Epistémologie de la Littérature et des Arts Vivants (CTEL EA 6307)
  • Centre National de la Danse (CND)
  • Festival de danse de Cannes

Direction scientifique

  • Federica Fratagnoli, MCF Danse, Université de Nice Sophia Antipolis
  • Joëlle Vellet, MCF danse, Université de Nice Sophia Antipolis
  • Laurent Barre, Responsable du service Recherche et Répertoires chorégraphiques, CND

Comité scientifique

  • Sarah Andrieu, MCF Danse, Université de Nice Sophia Antipolis
  • Laurent Barre, Responsable du service Recherche et Répertoires chorégraphiques, CND
  • Federica Fratagnoli, MCF Danse, Université de Nice Sophia Antipolis
  • Mahalia Lassibille, MCF danse, Université Paris8 Saint-Denis
  • Karen Nioche, doctorante Université de Nice Sophia Antipolis
  • Marina Nordera, PR danse, Université de Nice Sophia Antipolis
  • Sylvianne Pagès, MCF danse, Université Paris 8 Saint-Denis
  • Joëlle Vellet, MCF danse, Université de Nice Sophia Antipolis

Comité d’organisation 

  • Laurent Barre, Responsable du service Recherche et Répertoires chorégraphiques, CND
  • Sarah Briand, doctorante en danse, Université de Nice Sophia Antipolis
  • Gaia Clotilde Chernetich, doctorante en danse, Université de Nice Sophia Antipolis
  • Federica Fratagnoli, MCF Danse, Université de Nice Sophia Antipolis
  • Daniela Guzman, doctorante en danse, Université de Nice Sophia Antipolis
  • Elisa Lortholat, doctorante en danse, Université de Nice Sophia Antipolis
  • Bianca Maurmayr, doctorante en danse, Université de Nice Sophia Antipolis
  • Carolane Sanchez, doctorante en danse, Université de Nice Sophia Antipolis
  • Alessandra Sini, doctorante en danse, Université de Nice Sophia Antipolis
  • Joëlle Vellet, MCF danse, Université de Nice Sophia Antipolis
  • et Eurielle Desevedavy, Festival de Danse de Cannes

[Annonce] PhD workshop “The Body in Cultural History”

The Body in Cultural History

 PhD workshop in Oslo, Norway, November 4.- 6. 2015

What is a human body? Biology, obviously, but also a contested site of subjectivities, identities and theories. The ways bodies are experienced, lived, conceptualized, interpreted and theorized are products of their cultural contexts as well of historically specific conditions and claims.

Carolyn Carlson, “Poems for unknowns, Designs, Dreams to realize”, Carnets et cahiers de notes. III. 5. Poèmes et dessins, 2005-2008. Gouache noire. BnF.

 *

The workshop on the Body in Cultural History invites PhD students who work on issues and aspects concerning the human body in cultural and historical contexts. Within the overall perspectives of cultural history the key concepts will be normal / pathological; discipline; body hierarchies; stigma; nutrition; biopolitics; body images; health; gender; age.

 The invited key note lecturers are:

  • Anu Korhonen is a university lecturer in European Area and Cultural Studies at the University of Helsinki in Finland, and a cultural historian working on early modern English topics.
  • Christina Lutter is a professor at the History Department, University of Vienna and PI of the project Social and Cultural Communities across Medieval Monastic, Urban, and Courtly Cultures.
  • Dag Album is a professor at the Department of Sociology and Human Geography and heads a research project on disease prestige hierarchies in medical culture.

Teachers and respondents in the discussion of texts from the PhD students will also be : professor in cultural history Anne Eriksen, professor in medical epistemology Eivind Engebretsen, professor in sociology Marit Haldar and postdoctor in linguistics / sociology Jan Grue.

The PhD students who are accepted to the workshop will be invited to present a text (for instance one chapter) related to their theses and get it discussed by the invited resource persons as well as by the entire group. They are also expected to be respondents to the work of one other participant. A reading list of approximately 600 pages will be distributed before the course. The workshop offers possibilities to meet and work across disciplinary borders, as it invites participants from social and human sciences as well as from medicine and health care.

The workshop will take place at the University of Oslo, Blindern Campus from 4th to 6th November 2015. There is no fee, but participants will be expected to pay their own travel. A grant for the stay in Oslo is offered, as well as free meals during the workshop. The workshop will welcome up to ten PhD students. Applicants are requested to send a short abstract (max 300 words) presenting their work and the issues they particularly want to discuss at the workshop. Deadline for applications is 1 July 2015. Participation at the workshop equals 5 ECTS.

[Mise à jour] Prochaines séances du séminaire

Chers collègues et participants au séminaire, voici le calendrier des prochaines séances du séminaire Histoire culturelle de la danse :

  • 4 mai 2015 (19h-21h, Salle 7)

Emmanuelle Delattre-Destemberg (doctorante, CHCSC-UVSQ), « À la recherche de l’École de danse : une histoire des lieux et des politiques de gestion de la danse à l’Opéra (1779-1874) »

  • 11 mai 2015 (19h-21h, Salle 7)

Lola Gonzalez-Quijano (postdoctorante, LARHRA-Univ. Lyon II), «”Dites mon bordel” : l’amour vénal dans les établissements de spectacle parisiens au XIXe siècle »

  • Samedi 16 mai 2015 (9h-13h, salle 7)

Tiziana Leucci (CNRS/CEIAS), « Paris, New York, Londres, Calcutta: quelques étapes de la fabrication et circulation de la danse dite “hindoue” »

Séance suivie par une table ronde avec les intervenants du second semestre.

Au plaisir d’échanger avec vous lors de ces prochaines séances !

tumblr_m15mh9j4UE1r8t3kio1_1280

Informations pratiques : Ecole des hautes études en sciences sociales (salle 7, 105 bd Raspail 75006 Paris).

Un séminaire organisé par Elizabeth Claire, chargée de recherche au CNRS (CRH-CRAL) ; Emmanuelle Delattre-Destemberg, doctorante à l’Université Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines (CHCSC) ; Marie Glon, docteure de l’EHESS (Centre Edgar Morin, IIAC-EHESS) ; Sophie Jacotot, docteure de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne ; Vannina Olivesi, doctorante de l’EHESS (CRAL).


Ce séminaire propose d’explorer l’histoire des danses sociales et spectaculaires dans une perspective culturaliste, attentive à l’articulation et aux écarts entre les pratiques et les représentations. On étudiera les moments clés, grandes figures et lieux de mémoire qui ont marqué l’historiographie de la danse ; la construction de la danse comme pratique sociale légitime et comme profession ; les lieux et la circulation des pratiques ; la danse comme construction des rapports entre les sexes et des identités de genre ; la question de l’auteur en danse. Une attention particulière sera accordée aux usages des sources dans l’historiographie de la danse : quels types de sources pour quelle histoire de la danse ? comment étudier l’iconographie ? quels enjeux scientifiques émergent lors de la reconstruction des pratiques et à l’occasion de leur mise en récit historique ? enfin, quelles méthodes spécifiques mobilise-t’on pour problématiser la distance entre l’historien et l’époque qu’il étudie, s’interroger sur l’anachronisme et faire de l’écart historique un instrument heuristique ?

[Parution] Entre cours et jardins d’illusion. Le ballet en Europe (1515-1715)

Nous annonçons la parution de l’ouvrage de Nathalie Lecomte dans la collection Histoires du Centre national de la danse :

Entre cours et jardins d’illusion. Le ballet en Europe (1515-1715) 

nathalielecomte-entrecoursetjardins

*

Ce livre retrace les étapes cruciales, entre 1515 et 1715, de l’histoire du ballet : son émergence, dans le contexte de la Renaissance humaniste, au moment où la culture italienne entre en force à la cour de François Ier ; son apogée au Grand Siècle et le déploiement de son influence dans les cours européennes ; son déclin, à la mort de Louis XIV, alors que d’autres genres de spectacle dansé ont déjà pris sa place et que la cour n’en est plus le cadre privilégié. Cette étude dévoile également l’univers dans lequel les danses de spectacle naissent, évoluent et créent l’illusion, car le danseur incarne les valeurs sociales et morales de son temps. Que ce soit dans le cadre des festivités de cour ou, ensuite, dans celui du théâtre et de la scène à l’italienne, il est l’acteur d’un monde « en représentation ».

Cet ouvrage a pour ambition de proposer une synthèse à l’échelle européenne des multiples travaux sur la période. Il fournit également des analyses inédites élaborées à partir de sources premières et donne à voir une riche iconographie.

L’auteur : historienne de la danse, Nathalie Lecomte est spécialiste des XVIIe et XVIIIe siècles. Chercheuse indépendante, conférencière, elle est aussi membre fondateur de l’ACRAS (Association pour un centre de recherche sur les arts du spectacle aux XVIIe et XVIIIe siècles). Elle a contribué au Dictionnaire de la danse (Larousse), à L’Histoire de la danse : repères dans le cadre du diplôme d’État (CND) et a coécrit La Danse classique (Gallimard Jeunesse Musique – Cité de la musique, 1999) et Scènes de bal, bals en scène (CND, 2011).

[Parution] Étranges artistes sur la scène des Folies-Bergère, 1871-1936

Nous signalons la parution d’un ouvrage de Nathalie Coutelet aux Presses Universitaires de Vincennes qui intéressera sans doute les historiens de la danse :

Étranges artistes sur la scène des Folies-Bergère, 1871-1936

 *

De 1871 à 1936, des débuts de la IIIe République au Front populaire en passant par la « Belle Époque » et les « Années folles », les Folies-Bergère dominent le monde du music-hall parisien. Elles exploitent l’engouement pour les diversités anthropologiques, en mettant l’accent sur l’étrangeté et sur l’anormalité. On peut y applaudir des exhibitions de curiosités, telles que les femmes-canons, les hercules ou les géants, y découvrir des numéros « circassiens » ou redécouvrir la tradition des fêtes foraines avec la présence de femmes à barbe, de contorsionnistes et d’hommes-troncs. Les danseurs, qui deviennent une partie essentielle du spectacle à partir du début du xxe siècle, apportent 
à leur tour des pratiques nouvelles, étranges tout autant qu’étrangères. Dans ce couple antinomique de fascination et de dégoût se construit l’immense succès des Folies-Bergère et de leur revue à grand spectacle, que l’auteur analyse au prisme de l’attitude de la population vis-à-vis des formes variées de l’étrangeté.

7365355-11340238

Nathalie Coutelet enseigne au département théâtre de l’université Paris 8. Spécialiste du spectacle populaire, elle a notamment publié «Démocratisation du spectacle et idéal républicain (2011) » et 
travaille sur l’histoire du spectacle et de la mise en scène au tournant du XIXe et du XXe siècle.

[Appel] Italy and the Dance 1400-1900

Italy and the Dance

Dance in Italy, Italian Dance in Europe 1400 – 1900,

for Barbara Sparti (1932 – 2013)

25 – 29 May 2016
Burg Rothenfels am Main, Germany

 

tiepolo danceinthecountry kl

With our next symposium we would like to honour Barbara Sparti, one of the leading dance researchers of the 20th century, who died in 2013. In keeping with the central emphasis of her research activities, the highly diverse dance culture of Italy – from the final phase of the Middle Ages to the time of the Risorgimento – is to be the main theme of the symposium.

One central thematic area is to be the dance styles and forms which evolved in different regional, cultural and institutional contexts in Italy, their historical and stylistic development, their dissemination in Europe, their influence on other national dance styles, and their role (as style, as form, as cultural practice) in transmitting Italian culture in Europe. We likewise wish to examine the influences which emanated from other dance cultures (e.g. France) and left corresponding traces in Italy.
In this context, light is also to be shed on the artists who had a decisive share in this: Italian dancers, dancing masters, choreographers and teachers who worked in European palaces and major cities, spread Italian dance art in Europe and, conversely, absorbed a diversity of influences.

A further focus of the symposium will be on the Italian contribution to the development of theatrical dance in Europe. Here we wish to concentrate on the characteristics of the Italian style and its distinguishing features vis-à-vis other “national” styles, but not neglecting the relationships between theatrical dance and theatre, especially Italian opera and also the influence of the Commedia dell’arte (e.g. with reference to the use of acrobatics and pantomime) on theatrical dance.

  • What influence did the French Basse danse have on Italian dance style?
  • How widespread were Italian dances in Germany around 1500? 
  • How successful were Italian dancing masters in spreading their dance culture in Europe in the 16th century?
  • What effect did Italian dance style have on the French Ballets de cour ?
  • What is considered as “typically Italian” in dance theory discourses?
  • What insights into Italian dance culture are provided by iconography?
  • What significance did dance have in Italian opera?
  • What role was played by Italian dancers and choreographers in European theatres?
  • To what extent were wandering troupes involved in dance culture transfer in Europe?
  • How strongly did “foreign” styles influence Italian dance culture in the 18th and 19th centuries?
  • What traces of the original were left in the Baroque Forlana or Monfrina in European ballrooms?
  • What role was played by Italian folk dance in European theatrical art?
  • How did political movements such as the “Risorgi¬mento” influence Italian dance culture? 

In addition to furthering the scholarly discussion, it is a particular goal of the symposium to present to interested dancers and dance enthusiasts the state of dance research today. The symposium will offer a wide range of activities from lectures, workshops, demonstrations, a book and music exhibition to evening dancing and a festive ball with live music.

Contributions not yet presented on the topics listed above are welcome. A publication is planned and will be available at the symposium.

Contribution categories:

Lectures: Length: 25 – 30 min, followed by ca. 10 min discussion.
The lectures can also include short dance demonstrations. A publication of the papers is planned and will already be available at the symposium.
Honorarium: 200.- Euro

Research results poster: max. 60 x 80 cm
Our new exhibition of posters also enables a concise presentation of research results. The poster area specified above allows you to present, explain and discuss your research in text and illustration.
Honorarium: 50.- Euro

Workshops: Length: max. 90 min
Thematic coupling with a lecture is possible. Because they are carried out in groups of ca. 20 – 40 people, each workshop is held three times. Working materials for the participants should be prepared in advance.
Honorarium: 200.- Euro

Short performances: Length: 15 – 30 min
This category enables you to present your artistic conceptions to a specialist audience.
If possible, please send us a demonstration video.
Honorarium: Exemption from the conference fee (ca. 220.- Euro) for all performers.

Conducting evening dance classes: Length: 90 – 120 min
A program of relatively simple, easily learned social dances from the 15th to the 19th century. Each class will be offered twice, with half the conference participants attending each time. A live music group will be available for one of the classes; recordings must be used for the second class. The dances taught in these classes will serve as the basis for the final ball program.
Honorarium: 200.- Euro

Payments and expenses:

Speakers and participants in the short performances are exempted from the conference fee. Unfortunately it is not possible, besides the honorarium mentioned in each case above, to grant any further allowances on costs of accommodation or travel.

Conference language:

Presentations and workshops may be held in either German or English.

Deadline for proposals: 1 June 2015

Please submit a short summary (max. 1 page) of the planned contribution by 1 June 2015 to Markus Lehner by mail, fax, or e-mail (see below). The program committee will make its selection by 1 August 2015.

Program committee:

  • Prof. Carol G. Marsh (musicologist, editor of “Musical Theatre at the Court of Louis XIV”)
  • Prof. Alessandro Pontremoli (professor of dance history and dramatics at the University of Torino, numerous publications in the field of historical dance)
  • Dr. Irene Brandenburg (musicologist and dance scholar, director of the “Derra de Moroda Dance Archives”, University of Salzburg)
  • Prof. Véronique Daniels (teacher at the Schola Cantorum Basiliensis: historical dance & notation, director of RenaiDanse)
  • Markus Lehner (author of “A manual of sixteenth-century Italian dance steps”)

Organisation: Markus Lehner, Uwe Schlottermüller

Further information on the dance conference readily available from:

Markus Lehner  Uwe Schlottermüller 
Mühlfelder Str. 18b
D-82211 Herrsching
Tel. 0049-(0)8152-5248
Fax. 08152-981509
Email: markus.lehner@online.de
Schillerstr. 6,
D-79102 Freiburg
Tel. 0049-(0)761-72990

Email: fagisis@fagisis.de

Conference site:

For decades, Rothenfels castle has served as a conference center, welcoming historical dance events in particular, and is therefore well known to many dancers and dance groups. Since the 1st Rothenfels Dance Symposium took place there in 2004, it has been its host. The oldest part of the castle, dating from the 12th century, provides a lovely atmospheric setting. The castle is situated directly on the river Main between Würzburg and Frankfurt, 7 km north of Marktheidenfeld.

Further information about the conference site:

www.burg-rothenfels.de

Verwaltung Burg Rothenfels
97851 Rothenfels
Tel. 0049-(0)9393-99999
Fax. 09393-99995
Email: verwaltung@burg-rothenfels.de

Source : http://www.historical-dance-symposium.org/